Aux Assises dAix-en-Provence, souvre le procès dun repenti corse – Le Figaro

Aux Assises d\Aix-en-Provence, s\ouvre le procès d\un repenti corse - Le Figaro

Justice : pourquoi Claude Chossat na pas le statut de repenti

Claude Chossat, ancien soldat du gang de la Brise de Mer, comparait ce lundi 28 octobre devant la cour dassises dAix-en-Provence pour lassassinat de Richard Casanova. Une accusation quil a toujours niée. 

Dernière minuteDernière minuteFaits divers – JusticeFaits diversPolitiquePolitiqueSportsSportsVillesVillesÉconomieÉconomieFrance – MondeFrance – Monde Recherche Lancer Newsletter Mon compte Mot de passe oublié Mot de passe oublié ? Jai déjà un compte Nous suivre CrimHALT demande une protection pour le “repenti” Claude Chossat Par F.L.–28 octobre 2019 à 10:39 Corse–Société Lors de la reconstitution le 8 avril 2011 à Porto-Vecchio de lassassinat de Richard Casanova survenu trois ans plus tôt. Cette reconstitution, à laquelle avait pris part Claude Chossat, suspecté dans cette affaire, sétait déroulée sous haute protection.

Avant louverture des débats, Me Pierre Bruno, avocat des parties civiles et notamment des parents de Richard Casanova et de son ancienne compagne, présents lundi à laudience, a dénoncé cette image de "repenti" dont voudrait bénéficier Claude Chossat: "On na pas droit à ce statut quand on est impliqué dans des meurtres de sang", a-t-il insisté, qualifiant laccusé de "manipulateur".

Claude Chossat : un “traître” au tribunal

1 Pictogramme de partage Pictogramme dun icône de partage indiquant la possibilité de partager le contenu de larticle partager Pictogramme de partage Pictogramme dun icône de partage indiquant la possibilité de partager le contenu de larticle twitter Imprimer Email Dans une tribune publiée sur son site internet, lassociation CrimHALT demande que "Claude Chossat et sa famille soient protégés avant, pendant et après le procès" qui souvre aujourdhui à Aix-en-Provence (il est jugé par la cour dassises pour lassassinat de Richard Casanova).

CrimHALT demande une protection pour le “repenti” Claude Chossat

"Claude Chossat, condamné à mort par le crime organisé corse pour avoir coopéré de décembre 2009 à 2016 avec la justice, doit être protégé. Il a, par son témoignage exceptionnel, fait comprendre le fonctionnement dun système criminel resté longtemps opaque jusquà ses révélations que lon peut qualifier dhistoriques."

 Et si… je parlais ? Et si je me vidais de tout ce poids qui métrangle ? Je nen peux plus de cette crasse qui me colle à la peau, de ce monde pourri de la mafia corse, de ce cortège de mort, de ce suaire que jai posé dessus. Jai touché le fond de lhumanité. Jen suis même sorti. Je suis arrivé au terme de mon voyage.  Claude Chossat a ouvert ses valises le 17 décembre 2009. Arrêté quelques semaines plus tôt à deux pas de la frontière suisse où il sétait retiré pour fuir les règlements de comptes, lhomme décide ce jour-là de collaborer avec la police, en racontant tout ce quil sait du gang de la Brise de mer.

Lassociation ajoute quil "a aussi permis de récupérer des armes et des avoirs financiers en millions deuros fragilisant ainsi une prédation affairiste systémique. Sa volonté de rompre avec le milieu en fait le premier "repenti" de la mafia corse. Quil ne soit pas protégé par lÉtat envoie un signal très négatif en matière de lutte contre le crime organisé. Ce même homme sest vu en effet refuser le statut de coopérateur de justice sans que les motifs ne soient connus. Ni lui ni sa famille nauront obtenu protection de la justice, malgré les risques évidents de représailles comme la démontré la surveillance de son domicile en 2017. Qui peut penser que le refus de lui accorder une protection soit fondé sur la signature dun décret dapplication postérieur au début dune coopération historique avec la justice ?"

Le procès de lassassinat de Richard Casanova, pilier du gang corse de la Brise de mer, souvre lundi. Y comparaît notamment Claude Chossat, premier  repenti  corse, qui ne bénéficie ni du statut ni de la protection qui laccompagne. Un cas qui met en lumière le retard français en matière de lutte contre le grand banditisme.

Depuis 2009, CrimHALT, issue du projet européen Flare, milite pour quun statut de coopérateur de justice soit efficient en France.

Toujours selon Chossat, un troisième homme était présent ce jour-là, avec lui et Mariani. Un certain  Franck , ancien militaire. Mais ce  Franck  na jamais été identifié, même si Claude Chossat le reconnaissait formellement en 2012 sur deux photos envoyées anonymement au juge dinstruction. Photos qui savéreront être celles de Clemens Schick, acteur ayant joué un rôle de garde du corps dans  Casino Royale , le James Bond de 2006.

Voté dans le cadre de la loi Perben II de 2004, "ce dispositif aura attendu dix ans pour voir son décret publié au Journal Officiel. Sil sest montré opérationnel dans le cas de Patrick Giovannoni (la première personne à en avoir bénéficié, ndlr), ce statut a montré ses limites voire ses dysfonctionnements dans le cas de Claude Chossat. En effet, ce dernier sera contraint de montrer son visage en public alors quil avait réussi à se protéger ces dix dernières années. Quels signaux la justice et lÉtat renvoient-ils aux citoyens au moment où la société civile vit un sursaut à Marseille, dans le 93 et en Corse où deux collectifs antimafia se sont créés en quelques semaines !"

De même, affirme Chossat, ce nest pas Casanova qui était la cible initiale. En espionnant le gérant de la concession Volkswagen de Porto-Vecchio, Mariani voulait seulement entrer en contact avec Jean-Luc Germani, le frère de la femme de Casanova, quil soupçonnait dans les tentatives dassassinat le visant. Et celui-ci aurait finalement abattu Casanova sur un coup de tête.

Un repenti du banditisme corse jugée aux Assises des Bouches-du-Rhône

Partenaires 1 commentaire Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Corse Matin . Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre. En tout état de cause, “Corse-Matin” ne sassocie ni ne cautionne aucune opinion personnelle ou incitation à la violence formulée au sein de ces commentaires.

À la une Sports région Football Football Amateur Rugby RCT Provence Rugby Auto moto Résultats classements Politique A la Une Municipales 2020 Economie À la une Hub Éco Entreprise Immobilier Hub Immo Hub Innovation Bourse Santé À la une Hub Santé Bien être Enfants Maladies chroniques Cancérologie Cardiologie Neurologie Innovations Senior Tourisme À la une Hub Tourisme Balades Voyages Sorties – Loisirs À la une Spectacles Féria Télé Cinéma Multimédia Gaming Montagne Histoire People Programmes télé BD Livres France – Monde météo 13° Vidéos Dernières vidéos Le 18-18 OM La Minute Santé La Minute Éco La Minute Immo La Minute Tourisme Adoptez-les avec la SPA Bon plan du week-end Avant-match OM Météo La Minute Innovation Jai testé pour vous Diaporamas Derniers Diaporamas Diaporamas OM Diaporamas Loisirs Diaporamas Montagne Diaporamas Locales Mer Montagne Écoplanète Fémina Provence Beauté Mode Shopping À table Déco Minots Nos rendez-vous A la une Evénements Magazines et hors-séries Jeux-concours Boutique Unes personnalisées Espace presse Belote en ligne Balades en Provence Carnet/Avis de décès Déposer un avis Consulter un avis Annonces Immobilier Auto-Moto Annonces légales Marchés publics Carnet Déposer un avis Consulter les avis Immobilier Auto-Moto Légales Marchés Publics Boutique Journal en ligne Kiosque sabonner menu se connecter En direct Région Faits divers Société OM Sorties – Loisirs Vidéos Nos rendez-vous Recherche