Amiens SC : Luka Elsner juge les débuts de Diabaté et Chedjou – Le 11 Amiénois

Amiens SC : Luka Elsner juge les débuts de Diabaté et Chedjou - Le 11 Amiénois

Luka Elsner : “Ce match nul a un goût de succès”

Alors qu’ils avaient bien débuté en ouvrant vite la marque, les Amiénois ont très vite vu les Lyonnais égaliser puis prendre l’avantage. Mais, alors que la seconde période était plutôt à l’avantage des hommes de Luka Elsner, il aura fallu attendre les arrêts de jeu pour voir Mathieu Bodmer tromper Anthony Lopes. Voici les notes du match attribuées par la rédaction du 11 Amiénois, ainsi que celles du journal L’Équipe.

S’il a été particulièrement abandonné par sa défense sur les deux buts de Dembélé, il a ensuite repoussé les offensives adverses. Ainsi, il a permis à l’Amiens SC de croire en ses chances d’un retour qui interviendra en fin de match.

Vous désirez lire la suite de cet article et accéder en illimité à lensemble des actualités ? Profitez de 1 semaine dactualité en illimité offerte ! Jen profite ou je mets à jour mes informations de profil pour profiter d1 semaine offerte : Je me connecte

Un but, une passe décisive. L’ancien Lyonnais aura été très important dans ce match. Il a notamment tiré de nombreux coups de pied arrêtés, dont un victorieux permettant d’ouvrir la marque. Malheureusement, il a aussi été en difficulté en étant fautif sur le premier but de Dembélé, et souvent en étant pris de vitesse par ses adversaires directs.

Questionné sur le sujet en conférence de presse d’avant-match, Christophe Jallet a reconnu que  l’homophobie, à l’instar du racisme, était un sujet délicat , avant d’ajouter que  toute cette gangrène pollue le monde du sport et la vie de tous les jours .  On ne pourra jamais empêcher limbécillité, malheureusement. A nous d’essayer de trouver les bonnes solutions que ce soit les acteurs ou les dirigeants du foot pour enrayer tout ça, aspire l’ancien international français. Il y a des us et coutumes qui sont dans le football depuis des années, et pour les éradiquer ou les atténuer, ça prend forcément du temps. C’est un travail d’ensemble à mettre en place pour que ces incidents ne perturbent pas la vie des êtres humains et des sportifs aussi parce que ça devient pénible pour tout le monde. J’aurai qu’une chose à dire c’est  à bas la connerie  mais ce n’est pas pour tout de suite. 

Une première titularisation en deux temps. D’abord, une première mi-temps très compliquée dans laquelle il a perdu beaucoup de duels. Puis, après la pause, il a mieux cadré son adversaire direct, surtout en anticipant les ballons dans la profondeur. Mais sa première période est trop pénalisante pour obtenir une meilleure note.

Match encore plus compliqué pour Jordan Lefort. Tout d’abord, il est fautif sur les deux buts en n’étant pas suffisamment prompt sur ses interventions. De plus, il a raté de nombreuses relances, a parfois été pris par des rebonds trop hauts. Un match à oublier pour le joueur formé à l’Amiens SC.

Une vision de la situation pour le moins lucide partagée par son entraîneur, Luka Elsner, qui plaide pour davantage de communication afin de traiter le problème en profondeur : On avait débuté de la manière inverse, avec de la répression. C’est vrai que ce sont des choses ancrées dans la culture footballistique depuis très longtemps. Tout d’un coup, par surprise, cela a créé des problèmes. Je suis parfaitement conscient de l’évolution de la société, du besoin absolu de régler ce genre de souci. Je pense qu’il y a des oreilles attentives dans toutes les parties, que si on sassoie à une table et qu’on en discute, il y a des possibilités pour régler le problème facilement. On doit protéger toutes les structures de la société et si on peut arrêter ce genre de méfaits, il faut qu’on le fasse. Mais cela passera forcément par le dialogue. 

Christophe Jallet : “Tous les voyants sont au vert”

Face à Bertrand Traoré, il a été très vite pris de vitesse. Peu d’interventions, peu d’apport offensif. Puis, il s’est un peu repris en gagnant progressivement plus de duels, en mettant plus d’intensité dans son jeu.

Condamnant l’homophobie dans les stades de football, Christophe Jallet sait qu’il faudra du temps pour  éradiquer  certaines pratiques dans les tribunes. De son côté, Luka Elsner plaide pour un dialogue entre les différentes parties concernées et mises en cause. 

En première période, il a essentiellement joué vers l’arrière. Ce qui n’a pas été très utile. De plus, son apport défensif était infime. Puis, à l’image de toute l’équipe, il a profité de l’apathie lyonnaise pour hausser son niveau de jeu et jouer un peu plus entre les lignes. Une seconde période encourageante.

Ça demande beaucoup d’abnégation, de concentration et surtout, ce que l’on doit bien se mettre dans la tête, c’est qu’il faut avoir confiance en soi et en notre groupe parce qu’on a un groupe de qualité ici. Je suis vraiment agréablement surpris parce que j’ai trouvé ici, aussi bien humainement que sportivement. Il faut vraiment être conscient de notre potentiel pour vraiment l’exploiter pleinement. Le maintien, on va l’acquérir avec beaucoup d’éléments, notamment l’abnégation, le don de soi, la combativité et la solidarité. Ce sont des valeurs indispensables à toutes les équipes, même celles qui jouent les premières places. Pour aller plus haut, ça passe par là. Ensuite, il faut mêler tout ça aux aspects tactiques que le coach peut nous enseigner et surtout être bon techniquement parce que ça nous a fait défaut quelques fois. On doit éviter les petites pertes de balle qui nous mettent en difficulté pour être encore plus serein et gagner en confiance.

Comme son compère du milieu était peu en vue défensivement, il a eu énormément de travail pour récupérer le ballon. Et, face à un milieu aussi technique que celui de l’OL, il avait des adversaires très compliqués à gérer. Mais, fidèle à lui-même, il n’a pas lâché et a réussi à se montrer. Il finit épuisé et remplacé par Thomas Monconduit, qui a essayé d’apporter un plus offensif.

Oui ! On n’avait pas forcément la tête au mercato avant, mais maintenant que c’est terminé, tout le monde peut se concentrer sur le club et ce qu’il a à faire ici. Ça permet de travailler un peu plus dans la sérénité même si on ne se sentait pas vraiment dérangé par ça. Peut-être que certains joueurs l’étaient mais ça ne se ressentait absolument pas. Aujourd’hui, tous les voyants sont au vert pour qu’on démarre enfin ce championnat parce que l’on n’a pas été payé de nos efforts sur le plan comptable. On a vraiment envie de prendre des points rapidement pour regarder plus haut.

Une première pour lui qui aura débuté difficilement, n’ayant pas ou peu de ballons. Il a tenté de se mettre dans les lignes de passes. Puis, après la pause, il a été mis à contribution dans le jeu offensif et nous avons pu voir sa vivacité et ses prises d’initiative. Remplacé par Mathieu Bodmer qui a délivré le stade dans le temps additionnel.

Du mieux dans le jeu de Gaël. Plus en jambe, il a essayé d’alterner entre transmissions rapides et ballons portés. Encore un peu de déchet, mais la forme semble progressivement revenir. Il a été bien plus utile en soutien de Guirassy. Cependant, il finit avec une douleur au mollet.

Son duo avec Guirassy s’annonçait prometteur. Mais, après un jeu très dur d’Andersen, il a du laisser sa place à Juan Ferney Otero. Son indisponibilité pourrait être préjudiciable.

Auteurs de cinq des sept buts inscrits par la réserve de l’Amiens SC depuis le début de saison, Jayson Papeau et Driss Khalid affichent un niveau de performance pour le moins élevé.  Ce sont deux joueurs qui ont un vrai potentiel. Ils ont besoin de jouer les matches, de s’exprimer, de faire la différence beaucoup de fois. Jayson (Papeau) est à part entière avec le groupe professionnel et on intègre progressivement Driss (Khalid).  Et même si le fossé entre le National 3 et la Ligue 1 est immense, Luka Elsner reste  attentif à leur évolution .  On a beaucoup d’échanges à ce sujet avec le centre de formation. Driss (Khalid) est quelqu’un qui sera amené dans les semaines et les mois à venir à avoir son opportunité pour s’exprimer avec le groupe professionnel. 

Alors qu’il n’était pas en odeur de sainteté auprès de Luka Elsner, il était réintégré au groupe suite à deux bonnes semaines d’entraînement. Appelé pour remplacer Moussa Konaté, il a effectué une bonne entrée en jeu. Très disponible, avec un gros pressing entraînant quelques récupérations dangereuses, il a proposé une bonne alternative sur le côté droit, permettant de plus à Kakuta de retrouver l’axe.

S’il a beaucoup joué dos au but, Serhou a tout de même été très dur à bouger. En conservation de balle, il a été très bon. Seul bémol, il a parfois trop dézoné et n’a jamais pu se trouver en bonne position dans la surface.

Si les événements défavorables s’enchaînent pour lui, il a bien réagi à la blessure de Moussa Konaté en lançant Otero et en recentrant Kakuta. Mais, s’il n’a pas dû apprécier la première période, il a donné les bonnes directives à la mi-temps. De plus, son coaching surprenant (entrée de Bodmer) laissant pantois quelques supporters moqueurs a finalement été décisif.

Et en l’absence de Prince Gouano, leader défensif et capitaine de l’Amiens SC, l’expérience d’Aurélien Chedjou ne sera pas de trop au sein d’un secteur particulièrement instable depuis le début de la saison.  C’était essentiel qu’on ait une recrue à ce poste, d’autant plus que l’absence de Prince (Gouano) sera assez longue. C’est arrivé à point nommé d’avoir cette solution, d’autant que Bakaye est absent aujourd’hui. Avoir quelqu’un de suffisamment mature à jouer directement est une bonne chose , se félicite l’entraîneur amiénois.

Sanctionnant très tôt Diabaté pour un coup de coude, il a préféré ne pas sanctionner Andersen auteur d’une intervention sur Konaté entraînant sa blessure. Puis, ce même Andersen, fautif d’avoir retenu Otero sur un ballon en profondeur qui aurait pu (dû) entraîner un penalty. Mais, ni lui, ni la VAR n’auront décidé de sanctionner cette faute. La même faute de l’autre côté aurait-elle été sifflée?

A 34 ans, l’international camerounais n’a toutefois que quelques entraînements dans les jambes et une grosse heure de jeu contre Chambly, la semaine passée en match d’entraînement, dans les jambes avec ses nouveaux coéquipiers.  Il y a forcément une adaptation à faire par rapport à son retour en Ligue 1, reconnaît Elsner. Maintenant, par sa maturité et par son expérience, il peut éventuellement compenser quelques manques en termes d’adaptation par rapport à l’équipe et les automatismes à avoir. Si quelqu’un peut s’adapter facilement, c’est lui. 

Si la première période a été bonne de la part des Lyonnais, avec de nombreuses occasions et deux buts similaires, les hommes de Sylvinho ont complètement raté leur seconde mi-temps. Pris à la gorge par l’Amiens SC, acculés sur leur but, ils n’ont pu se procurer des opportunités qu’en contre. Loin du niveau suffisant pour se retrouver dans le haut du classement.

Prince Gouano éloigné des terrains pendant un à deux mois, Aurélien Chedjou devrait rapidement prendre place au sein de la défense centrale de l’Amiens SC. En tous les cas, l’ancien Lillois est prêt à jouer.  Il a commencé le début de championnat en Turquie, il a fait deux matches et la qualification pour la Champion’s League aussi, il a un rythme de compétition certain, confirme Luka Elsner, son entraîneur. C’est quelqu’un qui sait très bien se gérer, je ne me pose pas trop de questions par rapport à son état de forme aujourd’hui.  

L’équipe on se demande s’ils regardent les matchs, 5 à Lefort qui a passé son match à se trouer c’est généreux !!

Plus à otero quà kakuta ? Je ne partage pas du tout … et regis a encore sorti qq belles parades. Malgré deux buts je lui aurai mis 6

Même s’il souhaitait l’arrivée d’un défenseur central supplémentaire et que le départ de Rafal Kurzawa a capoté dans les ultimes instants, Luka Elsner a le sentiment que l’Amiens SC s’est renforcé durant le mercato d’été.  Avec les événements qu’on a pu avoir, notamment l’absence un peu prolongée de Prince (Gouano), on a été un peu secoué sur la fin du mercato, concède-t-il. Je pense qu’à partir du moment où l’effectif sera au complet, on pourra être satisfait du recrutement. Quand Saman et Prince seront de retour, on aura une structure d’effectif vraiment intéressante. 

C’est plutôt bien noté.. très bon match des amiénois… Et un bon 6,5 pour le coach.. entrée de Bodmer payant.. Maintenant il faut confirmer.

D’ici là, Amiens va devoir prendre des points avec un effectif dont la profondeur ne saute pas véritablement aux yeux.  Tant que certains éléments sont un peu éparpillés, on fera en sorte de trouver des solutions, positive Elsner. Si on se projette dans deux mois, on peut être certain que le recrutement sera réussi.  Reste à savoir si Arturo Calabresi, Aurélien Chedjou et Fousseni Diabaté, les derniers renforts en date, confirmeront les espoirs placés en eux par les recruteurs amiénois. Ce qui est sûr, c’est qu’Amiens ne peut pas se permettre d’accumuler du retard en attendant le retour de certaines forces vives.

Lefort le maillon faible , note généreuse pour jallet il marque mais offre le premier but à Lyon avec une relance hasardeuse

Alors que l’Amiens SC a joué les prolongations en obtenant la validation de l’arrivée de Fousseni Diabaté près de 48 heures après la clôture du marché d’été, Luka Elsner se dit satisfait par les mouvements effectués durant le mercato. 

Fier de la résilience affichée par ses joueurs, Luka Elsner savourait le match nul de l’Amiens SC arraché à l’Olympique Lyonnais (2-2), ce vendredi. Il attend désormais que son équipe confirme le beau visage affiché en seconde période.

 Pas sur le plan comptable mais ce match nul a un goût de succès. Parce qu’on a mis du répondant au niveau mental, on n’a pas abdiqué et je pense que ce point est mérité. On ne va pas en faire une victoire mais cela nous met sur le bon chemin et nous donne de la confiance. 

 Je m’occupe de mon équipe et j’ai envie de croire qu’Amiens a fait une bonne deuxième mi-temps, parce qu’on avait envie et parce qu’on a mis de la qualité technique. Le rapport de forces est dépendant d’une des deux équipes et on a fait ce qu’il fallait en deuxième mi-temps. Peut-être que je suis dans une petite illusion mais j’ai envie d’y croire 

 C’est bon pour la confiance mais maintenant, il faut construire sur ces éléments, dont la mentalité retrouvée. Honnêtement, on est récompensé après tant de galères. Maintenant, il faut partir de là pour enchaîner les bons résultats. Ce ne sera pas facile et ça ne se fera pas tout seul à Metz. En tout cas, j’ai senti un vrai groupe aujourd’hui, il y avait une vraie osmose dans l’équipe.