LAmiens SC a passé un vrai cap – Le 11 Amiénois

L\Amiens SC a passé un vrai cap - Le 11 Amiénois

Luka Elsner : “Un groupe de joueurs fantastiques”

Euphorique après la victoire de l’Amiens SC contre l’Olympique de Marseille (3-1) vendredi soir, Luigi Mulazzi n’était pas plus surpris que cela pour autant. Pour le vice-président du club, la bande de Luka Elsner est sur la bonne voie.

 C’est un truc de dingue ! Maintenant, cette victoire est complètement logique, elle ne souffre d’aucune contestation possible. Excusez-moi du peu, je m’en doutais, je savais qu’on ferait quelque-chose contre eux ! On les a aussi dominés, on a bien joué, en se montrant bien organisés. On a vraiment retrouvé une équipe. On me dit souvent que cet esprit guerrier n’est pas suffisant mais il est indispensable pour Amiens ! A partir de ça, on arrive à développer un jeu flamboyant .

Après sa victoire de prestige contre l’Olympique de Marseille, l’Amiens SC va profiter d’un peu de repos durant la trêve internationale. Même si un match amical est programmé, l’heure est à la récupération pour les hommes de Luka Elsner. Découvrez le programme complet de la semaine de compétition des Amiénois.

 Je ne sais pas si on a frappé un grand coup. Ce que je sais, c’est qu’on a battu une équipe plus faible que nous, Amiens était meilleur que Marseille ! Cette victoire est logique, c’est une victoire de prestige. On n’avait jamais gagné contre Marseille jusqu’ici. On commence à gagner contre les grosses équipes, après notre victoire contre Lille et le nul contre Lyon. Le prochain adversaire, je ne sais pas comment il s’appelle mais j’aimerais bien qu’on se le tape .

C’est sans doute la seule ombre au tableau à relever dans le dispositif mis en place par Luka Elsner vendredi soir. Défensivement, le danger marseillais est souvent venu sur le flanc droit de la défense amiénoise. En effet, Arturo Calabresi, s’il n’a pourtant pas ménagé ses efforts, a souvent été pris par la vitesse de son vis à vis phocéen Nemanja Radonjić, ce dernier n’en ayant que trop rarement profité. Quant à Juan Ferney Otero, replacé sur le coté après avoir été aligné dans l’axe à Angers, malgré une grosse débauche d’énergie, a une nouvelle fois fait preuve de son inefficacité devant le but en ratant notamment un face à face avec Steve Mandanda en seconde mi-temps.

 J’adore vivre ce genre de moments. Ce que rend le public par rapport à notre travail est tout à fait remarquable. Quand j’ai fait mon tour de terrain, je n’ai senti que de la bienveillance et de l’amour. Les supporters se reconnaissent dans les joueurs, les dirigeants et la manière de fonctionner du club. C’est l’essentiel pour moi. Cette équipe est vraiment capable de faire de belles choses. L’essentiel reste de mettre trois équipes derrière nous et de rester en Ligue 1 ! 

Image du diffuseur à l’appui, nos confrères du site LePhocéen.com montaient au créneau dès la mi-temps du match pour dénoncer une erreur  grave . Ancien arbitre international, Bruno Derrien a apporté de l’eau au moulin des Marseillais, considérant que  deux actions similaires débouchaient sur deux décisions différentes . Quant à Jonathan MacHardy, consultant de l’émission After Foot et accessoirement supporter de l’OM, estime  qu’il aurait dû y avoir un penalty pour Valère Germain, ça aurait changé le film du match .

Video: But Steven MENDOZA (90 +1) / Amiens SC – Olympique de Marseille (3-1) (ASC-OM)/ 2019-20

Dans la foulée de la victoire contre Marseille (3-1), Luka Elsner a tenu à féliciter ses joueurs pour l’état d’esprit affiché depuis plusieurs rencontres, lui qui assure prendre beaucoup de plaisir à la tête de l’Amiens SC.

C’est une équipe qui te fait énormément courir quand on la laisse s’installer et jouer au ballon, notamment si tu n’es pas suffisamment agressif et proche au pressing sur Rongier et Lopez. On a réussi à installer le rythme souhaité et on est aussi capable de beaucoup courir. Cela nous permet de rester très haut et très intense sur une partie du match. Ce qui a aussi joué en notre faveur, c’est leur incapacité à passer au-dessus de notre ligne de pressing et à gagner les seconds ballons. Notre ligne défensive était très proche et on a beaucoup récupéré le ballon sur le jeu long. Les garçons ont vraiment bien joué le coup.

Il n’y a pas de secret. J’ai un groupe de joueurs fantastiques qui se donnent à fond, qui travaillent dur tous les jours. La recette, c’est d’avoir les bons joueurs. Aussi, pendant 90 minutes, les joueurs nont pas lâché. Ils nont pas rechigné à faire les efforts en travaillant ensemble, avec une belle unité. Ils ont su ressortir les ballons, évoluer en contre et être dangereux. On aurait pu même passer un cran au-dessus un peu avant. On a une unité, une alchimie entre les gars et une volonté de travailler à chaque instant.

 Victoire épatante dune équipe dAmiens transformée par Elsner. Marseille aurait certes dû avoir le même penalty quAmiens, le vrai problème cest que monsieur Hamel ne la pas accordé pour une faute similaire sur Germain dans la surface amiénoise, mais comment est-il possible de concéder autant doccasions ? Mandanda cache les errances dune charnière à la ramasse. Si seulement ils étaient les seuls. Par contre, les Amiénois dElsner consolident leur réputation de trouble-fête et pourraient en surprendre dautres cette saison. 

On na pas tout le temps su faire le match quil fallait. On est quand même allé gagner à Metz. Tout nest pas tout noir ou tout blanc. Je pense quon a eu besoin de construire petit à petit. Il est vrai que les grands matches transcendent les joueurs. Cela crée une motivation supplémentaire. Après la victoire contre Lille, il y a une confiance qui sest installée par rapport à notre capacité à rivaliser avec nimporte qui et aujourdhui on la prouvé.

 Des injustices et des incohérences d’arbitrage se multiplient dans les matches de l’OM. À savoir qu’on siffle contre l’OM des fautes qu’on ne siffle pas pour l’OM. Je pense que l’Olympique de Marseille est un grand club. Il est vrai que dans plusieurs championnats et que pour les grandes équipes, l’arbitre a une espèce de pression psychologique qui est inconsciente où il finit par avoir tendance à siffler plus pour la grande équipe. Je pense que l’Olympique de Marseille est devenu un club moyen de par sa direction qui ne fait pas respecter le nom, la marque, l’histoire de l’Olympique de Marseille. Et que du coup, on en arrive à ce genre de situations où dans ce genre de matches, il y aurait dû avoir un penalty pour Valère Germain, ça aurait changé le film du match. Et au final, Marseille part avec une défaite méritée dans le jeu mais où l’arbitre a arbitré d’une manière totalement asymétrique.  Jonathan MacHardy – Source : RMC Sport

Oui, je prends plaisir à travailler avec eux. On a su se serrer les coudes quand cétait dur. Aujourdhui on est amené à savourer un petit peu plus quauparavant. Cela ne remet pas en cause ce que lon a fait de bien ou de mal avant. Ça nous donne une vraie énergie pour continuer. Cest un groupe qui, à vivre au quotidien, est exceptionnel.

Football Club de Marseille, cest le site pour tout savoir de lOM. En temps réel, 7 jours sur 7, la rédaction vous informe de tous les échos autour du seul club français vainqueur de la Ligue des Champions. Tous les matches de lOM sont décortiqués (Live, Débrief à chaud, Notes des joueurs, émission) et le mercato scruté en permanence pour que vous ne ratiez rien ! Sans oublier des dossiers et interviews exclusives sur lOlympique de Marseille.