Échec de la reprise de Whirlpool : à Amiens, les anciens salariés attendent les explications de Macron – Europe 1

Échec de la reprise de Whirlpool : à Amiens, les anciens salariés attendent les explications de Macron - Europe 1

Politique : Emmanuel Macron rencontrera les ex-Whirlpool et WN à Amiens au sein de lusine vendredi matin

Retards des trains, échec de la reprise de Whirlpool, canal Seine-Nord… Avant sa visite de deux jours en Picardie, jeudi 21 et vendredi 22 novembre, le président de la République Emmanuel Macron a accordé un entretien exclusif au Courrier picard.

Emmanuel Macron retourne jeudi à Amiens, sa ville natale, pour enchaîner deux jours de rencontres balayant les enjeux du quinquennat, du social -avec les ex-Whirlpool- à la jeunesse en passant par la crise des territoires.

Dans un entretien accordé mercredi soir au Courrier Picard, Emmanuel Macron expliquait avoir demandé à voir vendredi les ex-salariés de l'usine Whirlpool, "parce que je suis venu en campagne à un moment où ils avaient peur pour leur avenir. Je leur ai tenu un langage de vérité. (…) Et comme eux j'y croyais. Comme eux j'ai été déçu." Le chef de l'Etat dialoguera également avec des étudiants, sur fond de protestation dans plusieurs facs de France, et se rendra dans des quartiers populaires d'Amiens. Une conférence de presse, inédite pour un déplacement en province, clôturera cette visite qui, à la suite du grand débat, doit illustrer la volonté d'"écoute" et d'"apaisement" de l'exécutif, à l'approche de la grève redoutée du 5 décembre à la SNCF et la RATP.

Emmanuel Macron: Je suis un enfant dAmiens

Par cette immersion et en revendiquant la Picardie de son enfance, le chef de lEtat va tenter de casser limage de "président déconnecté" des territoires qui lui colle à la peau depuis le début de son quinquennat.

Il sagit de sa première visite à Amiens depuis un court déplacement en octobre 2017 ayant suivi celui de lentre-deux tours de la présidentielle de 2017, tous deux marqués par le sort de lusine Whirlpool, lun des principaux sites industriels de la ville.

JACQUES DEMARTHON / AFPPopulationAMIENS – Le chef de lEtat est attendu jeudi et vendredi dans la Somme et en particulier à Amiens sa ville natale. Une visite à laquelle se prépare le député apparenté LFI François Ruffin, également originaire de la ville. 2019-11-21T04:32:22.896Z – La rédaction de LCI avec AFPDe retour à sa ville natale. Emmanuel Macron est en déplacement jeudi 21 novembre à Amiens. Il s'agit là de sa première visite depuis octobre 2017 et son court déplacement à l'usine Whirlpool, l'un des principaux sites industriels de la ville en difficulté, où il était venu accompagné d'un repreneur largement aidé par l'Etat et qui devait sauver une partie des emplois. 

Cinq mois après son élection, Emmanuel Macron visitait fièrement lusine avec un repreneur, largement aidé par lEtat, qui devait sauver une partie des emplois. 

Reste à savoir si la carte postale quentend dérouler le président sera fidèle à ses attentes. Car les Gilets jaunes pourraient perturber cet accueil. Sa rencontre avec des étudiants, sur fond de colère dans les facs, pourrait aussi être bousculée. Enfin, son tour de table avec les ex-Whirlpool sannonce tendu. Deux ans après la reprise par la société WN, le site est au quasi-arrêt, malgré les aides de lEtat. Macron avait dit : je vais suivre le dossier de très près. Mais cétait des paroles en lair. Cest ce que la plupart des gens pensent , nous confiait ainsi récemment François Gorlia, délégué syndical CGT. Le président va essayer de trouver des solutions , jure un conseiller, conscient que ce dossier est hyper symbolique .

Deux ans plus tard, cest la liquidation de WN, la société choisie pour reprendre le site, désormais devenu une "usine fantôme", selon Patrice Sinoquet, représentant CFDT.

Après sêtre affiché depuis le début de la semaine entouré de maires, Emmanuel Macron abat une nouvelle carte pour démontrer quil nest pas déconnecté : celle des racines provinciales. En témoigne cette affirmation de son entourage, à la veille de son déplacement à Amiens (Somme) : Il est Picard et fier de lêtre! Si souvent accusé dêtre coupé des territoires, le chef de lEtat va tenter de casser cette image de président des villes en se rendant ce jeudi et vendredi dans sa ville natale, où il na quasiment pas mis les pieds en deux ans.

La rencontre prévue vendredi matin entre Emmanuel Macron et les ex-salariés sannonce rude. "On va lui demander des comptes!", ont-ils prévenu.

Et pour cause, la première fois quil sest rendu sur place, cétait lors de cette fameuse visite entre les deux tours de la présidentielle, le 26 avril 2017, juste après le passage éclair de Marine Le Pen. Une séquence mémorable, où, malgré les invectives, le candidat dEn Marche avait longuement répondu aux salariés. Un tournant dans la campagne. Autour de lui, certains parlent de ce moment comme de la naissance politique dEmmanuel Macron . Un proche résume : Cest un retour au pays natal à tous points de vue.

Le président, lui, va leur dire "quil y a un avenir si on se bat", prévient-il dans un entretien mercredi soir au Courrier Picard: "Cest moi qui ai demandé à les voir. Parce que je suis venu en campagne à un moment où ils avaient peur pour leur avenir. Je leur ai tenu un langage de vérité. (…) Et comme eux jy croyais. Comme eux jai été déçu."

Emmanuel Macron est né dans le quartier Henriville, cet arrondissement prisé par la bourgeoisie moyenne, car proche du centre-ville. La brique rouge des pavillons ouvriers sy efface souvent pour laisser place à la pierre des maisons larges. Lenfance du premier enfant de Jean-Michel et Françoise Macron se déroule entre quelques rues, alors peu passantes. Sa mère le conduit le mercredi au cours de tennis ou aux entraînements de foot ; en fin de journée, cest lheure de la leçon de piano au conservatoire municipal. Au bout du jardin familial, lécole primaire Delpech et, quelques centaines de mètres plus loin, la résidence du même nom, là où Manette, Germaine Noguès, cette grand-mère maternelle adorée, vécut jusquà sa mort en 2013. Dans son appartement, Emmanuel Macron passe déjeuner tous les jours, ses parents travaillant tous les deux comme médecins. Quand, en sixième, il est inscrit au lycée jésuite de La Providence – une exigence de Manette qui veut pour ce petit-fils doué un enseignement stimulant et limpose à sa fille et à son gendre, appréciant, eux, modérément lécole privée –, le collégien continuera dy venir goûter dun chocolat chaud, faisant ses devoirs sous la tutelle de lancienne directrice décole. Cest chez Manette, toujours, que le lycéen, amoureux fou de son enseignante du club théâtre, Brigitte Auzière, trouvera le rare – le seul ? – soutien prêt à abriter leurs rendez-vous secrets. Amiens, et lamour, lamour interdit.

Pas moins de huit ministres laccompagneront, témoignant de la diversité de la dizaine détapes de cette visite marathon. Qui débutera par linauguration du nouveau pôle universitaire de la Citadelle, aménagé par le célèbre architecte Renzo Piano. 

Quand Emmanuel Macron choisit, en avril 2016, de lancer son mouvement politique,  pas à droite, pas à gauche , on lui recommande Le Creusot. Il balaye.  Je voulais le faire à Amiens. Ce nest pas quelque chose dinnocent. Je suis né ici. Jy ai encore une partie de ma famille. Jy ai des attaches fortes. Et cest là que je suis arrivé à la conscience civique , explique-t-il depuis la tribune du parc des expositions. Trois ans plus tard, le président de la République choisit de passer 48 heures dans la cité picarde où il fut élevé, aimé, épié et tellement critiqué. Deux jours où il inaugure, entouré de sept ministres, le pôle universitaire, puis assiste à un spectacle à la cathédrale, visite une maison France Services, présente le financement du canal Seine-Nord, inspecte le dispositif du service national universel, prononce un discours à destination de la jeunesse (Amiens sera en 2020 capitale de la jeunesse européenne) et rencontre une délégation danciens salariés de Whirlpool. Deux jours présidentiels, pleins à craquer, sans lombre dun espace pour laisser ses souvenirs divaguer. Son père, Jean-Michel Macron, divorcé aujourdhui, vit toujours dans la maison familiale.

Le président y dialoguera avec des étudiants, sur fond de protestation dans plusieurs facs après lacte désespéré dun étudiant de 22 ans, qui a tenté de simmoler par le feu à Lyon.

Dans la soirée, Emmanuel Macron sadressera aux jeunes pour lancer les festivités d"Amiens, capitale européenne de la jeunesse 2020".

Plus récemment, le sujet récurrent de la précarité étudiante est tragiquement revenu sur la table, avec l’immolation d’un jeune homme devant le Crous de Lyon. L’action menée par des syndicats étudiants à l’université de Lille pour empêcher la conférence de François Hollande a également rappelé au gouvernement que les braises de la contestation ne demandaient qu’à s’enflammer. Pour calmer la grogne, qui s’est exprimée jusqu’aux grilles de son ministère, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a annoncé la mise en place d’un numéro d’appel d’urgence d’ici la fin de l’année. Insuffisant pour les organisations étudiantes, dont plusieurs ont fait savoir qu’elles se joindraient aux cheminots le 5 décembre pour protester contre la réforme des retraites. 

Avec son épouse Brigitte, également originaire de la ville, il ira auparavant au contact des Amiénois en assistant au son et lumière consacré au 800e anniversaire de la cathédrale, considérée comme lune des plus belles de France.

Malgré ce double discours et la contestation dont fait l’objet sa politique, Emmanuel Macron est relativement épargné par cette tranche d’âge dans les sondages. Dans le dernier baromètre YouGov réalisé pour Le HuffPost, 57% des 18-24 ans portent un mauvais regard sur son action. Un score certes négatif, mais toutefois plus flatteur que celui observé sur les tranches 35-54 ans (70%) et plus de 55 ans (66%). Ce qui montre que le locataire de l’Élysée a encore espace pour se réconcilier avec la jeunesse. À la condition d’apporter des réponses concrètes à ce slogan martelé dans les facs: “la précarité tue”.  

Pour loccasion, dimportantes mesures de sécurité ont été prises dans le centre-ville, où un appel à se rassembler a été lancé sur Facebook par un groupe de "gilets jaunes".

L’histoire de cette relation révèle d’ailleurs un criant paradoxe. Alors que le gouvernement investit considérablement sur cette catégorie de la population, le coût du SNU étant estimé à 1,5 milliard par an, l’ambiance n’est pas tellement à la fête entre Macron et les jeunes. Toutes les organisations de jeunesses sont d’ailleurs opposées depuis le début au SNU, considérant que cet argent devrait être investi ailleurs, et en priorité pour améliorer le quotidien des étudiants. Et ce ne sont pas les images montrant les premiers volontaires s’évanouir sous un soleil de plomb qui devraient les faire changer d’avis. 

"On est très contents que le président vienne, et on le serait encore plus si on peut entrer en contact avec lui et lui dire ce quon vit au quotidien. Car derrière cette vitrine de jolie ville bien propre, il y a des gens qui crèvent de faim, qui dorment dans la rue", a déclaré Mélanie Ngoye-Gaham, porte-parole de ce groupe, "Les réfractaires du 80".

Le contexte appelle à la prudence : des premiers blocages dans des lycées et des facs ont suivi la tentative dimmolation par le feu, vendredi 8 novembre, dAnas K., un étudiant lyonnais qui avait dénoncé sa situation de précarité. Les annonces de la ministre de lenseignement supérieur, Frédérique Vidal, mardi 19 novembre, telle la mise en place dun numéro dappel pour favoriser le recours aux aides durgence, ont été jugées  insuffisantes  par les principaux syndicats étudiants. Des appels à manifester contre la réforme des retraites, le 5 décembre, sont déjà relayés par des organisations de jeunesse.

Macron de retour à Amiens, sa ville natale au coeur des enjeux du quinquennat – Toute lactualité de la Martinique sur Internet

Emmanuel Macron sera accueilli par la maire Brigitte Fouré (UDI), qui vient de recevoir le soutien de LREM pour les municipales. Elle affrontera indirectement la députée LREM Barbara Pompili, qui a indiqué quelle figurerait sur la liste concurrente de Christophe Porquier, ex-EELV, ex-vice-président de la région Picardie.

François Ruffin, député apparenté LFI de la Somme, a accusé mercredi Emmanuel Macron de venir à Amiens pour "lancer la campagne" de Brigitte Fouré et de confondre "politique partisane et rôle du chef de lEtat".

Pas de mots assez durs non plus contre le plan  Bienvenue en France , qui a prévu, il y a un an, daugmenter les droits dinscription des étudiants étrangers. Dautres réformes ont connu un baptême du feu difficile : celle de Parcoursup en 2018, qui a bouleversé les règles à lentrée des facs ; celles du lycée et du bac en cette rentrée. Sans compter les grèves pour le climat qui ont vu une partie de la jeunesse se mobiliser au printemps.

Emmanuel Macron à Amiens Nord : “Ouvrez vos oreilles Monsieur le président”

Vendredi matin, le chef de lEtat se rendra dans les quartiers populaires du nord dAmiens pour inaugurer une maison France Services, qui regroupe plusieurs services publics comme la Poste, Pôle Emploi ou lassurance-maladie.

Dans son entretien au Courrier Picard, Emmanuel Macron décrit ensuite “une terre qui a beaucoup souffert, mais qui se relève avec beaucoup de courage et dambition”. Une référence, sans doute, aux ex-salariés de Whirlpool quil doit rencontrer dans la journée, deux ans après la liquidation de lusine. Cette rencontre symbolique avec une délégation danciens syndicalistes, plus de deux ans et demi après son déplacement dans lentre-deux tours de la présidentielle, sera sans doute le point dorgue de sa visite en terre picarde.

Visite dE.Macron à Amiens Nord : “Dans le quartier, tout le monde a perdu espoir”

Enfin, Emmanuel Macron se penchera sur deux dossiers liés aux transports: lamélioration des dessertes ferroviaires dans la Somme, avec le nouveau PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, et le financement du canal Seine-Nord.

Emmanuel Macron, de retour au pays picard. Du moins, cest le narratif que cherche à composer lElysée en organisant, ce jeudi et ce vendredi, une visite de 48 heures du chef de lÉtat à Amiens, sa ville de naissance. Au menu, beaucoup de déambulation, quelques prises de parole officielles, linauguration du pôle universitaire, un spectacle à la cathédrale… Et, surtout, un objectif: mettre à mal limage de président déconnecté des territoires dont a été lesté le locataire de lElysée.

Cette "autoroute fluviale, longue de 107 kilomètres entre Compiègne (Oise) et Aubencheul-au-Bac (Nord), doit faciliter le transport de marchandises entre les pays du Benelux et la région parisienne, et décharger lautoroute A1 de 500.000 camions par an. 

Doù lidée de ne pas venir les mains vides. Parmi les dossiers locaux à traiter, il y a celui du canal Seine-Nord, projet en chantier de longue date. Dans un entretien accordé à La Voix du Nord, la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne – qui sera du déplacement, avec sept autres membres du gouvernement – a affirmé quEmmanuel Macron rendrait “le projet irréversible”. Le nouveau PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farrandou, fera partie de laréopage présidentiel. 

Le chef de lEtat devrait annoncer la finalisation de son financement, évalué à cinq milliards deuros, pour une ouverture du canal dans une dizaine dannées.

Une conférence de presse, inédite pour un déplacement en province, clôturera cette visite qui, à la suite du grand débat, doit illustrer la volonté d"écoute" et d"apaisement" de lexécutif, à lapproche de la grève redoutée du 5 décembre à la SNCF et la RATP.