A Amiens, Macron tente de déminer la colère étudiante avant les manifestations du 5 décembre – Le Monde

A Amiens, Macron tente de déminer la colère étudiante avant les manifestations du 5 décembre - Le Monde

VISITE : Brigitte Macron sest rendue dans des classes spécialisées à Amiens

Le président de la République Emmanuel Macron se rend à Amiens les jeudi 21 et vendredi 22 novembre.

Le jeudi 21 novembre, il inaugurera le pôle universitaire installé au cœur de la citadelle d’Amiens, il participera au lancement de Chroma et se rendra au cirque pour assister à la cérémonie d’ouverture d’« Amiens for Youth », capitale européenne de la jeunesse.

Tout commence en janvier 2017, lorsque le géant américain de lélectroménager Whirlpool annonce la fermeture de son usine dAmiens et le transfert de la production de sèche-linge en Pologne. Une délocalisation qui frappe une ville déjà touchée par la fermeture de lusine Goodyear en 2014 (plus de 1100 postes supprimés). Rapidement, le dossier prend un tour politique, Marine Le Pen et Emmanuel Macron se rendant sur place entre les deux tours de la présidentielle. Il le gardera.

Le vendredi 22 novembre, il inaugurera le premier espace France Services à Amiens avant de participer à la réunion du comité stratégique du Canal Seine-Nord Europe à Nesle.

Lire aussi : Emmanuel Macron de retour à Amiens, sa ville natale au cœur des enjeux du quinquennat

Ils étaient 282 à œuvrer dans lusine Whirlpool dAmiens en 2017 ; aujourdhui, seuls 44 rescapés travaillent sur le site, pour la société Ageco Agencement. Ces deux chiffres résument à eux seuls les tribulations de cette difficile reconversion.

Video: Les ex-salariés de Whirlpool attendent Emmanuel Macron de pied ferme

De grosses perturbations sont à craindre pour les automobilistes. La Préfecture de la Somme le reconnaît en des termes plus contenus :

Ces événements entraînent des déplacements importants de participants et spectateurs qui généreront une hausse du trafic routier et des stationnements dans Amiens. Du fait de la forte affluence attendue lors de ces événements, des difficultés passagères de circulation et des ralentissements lors des flux d’arrivée et de sortie peuvent survenir. De la même façon des difficultés de stationnement peuvent être rencontrées.

 A Whirlpool, Macron viendra contempler le fiasco de sa politique : celle qui ne met aucune limite à la mondialisation sauvage et qui abandonne lindustrie française , a tweeté lex-candidate à la présidentielle Marine Le Pen, qui avait défié Emmanuel Macron chez Whirlpool lors de lentre-deux-tours. A quelques kilomètres de luniversité, une petite centaine danciens salariés de lusine, des  gilets jaunes , lycéens, militants CGT et Sud-Solidaires se sont rassemblés dans le calme.

Whirlpool : Emmanuel Macron reconnait un “échec” et se dit “déçu”

Pour toute information, le public est invité à contacter le 03 22 97 80 80 (standard de la préfecture).

A la veille de la venue d'Emmanuel Macron à Amiens, d'ex-salariés de Whirlpool sont venus manifester sur le site. Ils jugent le président en partie responsable du fiasco de la reprise, qui a amené au licenciement de la quasi-totalité des salariés.

Une fois quil est parti, on a vite déchanté : à Amiens, Macron attendu de pied ferme par les ex-Whirlpool

La scène est restée comme lune des séquences fortes de lentre-deux tours. Le 26 avril, en pleine campagne présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen sétaient livrés à une bataille de communication sur le site de Whirlpool, à Amiens.

Jeudi devant des étudiants à Amiens, Emmanuel Macron a déploré que la France soit actuellement un “pays trop négatif”. “Est-ce que les choses sont moins bien quil y a 20 ans? Faux”, a-t-il martelé.

Alors que le premier était en réunion à huis-clos avec lintersyndicale des salariés de Whirlpool, la présidente du Front national sétait invitée devant le site de lentreprise, pour soffrir un bain de foule, saluant des salariés «qui résistent à cette mondialisation sauvage». «Je ne suis pas avec des représentants qui mangent des petits fours», avait alors déclaré Marine Le Pen, passant une quinzaine de minutes sur place et multipliant les selfies. Le futur président avait de son côté dénoncé une «utilisation politique», et ses équipes de campagne avaient diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle on voit Emmanuel Macron sengager à se rendre sur place dans laprès-midi, ce quil fit. 

“On demandait juste une délégation, on nallait rien faire!”, sest indigné Frédéric Chanterelle, délégué CDFT ex-Whirlpool, dénonçant la “grosse escroquerie” de la reprise de 182 anciens salariés par WN, qui sest soldée par la liquidation de cette entreprise en août, faute de débouchés commerciaux. Seulement 44 emplois ont été sauvés par un deuxième repreneur, Ageco Agencement.

Baisse des APL : Emmanuel Macron reconnaît “traîner un boulet”

MLP=10 min avec ses adhérents sur un parking devant caméras ; moi=1h15 de travail avec les syndicats sans presse. Le 7/05, chacun choisira. pic.twitter.com/VgOd3mdltJ

La suite, tout le monde la connaît : en 2018, le projet de reprise – soutenu par Emmanuel Macron – de lindustriel picard Nicolas Decayeux, qui prévoyait de réembaucher 277 salariés, soit la quasi-totalité des effectifs, vire au fiasco. Lentreprise de Decayeux a été liquidée et ses divers projets nont jamais vu le jour.

Aujourdhui, le bilan est cruel : seuls 44 salariés ont été repris par un fabricant de mobilier pour entreprises, Ageco. Les autres ont été licenciés. Documents à lappui, les anciens salariés sont convaincus que le projet du chef dentreprise picard était une coquille vide. Cest la raison pour laquelle une petite centaine dentre eux manifestaient, ce 21 novembre, devant le site de leur ancienne entreprise. «Whirlpool fabrique des chômeurs», pouvait-on lire sur la banderole de tête.

Même chose pour la chambre de commerce et dindustrie locale, qui la vu pour la dernière fois il y a cinq mois lors dune audience au tribunal de commerce dAmiens. Une situation qui scandalise les habitants : "Il a des responsabilités, il doit les prendre ! Il a des comptes à rendre", lance cet Amiénois. "Il doit se manifester, assumer, la meilleure des choses est de ne pas faire lautruche", ajoute un autre. Quant aux anciens Whirlpool, ils sont en colère : "Il [Nicolas Decayeux] est terré dans un trou, il ne veut plus parler à personne, mais il sen est mis plein les poches et sest barré avec largent du contribuable !", tonne Tonio, ancien délégué CGT du site. 

«Pourquoi il nous a fait autant de promesses il y a deux ans?», sinterroge Patrice Sinoquet, représentant CFDT Whirlpool.

Alors quil prévoyait de réembaucher 277 salariés Whirlpool, WN est placée en liquidation judiciaire un an après la reprise du site, et ce malgré plusieurs millions deuros daide de lÉtat, et lappui du président de la République. Depuis, Nicolas Decayeux est devenu un fantôme : plus dadresse mail valide et encore moins de téléphone. Même Brigitte Fourré, la maire dAmiens, na pas "la moindre nouvelle du chef dentreprise depuis plusieurs mois". Même si "elle a cherché à rester en contact, [elle] ne sait pas ce quil devient". 

Le message d'un ex-salarié de Whirlpool à #Macron lors de sa visite à #Amiens aujourd'hui "UNE GROSSE ESCROQUERIE"👏👍#Giletsjaunes#Francepic.twitter.com/UZmoRR78qX

«On a appelé au secours, été reçus au ministère mais ils ont mis plusieurs mois à bouger. Pendant ce temps, Decayeux assurait signer plein de contrats», déplore un représentant de la CGT. «On en a gros et on en a marre», résume un manifestant sur place au micro des chaines dinformation.

Le message d'un ex-salarié de Whirlpool à #Macron lors de sa visite à #Amiens aujourd'hui "UNE GROSSE ESCROQUERIE"👏👍#Giletsjaunes#Francepic.twitter.com/UZmoRR78qX

De son côté, Whirlpool assure que son plan était «conforme à la loi». Alors quune enquête pour «abus de biens sociaux» a été ouverte par le parquet dAmiens, lavocat des anciens salariés conteste aux prudhommes le motif économique des licenciements prononcés et a engagé une procédure «en responsabilité» au TGI dAmiens.

Le 22 novembre, le chef de lEtat est donc attendu de pied ferme dans sa ville natale par les anciens salariés. «C’est moi qui ai demandé à les voir. Parce que je suis venu en campagne à un moment où ils avaient peur pour leur avenir. Je leur ai tenu un langage de vérité. […] Et comme eux, j’y croyais. Comme eux, j’ai été déçu », a-t-il expliqué dans un entretien au Courrier Picard.

Macron tente de calmer la colère étudiante

Le chef de lEtat cherche à casser son image de «président des métropoles» déconnecté des campagnes. Pas sûr que cette opération de communication suffise à rassurer les anciens salariés de Whirlpool.

Emmanuel Macron reconnaît traîner la baisse des APL comme un boulet

Lire aussi : Manifestation du 5 décembre : Macron bouscule son agenda et nira pas à la COP25

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.