Qui est Jean Leonetti, le nouveau patron (provisoire) des Républicains ? – La Tribune Marseille

Qui est Jean Leonetti, le nouveau patron (provisoire) des Républicains ? - La Tribune Marseille

Jean Leonetti, maire dAntibes, nouveau président par intérim de LR

CONTRE-POINT – La démission de Laurent Wauquiez ne clôt pas à elle seule le débat de fond sur lidentité de la droite. Au contraire, elle le permet.

Lhypothèque Wauquiez est levée ; le sort de la droite est loin dêtre réglé. Une démission nest jamais à elle seule la solution à une crise, mais elle peut en être le préalable. Le président des Républicains a bien dû admettre quen saccrochant à sa fonction il narriverait ni à corriger son image personnelle ni à redresser son parti.

“Cette démission de Wauquiez était inévitable. Nous tendons la main à tous les cadres et électeurs LR patriotes, attachés à la défense de notre identité, à la fin du matraquage fiscal et à la restauration de la grandeur française. Lalternative à Macron est possible”, a déclaré Marine Le Pen sur Twitter.

Une semaine pour décider, cest finalement assez rapide. Toutes les figures LR, toutes sensibilités confondues, voulaient et attendaient cette démission ; ils ont eu lintelligence, peut-être lélégance, dattendre quelle vienne de lintéressé lui-même. Laurent Wauquiez voulait et espérer tenir, au moins jusquà la rentrée ; il a eu lintelligence de comprendre quil navait pas intérêt à laisser pourrir la situation ; et peut-être lélégance de ne pas ajouter aux malheurs de la droite en livrant une guerre de tranchées.

Les récents départs de chez Les Républicains se sont faits au profit des Macronistes ou du mouvement Agir. En janvier toutefois, lancien ministre Thierry Mariani et lex-député Jean-Paul Garraud avaient annoncé rejoindre la liste du Rassemblement national pour les Elections européennes. 

Comme Nicolas Sarkozy après les européennes de 1999, comme Alain Juppé après les législatives de 1997, comme Jean-François Copé après …

“Inévitable”, cest ainsi que Marine Le Pen qualifie la démission de Laurent Wauquiez, ce dimanche de la présidence du parti Les Républicains. La cheffe du Rassemblement national en profite pour lancer un appel à tous “les cadres et électeurs LR patriotes” à rejoindre son mouvement.

Tous les autres États membres del'UE à part l'Italie disposent d'une Droite forte souvent au pouvoir. Le PPE qui rassemble les partis de droite européens au Parlement européen est le groupe politique le plus nombreux. Et avec ça on voudrait nous faire croire que la droite esT en crise? Ridicule. Ce qui est en crise en France c'est le parti LR et des dirigeants qui ne sont pas vraiment de droite. Pour renaitre -sous un autre nom et avec de nouvelles têtes – la droite doit tout simplement reprendre à son compte les programmes économique et politique des droites au pouvoir dans les autres États membres et arrêter de s'excuser d'être de droite et en être fier: libéraux sur le plan économique; conservateurs sur le plan social en étant très ferme sur l'migration et l-islam et pro-européens. Pas très compliqué.

Un peu plus tôt dans la soirée, sa nièce Marion Maréchal a justement plaidé pour une union des droites et appelé le Rassemblement national à trouver un compromis avec dautres partis “pour contrer le grand projet progressiste quest en train de mettre en place Emmanuel Macron”.

Laurent Wauquiez, léchec du à droite toute

Tous les autres États membres del'UE à part l'Italie disposent d'une Droite forte souvent au pouvoir. A part l'Italie ? Expliquez !

Au moins aura-t-il réussi à rétablir, en partie, les comptes du parti exsangues après les législatives de 2017. Mais il laisse la droite dans un état pire encore que celui de 2017. Laurent Wauquiez ne sera pas parvenu à faire revenir au bercail les électeurs fillonistes qui, en 2017 comme aux européennes, ont fait le choix de la République en marche. Avec Fillon, on a eu Hiroshima et là, on vient de se prendre la deuxième avec Nagasaki. Cest peu de dire que nous sommes en ruines, se désole un élu parisien, qui sinterroge sur la reconstruction du parti. Avec qui et comment ?. Une direction intérimaire du parti devrait se mettre en place très rapidement avec, à sa tête, un triumvirat composé des deux présidents de groupe parlementaire, Christian Jacob pour lAssemblée nationale et Gérard Larcher pour le Sénat, et dun troisième homme censé jouer les messieurs bons offices. Eric Woerth, le président de la commission des Finances de lAssemblée nationale, sera probablement ce conciliateur.

Il faut créer un parti libéral écologiste. C'est l'avenir. Avec LREM Cest la concentration du pouvoir, la fin de la liberté d'expression, y compris pour les journalistes convoqués. Un dictateur aux commandes. Un parti qui n'existe pas avec l'interdiction pour les députés d'avoir une liberté d'expression.

Son sort était en sursis depuis la cuisante défaite des européennes. Cette élection est un échec. Il faut le reconnaître. Jai décidé de prendre du recul. Je me retire de mes fonctions de président des Républicains, a annoncé Laurent Wauquiez dimanche au journal de 20 heures de TF1. Depuis une semaine, ses adversaires au sein du parti Les Républicains comme ceux qui lavaient soutenu lors de lélection interne en décembre 2017 attendaient quil annonce son départ, y voyant la seule issue pour enrayer la descente aux enfers du parti de droite depuis la double défaite de 2017, à la présidentielle et aux législatives.

Après le fiasco, Laurent Wauquiez quitte le bateau

Vous n'êtes-pas obligé de poster votre commentaire trois fois de suite ! Alzheimer ou Parkinson ?

Le patron des LR se prend une première fois les pieds dans le tapis en février 2018, lorsque sont rendus publics ses échanges avec les étudiants dune école de commerce de Lyon. Il dézingue à tout va, y compris lintouchable Nicolas Sarkozy. Depuis son accession à la tête de LR, le normalien, agrégé dhistoire, propulsé en politique par le centriste Jacques Barrot, nest jamais parvenu à convaincre les sympathisants LR de sa bonne foi. Pire encore, le peuple de droite le jugeait insincère. Dans les enquêtes de popularité, le leader du parti qui se voulait celui de lalternance stagnait en queue de peloton.

Il faut créer un parti libéral écologiste. C'est l'avenir. Avec LREM Cest la concentration du pouvoir, la fin de la liberté d'expression, y compris pour les journalistes convoqués. Un dictateur aux commandes. Un parti qui n'existe pas avec l'interdiction pour les députés d'avoir une liberté d'expression.

Une formation politique quil ne sera jamais vraiment parvenu à remettre sur le devant de la scène en dix-huit mois. Elu face à deux candidats mineurs, le président de la région Auvergne Rhône-Alpes se hisse certes à la tête du parti avec 74,64% des voix, mais avec une participation de seulement 42,46%. Début 2018, une série délections législatives partielles plutôt bien négociées par LR conforte lex-ministre de Nicolas Sarkozy, 44 ans, dans son discours dune droite des valeurs qui ne pourra renouer avec les succès électoraux quen saffirmant.

Il faut créer un parti libéral écologiste. C'est l'avenir. Avec LREM Cest la concentration du pouvoir, la fin de la liberté d'expression, y compris pour les journalistes convoqués. Un dictateur aux commandes. Un parti qui n'existe pas avec l'interdiction pour les députés d'avoir une liberté d'expression.

Selon une enquête Ifop pour le Journal du Dimanche, les Français jugent systématiquement, sur plusieurs sujets, le parti Les Républicains moins crédible que La République en marche ou le Rassemblement national. Et la question du leadership est loin dêtre réglée, puisque Nicolas Sarkozy est toujours perçu comme celui qui incarne le mieux la droite.

L'alliance d'une partie de cette droite avec le RN est inévitable. Si elle l'avait fait quand elle était en position de force par rapport au FN, la droite n'en serait pas où elle est aujourd'hui… Mais pour cela il faut des convictions et du courage. En tout cas ce n'est pas Larcher, Pécresse ou autre Bertrand qui risquent de faire revenir les macron-compatibles en se positionnant plus au centre. Voilà une idée absurde.

Depuis une semaine, il ne se passait donc plus un jour sans un nouvel incendie dans la maison LR. Cest une vingtaine de députés qui menacent de créer un sous-groupe à lAssemblée. Ou bien lappel, vendredi, dune dizaine de jeunes députés à mettre en place un comité de renouvellement. Cest, ce week-end, les défections délus locaux qui se sont multipliées avec, en ligne de mire, les municipales de 2020 ou les départementales et régionales de 2021. Eric Berdoati, maire de Saint-Cloud et président de la majorité LR au conseil départemental des Hauts-de-Seine, a annoncé son départ. Dans sa foulée, toute la droite des Hauts-de-Seine, fief historique et symbolique, menaçait de faire de même. Le maire de Quimper, Ludovic Jolivet, a lui aussi officialisé son départ de LR pour Agir, le parti de ces ex-LR désormais intégrés à la majorité présidentielle. Dans une interview au Journal du dimanche, Eric Woerth, président de la commission des finances de lAssemblée, sétait, lui, fendu dune nouvelle charge : Jentends beaucoup de mes amis mettre en garde contre la guerre des chefs. Cest aussi une formule bien pratique pour ne rien changer. […] Chacun doit prendre ses responsabilités à la place où il est, et Laurent Wauquiez le premier. Oui, il faut le dire, il y a aussi un problème de leadership, estimait-il tout en en appelant à la mise en place dune direction transitoire. On voit bien que cela se fissure de partout et si lon ne veut pas que cela sagrandisse, il ny a quune seule solution : que Laurent Wauquiez démissionne de lui-même, tranchait un de ses anciens soutiens avant lannonce à TF1.

Laurent Wauquiez : chronique dun divorce annoncé et boulettes en série

C'est simple : S'il y a une valeur de départ pour reconstruire les LR, c'est le refus de la relance keynésienne que Macron vient clairement de rallier en cédant sans contrepartie 17Mds dr pouvoir d'achat ! Comme Macron rejoint ainsi le RN et la France insoumise, les LR auraient ainsi un positionnement bien tranché et bien de droite !

Il aura tenu moins dune semaine. Poussé de toutes parts à quitter la présidence de Les Républicains après sa débâcle historique aux européennes, Laurent Wauquiez a annoncé dimanche soir sur TF1 quil abandonnait le poste quil occupait depuis décembre 2017. Jai décidé de prendre du recul. Je me retire de mes fonctions, a-t-il affirmé, la voix tremblante. Dimanche dernier, au soir dun scrutin européenne qui avait vu sa formation arriver derrière les écologistes, très loin derrière le RN et LREM, Wauquiez avait pourtant refusé de sen aller : Nous navons pas pu faire entendre notre voix, broyée par le duel entre le RN et LREM, avait-il simplement constaté. Dimanche soir, sur TF1, il en a finalement convenu : Ces élections, cest un échec, cest pas facile, mais il faut le reconnaître avec humilité. Les victoires, elles sont collectives, les défaites, elles sont solitaires. Cest comme ça. Il faut que je prenne mes responsabilités.

C'est la fin. Ils vont faire un comité savant pour essayer de trouver les idées qu'ils n'ont pas eux mêmes. Comme le PS avait eu son espèce d'assemblée dissolvante.

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a passé une semaine post-électorale sous pression et il sapprêtait à en vivre une deuxième très compliquée. Premier à appeler, deux jours après le scrutin européen, à reconstruire un projet qui rassemble la droite et le centre au-delà de LR, le président du Sénat, Gérard Larcher, doit réunir mardi soir dans un hôtel parisien les principaux leaders du parti, dont les dirigeants des groupes LR à lAssemblée et au Sénat, Christian Jacob et Bruno Retailleau, ainsi que des présidents de région, comme Valérie Pécresse (Ile-de-France), le centriste Hervé Morin (Normandie), Renaud Muselier (Paca), Christelle Morançais (Pays de la Loire). Wauquiez devait aussi y participer en tant que patron de sa région. Xavier Bertrand, à la tête des Hauts-de-France, un temps annoncé, sétait fait porter pâle… Il ne veut pas donner limpression de se précipiter sur un cadavre encore chaud, confie un de ses proches.

Pas besoin de grand débat pour connaitre l'orientation que les électeurs de droite souhaitent dans leur parti. L'Italie, puis la Grèce donnent le cap à suivre sans discution possible. Pourquoi refuser la réalité. A quoi servent des élections en France si on se masturbe à chercher un vote utile au lieu de voter pour le parti le plus proche de ses idées. C'est un déni du sens démocratique des élections et toujours une supercherie électorale du parti au pouvoir. On ne peut pas insulter en permanence les électeurs de droite qui sont aussi pour le progrès , la création d'emplois avec des d'entreprises multisectorielles "PME" qui assurent le développement économique dans les villes de province.

A lantenne, dimanche soir, Wauquiez sest défendu de toute amertume ou aigreur contre les membres de sa famille politique. Je ne veux pas être un obstacle, à aucun prix, a-t-il souligné, affichant ainsi son isolement dans une famille politique dont il na pu enrayer le déclin électoral. Assurant vouloir rester au sein de LR pour que la droite se reconstruise, il a insisté sur le besoin, selon lui, de clarté : pour reconquérir un électorat parti dun côté à LREM, de lautre au RN, il ne faut pas, a-t-il dit, une droite qui se renie, pas une droite qui cherche à dire à chacun ce quil a envie dentendre. Je ne crois pas que la droite se reconstruira si elle na pas les idées claires.

Le Pen ou Macron incarnent mieux la droite que Wauquiez, selon un sondage

Même si je le trouve insupportable, je salue sa sage décision. Il reste maintenant à espérer que les LR – peut-être faudrait-il changer ce nom choisi par N.Sarkozy ? – fassent preuve d'imagination et deviennent une machine de guerre: n'y a-t-il pas de "Macron – Rastignac " au sein de ce parti?

Depuis son élection, lancien ministre de Nicolas Sarkozy a été la cible de critiques concernant sa ligne droitière et une gouvernance jugée solitaire à la tête du parti. Lors de son intervention sur TF1, le président des Républicains a déclaré quil allait désormais retrouver [s]es racines et [s]e consacrer à [s]e battre pour les habitants qui [lui] ont fait confiance. Mais pour Aurore Bergé, porte-parole de La République en Marche, la question ne se réduit pas à lavenir de Laurent Wauquiez (…) La question est celle dune ligne politique de plus en plus rétrécie qui a naturellement conduit au choix de Wauquiez et de Bellamy. Et au départ progressif délus et délecteurs.

Retour d une droite molle, la plus bete du monde, qui va devoir faire de sacrees accrobaties pour expliquer en quoi ils sont differents d en marche.

Dautres partis ont, quant à eux, profité de cette annonce pour appeler les électeurs des Républicains à les rejoindre. Marine Le Pen, pour qui cette démission était inévitable, a, la première, appeler à rejoindre le Rassemblement National. Nous tendons la main à tous les cadres et électeurs LR patriotes, attachés à la défense de notre identité, à la fin du matraquage fiscal et à la restauration de la grandeur française, précisant que lalternative à Macron est possible. La présidente du RN a ensuite été suivie par Gilbert Collard qui a également assuré: Nous sommes maintenant les seuls à pouvoir les défendre face à Macron.

La droite que vous qualifiez de molle est en position de force au sein de lrem. Lautre est moribonde et fusionnera avec le RN ..

C'était la droite dure avec Bellamy ? Relisez sa profession de foi et vous y verrez immédiatement le mot "centre" et le centre est avec MACRON.

Quelle énorme erreur!!! Le Centre des "mous", qui a toujours trahï la Droite revient en force, alors que ces pantouflards sans conviction ne sont jamais venus supporter Bellamy durant cette campagne!… Je suis du monde paysan, celui où une parole donnée ne souffre aucune compromission!!! Ce soir, plus de 185 personnes de ma "famille" vont se rapprocher du RN et de DLF!!! Plus aucune cotisation n'ira aux LR. Et sans le nerf de la guerre, vous devinez la débâcle prévisible!!!…

C'est le macronisme. Tu suis le chef et tu raies le point d'interrogation de l'alphabet …

La ligne de LR est simple , il faut combattre l' immigration massive , lutter pied a pied contre l'islamisation du pays ,s'engager a remettre de l'ordre notamment dans les cités aux mains des trafiquants et des islamistes ,refuser de faire entrer les jihadistes en France,durcir les sanctions refuser la GPA commerce du corps des femmes et des enfants , pour la partie économique revenir aux 39 heures revoir les retraites en proposant un départ au choix ,avec un montant lié au montant des cotisations ,supprimer ou revoir les seuil sociaux dans les entreprises afin de ne plus avoir le record du monde d'entreprises de 49 personnes ,et réduire la dette donc le nombre de fonctionnaires , aucun des deux partits LREM ou RN ne sont sur ces lignes .

Super ! Juste une question : pourquoi n'ont-ils pas fait tout cela lorsqu'il était au pouvoir ?…

La lune de miel est de courte durée pour le nouveau président des Républicains. Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, annonce le 11 décembre quil quitte le parti de droite.  Je ne reconnais plus ma famille politique, donc jai décidé de la quitter , explique celui qui na jamais caché son animosité envers la ligne droitière de Laurent Wauquiez.  Il le dit lui-même et même Marion Maréchal-Le Pen se dit prête à travailler avec lui ! Mais il ny a pas que ça : il est le candidat de Sens commun. Jai du respect pour chacun, mais la laïcité dans les partis politiques aussi, ça ferait du bien , poursuit Xavier Bertrand.

Et on retire nos soldats d'Afrique et du Moyen-Orient? Et on arrête de faire du business avrc le Qatar et l'Arabie Saoudite qui financent les islamistes? On s'excuse pour le fiasco libyen et syrien? On arrête de suivre nos maîtres américains dans leur guerre contre les pays arabes qui ont la malchance d'avoir des ressources naturelles???

 Cette élection est un échec . Cest par ces mots, prononcés dimanche 2 juin sur le plateau de TF1, que Laurent Wauquiez a annoncé sa démission de la présidence des Républicains, une semaine après la déroute de son parti aux élections européennes. Interrogé sur son avenir politique, Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a affirmé quil allait poursuivre son mandat local :  Je me suis toujours construit par le terrain. Quest-ce que je vais faire ? Je vais my consacrer, à me battre pour ces habitants qui mont fait confiance. 

A force de vouloir etre equilibriste on tombe dans l'ennui. Ce qui va arriver à Macron. Que LR trouve une modalité de fonctionnement avec RN, et on le verra de suite.

Le maire de Saint-Cloud, Eric Berdoati, quitte Les Républicains

la droite de Wauquiez rejoindra le RN , cette droite dure refuse le pacte de Marrakech , c'est aussi simple que ça inutile de tergiverser , d'analyser , de tenter de comprendre l'électorat droite véritable la droite gaulliste ne veut pas, pas plus que De Gaulle, d'un Colombey les deux Mosquées

Vous êtes bien naïf: même si le RN accédait au pouvoir il ny aurait aucun changement puisque tout est déterminé au niveau de lUE et de Schengen… et que MLP a annoncé quelle renonçait définitivement à la sortie dUE. Donc quitter LR pour aller chez RN ne sert à rien. La seule vraie opposition cest le FREXIT.

LR. Éric Woerth invite Laurent Wauquiez à prendre ses responsabilités

Votre demande dinscription aux newsletters de Nice-Matin et Var-Matin à bien été prise en compte.