Jean Leonetti, maire dAntibes, nouveau président du parti Les Républicains par intérim – France Bleu

Jean Leonetti, maire d\Antibes, nouveau président du parti Les Républicains par intérim - France Bleu

Éditorial : La droite doit retrouver le chemin des Français

Sabonner Actualité Sport Rugby Football Basket Handball Cyclisme Course À Pied Athlétisme Auto-Moto Judo Faits divers Sorties Grand-Angoulême Angoulême Balzac Brie Champniers Claix Dirac Fléac Garat Gond-Pontouvre La Couronne Linars L'Isle-d'Espagnac Magnac-sur-Touvre Mornac Mouthiers sur Boëme Nersac Puymoyen Roullet-saint-Estephe Ruelle-sur-Touvre Saint-Michel Saint-Saturnin Saint-Yrieix-sur-Charente Soyaux Touvre Voeuil-et-Giget Grand-Cognac Chateaubernard Châteauneuf-sur-Charente Cognac Jarnac Segonzac Rouillac Val de Tardoire La Rochefoucauld en Angoumois Montbron Sud-Barbezieux Aubeterre-sur-Dronne Baignes-Sainte-Radegonde Barbezieux Saint-Hilaire Brossac Chalais Côteaux du Blanzacais Montmoreau Val-des-Vignes Villebois-Lavalette Nord Ruffécois Aigre – Villejésus Courcôme Mansle Nanteuil-en-Vallée Ruffec Saint-Amant-de-Boixe Vars Villefagnan Charente Limousine Chabanais Champagne-Mouton Chasseneuil-sur-Bonnieure Confolens Montemboeuf Terres de Haute Charente Saint-Claud Connexion me connecter m'inscrire voir mon profil gérer mon abonnement me déconnecter Mabonner Mes services Le Journal Les articles abonnés Rubriques Actualité Sport Fait Divers Sorties Annonces Carnet Connexion me connecter m'inscrire voir mon profil gérer mon abonnement me déconnecter Mabonner Mes services Le Journal Les articles abonnés Rubriques Actualité Sport Fait Divers Sorties Annonces Carnet Editorial Le double échec de Laurent Wauquiez [Le point de vue de CL] Photo AFP 13 Par Dominique GARRAUD, publié le 2 juin 2019 à 23h19, modifié le3 juin 2019. Les victoires sont collectives, les défaites sont solitaires. En annonçant hier soir sa démission, Laurent Wauquiez avait perdu de la superbe quil a affichée durant deux ans à la tête des Républicains… jusquau séisme des Européennes et les 8% de la liste conduite par François-Xavier Bellamy.

Depuis dimanche dernier, la pression se faisait maximale pour le pousser au départ, à limage de Nicolas Sarkozy démissionnant de la présidence du RPR en 1999 après un revers de moindre ampleur aux Européennes. Entre lhémorragie en cours dans les rangs de LR et lobjectif sans ambiguïté dEn Marche de siphonner les restes dune droite républicaine en lambeaux, Laurent Wauquiez nétait décidément plus lhomme de la situation pour garantir lavenir des Républicains.

“Les victoires sont collectives, les défaites sont solitaires. Il faut que je prenne mes responsabilités: (…) je vais prendre du recul. Je me retire de mes fonctions de président des Républicains”, a déclaré celui qui a pris la tête du parti en 2018, pressé depuis une semaine de quitter ses fonctions à la tête de LR par plusieurs personnalités de droite.

Après avoir cru à un réveil de la droite sur la base de sondages cruellement démentis par le vote, Laurent Wauquiez assume un double échec, celui des Européennes mais aussi dune stratégie à droite toute censée séduire un électorat du Rassemblement National bien plus stable quil ne le pensait. à larrivée, LR sest trouvée réduite dans les urnes à la droite Trocadero (dixit le Premier ministre ex-LR Édouard Philippe), celle de François Fillon, cornerisée entre le RN et une majorité renforcée au centre-droit.

La liste conduite par le jeune philosophe conservateur François-Xavier Bellamy na obtenu que 8,48% des suffrages exprimés, score historiquement bas pour ce parti qui a souvent été au pouvoir jusquen 2012.  

Déchu en partie par son propre aveuglement, Laurent Wauquiez est surtout une victime directe de la recomposition à marche forcée du paysage politique depuis 2017. Un acte 2 de cette recomposition a débuté aux Européennes qui se prolongera avec les municipales de lan prochain. Tous ceux qui ne seront pas avec Macron, seront ses ennemis a déjà prévenu Gilles Boyer, un proche dÉdouard Philippe.

Laurent Wauquiez a annoncé dimanche sur TF1 sa démission de la présidence des Républicains (LR), une semaine après la déroute historique du parti (8,48%) aux élections européennes.

Laurent Wauquiez désormais hors-jeu, la droite républicaine va devoir rapidement trouver une direction de remplacement, en termes déquipe mais surtout de programme. Dautant plus vite que les offres de service se multiplient pour fédérer les droites, comme celle dhier soir de Marion Maréchal, visiblement de retour, moins le Pen que jamais mais déterminée à marcher à la fois sur les plates-bandes de sa tante et dune droite républicaine en état de choc.

Bien sûr, rien nobligeait Laurent Wauquiez à démissionner. Après la défaite de 2017, quand les chefs encore debout des Républicains se regardaient en chiens de faïence, lui navait pas hésité à relever le gant. Et les militants de son parti lui en avaient su gré en lélisant triomphalement à leur tête. On connaît la suite: ses choix programmatiques contestés, sa difficulté à simposer comme un meneur dhommes incontestable, ses prises de position hâtives au début de la crise des gilets jaunes… La déroute de la droite aux européennes – la plus sévère de son camp sous la Ve République – a sonné le glas. Elle ne pouvait quaboutir à la remise en question de ce garçon pressé de 44 ans. Il en a tiré la conclusion.

Laurent Wauquiez sen va. Rester président des Républicains aurait été intenable. Cétait livrer son parti à dinterminables guerres intestines. Déjà des parlementaires menacent de faire sécession et quelques élus locaux ont annoncé leur intention de claquer la …

Il est grand temps de recréer un grand parti gaulliste, qui défend la souveraineté nationale, l'indépendance de la France, les classes moyennes, la culture et l'identité française ainsi que le tissu industriel, agricole et les emplois des français.

Si LR plonge aujourdhui cest tout simplement parce que les électeurs de droite ne supportent plus la trahison répétée de leurs promesses chaque fois quils ont été au pouvoir. Et le ballet de leurs élus qui se précipitent aujourdhui chez Macron lillustre ad nauseam !

S'il y a une valeur de départ solide pour reconstruire les LR, c'est le refus de la relance keynésienne que Macron vient clairement de rallier en cédant sans contrepartie 17Mds de pouvoir d'achat ! Comme Macron rejoint ainsi le RN et la France insoumise, les LR auraient ainsi un positionnement bien tranché et bien de droite !

La droite conservatrice n'a plus d'électeurs. Ils sont partis chez Macron ou chez Le Pen selon leur penchant. Ils sont sans doute fatigués d'aller voter pour des politiques sans convictions, honteux d'être de droite. D'ailleurs, on voit avec amusement nombre de ces politiques faire allégeance à l'état macronien. Ils ont raison car rien ne les séparent idéologiquement. Bien sûr, pour sauver l'apparence, on verra refleurir les partis "croupion" dont le centre droit à le secret.

Les électeurs de droite sont loins dêtre partis chez RN ou LREM par contre, ils sont en attente dune ligne clair car il y a un boulevard entre MLP et Macron en matière économique, societale, européenne….etc pour linstant, il vote en fonction des élections soit RN soit LREM soit autre chose plutôt que daller à la pêche… aux LR de reconstruire et de reconquérir leurs électeurs…la mayonnaise Macron a pris mais comme toute mayonnaise elle retombe et la fuite des électeurs socialistes vers les verts en est un premier signe…Les futures alliances de Macron nont que peu de chance de consolider lédifice tellement le mariage de la carpe et du lapin est improbable et instable.

D'un coté les électeurs "progressistes" et autres "mondialistes et immigrationnistes" avec Macron et de l'autre, les patriotes et autres "populistes" "conservateurs" vers le R.N déjà dédiabolisé, fréquentable mais qui deviendrait encore plus avec le départ de Marine Le Pen et l'arrivée d'une nouvelle génération dont Bardella en est l'exemple.

La seule démarche valable pour la reconstruction de la droite est de repartir de la base des "territoires" ou le parti est solidement implanté. Larcher a raison, on ne reconstruit pas une pyramide par le sommet !

Si la droite d'argent, s'entend très aisée; comme celle de Neuilly ou du 16e est partie chez Macron, pas de doute uniqument parce qu'il est clairement plus libérale que Wauquiez. Il est vrai que la ligne Wauquiez était ambigue mais comment faire autrement entre une droite macroniste édulcorée et un RN avec des convictions non cachées. En fait les LR se trouvent au bout du chemin car la matrice n'était pas si éloignée de la ligne RN sociétale avec le RPR au début et devenue une droite au centre tétanisée par la gauche et son politiquement correct. En fait c'est la gauche qui a tué les LR il y au moins 15 ans et Macron a fait le reste. Pour la gauhce ironie c'est elle qui a dévissé en 2017, tuée elle aussi par ses contradictions et éloignée du peuple complètement.

Finalement, le progressisme est une modalité politicienne d'illusion d'un "clientélisme intégral" par accaparement des esprits suite au positionnement du politicien/politicienne comme entité faussement médiatrice, faussement arbitrale de la situation sociétale du pays. Il s'agit donc d'une volonté dépourvue de principe, puisque même les principes de base sont niés (liberté d'expression, obstruction à l'information dans certains cas avec orientation de celle-ci vers des buts directifs autres que de présenter une image la moins biaisée de ce qui se passe, laïcité si nécessaire…), de créer une gouvernance par l'orchestration des volontés parasitaires de groupes vis-à-vis d'autres, volontés exocées si les plaintes sont efficacement mises en scène, d'où les liens possibles entre réseaux sociaux (où on étale des émotionseet où on ne pense que peu) et progressisme. L'un nourrit l'autre. La mainmise sur le fonctionnement de l'un garanti la poursuite de l'autre.

Ces élections sont l'apothéose des effets de la stratégie Buisson. Cette stratégie consistant à rapprocher le discours de la droite de celui de l'extrême-droite a permis à Sarkozy une unique victoire en 2007 pui l'UMP/LR s'est embourbée dedans en ne la remettant jamais en czuse et ça a été la mort progressive de la droite. Pour Buisson cette stratégie n'a jamais visé la victoire de la droite mais celle des idées de l'extrême-droite. Et c'est une réussite. A cause de cet aveuglement, L'UMP/LR a été siphonée à la fois sur sa droite par le RN et sur son centre par LREM. Chapeau les artistes. Dans tous les pays où la droite a fait la faute morale de faire sauter les digues en tenant le discours de l'extrême-droite voire en s'alliant avec elle, l'extrême-droite est très forte, voire au pouvoir.

Soyons sérieux, aucun membre du clan Lepen n'a la moindre qualité pour gouverner la France. Cela fait plus de 30 ans que des membres de la famille essaient… Leur but est de profiter de la République…

Convictions ? Impossible, tant ce pays est ingérable. On voit bien qu'à l'heure actuelle la cohésion de LREM ne tient que par les résultats électoraux, et non l'inverse.

ouf il doit se dire, ce n'est pas moi le grand perdant , je retrouve ma liberté de parole, de ne plus faire des courbettes aux uns et au autres pour essayer de me faire aimer; rester naturel . je suis autoritaire et alors. j ai essayer de redresser la situation j'y suis presque arrivé. aq moi les grandes v

Si Nicolas Sarkozy sengage , il reprendra des voix à Macron mais aucunement les voix de ceux qui considèrent que son quinquennat a ouvert un boulevard à Hollande et à Macron en pratiquant le clientélisme et le capitalisme de connivence . Cest la raison pour laquelle Macron le cajole car il serait trop faible pour linquiéter mais suffisant pour rabattre le troupeau au second tour de la présidentielle.

Un sondage recent donnait N.Sarkozy comme meilleur représentant la droite pour 70 % des sondés. Ne doit-il pas s'engager sans tarder?

Il a bien fait de quitter ce panier de crabes…Le rapprochement avec RN est le seul moyen de balayer le LRM qui est dune totale inutilité.

En politique, ce qui est important, ce n'est pas seulement le boniment populiste de MLP, mais ce que chaque homme ou femme engagé fait pour ses concitoyens. Qu'a fait MLP et sa famille pour leurs concitoyens depuis 50 ans? La réponse est simple. Rien du tout. Pourquoi le LR qui lui a beaucoup fait pour la France irait rejoindre un clan familial qui n'a fait que profiter de la République et de l'Europe.

Sauf que les Le Pen ne sont pour rien dans létat actuel de la France. Ceux qui sont responsables de la situation actuelle explosive de la France cest me semble t-Il ceux qui ont gouverné: le PS et La droite. Vous nêtes pas daccord?

On attend un programme libéral (je dis bien libéral, pas un capitalisme de connivence comme on le voit aujourdhui) qui montrerait sa différence avec loffre politique dans ce pays.

Les électeurs qui votent dorénavant pour le RN voient plus loin que les représentants LR . Pour revenir au pouvoir et envoyer Macron dans les cordes, il faut s'allier avec le RN. La vraie droite a trop souffert de l'alliance avec le centre. L'UMP était une hérésie à ne pas reconduire !

La "droite" française est de loin, de très très loin , la plus bête du monde ! Quand a-t-elle fait , ces 40 dernières années une politique de DROITE ? Et maintenant elle en est réduite aux plus mesquines possible querelles de clocher. C'est fini !

Moi jai beaucoup de mal à me souvenir de la politique menée il y a 40 ans quelle soit de droite ou de gauche mais vous quelle mémoire bravo!!!

L'information est disponible à qui se donne le tout petit peu de peine à la chercher. Quand on préfère vivre avec ses oeillières , bien sûr, tout va pour le mieux !

Les LR n'ont qu'à attendre deux choses, la chûte de Macron qui peut avoir de sérieux ennuis en Europe sur ses choix et la stagnation du RN. Au delà, si les LR n'ont pas une position de droite vraie et non centre droit, une vraie ligne politique et l'arrêt de la guerre des chefs, ils auront du mal à survivre pendant au moins 3 ans.

Il faut créer un parti libéral écologiste. C'est l'avenir. Avec LREM Cest la concentration du pouvoir, la fin de la liberté d'expression, y compris pour les journalistes convoqués. Un dictateur aux commandes. Un parti qui n'existe pas avec l'interdiction pour les députés d'avoir une liberté d'expression.

Il faut créer un parti libéral écologiste. C'est l'avenir. Avec LREM Cest la concentration du pouvoir, la fin de la liberté d'expression, y compris pour les journalistes convoqués. Un dictateur aux commandes. Un parti qui n'existe pas avec l'interdiction pour les députés d'avoir une liberté d'expression.