Des milliers de sites gouvernementaux piratés

Des milliers de sites gouvernementaux piratés

Cryptomonnaie: alerte aux logiciels malveillants

nL’alerte provient de plusieurs experts en cybersécurité. Des milliers de sites internet dans le monde ont été infectés par un logiciel malveillant qui utilise la puissance des ordinateurs pour créer et extraire des cryptomonnaies, un type de piratage discret qui se multiplie rapidement.

4.000 sites attaqués. L’une des attaques de ce genre les plus importantes et qui a touché des sites internet gouvernementaux, a été mise au jour ce week-end par un chercheur britannique en sécurité informatique, Scott Helme. Ce type de logiciel malveillant utilise la puissance de calcul de l’ordinateur pour générer des cryptomonnaies, comme le populaire bitcoin, ensuite récupérées par les pirates à l’insu du propriétaire de l’ordinateur.

Nous sommes heureux que vous voulez nous donner vos commentaires. S’il vous plaît noter les règles suivantes à l’avance: La rédaction se réserve le droit de ne pas publier des commentaires. Ceci s’applique en général, mais surtout pour les propos diffamatoires, racistes, hors de propos, hors-sujet des commentaires, ou ceux en langues étrangères ou dialecte. Commentaires des noms de fantaisie, ou avec des noms manifestement fausses ne sont pas publiés non plus. Plus les décisions de la rédaction n’est ni responsable déposée, ni en dehors de la correspondance. Renseignements téléphoniques ne seront pas fournis. L’éditeur se réserve le droit également à réduire les commentaires des lecteurs. S’il vous plaît noter que votre commentaire aussi sur Google et autres moteurs de recherche peuvent être trouvés et que les éditeurs ne peuvent rien et est de supprimer un commentaire une fois émis dans l’index des moteurs de recherche.

Selon Scott Helme, plus de 4.000 sites ont été attaqués de cette manière, notamment celui de l’autorité britannique de protection des données (Information Commissioner’s office) ou celui des tribunaux fédéraux américains. Il a expliqué sur son blog que les pirates étaient parvenus à atteindre de très nombreux sites internet en infectant un “plug-in”, un mini-logiciel à télécharger qui aide les ordinateurs à mieux effectuer certaines tâches.

Ce type de logiciel malveillant utilise la puissance de calcul de l’ordinateur pour générer des cryptomonnaies, comme le populaire bitcoin, ensuite récupérées par les pirates à l’insu du propriétaire de l’ordinateur. Selon M. Helme, plus de 4000 sites ont été attaqués de cette manière, notamment celui de l’autorité britannique de protection des données (Information Commissioner’s office) ou celui des tribunaux fédéraux américains.

Un “plug-in” en cause. En l’occurrence, les pirates ont utilisé ce virus pour créer des monero, une des cryptomonnaies faisant un tabac sur les marchés financiers. Le créateur du “plug-in” concerné, l’entreprise britannique TextHelp, a indiqué avoir désactivé son produit après avoir découvert une “tentative pour créer illégalement de la cryptomonnaie”. “C’est un acte délictueux et une enquête complète est en cours”, a indiqué TextHelp dans un communiqué.

Des experts en cybersécurité avaient déjà mis en garde récemment contre ces attaques d’un nouveau genre. En particulier, Cisco Talos a prévenu en janvier qu’elles “avaient augmenté de façon exponentielle”. Ce piratage “utilise la puissance du système informatique pour effectuer d’énormes calculs mathématiques, dont la résolution est récompensée en cryptomonnaies”, expliquaient les chercheurs de Cisco Talos. Le succès des cryptomonnaies a rendu ce type d’attaques extrêmement prisées des pirates, qui parviennent ainsi à s’enrichir en toute discrétion.

Plusieurs milliers de sites institutionnels dans le monde ont été affectés par un code malveillant inséré dans un plug-in pour miner illégalement de la cryptomonnaie Monero. Dévoilée par le spécialiste en sécurité informatique britannique Scott Helme, elle constitue à ce jour l’une des plus importantes attaques de ce genre jamais révélées.

TV, smartphones, casques, imprimantes, bracelets connectés, ordinateurs, vélos électriques, aspis-robots, tablettes… Le labo et les quelques 40 membres de la rédaction des Numériques testent avec passion et rigueur plus d’une centaine de produits chaque mois.