Saint-Valentin : offrez des fleurs 100 % françaises

Saint-Valentin : offrez des fleurs 100 % françaises

Colombie: les roses de la Saint-Valentin, un baume en temps de crise

n(Belga) La qualité des fleurs de la Saint-Valentin est exceptionnellement bonne cette année, selon l’Union des fleuristes de Belgique (URFB). “En raison des températures douces en décembre et janvier, les fleuristes ont dû chauffer moins intensivement leurs serres. Le temps sombre en cette période a également causé une croissance lente. Les jours ensoleillés de la semaine passée ont ainsi donné naissance à d’incroyables fleurs”, explique mardi Marijke Walbers de l’union professionnelle belge.

A la veille de la Saint-Valentin, le secteur se montre optimiste. “Les prix de vente des fleurs coupées dans les ventes aux enchères et dans le commerce de gros sont presque identiques à l’année passée”, indique Marijke Walbers. Celle-ci ne dispose pas de chiffres concrets qui dépendent de divers facteurs tels que l’espèce de la fleur, la longueur de la tige, l’épaisseur de la fleur et parfois sa couleur. Les volumes d’achat des magasins sont, selon Mme Walbers, semblables à 2017. “C’est un signe de confiance car cette année, la fête des amoureux tombe pendant le congé de carnaval”, une semaine qui compte pas mal de vacanciers. (Belga)

L’ancien ministère de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a lancé en 2015 le label Fleurs de France. Il certifie que les fleurs, plantes, arbustes et bulbes ont bien été cultivés sur le territoire. Depuis 2017, ce label est réservé aux végétaux produits par des professionnels engagés dans une démarche éco-responsable ou de qualité reconnue (certification environnementale Plante Bleue, MPS, Label Rouge, Agriculture Biologique, Charte Qualité Fleurs). Pour le moment, sur les 4 154 horticulteurs et pépiniéristes du pays (chiffre de 2014), seulement 424 producteurs se sont engagés dans la démarche. Pour savoir si un fleuriste près de chez vous propose des fleurs labellisées, consultez le site Fleurs de France.

Vous souhaitez nous envoyer une information?Utilisez le formulaire de contact pour nous envoyer vos scoops!

Colombie: les roses de la Saint-Valentin, un baume en temps de crise

Colombie: les roses de la Saint-Valentin, un baume en temps de crise

Des employés préparent des bouquets de roses pour la Saint-Valentin, le 1er février 2018 à Tabio, en Colombie

En quête de main d’oeuvre pour répondre à la hausse des exportations avant la Saint-Valentin, les horticulteurs colombiens se sont rendus jusque dans cette région chaude de l’est du pays, et y ont trouvé une multitude de chômeurs désespérés. 

Pour le moment, le service ne s’adresse qu’aux Parisiens et aux habitants de certaines communes d’Ile-de-France (Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret, Boulogne-Billancourt, Montrouge, Vincennes, Montreuil, Courbevoie, La Défense, Puteaux, Suresnes, Saint-Cloud, Bois-Colombes, Asnières-sur-Seine, Issy-les-Moulineaux, La Garenne-Colombes et Ville-d’Avray). Mais la boutique en ligne compte bien s’étendre.
Offrir des fleurs en circuit court pour sauver les horticulteurs français

Offrir des fleurs en circuit court pour sauver les horticulteurs français

“La situation à Cucuta est très difficile. Personne ne veut y retourner parce qu’il n’y a pas de travail. Mais moi, je vais devoir rentrer car ma fille est là-bas”, explique à l’AFP Rubiela Mendez, qui ne s’était jamais séparée de sa petite de quatre ans et demi. 

le bouquet à 39 euros cela convient pour les riches, nous on achète plutôt le bouquet de roses à 3,90 € dans une enseigne de supermarché low-cost. Avantage, le bouquet tient plus d'une semaine contre 2-3 jours chez un fleuriste! Moi je veux bien payer plus cher, mais 10 fois plus cher alors que cela ne revient pas plus cher de faire pousser une rose en france ou dans un pays étranger, on nous prends pour des cons. Pour la cueillette, je veux bien croire que la main-d'oeuvre est beaucoup plus chère en France, néanmoins, il n'y a pas le transport jusqu'à l'aéroport, le chargement dans l'avion, le transport en avion et le déchargement de l'avion, les frais de douanes donc cela doit quand même compenser le surcoût de main d'oeuvre en France. En vendant 10 fois plus cher, je crois plutôt que c'est une méthode pour gagner beaucoup en travaillant très peu! Car il vaut mieux ramasser 10 roses et les vendre 39 euros que de ramasser 10 roses et les vendre 3,90 euros! Pour arriver au même bénéfice il faut en ramasser 10 fois plus et là c'est fatiguant!

Au niveau national, le chômage n’a pas dépassé les 10% ces cinq dernières années. A Cucuta, il a atteint 15,9% en 2017. Selon cette jeune femme de 26 ans, la situation s’est dégradée avec l’arrivée massive de Vénézuéliens, payés moitié moins pour le même travail. 

Dites-le avec des fleurs made in Moissac

Dites-le avec des fleurs made in Moissac

A douze heures d’autobus de là, dans les serres de Tabio, au centre de la Colombie – deuxième exportateur mondial de fleurs derrière les Pays-Bas, surtout vers les Etats-Unis – l’activité est frénétique. 

Pour la Saint Valentin, n’offrez pas de roses… Mais des fleurs de saison! Chaque fleur a sa saisonnalité. Or, le mois de février n’est pas celui de la rose en France qui pousse naturellement de juin à novembre…Comme dans les jardins! Les célèbres bouquets de roses rouges qui ornent les vitrines des fleuristes à la Saint Valentin viennent donc de l’étranger comme 85% des fleurs coupées vendues en France aujourd’hui. Elles sont importées de Hollande, mais également du Kenya, d’Équateur ou de Colombie.

Une fois les roses coupées, il faut scrupuleusement respecter la chaîne du froid: au son des rythmes tropicaux d’une radio, les ouvriers comme Rubiela préparent et emballent des bouquets de 12 fleurs, à une température de moins de 10 degrés pour les préserver au mieux. 

Il serait légitime de faire payer une taxe spéciale aux clients de ces 'enseignes low-cost" pour leurs économies de chandelles pour un bouquet de fleurs, pour atteinte à l'environnement et à la santé publique : celle des employés des entreprises kenyanes et équatoriennes dont les poumons et les mains sont brulés par les pesticides, celle de la faune sauvage de ces pays qui connaissent de plus en plus de malformations à cause de l'usage massif des produits chimiques des épandages.

Après avoir perdu son emploi dans un restaurant, où elle était payée 20.000 pesos par jour (environ sept dollars), elle a tenté de gagné sa vie dans la contrebande d’essence vénézuélienne. Jusqu’à ce qu’elle puisse échanger les jerricanes malodorants pour le parfum des roses en travaillant dans l’entreprise Sunshine Bouquet. 

Amoureuses, amoureux, succomberez-vous au rituel de la Saint-Valentin ? Si son aspect commercial est vivement critiqué par certains, cela reste pour d’autres, l’occasion de faire plaisir à son partenaire. Pas de faux pas avec le traditionnel bouquet de fleurs. Si ce n’est que 85 % de celles que l’on achète chez le fleuriste sont importées. Des Pays-Bas, du Kenya, voire d’Equateur. Et qu’elles contiennent parfois des résidus de pesticides. Pas moins de 49 molécules différentes, selon les analyses effectuées par 60 millions de consommateurs sur les roses vendues par 10 grandes enseignes.

Saint-Valentin : Couvrez votre moitié de fleurs avec Parole de Fleurs !

La Saint-Valentin est, après Noël, la fête pour laquelle les Américains dépensent le plus d’argent. Et le mois précédant le 14 février est crucial pour les horticulteurs colombiens, qui assurent 74% des importations de fleurs aux Etats-Unis. 

Le secteur a engrangé un chiffre d’affaires de 1,3 milliard de dollars entre janvier et novembre 2017. 

Pour cette saison, Sunshine Bouquet prévoyait d’aller recruter des migrants vénézuéliens à la frontière, mais a découvert là-bas de nombreux locaux en quête d’emploi. 

Avec cette promesse, ID innove et permet de médiatiser des solutions accessibles à tous pour une société plus durable; un monde où s’informer revient à agir, où chaque information amène à des solutions concrètes. A vous de choisir !

A la mi-janvier, elle a affrété 14 autobus pour transporter depuis Cucuta 600 personnes, dont 80% de Colombiens revenus récemment au pays pour échapper à la crise politico-économique qui a ruiné le Venezuela. 

Installés sur trois exploitations agricoles de la savane de Bogota, ils sont logés dans des conteneurs chauffés, nourris et payés au salaire minimum, soit environ 300 dollars mensuels. 

"Mais il faut voir ce qu’ils vendent : des roses d’Éthiopie qui ressemblent à des suppositoires, qui ne s’ouvriront jamais !" s’indigne Mylène, qui ne vendra, elle, que "de l’Équateur", censée tenir 12 jours, mais surtout, "un service, un savoir-faire". "Sur le prix d’une rose, nous devons payer nos charges, faire notre salaire", justifie encore Christine Panatoni, fleuriste à La Ciotat. Monique Cassar est la présidente de la chambre syndicale des fleuristes des Bouches-du-Rhône et elle l’assène tout net : "Il faut arrêter de penser que le fleuriste est le plus gros voleur de la terre !"

A Cucuta, “il y a des gens qui souffrent et qui ont très envie de travailler”, selon le directeur de l’entreprise, Felipe Gomez. 

Saint-Valentin. La colère des fleuristes sur le web

Pour le processus d’embauche, 1.200 personnes avaient été réunies en fin d’année dans le stade Général Santander de Cucuta, avec l’aide du ministère des Affaires étrangères. 

Sans travail depuis quatre mois, William Pérez, 24 ans, a tenté sa chance et a été sélectionné. Ayant vécu sept ans au Venezuela, ce Colombien est rentré au pays contraint par la crise, comme des milliers d’autres. 

Mieux que des Fleurs : le ballon gonflé d’amour !

Il raconte avoir connu là-bas “la peur, un désespoir terrible” à cause de l’insécurité et de la pénurie de nourriture. 

C’est aussi l’une des conséquences des fortes pluies. Dans plusieurs communes de l’île, la qualité de l’eau est dégradée. Attention donc à ce qui sort de votre robinet.

La crise vénézuélienne a inversé la tendance historique des flux migratoires avec la Colombie, où pendant des décennies la population a fui les violences du conflit armé vers le pays pétrolier voisin, alors prospère. 

Face aux pénuries et à l’hyperinflation, plus de 550.000 Vénézuéliens ont franchi, légalement ou non, la frontière, a indiqué en janvier le service des migrations colombien, selon lequel ce chiffre pourrait dépasser le million en juin. A cela s’ajoutent les Colombiens qui ont regagné leur pays. 

Le prix des oignons s’envole. Berguitta ne semble pourtant pas en être la cause, ces produits étant importés de Madagascar.

Le chômage “se concentre à Cucuta car c’est une zone frontalière qui reçoit cette pression migratoire”, explique Ivan Daniel Jaramillo, de l’observatoire du travail de l’Université du Rosario, à Bogota. 

Le travail saisonnier n’est pas idéal. Mais c’est une bouée de sauvetage pour les 600 élus des serres de Tabio. La plupart espèrent être parmi les 20% embauchés par l’entreprise après la Saint-Valentin, ou trouver une autre opportunité. 

“Si je ne reste pas, j’aimerais aller à Bogota et commencer une nouvelle vie”, rêve William, en souriant aux fleurs. 

Succession de Johnny: Laeticia Hallyday exprime son “écoeurement”

Laeticia, Laura et David Hallyday: récit d’un interminable déchirement

L’ExpressTous les contenus de la rédactionLe magazine au format numérique chaque mardi dès 20 hProfitez d’un mois gratuit