Soupçonné dempoisonnements, lanesthésiste de Besançon présenté à la justice – Le Figaro

Soupçonné dempoisonnements, lanesthésiste de Besançon présenté à la justice - Le Figaro

Anesthésiste de Besançon : quatre questions sur les nouveaux cas qui relancent laffaire

Après 48 heures de garde à vue, Frédéric Péchier sera fixé jeudi matin sur son sort. Lanesthésiste de Besançon, déjà poursuivi pour sept cas dempoisonnement dont deux mortels, pourrait de nouveau être mis en examen pour de nombreux autres cas si les soupçons se confirmaient. Un petit garçon de 4 ans, qui par chance sen est sorti, figurerait parmi les victimes du médecin.

Les faits se seraient produits en 2016. Lenfant devait se faire opérer des amygdales, une intervention chirurgicale relativement banale. Mais ce jour-là, rien ne se passe comme prévu. Le cœur du petit garçon sarrête de battre un quart dheure après son entrée au bloc. Le docteur Péchier serait alors arrivé à la rescousse et laurait ranimé à deux reprises. Le coeur du garçonnet est finalement reparti.

Aujourdhui, Teddy se porte bien, mais ses parents toujours très marqués ne peuvent sempêcher de voir dans ce quil sest passé le scénario de lanesthésiste qui surgit, tel un héros. Cette hypothèse est la plus fréquemment soulevée pour expliquer le possible comportement criminel du médecin.

Privilégiant la thèse du pompier pyromane les enquêteurs soupçonnent Frédéric Péchier davoir sciemment modifié les poches dinjection de confrères afin de provoquer des incidents opératoires pour exercer ensuite ses talents de réanimateur.

Anesthésiste de Besançon: quest-ce que le syndrome du pompier pyromane ?

Lenquête a révélé que ce petit garçon navait en effet pas de raison de connaître une telle alerte. Néanmoins, les expertises réalisées sont trop incomplètes pour confirmer avec certitude que lenfant a bien fait une réaction à un empoisonnement. Il revient au juge dinstruction de décider si ce cas précis peut-être imputé à Frédéric Péchier. 

Besançon : lanesthésiste accusé dempoisonnements de nouveau en garde à vue

Lanesthésiste Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour lempoisonnement présumé de sept patients, est soupçonné davoir empoisonné des dizaines dautres personnes, dont plusieurs sont mortes. Il a été déféré jeudi au parquet à lissue de sa garde à vue. 

Dans son cas, les enquêteurs privilégient la thèse du “pompier pyromane”. Médecin, censé soigner les patients, il les aurait volontairement empoisonnés afin de pouvoir les sauver par la suite, et apparaître comme un héros en exerçant ses talents de réanimateur. Le médecin accusé nie complètement ce scénario, et assure navoir jamais empoisonné quiconque.

“Lidée serait quil provoquait des incidents sur des opérations qui nétaient pas les siennes, pour pouvoir être systématiquement appelé en secours et procéder aux réanimations”, a expliqué sur BFMTV Maître Frédéric Berna, avocat des parties civiles dans cette affaire. “Cest quelquun qui, à un moment, compte tenu de son activité professionnelle, avait cette tendance peut-être à se prendre pour Dieu”.

Ascoval – Ce mercredi 15 mai à minuit, laciérie Ascoval de Saint-Saulve sera officiellement cédée au groupe British Steel. Mais les 270 salariés qui se croyaient sauvés, sont de nouveau dans langoisse. Le sidérurgiste britannique serait en difficulté financière. Élections européennes – Emmanuel Macron se met en première ligne pour la campagne. Son visage apparaît, seul, sur 60.000 nouvelles affiches de LaREM qui seront collées ce week end en dehors des panneaux électoraux. Le slogan : “En marche pour lEurope le 26 mai, je vote Renaissance”.États-Unis – Le Sénat de létat de lAlabama a voté la loi américaine la plus répressive sur lavortement. Elle linterdit totalement, même en cas de viols ou dincestes. Les médecins qui pratiqueraient des IVG pourraient être condamnés à la prison à vie. Football – Après cinq années passées à lAtletico Madrid, le champion du monde Antoine Griezmann partira à la fin de la saison. Tout semble concorder pour un départ vers Barcelone, mais le PSG est toujours à laffût.

Les actualités de 12h30 – Besançon : le témoignage dune victime présumée de…

Le syndrome du pompier pyromane provient, à la base, dun phénomène décelé chez certains pompiers qui déclenchent eux-mêmes des feux pour ensuite pouvoir les éteindre. Un rapport du Conseil national américain des pompiers volontaires sur ce sujet explique quune partie des pompiers touchés par ce phénomène sont “vaniteux” ou ont un “complexe du héros”. 

Après une nouvelle plainte contre un anesthésiste de Besançon, sa garde à vue a été prolongée de 24 heures, mercredi 15 mai. Frédéric Péchier a déjà été mis en examen en 2017, pour sept empoisonnements de patients dont deux sont décédés. Il est aujourdhui interrogé sur 50 cas suspects survenus à chaque fois dans des cliniques où il exerçait. Parmi ces victimes présumées et ancienne patiente de laccusé, Odile Lacheret, qui sexprime sur son cauchemar au micro de RTL. “Je me suis fait opérer en janvier 2015 pour un truc banal de femmes on va dire. Je me suis retrouvée en réanimation et je me souviens de rien”, explique-t-elle. 

Edition Spéciale: Lanesthésiste de Besançon a-t-il empoisonné des dizaines de patients? En direct tout de suite sur NRJ12 dans “Crimes”

“Ces pompiers orgueilleux mettent apparemment le feu pour pouvoir avertir les autres, potentiellement sauver des personnes piégées ou  même simplement pour montrer à quel point ils sont alertes et utiles”, dit le rapport.

Le profil décrit par les enquêteurs dans laffaire des empoisonnements de Besançon, correspond selon le criminologue Stéphane Bourgoin, sur BFMTV, “à un certain nombre dinfirmiers, dinfirmières ou de médecins dans des hôpitaux, que jai pu interroger, notamment Donald Harvey”.

Aujourdhui, Odile Lacheret souffre “dénormément de pertes de mémoire” et pour son “boulot cest dur”. “Je comprends pas quavec un métier comme ça on puisse jouer avec la vie des gens”, conclut-elle. 

Anesthésiste de Besançon : de nouveaux cas suspects, dont celui dun enfant de 4 ans – LCI

Cet aide-soignant américain a tué des dizaines de ses patients dans les années 1970 et 1980, dans des hôpitaux de lOhio et du Kentucky. “Lors dun entretien, il mavoue 87 meurtres”, raconte Stéphane Bourgoin.

Pour lui, ce cas de pompier pyromane est “aussi ce quon appelle le syndrome de Münchhausen par procuration. Cest à dire quon va volontairement décider dinjecter ou dempoisonner quelquun pour apparaître par la suite comme un héros qui va sauver”.

Le criminologue explique quon retrouve ce dernier syndrome chez les mères infanticides, qui cherchent à attirer lattention et la compassion à travers la maladie ou les blessures de leur enfant.

Anesthésiste accusé dempoisonnements: pour lavocat des parties civiles, cest quelque chose de jamais vu

Cette façon dagir traduit “une frustration chez ces personnes”, explique Stéphane Bourgoin, “le désir de toute puissance, de devenir légal de Dieu. Comme la dit Donald Harvey: lorsque je tuais mes patients, pour la première fois de mon existence je nétais plus une victime, cest moi qui décidais, je devenais légal de Dieu “.