Béziers : après lincendie, les cours ont repris presque normalement au collège Kraft – France 3 Régions

Béziers : après l\incendie, les cours ont repris presque normalement au collège Kraft - France 3 Régions

École incendiée à Béziers : selon les experts, le bâtiment devra être rasé

Le rectorat de lacadémie de Montpellier la annoncé ce lundi matin : lécole incendiée ne pouvant être rouverte rapidement, les classes seront réparties dans les autres établissements de Béziers. Les élèves et leur enseignant resteront ensemble. Les parents sont satisfaits.

Les dégâts ont été jugés trop important par les experts. AFP – Sylvain Thomas Publié le 04/11/2019 à 16:57 Faits divers, France – Monde lessentiel Incendiée la nuit d'Halloween, l'école des Tamaris, à Béziers, devra être totalement rasée. C'est le constat des experts venus sur place ce lundi matin. L'établissement a été jugé trop fragilisé pour être simplement rénové. Une mauvaise nouvelle en ce jour de rentrée.  Les craintes du maire biterrois Robert Ménard se sont confirmées. Vendredi matin, devant les dégâts, le maire de Béziers affirmait que "l'école sera sans aucun doute détruite". L'établissement, beaucoup trop endommagé par les flammes, ne peut juste être rénové. Il doit donc être totalement rasé pour être reconstruit de zéro selon France Bleu Hérault. Un coup dur après ces vacances de Toussaint.

Un jeune de quinze ans a donc été interpellé, dans le week-end, après les différents incendies de la semaine dernière à La Devèze. Il est soupçonné d’avoir participé à ces différents faits qui ont ému bien au-delà du quartier. Mais pas coupable. C’est la loi française. Le fondement même de la justice de ce pays. Tant qu’il n’a pas été condamné, ce jeune est innocent. Et doit donc être considéré comme tel. Peu importe qu’il ait été mis en examen, qu’il ait été placé en détention, ou même qu’il soit sous contrôle judiciaire pour des feux de poubelles. L’enquête sera encore longue. Et il n’est pas près d’être renvoyé devant un tribunal. Certains politiques (et ils ne sont pas les seuls) devraient bien l’avoir en tête. Depuis dimanche et l’annonce de l’arrestation du jeune homme, les commentaires vont bon train. Et l’adjectif qualificatif "présumé" a eu bien trop fréquemment tendance à disparaître. Il est urgent de corriger ça.

En ce jour de rentrée, ce sont 279 élèves des 17 classes touchées qui se retrouvent sans école. Des élèves qui seront accueillis dans d'autres bâtiments du secteur mais seulement à partir du 12 novembre soit mardi prochain. Un casse-tête semble se dessiner pour les parents. Même si un centre d'accueil temporaire, la maison de quartier Albert Camus, est disponible, "elle ne peut pas recevoir 300 enfants" avertit le maire. Les parents qui travaillent passent en priorité pour la garde de leurs enfants. 

Au-delà de la très grande émotion qu’on a tous ressentie ces trois derniers jours, nous avons réagi tout de suite, dès vendredi, pour organiser la prise en charge des élèves le plus rapidement possible. Compte tenu de l’état de l’école et du nombre d’enfants scolarisés, nous avons demandé aux parents, cette semaine, de garder leurs enfants, sauf pour les deux classes de maternelle, dont le bâtiment, qui jouxte celui-ci et qui n’a pas été touché. Ceux dont les parents ne peuvent pas assurer la garde, seront accueillis par les services municipaux à la maison de quartier. La classe reprendra mardi prochain dans un certain nombre d’écoles du quartier. Nous avons prévu, avec la mairie, une réunion avec les parents jeudi pour que chacun sache où son enfant va aller.

EDUCATION. Lécole de Béziers incendiée le soir dHalloween va être rasée

Pendant ce temps, l'enquête continue pour le commissariat de Béziers et la police judiciaire de Montpellier. Pour le moment, seulement un suspect a été arrêté, un mineur de 15 ans. Ce dernier a été placé en détention provisoire pour "destruction en bande organisée du bien d'autrui par un moyen dangereux pour les personnes" et "participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un crime".

Selon la municipalité de Beziers, un rapport dexpertise a démontré que lécole devra être démolie et entièrement reconstruite, a appris Le Figaro. Pour lheure, ces prochaines semaines, les enfants et enseignants des classes de l’élémentaire seront répartis dans les écoles alentours.

Les faits remontent à la nuit d'Halloween où un incendie a commencé à ravager l'école. Touchant d'abord deux classes, le feu s'était rapidement propagé jusqu'aux 17 classes du bâtiment. 

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse dun(e) internaute à votre commentaire ?

Ce lundi matin sur les lieux du sinistre. Midi Libre / J.-P. A. / Midi Libre Publié le 04/11/2019 à 16:16 / Modifié le 04/11/2019 à 16:28 Sabonner — partages Partager sur Faits divers, Béziers Ce lundi 4 novembre, Kléber Mesquida, président du conseil départemental de l’Hérault, a fait le point sur les travaux en cours au collège Krafft de Béziers après l’incendie survenu il y a deux jours. Il a également annoncé un don d’ordinateurs et de mobilier pour aider les élèves de l’école voisine des Tamaris. Kléber Mesquida, président du département de l’Hérault, s’est rendu ce lundi matin au collège Katia-et-Maurice-Krafft à Béziers, après l’incendie criminel survenu dans la nuit du 21 octobre au 1er novembre. Il a notamment pu faire le point sur les travaux en cours de réalisation par le Département.

et les blablateurs de tergiverser “pailleron ” pas “pailleron ” , mais on s en fout , des milliards d euros sont dépensés a perte pour zéro résultat , c est tout ce qu il faut retenir .

Après les violences à Béziers pour Halloween, un mineur de 15 ans mis en examen

Brûler une école de la République est en effet une véritable HONTE. Peut-être faudrait brûler une école privée pour compenser.

De toutes façons, il ne faut pas avoir inventé leau tiède pour faire ça ! Cest un mal pour un bien, au vu de la photo, cet établissement est ce quon appelle un bâtiment de type “pailleron”, et aurait fini par avoir des problèmes : ces constructions dont les structures métalliques sont réputées pour ne pas résister au feu plus de 20 minutes. Les commissions de sécurité les détestent.

Jean-François Klein est le directeur de l'école des Tamaris. MIDI LIBRE / JEAN-PIERRE AMARGER / MIDI LIBRE Publié le 04/11/2019 à 16:46 / Modifié le 05/11/2019 à 07:13 Sabonner — partages Partager sur Faits divers, Béziers Jean-François Klein est le directeur de l'école des Tamaris détruite par le feu, le soir d'Halloween, dans le quartier de La Devèze, à Béziers. Il évoque la douleur de ses collègues face à ce drame. Comment réagissent vos collègues après ce drame ?

Sil sagit bien dun établissement de type “Pailleron”, cétait un danger pour les élèves. Il y a eu plusieurs accudents mortels dans des logements de ce type. Ce qui nexcuse pas cet acte dégueulasse.

Oui, nous en avons vu ce (lundi 4 novembre, NDLR) matin et nous avons eu beaucoup de contacts ces derniers jours. C'est vraiment un sentiment de tristesse, de colère et d'incompréhension. Mais nous avons aussi le sentiment d'être ensemble dans cette douleur. Nous espérons vraiment que nous pourrons reconstruire cette école le plus vite possible.

Jespère au moins que la justice sera exemplaire puisque nos politiques sont incapables dassumer leurs rôles dans la gestion des cités. Vivement les prochaine présidentielle que tout cela change

Le feu a endommagé la salle de sport du collège Katia et Maurice Kraft ainsi que deux petites salles attenantes. Les dégâts sont “essentiellement des vitres cassées”, a précisé le procureur dans un communiqué au lendemain des faits. L’école primaire a été plus touchée, avec une douzaine de salles lourdement endommagées, dont deux totalement détruites, selon les pompiers de l’Hérault.