Y aura-t-il un métro à Bordeaux ? – Moniteur

Y aura-t-il un métro à Bordeaux ? - Moniteur

Un métro ? Réalis able mais très cherSquats, cest lÉtat, pas les élus

Et si Bordeaux, comme sa rivale Toulouse, se dotait d’un métro ? Ce vieux serpent de mer, qui remonte au siècle précédent, a refait surface lors de la conférence de presse de rentrée de Patrick Bobet, ce lundi 9 septembre.

Lire aussi : Bordeaux : la réouverture de la ligne C du tram devrait intervenir un mois plus tôt que prévu

Métro à Bordeaux : un projet “pertinent”, “réalisable” et “rentable” selon le président de la Métropole

À cette occasion, le président de Bordeaux Métropole en a profité pour dévoiler les résultats d’une étude, commandée en avril 2019, sur le projet de métro dans la capitale girondine. Elle fera l’objet d’une discussion entre les élus métropolitains en novembre prochain.

 En revanche, nous identifions du côté de notre association beaucoup plus que trois points positifs, dit-il. Il y a la capacité dabord, car cest quand même un mode de transport qui peut dépasser les 9.000 voyageurs par heure et par sens, quand le tramway ne peut aller au-delà de 6.000 voyageurs. On est sur une vitesse inégalable de 35 km/h. Le réseau de métro de Rennes, cest 0,14 panne tous les 10.000 km, soit trois fois moins que le tramway de Bordeaux. Cest donc un mode plus fiable.

Bordeaux Métropole : la mobilité au coeur de la rentrée

Patrick Bobet a distribué les bons et les mauvais points, pour synthétiser le travail de plusieurs mois. Selon lui, trois sont positifs. Deux autres, en revanche, atténuent le bilan.

Sur le tracé,  ce qui me paraît pertinent cest au moins le tronçon entre Floirac et la Victoire… Pour le reste, cest un peu surprenant, mais pourquoi pas ?, analyse le chercheur. Je pense toutefois quil manque un tronçon entre les deux rives de la Garonne dans la partie centrale. Dici à 2025, la question de la capacité de la ligne A du tram va en effet se poser, alors que de nouveaux quartiers se profilent rive droite, comme Niel. Cela me paraît donc problématique…

Patrick Bobet à propos du projet de métro : « Il y’a trois points positifs et deux points négatifs ». Parmi les négatifs, le coût fixé à 1,4 milliard d’euros @BxMetro @MetroBordeaux #transport

Déjà, contrairement à certaines idées reçues, un métro à Bordeaux est parfaitement réalisable. « Sans aucune difficulté, précise Patrick Bobet, dans un article relayé par 20 minutes. Les métros de Moscou ou Saint-Pétersbourg ont été réalisés à -80 m ou -100 m, donc passer sous la Garonne ce n’est pas très compliqué. »

Les essais sur cette ligne qui sera la quatrième ligne de tramway de la métropole, entre les Quinconces et Eysines, ont démarré cet été. Patrick Bobet, qui est par ailleurs maire du Bouscat (ville traversée par cette nouvelle ligne) a annoncé que la marche à blanc aura lieu à partir du 14 octobre, et que linauguration se ferait le samedi 14 décembre.  Dabord jusquà la station mairie du Bouscat, et nous sommes tout à fait confiants pour que la ligne jusquà Eysines-Cantinole soit en service à la mi-février.  Patrick Bobet a ajouté que  lobjectif de la métropole est davoir un déplacement doux sur deux à léchelon 2030 .

Lire aussi : Les 200 villes les plus embouteillées du monde : Bordeaux, Toulouse, Lille dans le classement

Métro à Bordeaux : un projet “réalisable” mais qui coûterait plus dun milliard deuros

Ensuite, Patrick Bobet estime « pertinente » la création d’une ligne, qui relierait l’Arena de Floirac, située sur la rive-droite, au parc des expositions, situé sur la rive-gauche, à Bordeaux-Lac. Le tracé passerait sous la Garonne et desservirait notamment la gare Saint-Jean ou encore la place de la Victoire.

L’étude, confiée à à un ingénieur diplômé de l’Ecole nationale des travaux publics de l’Etat (ENTPE) de Lyon, avait plusieurs missions : dresser le bilan des études et travaux menés dans les années 1980 et 1990, ainsi que des évolutions techniques et des possibilités actuelles permettant de surmonter les difficultés identifiées à l’époque, établir plusieurs indicateurs clés (coût-moyen d’un kilomètre de métro) et définir un  réseau-cible .

Métro à Bordeaux : une ligne à 1,4 Md€ serait “réalisable et efficace”

Enfin, comme l’association Métro de Bordeaux l’affirmait depuis des années, le projet serait bien rentable malgré un coût estimé à 1,4 milliard d’euros. C’est l’un des deux freins potentiels à la réalisation de ce projet.

L’autre étant l’impact des travaux. « A chaque station il y aurait une emprise de travaux colossale, qui fait que c’est très compliqué. Pas autant que le tramway certes, mais quand même », déplore Patrick Bobet.

Le président de la métropole bordelaise, Patrick Bobet, a dévoilà sa feuille de route pour les mois à venir. La mobilité est au coeur de la politique de lagglomération girondine. 

Initialement prévue pour mi-2020, la mise en service du pont Simone Veil a été officiellement retardée à 2023 au plus tôt en raison dun différend technique et financier entre Bordeaux Métropole et le groupement dentreprises Razel-Bec. Nouveau coup dur, début août, quand le tribunal administratif a refusé dhomologuer la transaction entre les deux parties la jugeant trop défavorable aux contribuables. “Je ne comprends pas cette décision. On se demande si la lecture de nos arguments a été faite par les juges. Mais nous avons fait appel et la présidente de la cour dappel sest engagée à ce que la procédure aboutisse en avril 2020”, a réagit Patrick Bobet avant de poursuivre : “Ce pont sera construit, les travaux continuent sur les deux rives et, dans le pire des cas où nous perdrions en appel, cela entraînerait seulement six mois de retard.” Même détermination du côté du BHNS pour lequel la Métropole a redéposé une demande de déclaration dutilité publique (DUP) en mars dernier.