Bordeaux : La venue de la philosophe Sylviane Agacinski finalement reprogrammée – 20 Minutes

Bordeaux : La venue de la philosophe Sylviane Agacinski finalement reprogrammée - 20 Minutes

Annulation du débat avec Sylviane Agacinski : Blanquer dénonce un nouveau maccarthysme

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète T'as vu ? Fake Off By the Web High-Tech Podcast Vidéos En Images Voyage Guide d'achat Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Société Blanquer réagit à l'annulation d'un débat avec Sylviane Agacinski

UNIVERSITE MONTAIGNE Luniversité de Bordeaux Montaigne avait annulé lévénement avec la philosophe en raison  de menaces violentes  en amont

Cette conférence-débat, prévue le 24 octobre dernier à luniversité Montaigne de Bordeaux, avait pour thème “lêtre humain à lépoque de sa reproductibilité technique”, dans le cadre dun cycle de thématiques diverses sur lannée animées par des universitaires, écrivains, philosophes. Selon luniversité, “des groupes ont décidé dempêcher la tenue dun échange légitime et évidemment contradictoire sur ces questions dordre éthique et juridique dans le contexte des débats actuels sur la PMA et la GPA” (gestation pour autrui).

Le ministre de lEducation nationale Jean-Michel Blanquer a dénoncé ce mercredi  une sorte de nouveau maccarthysme  après lannulation la semaine dernière à Bordeaux dune conférence-débat avec la philosophe Sylviane Agacinski, opposante à la PMA pour toutes les femmes et à la GPA.

Le ministre a estimé qu”il est triste de voir quon enrôle la jeunesse parfois dans des manifestations dintolérance qui consistent à empêcher quune manifestation de ce genre ait lieu”. Début octobre, plusieurs organisations, dont “Riposte Trans”, “Association des jeunes et étudiant-e-s LGBT de Bordeaux”, “Solidaires étudiant-e-s”, “Collectif étudiant-e-s anti-patriarcat” avaient dénoncé dans un communiqué une “tribune” offerte à une conférencière aux positions “réactionnaires, transphobes et homophobes”.

Cette conférence-débat, prévue le 24 octobre dernier à luniversité Montaigne de Bordeaux, avait pour thème  lêtre humain à lépoque de sa reproductibilité technique  Selon luniversité,  des groupes ont décidé dempêcher la tenue dun échange légitime et évidemment contradictoire sur ces questions dordre éthique et juridique dans le contexte des débats actuels sur la PMA et la GPA [gestation pour autrui] .

Laffaire avait suscité de nombreuses réactions. Le ministre de lÉducation nationale Jean-Michel Blanquer a dénoncé mercredi 30 octobre “une sorte de nouveau maccarthysme” après lannulation la semaine dernière à Bordeaux dune conférence-débat avec la philosophe Sylviane Agacinski, opposante à la PMA pour toutes les femmes et à la GPA.

Bordeaux: un débat avec Sylviane Agacinski reprogrammé, après avoir été annulé à cause de menaces

Pour Jean-Michel Blanquer,  ce qui sest passé à Bordeaux est absolument inacceptable, et ça doit nous alerter car ce nest pas un mouvement spécifiquement français, cest une sorte de nouveau maccarthysme qui fait que lon veut sattaquer à la liberté dexpression , a-t-il dénoncé au Sénat.  Chacun sait que ce que veut défendre Mme Agacinski ne correspond pas aux positions du gouvernement. Nous ne sommes pas daccord avec elle mais nous serions prêts à nous battre pour quelle puisse sexprimer , a-t-il poursuivi.

Le sénateur de la Meuse a également cité dautres exemples. Comme la suspension par luniversité Paris 1 Panthéon Sorbonne dune formation dédiée à la prévention de la radicalisation, confiée à lécrivain controversé Mohamed Sifaoui. Ou encore la déprogrammation dune pièce tirée dun pamphlet écrit par le dessinateur Charb, assassiné lors de lattentat contre Charlie Hebdo en 2015.  Nous avons la certitude que vous ne respectez le droit de parler que si et seulement si les minorités turbulentes pour en donnent lautorisation , a accusé Gérard Longuet.

Le ministre a estimé qu il est triste de voir quon enrôle la jeunesse parfois dans des manifestations dintolérance qui consistent à empêcher quune manifestation de ce genre ait lieu . Début octobre, plusieurs organisations, dont  Riposte Trans ,  Association des jeunes et étudiant-e-s LGBT de Bordeaux ,  Solidaires étudiant-e-s ,  Collectif étudiant-e-s anti-patriarcat  avaient dénoncé dans un communiqué une  tribune  offerte à une conférencière aux positions  réactionnaires, transphobes et homophobes .

Lannulation de la participation de la philosophe Sylviane Agacinski à une conférence-débat la semaine dernière, par luniversité Bordeaux III, a donné loccasion au sénateur LR Gérard Longuet dinterpeller le gouvernement, lors des questions dactualité, tout comme la présidente de la commission de la culture et de léducation, la centriste Catherine Morin-Desailly. Un  problème bien réel , a reconnu le ministre de lÉducation national Jean-Michel Blanquer.

7.000 places dhébergement en plus pour lhiver: “je crains que ce soit insuffisant”, alerte Eric Pliez du Samu social

Mais le ministre a cependant rappelé que lautonomie était un principe fondamental des universités.  Il nappartient pas à la ministre de lEnseignement supérieur […] de prendre directement ces décisions , a-t-il expliqué.  Il nen demeure pas moins quil est dans notre rôle – et cest ce que nous faisons, lensemble du gouvernement – de condamner ce qui sest passé dans les deux cas. 

Une conférence-débat avec la philosophe Sylviane Agacinski, opposante à la GPA (gestation pour autrui), va être reprogrammée, après avoir été annulée à la suite de “menaces violentes”, a annoncé jeudi luniversité de Bordeaux Montaigne.

“Luniversité va reprogrammer lintervention de Mme Agacinski, les modalités de la rencontre ne sont pas encore définies”, a précisé à lAFP le service communication de luniversité.

Le minsitre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer à l'Assemblée nationale, le 12 février 2019 à Paris.

Annulation dun débat sur la PMA: Blanquer dénonce un nouveau maccarthysme

Une rencontre est également prévue très prochainement sur le thème “Peut-on parler de tout à luniversité?”, à la suite de cette annulation. 

Elle va finalement bien être organisée. Une conférence-débat avec la philosophe Sylviane Agacinski, opposante à la GPA (gestation pour autrui), va être reprogrammée, après avoir été annulée à la suite de “menaces violentes”, a annoncé ce jeudi luniversité de Bordeaux-Montaigne. “Les modalités de la rencontre ne sont pas encore définies”, a précisé le service communication de luniversité.  

“Luniversité est et restera le lieu par excellence de la liberté dexpression et du débat didées. Je salue la décision dHélène Velasco-Graciet (présidente de luniversité, NDLR) et Sylviane Agacinski de replanifier la conférence (…) pour un échange, je lespère, ouvert et respectueux des opinions de chacun”, a tweeté la ministre de lEnseignement supérieur, Frédérique Vidal.

Une conférence-débat avec la philosophe Sylviane Agacinski, opposante à la GPA, va être reprogrammée, a annoncé jeudi 31 octobre l'université de Bordeaux-Montaigne.

Le ministre de lÉducation nationale, Jean-Michel Blanquer, avait dénoncé mercredi devant lAssemblée nationale “une sorte de nouveau maccarthysme”.

Ce nest pas la première fois quune conférence est annulée à luniversité après des pressions de groupes détudiants. Ainsi en 2017, un colloque contre lislamophobie avait été supprimé du calendrier de luniversité Lyon 2 alors quune personne fichée S devait y participer. Et au printemps dernier, cest Alain Finkielkraut qui avait été jugé persona non grata à Sciences Po par le groupe Sciences Po en lutte – Institut Clément Méric (du nom dun jeune militant dextrême gauche décédé après une rixe entre deux groupes, ndlr). La conférence sétait finalement tenue, mais elle avait été délocalisée.

La philosophe, connue pour son opposition au “marché de la personne humaine”, était linvitée depuis plusieurs mois dune conférence qui devait évoquer “lêtre humain à lépoque de sa reproductibilité technique”, dans le cadre dun cycle de thématiques diverses animées par des universitaires, écrivains, philosophes.

Début octobre, plusieurs organisations, dont Riposte Trans, Association des jeunes et étudiant-e-s LGBT de Bordeaux, Solidaires étudiant-e-s, Collectif étudiant-e-s anti-patriarcat avaient dénoncé dans un communiqué une tribune offerte à une conférencière aux positions réactionnaires, transphobes et homophobes. Le collectif avait invité les étudiants à se mobiliser contre cette venue, et affirmé mettre tout en œuvre afin que cette conférence nait pas lieu.

Mais luniversité avait décidé dannuler cette conférence, expliquant que “des groupes (avaient) décidé dempêcher la tenue dun échange légitime et évidemment contradictoire sur ces questions dordre éthique et juridique dans le contexte des débats actuels sur la PMA et la GPA”.

Ce qui sest passé à Bordeaux est absolument inacceptable, et ça doit nous alerter car ce nest pas un mouvement spécifiquement français, cest une sorte de nouveau maccarthysme qui fait que lon veut sattaquer à la liberté dexpression, a dénoncé Jean-Michel Blanquer au Sénat, lors des questions dactualité au gouvernement.

Luniversité affirmait ne pouvoir “assurer pleinement la sécurité des biens et des personnes ni les conditions dun débat vif mais respectueux face à des menaces violentes”.

Plusieurs associations étudiantes défendant les droits LGBT sétaient émues de linvitation par luniversité de cette “homophobe notoire”, appelant les étudiants “à se mobiliser” contre sa venue et assurant vouloir mettre “tout en oeuvre afin que cette conférence nait pas lieu”.

Après lannulation de la visite, ce collectif avait répliqué à luniversité en affirmant que “parler de censure et datteinte excessivement grave et violente à la confrontation des idées relève dune indécence sans nom dans un contexte où lhomophobie et la transphobie tuent”.

“Les atteintes liberticides que sont lhomophobie et la transphobie ne sont pas des opinions et nont pas de place dans un débat démocratique”, avait souligné ce collectif dans un communiqué.