Brest Atlantiques – À bord dActual Leader (Vidéo) – Voile – Brest Atlantiques – LÉquipe.fr

Brest Atlantiques - À bord d\Actual Leader (Vidéo) - Voile - Brest Atlantiques - L\Équipe.fr

Brest Atlantiques : premières 24 heures de folie

Au programme de Sodebo Utim3, Actual Leader, Maxi Edmond de Rotschild et Trimaran Macif, une boucle atlantique de 14000 milles nautiques, au départ du port breton de Brest, passant successivement par Rio de Janeiro (Brésil), Le Cap (Afrique du Sud), avant de revenir vers Brest !!

Autant dire que le départ a permis de constater que ces équipages étaient fin prêts à en découdre sur l'eau, et que les vitesses seront hallucinantes, un bateau comme Sodebo Ultim pouvant atteindre les… 48 noeuds !!

Martin Kéruzoré a pour mission de documenter la course, sur Sodebo. Eloi Stichelbaut  Jai du mal à dire que cest une course en double ! Rien que par sa présence, ça change notre intimité.  Avant de prendre le départ, mardi 5 novembre, de la toute nouvelle Brest Atlantiques, Thomas Coville a mis les choses au clair. Si le skippeur partage la barre de Sodebo – un maxi-trimaran flambant neuf – avec Jean-Luc Nelias pour un  grand huit  sans escale de 14 000 milles (environ 26 000 km) dans lAtlantique, cest bien à trois quils effectueront cette course entre bateaux de la classe Ultim, des géants marins capables de voler. Car pour la première fois sur une course de ce format, chaque équipe embarquera un troisième homme, un  media man , au rôle bien défini.

Partis il y a tout juste 24 h, les quatre Ultimes engagés sur la Brest Atlantiques enfilent les milles à vitesse grand V. Une journée, une nuit en mer et voilà déjà le cap Finistère dans le sillage de ces bolides des mers capables de tenir les 30 nœuds de moyenne sans jamais mollir. Un Golfe de Gascogne englouti dans des conditions viriles la faute à un flux costaud de nord-ouest et à une mer difficile que les coureurs ont parfaitement négociés. Matériel et marins ont tenu le choc !

Pour Thomas Coville (Sodebo Ultim 3), cest tout bonnement une chance formidable de participer à la mise au point dengins de quelque 15 tonnes sur lesquels sexpérimentent des techniques aéro- et hydrodynamiques qui permettent aux marins de sélever au-dessus de leau grâce à leurs foils et dérive, pour atteindre des vitesses qui avoisinent les 80 km/h sur des creux de 3 mètres sans savoir qui a raison . Car, il ajoute : Si vous regardez attentivement les bateaux vous verrez de vous-mêmes que nous nexplorons pas les mêmes options et cest ce qui est passionnant, nous ne savons pas encore ce qui marche le mieux et nous sommes encore loin de partager des solutions convergentes. Évidemment, parmi les partants de cette épreuve (une boucle dans lAtlantique équivalente à un demi-tour du monde sans précédent), aucun ne boude son plaisir et le palmarès individuel des skippers au départ du quai Malbert laisse peu de doute sur leur conviction et compétence. Ils sont à lavant-garde de ce qui devrait être le profil des marins au xxie siècle, des sportifs accomplis aux commandes dengins qui font deux des ingénieurs embarqués appuyant sur des boutons, compte tenu de lampleur prise par lassistance technologique. La justification même de ces bateaux est à chercher dans notre époque ; ils sont le reflet de lintrication du vivant et des machines, du partenariat hommes et robots, de la conscience du savoir et de lintelligence artificielle, bref ils consacrent le mariage de lintuition et de la programmation où lhomme est toujours maître à bord même si les ordinateurs calculent tout plus vite que lui.

Vers midi ils croiseront déjà au large du cap St Vincent, au sud-ouest du Portugal, dans un vent maniable d’ouest-nord-ouest . Parfait pour faire sécher la toile et allonger la foulée cap sur Madère et l’alizé. Macif (François Gabart/Gwénolé Gahinet) sont toujours en tête, avec, décalé dans son est, le Maxi Edmond de Rothschild (Franck Cammas/Charles Caudrelier), à une vingtaine de milles de là.

À lire aussi :Yves Le Blevec : “Il va se passer des choses, cest sûr !”En embarqué à bord dActual Leader, à plus de 40 nœudsSuivez la course avec le Maxi Trimaran Edmond de RothschildAussi, le départ prudent du duo nest pas une surprise. Pour autant, pas question de se laisser distancer, car Actual Leader a de beaux coups à jouer : “Cest un parcours où il y aura énormément de transitions. On ne sera pas trois jours dans le même système météo. Ça va enchaîner, ça va être du boulot. Plus les bateaux sont rapides, plus on traverse des systèmes météos très différentes. On va avoir une dizaine de transitions à gérer, donc énormément dopportunités.”

Video: Avec Cammas et Caudrelier bord dEdmond de Rothschild, au départ de la Brest Atlantiques

Une option météo se profile comme l’analyse, Jacques Caraës, directeur de la course : “En effet, on voit un petit décalage du Maxi Edmond de Rothschild à lest, cest peut-être un bon choix car le vent, qui va peu à peu refuser pour passer à louest, devrait être un peu plus fort à lest. D’ailleurs, je ne serais pas étonné quils décident de passer à lest de Funchal, à Madère, désormais dans leur viseur.”

Et pourtant les teams gardent le sourire car le départ aura bien lieu mardi à 11 heures. Enfin. Martin Keruzoré, mediaman sur Sodebo, sest offert une petite balade sur la plage de la pointe Saint-Mathieu pour oublier son impatience : Je ne vais pas courir pendant 30 jours alors jen profite ! Après cette semaine de préparation, le stress sest atténué car il est prêt : Tout mon matériel photo et vidéo est prêt depuis longtemps. Il est vérifier, revérifier. Jai vraiment hâte de partir ! Serein certes mais aussi conscient des risques dune telle course. Cest la première fois que ces bateaux vont saffronter sur une aussi longue distance. La casse est évidemment langoisse principale de tous les équipages. Sans parler du chavirage… En cas de problème technique justement, contrairement au Vendée Globe, les bateaux peuvent faire escale nimporte où et bénéficier de lassistance de leur équipe.

Sur Sodebo Ultim 3, Thomas Coville et Jean-Luc Nélias suivent, à 60 milles du leader tandis qu’Actual Leader (Yves Le Blevec/Alex Pella) pointe à 150 nautiques des premiers. L’équateur – selon les derniers routages – devrait être atteint dans 3 ou 4 jours. Incroyable !