Brest Atlantiques: une remontée rapide pour un vainqueur attendu mercredi – LExpress

Brest Atlantiques: une remontée rapide pour un vainqueur attendu mercredi - L\Express

Brest Atlantiques : Maxi Edmond de Rothschild toujours devant malgré le Pot au Noir

Partie le 5 novembre, la petite flotte des maxi-trimarans volants Ultim nest pas loin dachever sa course en double, la Brest Atlantiques, menée par le bateau de Franck Cammas et Charles Caudrelier attendu mercredi sur la ligne à Brest.

Le Maxi Edmond de Rothschild barré par Cammas et Caudrelier file actuellement à vive allure pour remonter vers le Cap Vert.

“Ca a été un peu brutal cette nuit mais on reste rapide”, a indiqué, détendu, Cammas, lors des vacations avec le PC course. “Ce nest pas le moment de mollir, sil y a intérêt à continuer vite, il faut le faire. On réfléchira si on lève le pied sur les dernières 48 heures”, a-t-il ajouté.

Vingt-deuxième jour de course et léquipage Maxi Edmond de Rotschild nest toujours pas inquiété. En tête de la course depuis son passage au Cap, en Afrique du Sud, leur traversée se passe toujours sans encombre. Même si les trois skippers ont perdu une avance assez conséquente sur leurs poursuivants dActual Leader, passant de 433 à 322 mille nautiques décart. La faute au choix des premiers de naviguer en zigzag en longeant les méridiens, tandis que les seconds conservent une trajectoire très directe. Léquipage MACIF, toujours troisième, est situé plus au sud après son coup tactique dhier, mais léquipage de François Gabart a également repris 100 mille sur ses concurrents et devrait mettre un coup daccélérateur lors de sa remontée vers le nord de lAtlantique.

Le tandem a passé jeudi le “pot au noir”, une zone météorologique instable où les vents sont changeants et difficiles à prévoir. Cammas et Caudrelier sont suivis par le duo François Gabart/Gwénolé Gahinet (Trimaran Macif) qui, lui, sapprête à entrer dans le périlleux “pot au noir”, avec lintention daller chercher les leaders de la course.

Brest Atlantiques : Cammas et Caudrelier creusent encore lécart à une semaine de larrivée

“Ca va être compliqué. Mais si cest compliqué, ça nous va bien! On est au taquet, on y croit et on va y croire jusquà la dernière seconde. Il reste encore un peu de chemin, il peut se passer plein de choses, le jeu reste ouvert jusquau bout”, a assuré Gabart.

Le coup de poker des skippers du trimaran MACIF, François Gabart et Gwénolé Gahinet, qui n'ont pas pris le même trajet que leurs concurrents, commence à se montrer bénéfique. Mais après 22 jours de course, c'est toujours l'équipage Maxi Edmond de Rotschild qui est en tête, au moment de remonter vers le nord de l'Atlantique.

Troisième et dernier de la course, la paire Yves Le Blévec/Alex Pella (Actual Leader) saccroche. “On a encore une bonne huitaine de jours en mer. On est ravi dêtre quasi bord à bord avec Macif, cest quasi inespéré pour nous”, sest félicité Le Blévec, dont le bateau est de loin le plus ancien de la flotte.

Le tandem a passé jeudi le “pot au noir”, une zone météorologique instable où les vents sont changeants et difficiles à prévoir. Cammas et Caudrelier sont suivis par le duo François Gabart/Gwénolé Gahinet (Trimaran Macif) qui, lui, sapprête à entrer dans le périlleux “pot au noir”, avec lintention daller chercher les leaders de la course.

Ce sont seulement quatre bateaux qui ont pris le départ de la Brest Atlantiques, course imaginée par et pour les Ultim, classe élitiste de maxi-multicoques de 32 m de long capables de voler grâce à leur foils (appendices latéraux qui élèvent le bateau au dessus de leau).

Troisième et dernier de la course, la paire Yves Le Blévec/Alex Pella (Actual Leader) saccroche. “On a encore une bonne huitaine de jours en mer. On est ravi dêtre quasi bord à bord avec Macif, cest quasi inespéré pour nous”, sest félicité Le Blévec, dont le bateau est de loin le plus ancien de la flotte.

Le voilier skippé par Thomas Coville et Jean-Luc Nélias (Sodebo Ultim 3), mis à leau en mars dernier, a été endommagé (avarie safran, perte de larrière du flotteur tribord), ce qui a contraint les marins à labandon le 22 novembre.

Selon les dernières estimations, le duo Cammas-Caudrelier est attendu à Brest mercredi au petit matin. Les deuxième et troisième devraient suivre 48 heures plus tard.

Ce sont seulement quatre bateaux qui ont pris le départ de la Brest Atlantiques, course imaginée par et pour les Ultim, classe élitiste de maxi-multicoques de 32 m de long capables de voler grâce à leur foils (appendices latéraux qui élèvent le bateau au dessus de leau).

Le duo du Maxi Edmond de Rothschild, qui a franchi l'équateur la nuit dernière, a accentué son avance en tête de la Brest Atlantiques.

“Ca va être compliqué. Mais si cest compliqué, ça nous va bien! On est au taquet, on y croit et on va y croire jusquà la dernière seconde. Il reste encore un peu de chemin, il peut se passer plein de choses, le jeu reste ouvert jusquau bout”, a assuré Gabart.

Dans une semaine à cette heure-ci, ils auront peut-être pris une bonne douche, savouré un bon repas de terrien voire déjà dormi dans un lit douillet. Franck Cammas et Charles Caudrelier sont passés sous la barre symbolique des 3.000 milles (sur un total de 14.000) jusquà larrivée de la Brest Atlantiques. Sauf coup de Trafalgar, le duo du Maxi Edmond de Rothschild, qui a franchi léquateur vers 3h la nuit dernière, pourrait débouler dans la rade jeudi prochain. Le voir y lever les bras en vainqueur est très probable vu lavance quil compte sur ses poursuivants au moment dentrer dans lhémisphère nord. Au pointage de 8h00, Edmond de Rothschild comptait ainsi 385 milles davance sur Actual Leader et 814 sur Macif. De quoi envisager les pièges du Pot-au-Noir avec sérénité, lui qui filait à 25 noeuds à lheure du laitier.

Scotchés dans une zone de molles la nuit dernière, François Gabart et Gwénolé Gahinet avaient retrouvé un peu de vitesse jeudi matin (16 nœuds). Partis très à lOuest pour optimiser leur entrée dans le Pot-au-Noir, les deux skippers de Macif espèrent, malgré de nouveaux soucis de safran, récolter les fruits de leur option pour passer Yves Le Blévec et Alex Pella après léquateur. On a du mal encore à savoir comment ça va croiser avec Macif, ce nest pas impossible quil sorte devant nous, on verra, je pense que ça va se jouer dans les 24 heures, annonce Le Blévec.