Pas-de-Calais: Deux hommes qui aidaient des migrants à traverser la Manche condamnés – 20 Minutes

lessentiel Un vendeur de bateaux et un chauffeur de taxi ont été condamnés vendredi par le tribunal de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) à des peines de 18 mois et un an de prison ferme, pour avoir aidé des migrants à traverser la Manche entre octobre et mars. 

Dirigeant d'une société de vente de bateaux d'occasion et âgé de 45 ans, Emmanuel Desreux a écopé au total de trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis. Le chauffeur de taxi Jean-Claude Demeyer, 54 ans, a lui été condamné à 2 ans de prison dont un avec sursis. Sa peine a été assortie d'une interdiction d'exercer son métier de taxi pendant 5 ans.  L'enquête avait débuté en janvier, avec l'interpellation de quatre ressortissants iraniens et de deux chauffeurs de taxi sur la plage de Wimereux (Pas-de-Calais). Grâce à des témoignages, les enquêteurs avaient pu remonter jusqu'à la société Fluvialys, basée à Deûlémont (Nord).   Des écoutes téléphoniques avaient alors rapidement permis de découvrir que le chef d'entreprise vendait régulièrement des bateaux pneumatiques à des migrants, avant de les mettre en contact avec un chauffeur de taxi calaisien, chargé d'acheminer le matériel et certains migrants vers les plages du littoral.  A la barre du tribunal vendredi, le patron de la société, né en France et résidant en Belgique, a estimé avoir vendu "17 ou 18 bateaux en quatre mois". Les enquêteurs en ont eux comptabilisé 39, s'appuyant notamment sur des factures et du matériel nautique retrouvé sur certaines plages de la Côte d'Opale.  

Selon l'enquête, menée par la brigade mobile de recherche de Lille, une fois la vente effectuée, le vendeur mettait les clandestins en relation avec le chauffeur de taxi calaisien, chargé d'acheminer les bateaux de Deûlémont jusqu'aux plages.  "Il y avait toujours un migrant avec moi qui m'indiquait la destination (…) Quand j'arrivais sur place, ils étaient au moins sept ou huit. Ils prenaient le bateau, le moteur, les pompes, les rames, les gilets de sauvetage, et je partais", a expliqué le prévenu.   Interrogés sur les risques encourus par les migrants lors de la traversée, aucun des deux hommes n'a exprimé de regrets. "Tout dépend de la météo", a jugé le vendeur, assurant: "quand il faisait mauvais, je leur disais de rappeler plus tard".   Quelque 14.000 euros en espèces ont été retrouvés dans le véhicule du chef d'entreprise lors de son interpellation.  Dans ses réquisitions, le parquet a pointé la "dangerosité des passages la nuit, compte-tenu du trafic et des conditions climatiques dans la Manche en hiver" et le "caractère lucratif de l'activité".  Entre octobre et mars, 62 traversées clandestines de la Manche ont été tentées, "majoritairement par des Iraniens et des Irakiens" qui prenaient "un risque énorme", pour transporter au total près de 500 migrants, disait début avril le préfet du Pas-de-Calais, Fabien Sudry. La densité du trafic dans le détroit, les courants, les hauts fonds, le vent permanent et la température de l'eau rendent en effet une telle entreprise très difficile et extrêmement dangereuse.  En mars, le même tribunal de Boulogne-sur-Mer avait condamné à des peines allant jusqu'à trois ans et demi de prison ferme cinq hommes reconnus coupables d'avoir aidé des migrants à entrer en Grande-Bretagne à bord de camions en rémunérant les chauffeurs.   

var badword = 0; var badwordserch = 1; Un vendeur de bateaux et un chauffeur de taxi ont été condamnés vendredi par le tribunal de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) à des peines de 18 mois et un an de prison ferme, pour avoir aidé des migrants à traverser la Manche entre octobre et mars.

Dirigeant dune société de vente de bateaux doccasion et âgé de 45 ans, Emmanuel Desreux a écopé au total de trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis. Le chauffeur de taxi Jean-Claude Demeyer, 54 ans, a lui été condamné à 2 ans de prison dont un avec sursis. Sa peine a été assortie dune interdiction dexercer son métier de taxi pendant 5 ans.

Lenquête avait débuté en janvier, avec linterpellation de quatre ressortissants iraniens et de deux chauffeurs de taxi sur la plage de Wimereux (Pas-de-Calais). Grâce à des témoignages, les enquêteurs avaient pu remonter jusquà la société Fluvialys, basée à Deûlémont (Nord).

Des écoutes téléphoniques avaient alors rapidement permis de découvrir que le chef dentreprise vendait régulièrement des bateaux pneumatiques à des migrants, avant de les mettre en contact avec un chauffeur de taxi calaisien, chargé dacheminer le matériel et certains migrants vers les plages du littoral.

A la barre du tribunal vendredi, le patron de la société, né en France et résidant en Belgique, a estimé avoir vendu 17 ou 18 bateaux en quatre mois. Les enquêteurs en ont eux comptabilisé 39, sappuyant notamment sur des factures et du matériel nautique retrouvé sur certaines plages de la Côte dOpale.

Selon lenquête, menée par la brigade mobile de recherche de Lille, une fois la vente effectuée, le vendeur mettait les clandestins en relation avec le chauffeur de taxi calaisien, chargé dacheminer les bateaux de Deûlémont jusquaux plages.

Il y avait toujours un migrant avec moi qui mindiquait la destination (…) Quand jarrivais sur place, ils étaient au moins sept ou huit. Ils prenaient le bateau, le moteur, les pompes, les rames, les gilets de sauvetage, et je partais, a expliqué le prévenu. Interrogés sur les risques encourus par les migrants lors de la traversée, aucun des deux hommes na exprimé de regrets. Tout dépend de la météo, a jugé le vendeur, assurant: quand il faisait mauvais, je leur disais de rappeler plus tard.

Quelque 14000 euros en espèces ont été retrouvés dans le véhicule du chef dentreprise lors de son interpellation. Dans ses réquisitions, le parquet a pointé la dangerosité des passages la nuit, compte-tenu du trafic et des conditions climatiques dans la Manche en hiver et le caractère lucratif de lactivité.

Entre octobre et mars, 62 traversées clandestines de la Manche ont été tentées, majoritairement par des Iraniens et des Irakiens qui prenaient un risque énorme, pour transporter au total près de 500 migrants, disait début avril le préfet du Pas-de-Calais, Fabien Sudry. La densité du trafic dans le détroit, les courants, les hauts fonds, le vent permanent et la température de leau rendent en effet une telle entreprise très difficile et extrêmement dangereuse.

En mars, le même tribunal de Boulogne-sur-Mer avait condamné à des peines allant jusquà trois ans et demi de prison ferme cinq hommes reconnus coupables davoir aidé des migrants à entrer en Grande-Bretagne à bord de camions en rémunérant les chauffeurs. (afp/nxp)

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil “Le Matin” aime les débats. Mais trop dabus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous nen avez pas? envoyez une demande à ladresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions dutiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat! La rédaction

Nous sommes heureux que vous voulez nous donner vos commentaires. Sil vous plaît noter les règles suivantes à lavance: La rédaction se réserve le droit de ne pas publier des commentaires. Ceci sapplique en général, mais surtout pour les propos diffamatoires, racistes, hors de propos, hors-sujet des commentaires, ou ceux en langues étrangères ou dialecte. Commentaires des noms de fantaisie, ou avec des noms manifestement fausses ne sont pas publiés non plus. Plus les décisions de la rédaction nest ni responsable déposée, ni en dehors de la correspondance. Renseignements téléphoniques ne seront pas fournis. Léditeur se réserve le droit également à réduire les commentaires des lecteurs. Sil vous plaît noter que votre commentaire aussi sur Google et autres moteurs de recherche peuvent être trouvés et que les éditeurs ne peuvent rien et est de supprimer un commentaire une fois émis dans lindex des moteurs de recherche.