Européennes, Cannes, procès pour agression transphobe… ce qui vous attend ce mercredi 22 mai – Le Dauphiné Libéré

Européennes, Cannes, procès pour agression transphobe... ce qui vous attend ce mercredi 22 mai - Le Dauphiné Libéré

Le réalisateur Xavier Dolan critique à son tour Netflix, Amazon et les plateformes de streaming – Actualité Film

30 ans, huit long-métrages, six sélections à Cannes. Le prolifique Xavier Dolan est à nouveau présent dans la sélection officielle de la Croisette, avec son nouveau film  Matthias et Maxime . Une histoire d’amour et d’amitié dont nous n’avions jusqu’à présent que quelques photos promotionnelles.

Le réalisateur a dévoilé pour Konbini un premier extrait du film. Une minute trente où l’on découvre les personnages de Matthias (Gabriel D’Almeida Freitas) et de Maxime (Xavier Dolan). Mais aussi Francine, la mère de Matthias, et plusieurs de leurs amis.

Une enquête pour “violences commises à raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre” avait été ouverte par le parquet de Paris le 31 mars, après la diffusion d’une vidéo montrant cette femme de 31 ans prise à partie par plusieurs personnes en marge d’un rassemblement place de la République contre le président algérien Abdelaziz Bouteflika.

 Matthias et Maxime  est présenté en sélection officielle le 22 mai à 16h. On ignore encore sa date de sortie dans les salles françaises.

Sur France 2, ce mercredi à 21h10, les journalistes Thomas Sotto et Alexandra Bensaid animent un débat sur les Européennes, en présence des six principales têtes de listes en haut des sondages, en prime time : Manon Aubry (La France insoumise), Nathalie Loiseau (LREM), François-Xavier Bellamy (Les Républicains), Jordan Bardella (RN), Raphaël Glucksmann (PS) et Yannick Jadot (EELV).

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de largent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU nappartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez quun média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média. Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !

Autre film projeté à 19h30, celui dArnaud Desplechin, “Roubaix, une lumière”. Pour ce film, Léa Seydoux, Roschdy Zem et Sara Forestier seront attendus sur le tapis rouge.

Quand on se sent en danger, on a deux possibilités, fuir ou se défendre. Mais quand on est le cinéma traditionnel, la fuite nest pas une option.

Et cest vrai que les temps changent et que cest un peu chaud pour le cinéma en ce moment. On ne parle pas de cinéma en tant quindustrie, qui se porte à merveille grâce à Disney notamment, mais de cinéma en tant que support artistique qui tire clairement la tronche depuis plusieurs années.

Élections. À quelques jours des élections européennes, un débat entre une quinzaine de têtes de liste ou chefs de partis se tiendra sur France 2 et France Inter. À cinq jours du scrutin, le Rassemblement national (23,5 %) et La République en marche (23 %) sont quasiment à égalité dans les intentions de vote, mais la dynamique est plutôt en faveur du RN, selon un sondage Elabe publié mardi 21 mai. Justice. La cour dappel se prononce dans trois affaires concernant lessayiste dextrême droite Alain Soral. Poursuivi pour avoir publié un photomontage aux relents antisémites représentant notamment Emmanuel Macron, il avait été relaxé en mars 2018 mais le parquet avait fait appel. Dans deux autres dossiers, il avait été condamné à deux peines demprisonnement avec sursis pour provocation à la haine, après la diffusion sur son site internet de deux dessins jugés antisémites, et avait fait appel.

A limage de la société humaine où la middle-class disparait de plus en plus, les films à moyen budget connaissent de plus en plus de difficultés à se monter.

En cause, la politique des studios, qui visent avant tout de grosses franchises bien chères dont le retour sur investissement est quasiment assuré avant le premier jour de tournage, ou des tout petits films qui ne présentent aucun risques financiers. En parallèle, Netflix, Amazon et consorts se sont développés et ont récupéré cette catégorie de films sacrifiés au point que lindustrie commence à flipper sur cette mort annoncée du cinéma exploitée en salles.

Environnement. Présentation à la presse par le préfet du Gard du plan visant à  prélever  un loup identifié dans la zone des Costières (Gard).

Si de nombreuses voix se lèvent dans les deux camps, Festival de Cannes oblige, le sujet est plus que sensible actuellement. Si Alejandro González Iñárritu avait plus ou moins pris la défense des plateformes il y a quelques jours en reconnaissant notamment quelles jouaient le rôle de bouc-émissaire, cest au tour du réalisateur Xavier Dolan, dont le film Matthias & Maxime est en compétition, de donner son avis. On peut dire quil ne va pas dans le même sens, comme la prouvé son intervention sur le plateau de lémission Stupéfiant ! sur France 2 :

À cinq jours du scrutin, le Rassemblement national (23,5 %) et La République en marche (23 %) sont quasiment à égalité dans les intentions de vote.

“Autour de moi, je sens que le marché sest métamorphosé et que les gens préfèrent vivre le plaisir des films de façon individuelle et casanière plutôt que de se retrouver dans un espace socialement avec les autres. Cest dommage…”

On ne lui jettera pas la pierre, pour une fois, tant effectivement lexpérience cinématographique se vit en salles et en communauté pour en accéder à toute sa beauté. Mais, évidemment, le réalisateur de Mommy étant un jeune homme de son époque, il est aussi client des plateformes SVoD comme Netflix. Sauf, quil ne les apprécie pas pour autant :

Décrit comme un “mélange de Tom à la ferme pour son côté esthétique et de lesprit et lénergie de Mommy”, Matthias & Maxime constitue également loccasion pour le metteur en scène de retrouver Anne Dorval et Antoine-Olivier Pilon, mais aussi de faire tourner dautres comédiens canadiens moins connus chez nous (Gabriel DAlmeida Freitas, Pier-Luc Funk ou encore Samuel Gauthier).

“Moi aussi jai Netflix. Mais il faut que les deux puissent coexister. Lun ne peut pas remplacer lautre. Le digital, cest la platitude. Ça manque de relief, ça manque de texture, ça manque de vie ! Sur ces plateformes, on crée une multitude de contenus qui sont extrêmement chiants et mauvais. Il y a quelque chose daseptisé qui correspond aussi à la mentalité et à la nature de ces plateformes.”

Incroyable mais vrai, nous nous retrouvons totalement dans ces propos. Attention, toutefois, à ne pas tout mélanger. Nous ne critiquons pas Netflix en soi, qui propose tout un tas de contenus différents et intéressants mais il faut bien reconnaitre que cela pousse à une certaine normalisation de la production, une nomenclature qui montre de plus en plus ses limites.

Découvrez un extrait de “Matthias & Maxime”, le nouveau long métrage réalisé par Xavier Dolan présenté en Compétition à Cannes.

En fait, on serait assez pour faire se rejoindre les points de vue de Dolan et dInarritu : le problème ne vient ni de la plateforme, ni de la technologie, mais bel et bien des décideurs et des studios. Si le cinéma était encore capable de prendre autant de risques quavant, nous naurions même pas cette conversation.

Une enquête pour “violences commises à raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre” avait été ouverte par le parquet de Paris le 31 mars, après la diffusion d’une vidéo montrant cette femme de 31 ans prise à partie par plusieurs personnes en marge d’un rassemblement place de la République contre le président algérien Abdelaziz Bouteflika.

Le nouveau film de Xavier Dolan, Matthias & Maxime, est présenté ce mercredi au festival de Cannes. Sa date de sortie française nest pas encore connue.

Sur France 2, ce mercredi à 21h10, les journalistes Thomas Sotto et Alexandra Bensaid animent un débat sur les Européennes, en présence des six principales têtes de listes en haut des sondages, en prime time : Manon Aubry (La France insoumise), Nathalie Loiseau (LREM), François-Xavier Bellamy (Les Républicains), Jordan Bardella (RN), Raphaël Glucksmann (PS) et Yannick Jadot (EELV).

@Maurice Escargot Uniquement si tu arrêtes avec ton "les salles de cinéma c'est l'enfer des popcorns, téléphones, et spectateurs odieux". Jamais vécu ça, ou alors de manière totalement réduite et anodine (donc gênant mais isolé), que ce soit sur des blockbusters, films d'horreur, ou film dit d'auteur. On peut trouver et tomber sur des salles de ciné et séances insupportables. Et on peut trouver l'expérience de la salle de cinéma, super. Pas plus compliqué que ça.

Autre film projeté à 19h30, celui dArnaud Desplechin, “Roubaix, une lumière”. Pour ce film, Léa Seydoux, Roschdy Zem et Sara Forestier seront attendus sur le tapis rouge.

"Le plaisir de la salle de cinéma", faut vraiment arrêter avec ça… Oui, un grand écran est toujours mieux qu'un écran domestique et oui, le son y est meilleur (enfin, sauf quand il est mal dosé et qu'on ressort de la salle assourdi). Mais les séances sont devenues un enfer, quel que soit le film projeté. J'ai été voir Fight Club en VO hier, je me disais que ce genre de séance spéciale ne serait squattée que par des cinéphiles : tu parles ! Ça mâchouille, ça commente, ça fait mumuse avec l'iMerde. Au final, j'ai regretté de ne pas avoir refait tourner le Blu-Ray chez moi… Alors, "le plaisir de l'expérience sociale au cinéma", merci mais non merci.

" Sur ces plateformes, on crée une multitude de contenus qui sont extrêmement chiants et mauvais. " Au cinéma aussi, il suffit de voir tous ses derniers films.

En attendant la remise des Palmes samedi, France Culture a profité de lévénement pour remettre trois prix. Celui des Étudiants à László Nemes pour son film “Sunset”, qui dépeint un Budapest crépusculaire à la veille de la première guerre mondiale et le prix International des étudiants étrangers à Jean-Paul Civeyrac pour “Mes provinciales”, relatant lhistoire dun jeune homme qui monte à Paris faire des études de cinéma. Enfin la radio a remis un dernier prix à Margaret Menegoz pour lensemble de son oeuvre. Productrice attitrée dÉric Rohmer et Barbet Schroeder pendant longtemps, elle est aujourdhui à la tête de la société des Films du Losange, qui contribua à lessor de la Nouvelle Vague.

Son avis osef! Fait pas oublier qui fait vivre le cinema. Le public en a pour son argent avec netflix qui est une bonne petite revolution dans ce monde du divertissement

Le cinéaste engagé Robert Guédiguian qui sest fait connaître du monde entier avec “Marius et Jeannette” en sélection officielle à Cannes en 1997, pointe la “très forte contradiction” du festival dans une interview à Nice-Matin. “Ken Loach a présenté ici quatorze de ses films, face aux smokings et aux yachts. Et il a eu deux fois la Palme”, pointe le réalisateur à propos de son homologue britannique, inlassable combattant de lultralibéralisme. “Le capital finance les films qui le dénoncent, cest lun de ses paradoxes. Ils peuvent le dénoncer à condition… quils lui rapportent de largent”, dit le réalisateur.

Ma dernière expérience ciné a été navrante. J'étais allé voir Le Vent de la Liberté en Vost. Cela n'a pas empêché des abrutis de venir se foutre de la gueule du film parce que ça "spreche deutsch" (sic !) . Malgré un signalement au vigile, on me dit qu'ils ne peuvent rien faire, les mecs ont payé leur place, j'ai qu'à leur demander gentiment de parler moins fort. Je n'ai pas Netflix ou autre parce que chez moi au beau milieu de nulle part, la bande passante est comme le TGV, on connait mais on n'en a jamais vu dans le coin. Mais quand je pourrais l'avoir, je l'aurais. Tant pis pour le cinéma du coin.

Entre le prix prohibitif des places de Cinema, la disparition des petites salles au profit des gros multiplex (salle gigantesque…bruits et désagréments gigantesques), la frilosité des producteurs (exigences de rentabilité entraînant une absence de prise de risque) et la standardisation des grosses productions…..Et bien je suis bien mieux chez moi à mater Netflix. Le gars essaye de défendre son gagne-pain et l'image idéalisée de la production cinématographique, c'est compréhensible. Mais sa morale et ses arguments à deux balles, il peut se les mettre en suppositoire.

Robe noire et chapeau de paille rehaussé dun ruban de même couleur, lactrice Isabelle Adjani, monte les marches pour la deuxième année de suite. Agacée par lintrusion des photographes dans sa vie privée, en 1983 lactrice alors âgée de 28 ans avait refusé le photocall et fui les flashs. En contrepartie, les professionnels avaient posé leurs appareils et tourné le dos au Palais lors de sa montée des marches quelques heures plus tard.

@L'autre, tout à fait de ton avis et ça fait plusieurs fois que je le dis et je ne suis pas le seul, c'est un argument qui revient de plus en plus et pour lequel les exploitants de salles devraient tendre l'oreille: les séances de ciné sont devenues un enfer! Les causes on les connait: bruits, portables, bouffes, bavardages incessants, non respect des autres… Je ne vais plus que rarement au ciné et pourtant je consomme du film… autrement. Je reste persuadé que l'expérience salle est la véritable façon de vivre film mais ça devient trop pénible. Netflix, avec tous ses défauts, est un bon palliatif…

"cela pousse à une certaine normalisation de la production" euh et la "marvellisation" du cinéma c'est quoi???

« J’ai peur que ce soit devenu un passage obligé pour certaines personnes qui nous regardent et qui ne pardonneront pas à notre film s’il ne se démarque pas, ou qui s’imaginent que s’il ne gagne rien, c’est qu’il est décevant, alors que, finalement, chaque année, il y a 16 cinéastes qui repartent les mains vides. »

Netflix et consorts sont une bonne chose pour le cinéma. Ils représentent le mal nécessaire. Aujourd'hui la différence entre un film exclusif Netflix et un film de studio s'estompe de plus en plus, le tarif mensuel de la plateforme étant au niveau d'une place plein tarif dans un multiplexe, nombre de clients feront le choix du home cinéma. Les grands studios vont devoir se réinventer ou prendre des risques pour survivre. Si ça permet de voir plus de proposition de cinéma originale, je suis totalement pour.

Jai écrit à Thierry [Frémaux, délégué général du Festival de Cannes] pour le lui dire le jour de lannonce. Jai dit : "Quelle impressionnante cuvée, bravo! Je ne sais pas ce que mon film vient faire là-dedans; jespère que je ne serai pas comme un cheveu sur la soupe". Thierry Frémaux a répondu en lui assurant quil avait sa place dans la sélection officielle.