Handball : Chambéry battu par Toulouse au Phare – France Bleu

Mauvaise soirée pour jouer à domicile. Pour ces premiers matchs de la 8ème journée, seul Aix-en-Provence s’est imposé face à Créteil (28-23). Dans les autres matchs, Toulouse est venu à bout des Chambériens au Phare (24-25) et St Raphaël évite le piège chartrain (29-33). Hormis les Savoyards, les européens se seront mis dans de bonnes conditions avant le 3e tour de la Coupe EHF ce week-end.

En déplacement à Aix, les joueurs de Créteil ont bien débuté le match et tiennent dans un premier acte serré. Si les Cristolliens ne sont qu’à 1 but de leurs adversaires à la pause (13-12), l’écart se crée dans la seconde période sous l’impulsion d’un bon Vid Kavticnik et d’un Wesley Pardin infranchissable avec 19 arrêts à 46%. Vainqueurs de 5 buts (28-23), les Aixois peuvent pleinement se tourner vers le 3e tour de qualification de la Coupe EHF ce week-end, à Chambéry. “On va aussi récupérer des blessés dont Iniaki Pecina qui nous a manqué ce soir” rappelle le héros du soir, Wesley Pardin. A domicile, Istres vit également une première mi-temps compliquée face à Dunkerque. Porté, comme à son habitude, par de bons Vasko Sevaljevic et Andrea Parisini, (10 des 14 buts de la première période à eux deux), les Provençaux tiennent la dragée haute à une formation nordisque en embuscade (MT : 14-13). En deuxième mi-temps, les joueurs de Gilles Derot tiennent le match jusqu’au dernier quart d’heure où ils le laissent filer en encaissant un 6-1. Avec de bons Pelayo et Billant, auteurs de 8 buts chacun, les Dunkerquois s’imposent 26-30 et se hissent seuls à la 7ème place, doublant leur adversaire du jour.

Comme ses homologues provençaux, Nîmes se voit accroché en début de match à Tremblay (20′ : 8-9). Les Gardois parviennent néanmoins à prendre le large en fin de mi-temps, notamment grâce à des contre-attaques brillament conclues par Mohammed Sanad (12-17). La seconde mi-temps est un long fleuve tranquille avec un bon Luc Tobie pour des Nîmois qui s’imposent largement : 28-34. “On est contents mais maintenant il va falloir confirmer en Coupe d’Europe” annonce OBrian Nyateu avant le déplacement à Csurgoi. A Ivry, Nantes a géré le match sans pour autant parvenir à distancer son adversaire. Avec Davyes et Persson (7 buts chacun) contre une équipe plus homogène (seuls deux Nantais n’ont pas marqué), les violets parviennent à conserver l’avance tout au long du match. Avec des Ivryens plus hésitants et l’exclusion de Simon Ooms à l’entrée du dernier quart d’heure, le H sécurise sa victoire et s’impose de 6 buts (26-32). Avant le match de Montpellier à Paris, 5 équipes sont à égalité à la 2ème place : Nîmes, Aix, Nantes, Montpellier et Toulouse.

Saint-Raphaël serait-il guéri ? Jespère sourit Dan-Rares Fortuneanu, lentraineur varois, après que ses hommes aient dominé Chartres (33:29). Une première mi-temps denfer, avec onze arrêts de Popescu, des montées de balle en veux tu en voilà, un Alexandru Simicu qui marche sur leau, telle a été la recette. Avec six buts davance à la pause (20:14), les Raphaëlois avaient déjà la partie bien en main. D’autant plus que Chartres a du composer sans Onufryienko, Mikita, Racotea et N’Diaye. On fait trop derreurs, trop de pertes de balle, il y a de la déception par rapport à ce quon a produit en première période résume Toni Gerona de son côté. Les Chartrains ont mis de la folie avec le repos, notamment en changeant de défense, ils ont même recollé à deux buts, grâce à l’apport de Morten Vium et de ses douze réalisations. Mais Alexandre Demaille veillait. Deux arrêts dans les cinq dernières minutes ont suffi pour que Saint-Raphaël sécurise sa troisième victoire de suite, qui lui permet de remonter encore un peu plus au classement. On sait quon va trainer nos cinq premières journées comme un boulet, mais cest du passé. On va continuer à regarder devant, et, pourquoi pas, intégrer la première partie de tableau à la trêve termine Fortuneanu. Côté objectifs, on verra bien, mais en tout cas, dans le jeu, on dirait presque quon a retrouvé Saint-Raphaël.

La performance du soir est à mettre au compte de Toulouse, qui est allé chercher la victoire dans un Phare de Chambéry pas toujours accueillant  (24-25). Dans un match anxiogène, où l’écart ne sera jamais monté à plus de deux buts, c’est le 3e du championnat qui s’impose, au grand malheur des Chambériens qui décidément n’y arrivent toujours pas. “C’était compliqué, c’est le moins que l’on puisse dire… Chambéry a vraiment une équipe pour viser et jouer l’Europe. commente Maxime Gilbert. C’était gaillard, ça nous conforte sur notre classement.” Un classement où Toulouse tient la 3e place avec Nantes, Nîmes ou Aix. Peut-être bien commencent-ils à rêver à aller chercher Montpellier début décembre : “Si on peut mettre notre grain de sable, on le fera !” Très loin se trouve désormais Chambéry, à une anonyme 11e place, à l’heure où l’Europe et un quart de coupe de la ligue s’annonce dans le mois. “Il y a un manque de sérénité, il nous manque le petit truc qui ferait que…. Mais on a peu de temps pour le trouver désormais.” Pierre Paturel est dépité, car sa part de travail est faîte, mais le problème est ailleurs. “On a réussit l’an dernier en étant meilleur défense, ce soir on en prend que 25 encore. Notre soucis est offensif.” Un soucis qui s’est fait remarquer pendant 10 minutes de silences (19-18, 42e ; 19-21, 52e), et heureusement que Julien Meyer a fermé le but derrière pour retarder l’échéance (9/20). Insuffisant pour renverser la vapeur.

Lus Steins, une grande débauche dénergie hier./ Photo DDM F. Charmeux Publié le 14/11/2019 à 07:59 , mis à jour à 08:02 Fenix Toulouse Handball, Toulouse, Handball Entre la bonne surprise du début de saison, Toulouse, 3e, et celle de lan dernier, Chambéry, en manque de confiance, le duel sannonçait palpitant, hier soir en Savoie. Et il le fût jusquau bout puisque les Toulousains nont jamais creusé un écart supérieur à deux buts. Le Phare, la salle savoyarde et ses supporters enflammés, est une enceinte réputée difficile à prendre. Hier soir, malgré la différence de dynamique entre les deux équipes, ce constat sest confirmé et les débats ont été équilibrés. Il fallait attendre la 11e minute pour voir le Fenix faire un premier break grâce à lactivité de Steins et Garcia (5-7). Mais, la maladresse des Toulousains – et notamment de Maxime Gilbert (3 pertes de balles en quinze minutes) – laissait la porte ouverte aux Chambériens pour revenir et même passer devant en supériorité numérique. (9-7, 15e) Orgueilleux, les hommes de Philippe Gardent recollaient sous limpulsion de Leventoux et Ilic. Les deux équipes rentraient alors aux vestiaires à égalité (14-14).

Le second acte était de la même veine avec deux camps qui se rendaient coup sur coup. À limage de Lettens (7 arrêts en seconde période) et Meyer (9) auteurs de plusieurs parades de grande classe. Et si les statistiques des derniers remparts étaient à lavantage du Savoyard, ce sont bien les Toulousains qui allaient filer vers la victoire. Tour à tour, Steins, Ilic et Sole, enfin trouvé sur son aile leur permettaient de prendre deux unités davance (22-20, 53e). Dans une dernière action interminable où les arbitres levaient très vite le bras, Steins conservait le ballon jusquau bout sous les huées du public. La messe était dite et les Haut-Garonnais pouvaient exulter.

CHAMBERY SAVOIE MBH.- Gardiens : Genty (30 minutes, 2 arrêts), Meyer (30 minutes, 9 arrêts dont 1/1 pen.).

Buteurs : Traoré (1/2), Tritta (3/7), Richert (1/2), Babarskas (2/4), Briffe (0/1), Brouzet, Marescot (1/2), Paturel (cap., 1/1), Grigoras (1/4), Costoya-Rodrigues (2/2), Melic (7/11), Anquetil (3/4), Faustin (1/2)

FENIX TOULOUSE.- Gardiens : Lettens (34 minutes, 8 arrêts dont 2/5 pen.), Oliveira de Almeida (17 minutes, 4 arrêts).

Buteurs : Leventoux (3/4), Chelle (cap.), Olsson (3/5), Gardent, Garcia (2/2), Gilbert (1/1), Sole (4/5), Ilic (5/8), Steins (3/5), Tribillon, Benhalima (0/1), Bonilauri, Abidi (4/11)