Gilets jaunes : 500 manifestants et 11 interpellations à Clermont-Ferrand – LExpress

Gilets jaunes : 500 manifestants et 11 interpellations à Clermont-Ferrand - L\Express

Manifestation – Rassemblement “national” des Gilets jaunes à Clermont : entre 400 et 500 manifestants, 11 interpellations et quelques échauffourées

Quelques centaines de gilets jaunes, strictement encadrés par les forces de l’ordre, ont manifesté samedi à Clermont-Ferrand, choisie comme «capitale nationale» pour ce 49e acte du mouvement, dédié aux pompiers.

Plusieurs groupes venus du Puy-de-Dôme mais aussi du Cantal ou de la Creuse, se sont rejoints en début d’après-midi place de Jaude, toisant les forces de l’ordre déployées dans les rues adjacentes aux cris de «personne aime la police».

Ils ont prévu, ce samedi, de faire le tour des casernes lyonnaises. Les Gilets jaunes veulent afficher leur soutien aux pompiers, après la manifestation mardi des pompiers à Paris. Des affrontements ont alors éclaté entre pompiers et forces de lordre.

Lyon : une centaine de Gilets jaunes mobilisés pour soutenir les pompiers

Le cortège – quelque 500 personnes au plus fort de la manifestation selon la préfecture – a ensuite gagné l’emblématique cathédrale, avant de redescendre en direction du centre, où des feux de poubelle ont été allumés.

Un cordon de CRS leur a ensuite barré l’accès à la place de Jaude où la préfecture avait interdit toute manifestation. Au total, onze personnes ont été interpellées, selon la préfecture.

Le cortège – quelque 500 personnes au plus fort de la manifestation selon la préfecture – a ensuite gagné lemblématique cathédrale, avant de redescendre en direction du centre, où des feux de poubelle ont été allumés.Quelques personnes seulement avaient revêtu un gilet jaune :  La police nous les confisque , affirme Alain, 58 ans, qui dit être là  parce que rien na changé depuis un an, lessence est encore plus chère et le fossé grandit entre les riches et les pauvres .

Gilets jaunes, pompiers, SNCF : un samedi de mobilisations sociales dans tout lHexagone

À Toulouse, il y avait plusieurs centaines de manifestants, selon un journaliste de l’AFP.

Pas dincidents ni dinterpellations signalés en milieu daprès-midi.  À présent que les black blocs ne sont plus là, on est bien mieux dans le mouvement, mais il faut continuer de manifester pour maintenir une pression constante. Cest seulement une pression constante depuis un an qui a permis dobtenir quelques prises en compte par le gouvernement , explique Francis, 72 ans, cadre retraité.

Les manifestants se sont arrêtés devant une caserne de pompiers en scandant «merci, merci» tout en applaudissant.

Ils ont ensuite tenté de rejoindre le centre par un pont, bloqués par les forces de l’ordre, qui ont lancé des gaz lacrymogènes sur la foule, l’obligeant à faire demi-tour.

Un cordon de CRS leur a ensuite barré laccès à la place de Jaude où la préfecture avait interdit toute manifestation. Neuf interpellations avaient eu lieu en milieu daprès-midi, selon la préfecture. À Toulouse également, plus de 300  gilets jaunes  ont commencé à manifester vers 14 h.

Plusieurs centaines de gilets jaunes pour un 49e acte dédié aux pompiers

A Bordeaux, ils étaient 400 au plus fort selon la police, une mobilisation légèrement en hausse par rapport aux samedis précédents.

Pas d’incidents ni d’interpellations signalés en milieu d’après-midi.

A Belfort, ils étaient des milliers à s’être donné rendez-vous sur la place de la Résistance, à 14h, pour prendre la route de l’usine GE afin de contester le plan social mis en place par la direction du géant américain de l’énergie. Christophe Grudler, député européen MoDem présent sur place, a estimé sur l’antenne de RT France que «rien ne résiste» à «un pays uni». «Cela me paraît important, avec tous les élus présents ici, avec toute la population, avec les salariés, d’être présents pour montrer un soutien à notre industrie locale», a-t-il rappelé.

Dans la capitale, ils étaient 200 à 300. Ils ont manifesté du siège de France Télévisions à La Défense dans le calme, encadrés par les forces de l’ordre.

«C’est un premier pas de la part de la direction, c’est quelque chose de nouveau. Jusqu’à présent, la direction est restée silencieuse de même que les pouvoirs politiques nationaux […] Lorsqu’Emmanuel Macron était ministre de l’Economie, il avait été l’artisan de la vente par Alstom Energie au profit de GE avec Hugh Bailey, son conseiller économique au ministère, qui est aujourd’hui patron de GE. Donc ces deux personnes doivent aussi prendre une part active dans ces négociations», a souligné Florian Bouquet, président du Conseil départemental du Territoire de Belfort au micro de RT France.

À Lille, 150 gilets jaunes ont manifesté. «CRS touche pas à mon pompier», «Pompiers gazés, police décorée», disaient les quelques pancartes disséminées dans la foule.

Une opinion que ne partagent pas les syndicats. «Le bras de fer sest engagé sur le volet juridique. Nous considérons que cest un droit de retrait car le danger nest pas écarté», s’est indigné auprès de l’AFP Didier Mathis, du syndicat Unsa ferroviaire. Dans un communiqué, FO Cheminots a rappelé que, pour le syndicat, les mises en demeure de reprendre le travail ordonnées par la direction sont «illégales et constituent une entrave au droit de retrait, ce qui est un délit pénal».

A Nancy, une centaine de personnes ont défilé, sans incident, rapportent nos confrères de LEst républicain.

En soutien aux pompiers qui sont en grève depuis quatre mois et qui ont manifesté mardi à Paris pour dénoncer le manque d’effectifs et de reconnaissance de leur profession, les gilets jaunes avaient prévu un parcours spécial. Certains, comme à Pau, leur ont fait une place dans les cortèges. D’autres passaient simplement devant les casernes en grève, afin de “converger” contre le gouvernement.

Plusieurs centaines de “gilets jaunes” manifestent en France en soutien aux pompiers

Enfin à Lyon, une centaine de gilets jaunes étaient rassemblés place Bellecour en début d’après-midi, devant une bannière là aussi en «solidarité avec les pompiers».

La plupart des défilés se sont déroulés dans le calme. ″À présent que les black blocs ne sont plus là, on est bien mieux dans le mouvement, mais il faut continuer de manifester pour maintenir une pression constante. C’est seulement une pression constante depuis un an qui a permis d’obtenir quelques prises en compte par le gouvernement”, explique Francis, 72 ans, cadre retraité.

Les forces de l’ordre étaient chargées de leur empêcher l’accès aux principales artères commerçantes du centre-ville, interdites aux manifestants par la préfecture. Le cortège sest tout de même déplacé dans le centre-ville, selon nos confrères du Progrès.

La préfecture du Puy-de-Dôme avait anticipé des actes de violence dans le cadre dun appel national à manifester, ce samedi, à Clermont-Ferrand, partagé sur les réseaux sociaux par les Gilets jaunes. Et le dispositif mis en place était imporant pour léviter, avec près de 80 CRS, une cinquantaine de gendarmes mobiles et les effectifs de la direction départementale de la sécurité publique très largement mobilisés.

Au final, environ 400 à 500 personnes, sans gilets jaunes, sont passées outre linterdiction de manifester dans le centre-ville et ont marché en direction de la place de Jaude, en provenance des Salins, vers 14 heures, le tout sous la surveillance permanente dun hélicoptère de la gendarmerie. Lappareil a ainsi survolé le centre-ville à très basse altitude, sans discontinuer, suivant au plus près les mouvements des manifestants, jusquaux alentours de 18 h 30.

IdentificationPolitique de confidentialité Je consens au traitement de mes données personnelles conformément à la Politique de Confidentialité à des fins de création dun compte personnel sur le site. Sinscrire* Tous les champs sont obligatoires Veuillez confirmer votre email en suivant les instructions qui vous ont été envoyées à ladresse OkRéinitialiser le mot de passeVeuillez saisir votre adresse de messagerieVeuillez saisir les caractères de limage ci-dessousRéinitialiserIdentificationPolitique de confidentialité Des instructions pour réinitialiser votre mot de passe ont été envoyées à ladresse OkSinscrireAvez-vous un compte sur fr.sputniknews.com?OuiNonSinscrire Bonjour, ! Email:Mot de passe:Se rappeler de moiConnexionJe nai pas de compte sur fr.sputniknews.comSinscrireMot de passe oublié?Politique de confidentialitéOkSinscrire Bonjour, ! Email:Pseudo:SuivantIdentificationJe possède un compte sur fr.sputniknews.com Je consens au traitement de mes données personnelles conformément à la Politique de Confidentialité à des fins de création dun compte personnel sur le site avec lutilisation du/des module(s) des réseaux sociaux. OkSupprimer votre profilEtes-vous sûr de vouloir supprimer votre profil fr.sputniknews.com?OuiNonVotre profil a été supprimé! Vous avez 30 jours pour le rétablir en cliquant sur le lien dans lemail qui a été envoyé à ladresse indiquée à linscription.Fermer Bonjour, ! Nous nous engageons à protéger vos informations personnelles et nous avons mis à jour notre Politique de Confidentialité afin de nous conformer au Règlement général sur la protection des données (GDPR), nouveau règlement de lUE qui est entré en vigueur le 25 mai 2018.

Guidé par quelques dizaines de participants, pour la plupart absents des manifestations “Gilets jaunes” du début dannée à Clermont-Ferrand, le cortège a tourné autour de la place de Jaude et des différents barrages de policiers et de gendarmes mobiles, sans aller directement à la confrontation physique. Cétait lobjectif affiché par une partie des manifestants, au visage parfois masqué, qui donnaient limpression de vouloir en découdre.

Un rassemblement a également eu lieu à Toulouse, où quelque 300 personnes se sont regroupées à Saint-Cyprien, expliquant le changement du lieu habituel par la volonté de manifester leur soutien aux pompiers et urgentistes. Comme le précise La Dépêche, après leur départ, les militants ont été bloqués rapidement par des gaz lacrymogènes pont des Catalans puis dans le quartier Bourrassol où ils essayaient de rejoindre lhôpital Purpan et les grévistes des urgences.

Même sil y a eu quelques moments de tension, notamment quand un groupe a tenté de pénétrer dans le Centre Jaude, provoquant une intervention rapide des forces de lordre, il ny a pas eu daffrontements directs. Sauf par la parole.

Ce quil faut savoir autour de la manifestation des Gilets jaunes à Clermont-Ferrand ce samedi 19 octobre

🇫🇷 [#Acte49] Plusieurs #pompiers sont montés sur le toit de leur caserne sous les applaudissements et les cris des #GiletsJaunes les pompiers avec nous à #Lille. Plusieurs milliers de personnes rassemblées en France pour les 11 mois du mouvement. pic.twitter.com/Fx8yjJP33f

Des poubelles ont été incendiées sur le parcours du cortège, mais il ny a pas eu de dégâts. Le centre-ville a bizarrement continué à vivre, les terrasses sont restées ouvertes la plupart du temps, malgré la présence des manifestants et des forces de lordre, qui ont joué au chat à la souris pendant près de quatre heures. Certains commerces avaient préféré fermer leurs portes. Le centre commercial de Jaude est resté ouvert, ne fermant que temporairement après la tentative dintrusion.

Samedi 19 octobre, environ 300 Gilets jaunes se sont rassemblés à Clermont-Ferrand afin de manifester. La Préfecture avait pourtant interdit toute manifestation dans le centre entre 10h et 20h. 

En fin daprès-midi, un dernier face à face devant le centre commercial Jaude 2 a sonné la fin de la manifestation. Vers 18h15, le dispositif policier a commencé à être levé. 

A lissue de cette journée, onze personnes ont été interpellées et placées en garde à vue : neuf pour  possession de boucliers et équipements de protection  et deux autres suspectées davoir allumé des feux de poubelles.

Et ce pétard mouillé des gilets jaunes a privé les clermontois dune belle fête sportive. Navrant.

500 pingouins tout à une fin encore faut il y réfléchir largent ne tombe pas du ciel il se gagne ! La majorité vivent des aides quils ont grâce aux taxes et impôts divers quils veulent faire supprimer chercher lerreur

Des centaines de gilets jaunes en France, pour un 49e acte dédié aux pompiers

Ils étaient peu nombreux, débraillés, sans la dignité quon aime retrouver dans les classes populaires…et les autres Fin de lhistoire ; ceux-là ne feront pas la grande.

Encore une fois bloquer tout Clermont pour 500 personnes qui nont rien dautre à faire le samedi ! Mais franchement réveillé vous cela ne sert à rien surtout pour si peu de monde! Il devait avoir une belle fête du sport et au lieu de ça a cause de chômeur dégénérer en quêtes de reconnaissance on a été bloquer. Bravo la France