Attaque dune mosquée à Colmar : Le profil du suspect reste flou – 20 Minutes

Attaque dune mosquée à Colmar : Le profil du suspect reste flou - 20 Minutes

ALSACE. Voiture lancée sur la mosquée de Colmar : lhomme aurait des problèmes psychiatriques

 Lhomme qui a foncé sur la grande mosquée samedi soir est toujours à lhôpital et vivant , a indiqué la procureur de la République à Colmar, Catherine Sorita-Minard.

Le suspect est un habitant de Colmar, a spécifié la magistrate sans plus de précisions sur son identité ou ses antécédents judiciaires.

Arrivé rapidement sur les lieux, l’ancien président du lieu de culte est catégorique : « J’ai entendu une dizaine de fois, de mes propres oreilles, le conducteur crier Allah akbar, avec un accent clairement arabophone, alors qu’il se trouvait par terre dans la salle de prière, et recevait les premiers soins médicaux sur place. C’est quelqu’un que je n’avais jamais vu à la mosquée ». Naji-Saïd Darir tient à souligner qu’« Allah Akbar est une expression signifiant Dieu est le plus grand, récitée notamment à l’ouverture d’une prière. Je pense qu’on ne peut rien déduire du fait que cet homme l’ait crié à ce moment-là ».

Grande mosquée de Colmar. A quelques minutes près, cétait un carnage

Selon Le Parisien, il serait né en 1980 et serait connu des services de police pour des faits de violences et de conduite sans permis, tandis que le journal LAlsace, citant  une source proche de lenquête , affirme quil serait  originaire dun pays du Maghreb , sa ou ses nationalités restant à déterminer.

« Il était environ 19h25, ce samedi 21 septembre, lorsque le grand imam m’a téléphoné, en état de choc et en larmes. La voiture folle venait de percuter la mosquée, lui et le jeune imam se trouvaient devant, à quelques mètres du portail qui a été défoncé. Ils ont vu toute la scène », expose Naji-Saïd Darir, président de la Grande mosquée de Colmar ces six dernières années, avant de passer le relais voilà quelques mois à Abderrahmane Nafaa.

Haut-Rhin : Ce que lon sait de la voiture lancée contre la mosquée de Colmar

Samedi, peu après 19h, lhomme a dabord détruit des plots en bois situés devant lenceinte de la Grande Mosquée de Colmar, puis enfoncé le portail avant de projeter délibérément sa voiture contre une des portes de lédifice, sencastrant en partie dans le mur.

Mosquée de Colmar: les motivations de lagresseur encore inconnues, un drame évité de peu

Personne na été blessé en dehors du suspect qui sest lui-même mutilé à larme blanche, selon la procureur de Colmar. Ses blessures ont nécessité une intervention chirurgicale.

Naji-Saïd Darir indique que le conducteur de la voiture, encastrée dans l’une des portes d’entrée de la salle de prière, s’est alors « saisi du bâton de l’imam se trouvant à l’intérieur pour frapper de toutes ses forces sur la chaire servant aux prêches. Il s’acharnait, comme s’il était en état de crise, de nombreux fidèles qui se sont approchés en ont été témoins ».

Dès samedi soir, Catherine Sorita-Minard avait indiqué que lhomme présentait à première vue  des problèmes psychiatriques  et devrait être placé en garde à vue dès sa sortie de lhôpital.

Tandis que la police est restée toute la nuit autour de la mosquée, la première prière de la journée, Fajr, à 6h, a été exceptionnellement annulée ce dimanche. « Les lieux doivent être sécurisés et nettoyés, on doit se réunir dans la matinée avec des responsables de la sécurité pour évoquer la suite, et voir quand les prières pourront reprendre ».

Attaque de la mosquée de Colmar : “À un quart dheure près, cela aurait pu être un carnage”

Dimanche à la mi-journée, le portail métallique défoncé de la mosquée était recouvert dune bâche bleue, des policiers surveillant laccès au lieu de culte, a constaté un photographe de lAFP.

 Nous avons vu un homme plein de sang, avec sa voiture. Nous avons immédiatement appelé la police , se souvient Saoudi Samah. Lattaque a eu lieu juste avant lheure de la prière du Maghreb, la quatrième prière de la journée.  Si nous avions été en pleine prière, cela aurait pu être terrible, indique Saoudi Samah. Avec tous les fidèles dans la salle, nous aurions pu avoir des blessés, voire des morts . La grande mosquée de Colmar peut en effet accueillir jusquà 3.000 fidèles.

Après 13h, des fidèles sont arrivés pour prier dans une salle annexe de la mosquée. La prière de laube avait été annulée.

 Nous étions dans notre bureau en train de préparer la journée de dimanche avec le président et le vice-président de la mosquée quand nous avons entendu un premier bruit de la rue, explique Saoudi Samah, le secrétaire général du lieu de culte. Nous avons dabord pensé à un accident mais ensuite, nous avons entendu un deuxième bruit, bien plus fort . Le conducteur du véhicule, une Citroën C4 grise, a défoncé le portail du lieu de culte avant de sencastrer dans un mur du bâtiment.

 Cétait vraiment effrayant , a raconté à France 3 Alsace limam de la mosquée Imad El-Akramine, qui a assisté à la scène.

 Heureusement que ce nétait pas au moment de laccomplissement de la prière, sinon il y aurait eu certainement des morts , a-t-il ajouté, supposant que lhomme est  un déséquilibré .

 Nous sommes submergés dappels de journalistes et de fidèles inquiets , explique  Saoudi Samah le secrétaire général de la mosquée. La première prière de la journée, à 6h, a été exceptionnellement annulée. Les responsables du lieu de culte se sont réunis ce matin pour  faire le point  avec la police et  nettoyer les lieux , indique le secrétaire général de la mosquée, Saoudi Samah.

Mosquée de Colmar : les motivation du conducteur qui a foncé sur la mosquée de Colmar restent “inconnues”

 On a eu beaucoup de chance, à un quart dheure près, cela aurait pu être un carnage , car une soixantaine de personnes devaient arriver pour la prière, a expliqué Naji-Saïd Darir, ancien président de la Grande Mosquée de Colmar.

 Les gens sont choqués, car on na jamais vu cela à Colmar, et un peu inquiets, mais on essaie de les rassurer , a-t-il confié.

Le président de lObservatoire national contre lislamophobie, Abdallah Zekri a lui “condamné avec force lattaque contre la mosquée” de Colmar. “De tels actes sont lexpression de haine et dintolérance à légard de Français de confession musulmane ou de leurs lieux de culte”, a-t-il dénoncé, affirmant quau premier semestre 2019, les “actes antimusulmans” avaient augmenté de 45,5 % après avoir légèrement baissé en 2018.

Haut-Rhin : un homme fonce en voiture sur la mosquée de Colmar sans faire de victime

A la présidence de la mosquée jusquà ces derniers mois et prévenu rapidement par limam, Naji-Saïd Darir est arrivé sur les lieux quelques minutes après lattaque.

“Il était en partie couvert de sang sur la partie supérieure de la tunique blanche quil portait” et “un couteau ensanglanté a été trouvé sur les lieux de linterpellation” sans que les circonstances de ses blessures ne soient “encore clairement déterminées”, explique le parquet de Colmar. “Plusieurs témoins”, rapporte-t-il encore, lont entendu répéter “Allah akbar”.

Voiture contre la mosquée de Colmar : Les motivations de lauteur sont encore inconnues

 Quand je suis arrivé, jai trouvé la police qui avait maîtrisé lindividu dans la salle de prière. Il était par terre en criant Allah akbar , a-t-il raconté, assurant navoir jamais vu cet homme en six années à la présidence de la mosquée.

Selon des témoins, le suspect aurait demandé à des passants la direction de la mosquée avant de foncer sur le lieu de culte, a rapporté Naji-SaïdDarir.

“Les motivations de lauteur sont encore inconnues”, a indiqué dimanche soir, dans un communiqué, la procureure de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard, qui avait avancé dès samedi soir quà première vue, il souffrirait “de problèmes psychiatriques”.

Lui-même estime que lacte ne visait vraisemblablement pas la communauté musulmane.  Puisque lui-même est musulman, cela naurait pas de sens , a-t-il relevé.

“On a eu beaucoup de chance, à un quart dheure près, cela aurait pu être un carnage”, car une soixantaine de personnes devaient arriver pour la prière, a expliqué à lAFP Naji-Saïd Darir, ancien président de la Grande Mosquée de Colmar.

Un homme a foncé volontairement avec sa voiture hier soir sur lentrée de la Grande Mosquée de Colmar avant dêtre interpellé – Vidéo

Le président de lObservatoire national contre lislamophobie, Abdallah Zekri a lui  condamné avec force lattaque contre la mosquée  de Colmar.  De tels actes sont lexpression de haine et dintolérance à légard de Français de confession musulmane ou de leurs lieux de culte , a-t-il dénoncé, affirmant quau premier semestre 2019, les  actes antimusulmans  avaient augmenté de 45,5 % après avoir légèrement baissé en 2018.

Vive émotion à Colmar. Il est aux alentours de 20 heures samedi 21 septembre lorsquun homme au volant de sa voiture fonce délibérément dans la Grande Mosquée de la ville, au niveau de lentrée avenue de Paris. Malgré la présence de quelques personnes autour de la Grande Mosquée, lhomme na pas fait dautre blessé que lui-même puisque après son geste, il sest lui-même blessé volontairement au cour à larme blanche. Lindividu a rapidement été interpellé puis hospitalisé pour ses blessures.  

 Nous faisons confiance à la justice pour faire toute la lumière sur ce terrible événement , ont de leur côté réagi, dans un communiqué, le Conseil régional du culte musulman (CRCM) dAlsace et le Conseil des imams et cadres religieux dAlsace (CICRA), évoquant un  acte inqualifiable .

Des témoins lauraient entendu crier “Allah akbar”, ce qui reste à confirmer selon la procureure de la République de Colmar, interrogée par lAFP. Catherine Sorita-Minard  estime quà première vue, lindividu souffrirait de problèmes psychiatriques. Dès que son état le permettra, il sera entendu par les policiers Il sera aussi examiné par un psychiatre. 

On ne connaît toujours pas les motivations de lhomme qui a foncé en voiture sur la Grande Mosquée de Colmar samedi.

Dans un communiqué joint, le Conseil régional du culte musulman dAlsace et le Conseil des Imams et Cadres Religieux dAlsace “condamnent avec la plus grande fermeté cet acte inqualifiable contre un lieu de culte” et disent sen remettre à la justice. 

“Le parquet national antiterroriste a été avisé, ainsi que les services spécialisés, a fait savoir la procureure de la République, Catherine Sorita-Minard. Pour le moment, le parquet de Colmar reste saisi des faits”, a-t-elle ajouté.

Malgré la réouverture de lavenue de Paris dès samedi soir, la Grande Mosquée de Colmar reste sous surveillance policière ce dimanche.

Une enquête a été ouverte pour dégradations volontaires, violences aggravées et tentative de meurtre.

Le président de lObservatoire national contre lislamophobie, Abdallah Zekri a lui "condamné avec force lattaque contre la mosquée" de Colmar. "De tels actes sont lexpression de haine et dintolérance à légard de Français de confession musulmane ou de leurs lieux de culte", a-t-il dénoncé, affirmant quau premier semestre 2019, les "actes antimusulmans" avaient augmenté de 45,5% après avoir légèrement baissé en 2018.

Il a été rapidement interpellé sur place par la police et na pas fait de blessé, à part lui-même.

"Il était en partie couvert de sang sur la partie supérieure de la tunique blanche quil portait" et "un couteau ensanglanté a été trouvé sur les lieux de linterpellation" sans que les circonstances de ses blessures ne soient "encore clairement déterminées", explique le parquet de Colmar. "Plusieurs témoins", rapporte-t-il encore, lont entendu répéter "Allah akbar".

Pas encore entendu par la police ni examiné par un psychiatre du fait de son état de santé, le suspect devrait être hospitalisé plusieurs jours encore.

Colmar : un homme fonce sur la mosquée de Colmar

L’homme, habitant Colmar, est né à Grenoble en 1980 et n’a pas d’antécédent pénal, hormis des infractions routières commises il y a de nombreuses années.

"Les motivations de lauteur sont encore inconnues", a indiqué dimanche soir, dans un communiqué, la procureure de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard, qui avait avancé dès samedi soir quà première vue, il souffrirait "de problèmes psychiatriques".

Son domicile a été perquisitionné mais aucun élément probant na été découvert. Ses proches ont été entendus par les enquêteurs.

Des témoins lont entendu crier “Allah akbar”, mais cette information restant toutefois à confirmer, a ajouté la procureure de Colmar selon laquelle “il sera placé en garde à vue et entendu dès que possible”.

“On en saura plus sur ses motivations à ce moment-là”, a-t-elle relevé, confirmant qu’il n’y avait pas d’autre blessé que lui-même en dépit de la présence de “quelques personnes dans la mosquée” au moment où il en avait percuté l’enceinte.

Le président de lObservatoire national contre lislamophobie, Abdallah Zekri a lui  condamné avec force lattaque contre la mosquée  de Colmar.  De tels actes sont lexpression de haine et dintolérance à légard de Français de confession musulmane ou de leurs lieux de culte , a-t-il dénoncé, affirmant quau premier semestre 2019, les  actes antimusulmans  avaient augmenté de 45,5 % après avoir légèrement baissé en 2018.

Des investigations sont faites sur le véhicule, toujours selon la procureure. Selon nos confrères de L’Alsace, des démineurs ont examiné la voiture “qui ne contenait pas d’explosif”.

Samedi, peu après 19 h, lhomme a dabord détruit des plots en bois situés devant lenceinte de la Grande Mosquée de Colmar, puis enfoncé le portail avant de projeter délibérément sa voiture contre une des portes de lédifice, sencastrant en partie dans le mur. Personne na été blessé à part lui-même quand il sest mutilé à larme blanche. Ses blessures ont nécessité une intervention chirurgicale.

France : un homme fonce en voiture sur une mosquée

Lhomme est un habitant de Colmar, qui serait né en 1980 et serait connu des services de police pour des faits de violences et de conduite sans permis.

“Heureusement que ce n’était pas au moment de l’accomplissement de la prière, sinon il y aurait eu certainement des morts”, a raconté limam de la mosquée. 

Ce que lon sait, pour lheure, cest que le suspect est un habitant de Colmar. Daprès le quotidien Le Parisien, il serait né en 1980 et serait connu des services de police pour des faits de violences et de conduite sans permis. Le journal LAlsace, citant  une source proche de lenquête , affirme quil serait  originaire dun pays du Maghreb , sa ou ses nationalités restant à déterminer.

“On a eu beaucoup de chance, à un quart d’heure près, cela aurait pu être un carnage”. Une soixantaine de personnes devaient arriver pour la prière.