Attaque de la grande mosquée de Colmar – Le suspect placé en garde à vue – France 3 Régions

Attaque de la grande mosquée de Colmar - Le suspect placé en garde à vue - France 3 Régions

France – Monde | Mosquée de Colmar : une enquête ouverte, les motivations du suspect inconnues

Lhomme qui a foncé volontairement samedi en début de soirée sur l’entrée de la Grande Mosquée de Colmar (Haut-Rhin) souffrirait à première vue “de problèmes psychiatriques”, selon la procureure de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard.

Il a été rapidement interpellé sur place par la police et na pas fait de blessé, à part lui-même.

Selon la procureure de la République de Colmar, l’homme s’est lui-même blessé à l’arme blanche et a été hospitalisé, devant subir une intervention chirurgicale. “Il sera examiné par un psychiatre dès que possible”, a poursuivi la magistrate.

Colmar. Lhomme a qui foncé dans la grande mosquée placé en garde à vue

Des témoins ont affirmé qu’”il aurait dit Allah akbar”, mais cette information restant toutefois à confirmer, a ajouté la procureure de Colmar selon laquelle “il sera placé en garde à vue et entendu dès que possible”.

Il n’était heureusement pas encore l’heure de la prière du Maghreb, programmée précisément à 19h37, avant l’ultime prière du soir, Icha, à 21h : « A partir de 19h30, il y aurait eu beaucoup de monde devant le portail et dans la cour, en particulier des personnes d’un âge avancé, et certaines handicapées, qui n’auraient eu aucune chance d’éviter la voiture… Grâce à Dieu il n’y a pas eu de victime, cest un miracle ! »

“On en saura plus sur ses motivations à ce moment-là”, a-t-elle relevé, confirmant qu’il n’y avait pas d’autre blessé que lui-même en dépit de la présence de “quelques personnes dans la mosquée” au moment où il en avait percuté l’enceinte.

Cet habitant de Colmar né en 1980 navait pas dantécédent pénal, hormis des infractions routières commises il y a de nombreuses années, a indiqué le parquet de la ville. Une enquête pour dégradations volontaires, violences aggravées et tentative de meurtre a été ouverte et confiée à la police judiciaire de Strasbourg. Le parquet national antiterroriste a été avisé mais laffaire est restée entre les mains du parquet de Colmar.

Des investigations sont faites sur le véhicule, toujours selon la procureure. Selon nos confrères de L’Alsace, des démineurs ont examiné la voiture “qui ne contenait pas d’explosif”.

Seul à bord dune Citroën C4, lhomme avait enfoncé le portail de la mosquée avant de projeter délibérément sa voiture contre la porte dentrée de la salle de prière, vide à cet instant. Personne dautre que lui-même navait été blessé. Après sêtre extrait de son véhicule, il sétait porté plusieurs coups de couteau, nécessitant une intervention chirurgicale.

Lhomme est un habitant de Colmar, qui serait né en 1980 et serait connu des services de police pour des faits de violences et de conduite sans permis.

On ne connaît toujours pas les motivations de lhomme qui a foncé en voiture sur la Grande Mosquée de Colmar samedi.

 Né à Grenoble en 1980 et habitant Colmar, lhomme na pas dantécédent pénal, hormis des infractions routières commises il y a de nombreuses années. 

“Le parquet national antiterroriste a été avisé, ainsi que les services spécialisés, a fait savoir la procureure de la République, Catherine Sorita-Minard. Pour le moment, le parquet de Colmar reste saisi des faits”, a-t-elle ajouté.

Une enquête a été ouverte pour dégradations volontaires, violences aggravées et tentative de meurtre.

Seul à bord dune Citroën C4, lindividu avait enfoncé le portail de la mosquée avant de projeter délibérément sa voiture contre la porte dentrée de la salle de prière, vide à cet instant. Personne dautre que lui-même navait été blessé. Après sêtre extrait de son véhicule, il sétait porté plusieurs coups de couteau, nécessitant une intervention chirurgicale.

Il a été rapidement interpellé sur place par la police et na pas fait de blessé, à part lui-même.

Samedi soir, la procureure de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard, avait estimé que cet homme pourrait souffrir de  problèmes psychiatriques . Plusieurs témoins lont entendu crier  Allah akbar  alors que la police le maîtrisait, un responsable de la communauté musulmane locale précisant que lagresseur était lui-même musulman.

Pas encore entendu par la police ni examiné par un psychiatre du fait de son état de santé, le suspect devrait être hospitalisé plusieurs jours encore.

Attaque de la Grande Mosquée de Colmar : ce que lon sait sur lauteur des faits 22 septembre 2019, 20 h 46 min 5 commentaires

L’homme, habitant Colmar, est né à Grenoble en 1980 et n’a pas d’antécédent pénal, hormis des infractions routières commises il y a de nombreuses années.

Lhomme a crié plusieurs fois "Allah akbar", selon le président de la mosquée. Un homme a foncé samedi sur la mosquée de Colmar, dans le Haut-Rhin, au volant de sa voiture. Il sest ensuite mutilé à larme blanche.

Mosquée de Colmar : les motivations du conducteur qui a foncé sur la mosquée de Colmar restent “inconnues”

Son domicile a été perquisitionné mais aucun élément probant na été découvert. Ses proches ont été entendus par les enquêteurs.

Le président de lObservatoire national contre lislamophobie, Abdallah Zekri a lui "condamné avec force lattaque contre la mosquée" de Colmar. "De tels actes sont lexpression de haine et dintolérance à légard de Français de confession musulmane ou de leurs lieux de culte", a-t-il dénoncé, affirmant quau premier semestre 2019, les "actes antimusulmans" avaient augmenté de 45,5% après avoir légèrement baissé en 2018.

Des témoins lont entendu crier “Allah akbar”, mais cette information restant toutefois à confirmer, a ajouté la procureure de Colmar selon laquelle “il sera placé en garde à vue et entendu dès que possible”.

"Il était en partie couvert de sang sur la partie supérieure de la tunique blanche quil portait" et "un couteau ensanglanté a été trouvé sur les lieux de linterpellation" sans que les circonstances de ses blessures ne soient "encore clairement déterminées", explique le parquet de Colmar. "Plusieurs témoins", rapporte-t-il encore, lont entendu répéter "Allah akbar".

Attaque de la mosquée de Colmar: les motivations du conducteur encore inconnues , selon le parquet

“On en saura plus sur ses motivations à ce moment-là”, a-t-elle relevé, confirmant qu’il n’y avait pas d’autre blessé que lui-même en dépit de la présence de “quelques personnes dans la mosquée” au moment où il en avait percuté l’enceinte.

Samedi, vers 19H10, le conducteur, seul à bord dune Citroën C4 a dabord détruit des plots en bois situés devant lenceinte de la Grande Mosquée de Colmar, puis enfoncé le portail avant de projeter délibérément sa voiture contre la porte dentrée de la salle de prière — vide à ce moment là — , sencastrant en partie dans le mur. 

Des investigations sont faites sur le véhicule, toujours selon la procureure. Selon nos confrères de L’Alsace, des démineurs ont examiné la voiture “qui ne contenait pas d’explosif”.

Lhomme est un habitant de Colmar, qui serait né en 1980 et serait connu des services de police pour des faits de violences et de conduite sans permis.

“Heureusement que ce n’était pas au moment de l’accomplissement de la prière, sinon il y aurait eu certainement des morts”, a raconté limam de la mosquée. 

Attaque de la mosquée de Colmar. Ce que lon sait

“On a eu beaucoup de chance, à un quart d’heure près, cela aurait pu être un carnage”. Une soixantaine de personnes devaient arriver pour la prière.