L’intrigant « commando » raciste qui sévit en Bourgogne

L'intrigant « commando » raciste qui sévit en Bourgogne

L’intrigant « commando » raciste qui sévit en Bourgogne

« A-t-on affaire à un individu isolé qui se fait mousser ou à un véritable embryon d’organisation d’extrême droite ? s’interroge une source proche du dossier. Difficile de le dire aujourd’hui. » L’existence d’un groupe constitué renforcerait les craintes des services de renseignement. L’année dernière, devant la commission d’enquête sur les moyens de l’Etat face au terrorisme, l’ancien patron du renseignement intérieur, Patrick Calvar, pointait la nécessité de lutter contre la « radicalisation de la société », estimant « inéluctable » une « confrontation entre l’ultradroite et le monde musulman ».

Le groupe, qui menace de commettre d’autres actions, met en avant son athéisme tout en reconnaissant « le passé chrétien de la France ». Il entend s’en prendre à des femmes voilées, à des mosquées, à des élus de gauche, revendiquant au passage son admiration pour Anders Breivik, ce néonazi responsable de l’assassinat de 77 personnes en Norvège en 2011. Le premier communiqué est d’ailleurs accompagné d’un texte audio contenant des appels au meurtre, lus par une voix féminine artificielle.

Une Référence au tueur norvégien Anders Breivik

PHOTOPQR/« LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE »/ÉRIC PELLENARD1/2AGRESSIONS. Un groupuscule, inconnu jusqu’ici, a revendiqué six attaques au marteau commises à Dijon (Côte-d’Or) et Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire).

Malgré la grande confusion idéologique des messages du commando, la police judiciaire de Dijon prend l’affaire très au sérieux. Les communiqués contiennent en effet des descriptions connues des seuls agresseurs, victimes et enquêteurs. Si bien que le parquet général de Dijon réfléchit à une éventuelle jonction entre les procédures chalonnaise et dijonnaise.