Dijon : le ministre de lÉducation fait le point sur les réformes

Jean-Michel Blanquer est en pleine préparation de son plan contre les violences en milieu scolaire.

Il sera présenté dans un mois. Invité sur BFMTV / RMC, le ministre de lÉducation nationale a avancé une proposition pour les élèves les plus difficiles : il sest dit ouvert à la création détablissements spécialisés pour les polyexclus, ces-à-dire les élèves virés de plusieurs établissements.

Coup de tonnerre chez les enseignants du secondaire suite à lannonce de Jean-Michel Blanquer, ministre de lEducation nationale, de supprimer de …

Cette piste avait déjà été évoquée fin octobre lors dune réunion entre le ministre et les recteurs dacadémie. 

Nous sommes heureux de vous compter parmi nos fidèles lecteurs. Laccès à lintégralité de cet article est réservé aux abonnés.

On saura si elle a été retenue dans approximativement un mois, lors de la remise du plan, voué à lutter contre les violences et les incivilités à lécole. Il est présenté comme une réponse au fait divers de Créteil, où un lycéen avait braqué son arme sur la tempe de sa professeure, tandis quun ami le filmait. 

Parmi les autres pistes avancées, il semble que la présence de policiers dans les établissements ait été écartée, mais pas celle de suspendre ou supprimer les prestations sociales des parents dont les enfants sont des fauteurs de trouble.

Blanquer: “On isole certaines phrases du président pour essayer de créer une polémique” sur Pétain

Jean-Michel Blanquer était linvité de Jean-Jacques Bourdin, ce jeudi matin sur BFMTV. Et sil a été surtout question de la lutte contre le harcèlement scolaire, le ministre de lEducation nationale a été interrogé sur les violences récentes dans des établissements scolaires.

Ainsi, ladolescent qui avait menacé sa professeure et avec une arme factice à Créteil et son amis qui a filmé la scène ont été exclus. Sur notre antenne, Jean-Michel Blanquer sest dit favorable “à des établissements pour recevoir les polyexclus”, soit des élèves exclus à de multiples reprises de leur collège ou de leur lycée. 

“Il existe déjà des choses mais on peut faire plus pour les élèves les plus difficiles”, estime le ministre de lEducation nationale. 

Pour lutter contre les absences à lécole mais aussi face aux incivilités, Jean-Michel Blanquer qui livrera ses conclusions dans un mois, na pas fermé la porte à une suspension ou une suppression des prestations sociales.

“Je crois à la convergence famille-école, insiste le ministre. Nous avons tous des droits et des devoirs”. 

Cette sanction potentielle nest pas nouvelle et revient à chaque nouvelle agression. Dès 2012, le député UMP du Loiret, Claude de Ganay proposait de sanctionner les parents pour les actes de leurs enfants. Une sanction financière vue comme dissuasive. Cet amendement faisait partie dun projet de loi sur la refondation de lécole porté par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.