Dijon : un élu RN sen prend à une femme voilée en pleine séance du conseil régional – Le Parisien

Dijon : un élu RN sen prend à une femme voilée en pleine séance du conseil régional - Le Parisien

Politique – Le conseil régional se réunit ce vendredi : quatre choses à retenir de la conférence de presse que sa présidente a tenue la veille

Cest une session technique qui sannonce, ce vendredi 11 octobre, au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Elle doit notamment porter sur le vote des dotations de fonctionnement des lycées pour 2020.

Mais lopposition ne manquera pas de titiller la présidente de la Région, Marie-Guite Dufay, sur le dernier rapport de la chambre régionale des comptes…

Ce vendredi 11 octobre se déroule dans une ambience tendue la séance plénière du Conseil Régional. La session baignait dans un contexte de critique du budget lié à la fusion des régions, et de division politique au sein de la majorité.

CONSEIL REGIONAL : Une double minute de silence observée par tous les élus de Bourgogne – Franche-Comté

“Je nai jamais dit quil y aurait des économies immédiates. Les économies, on en fera. Il y en aura. Cest dans le temps quil faut évaluer la fusion, pas au bout de deux ans”, estime Marie-Guite Dufay.

Ce devait être une simple sortie scolaire qui a finalement tourné au fiasco. Vendredi 11 octobre, des élèves dune classe de CM2 assistaient à une assemblée plénière du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté à Dijon dans le cadre dune opération civique baptisée “Ma République et moi”, destinée à leur faire découvrir le fonctionnement des institutions. La présence dune mère de famille, une femme musulmane voilée, qui accompagnait son fils et ses camarades, na toutefois pas plu au président du groupe Rassemblement national du Conseil régional.

Fin septembre, dans son rapport annuel sur la gestion des finances locales, la Cour des comptes a pointé le coût de la fusion des régions : alors que cette réforme promettait de générer 10 milliards déconomies en France, elle a, au contraire, engendré des dépenses publiques supplémentaires. Y compris en Bourgogne Franche-Comté, “grande région” fusionnée en janvier 2016.

Après de longues minutes de discussions houleuses et face au refus de la présidente de demander à la mère denlever son voile, les élus RN sont finalement sortis de lhémicycle, rapporte Le Monde. La classe a également quitté lassemblée, alors que le fils de laccompagnatrice voilée était en larmes. Quelques minutes plus tard, en chemin vers les toilettes situé dans le sous-sol du bâtiment, la mère de famille sest par ailleurs fait violemment apostropher par une élue dextrême droite.

Quels étaient les éléments marquants lors de la session du Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté ?

La présidente défend une “harmonisation par le haut” des politiques menées et en Bourgogne, et en Franche-Comté. Exemple, la “carte avantage jeunes”, qui profitait jadis aux seuls Franc-Comtois, et aujourdhui à “tous les Bourguignons”.

Dénonçant “une atteinte scandaleuse à notre principe de laïcité”, Julien Odoul a ainsi réclamé à la présidente de la région, la socialiste Marie-Guite Dufay, “de bien vouloir faire respecter la loi et (ses) principes républicains en exigeant le retrait de ce voile islamique, signe religieux ostentatoire et étendard de lislam politique”, précise un communiqué publié par le groupe politique.

“Les dépenses que nous faisons, je les assume”, martèle Marie-Guite Dufay. Les dépenses indemnitaires des agents titulaires de sa collectivité, qui ont augmenté de + 18 % entre 2017 et 2018 (contre + 12 % de moyenne dans les sept régions fusionnées), aussi. “Aligner les régimes indemnitaires des agents par le haut a été une mesure de justice sociale”, répond Marie-Guite Dufay. “Sil y a des gens qui ont souffert de cette fusion, ce sont bien les agents de la Région…”

Sur le niveau dinvestissement en hausse, la Cour distribue un bon point. Alors la présidente sourit : “Dire quil y a trois ans, lopposition républicaine nous reprochait de ne pas assez investir…”

Une vision qui a eu le don dhorrifier les membres du groupe Rassemblement national. Et notamment leur leader Julien Odoul, qui a demandé à Marie-Guite Dufay (PS) dordonner à cette femme de retirer son couvre-chef. Sans quoi les élus dextrême droite quitteraient la salle des séances. La présidente du Conseil régional a alors répondu que dans le règlement intérieur de la collectivité, rien ne stipulait quun tel vêtement était interdit dans lhémicycle.  Je pourrais intervenir si le comportement de quelquun était à même de perturber le déroulement de la séance. Ce nest pas le cas. Il ny a donc aucune raison que cette personne sorte , a justifié lélue socialiste.

À lordre du jour du conseil régional, “Mobigo”, lexpérimentation dun système de covoiturages dans trois territoires “en zones peu denses”. Dont le Jovinien. “Je pense que cest une première en France. La Région financera des chauffeurs individuels, pour contribuer aux trajets domicile-travail.”

Cest une séquence lunaire à laquelle nous avons assisté vendredi après-midi dans lhémicycle du boulevard de la Trémouille, à Dijon. Après la pause déjeuner, plusieurs enfants de CM2, invités à assister aux débats dans le cadre dun partenariat entre la Région et la Maison de quartier du centre-ville de Belfort, se sont assis dans la tribune réservée au public. À leurs côtés, plusieurs accompagnateurs. Dont la maman dun élève, de confession musulmane et dont la tête était partiellement voilée.

“Bonne nouvelle : Faurecia, léquipementier automobile, va implanter son centre mondial de recherche sur les réservoirs hydrogène dans le pays de Montbéliard, alors que nous étions en compétition avec Berlin et Grenoble. Petit à petit, je vois bien quon est tout prêt de convaincre Faurecia dinstaller aussi lusine de réservoirs qui en découle. Ce nétait pas gagné…”

Les élus du RN se sont donc levés, comme un seul homme.  Soumission , ont même crié certains, dans une ambiance houleuse. Le président de lURDC (Union régionale de la droite et du centre) François Sauvadet (UDI), a alors estimé quil faudrait  peut-être songer à faire évoluer le règlement intérieur, afin quil colle aux règles qui régissent lAssemblée nationale et le Sénat , qui interdisent le port de tout signe ostentatoire religieux dans leurs hémicycles respectifs.

“Non”, répond Marie-guite Dufay lorsquon lui demande si elle a réussi, depuis lété 2018, à faire avancer le projet dautoroute Troyes-Auxerre-Nevers-Bourges. “Les obstacles sont beaucoup trop nombreux…”

Julien Odoul justifie sa requête en invoquant “la loi de la République”. Ce à quoi rétorque la présidente PS du conseil régional, Marie-Guite Dufay, que ni le règlement du conseil régional ni la loi ninterdisent le port du voile au sein de lhémicycle, selon la vidéo complète de lassemblée plénière, disponible sur le site internet de la collectivité. La scène dure plusieurs minutes comme le montre une vidéo postée sur Twitter par lélu lui-même. Les membres de son groupe finissent par quitter la salle,avant de dénoncer dans un communiqué une “provocation islamiste”. 

Vendredi, une accompagnatrice scolaire a été prise à partie au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, réuni à Dijon. C’est le porte-parole du groupe du Rassemblement national (RN), Julien Odoul, qui a interrompu le déroulement de la réunion en sommant la femme voilée de quitter les lieux. Relatée par le journal Le Monde, la scène s’est déroulée devant une quinzaine d’écoliers, dont le fils de la concernée, tous venus voir de près le fonctionnement de l’opération civique locale, «Ma République et moi».

DIJON Montceau News | Linformation de Montceau les Mines et sa region

«Quand Julien Odoul a demandé à la présidente (PS) Marie-Guite Dufay, ‘au nom de nos principes laïcs’, d’enjoindre à la jeune femme ‘de bien vouloir retirer son voile islamique’, personne n’a d’abord compris de quoi il parlait. Le temps de chercher des yeux l’objet de son ire soudaine, de réaliser la présence de la mère de famille, puis passé le moment de sidération, les autres élus ont réagi», rapporte le quotidien français.

Outre la colère de ses collègues, la sortie de Julien Odoul a surtout provoqué les pleurs du jeune garçon de la femme en question. Jacqueline Ferrari, élue de lUnion des démocrates et des écologistes, citée par Le Monde, raconte que lenfant se cachait le visage dans la robe de sa mère, visiblement très affecté par les remarques de Julien Odoul.  

«Au terme d’interminables minutes de confusion et d’invectives senties entre conseillers, les élus du RN ont quitté l’hémicycle», suivis par les enfants et les accompagnateurs sont ensuite sortis. «Le fils de la jeune femme pleurait, visage enfoui dans la robe de sa mère», explique la même source.

Bourgogne-Franche-Comté – Politique. Femme voilée : le RN fait un scandale au conseil régional, Marlène Schiappa répond

Elue de l’Union des démocrates et des écologistes, Jacqueline Ferrari relaté aux journalistes la suite de la scène au sous-sol du bâtiment, où la jeune musulmane se rendait aux toilettes. Remarquée par une élue d’extrême droite, cette dernière s’est fendue d’une agression verbale envers la mère, au point de faire intervenir un des membres de la sécurité. «Elle lui disait : ‘Vous êtes soumise, vous allez voir, quand les Russes vont arriver, vous allez dégager !’ C’était très agressif», a raconté la responsable écologiste.

Pour sa part, Marie-Guite Dufay a réagi dans un communiqué où elle n’exclut pas de saisir le procureur de la République. «L’attitude du RN est une insulte à notre institution et aux valeurs les plus élémentaires de la France. La République des lumières l’emportera», a-t-elle commenté en relayant sa réaction sur Twitter.

Halte au déferlement de haine! L’attitude du @RN_BFC est une insulte à notre institution et aux valeurs les plus élémentaires de la France. La République des lumières l’emportera @_LICRA_ @SOS_Racisme @LDH_Fr pic.twitter.com/9n0RNhkoym