POLÉMIQUE. A Dijon, un élu RN sen prend à une femme voilée pendant un Conseil régional – Le Progrès

Cest une séquence lunaire à laquelle nous avons assisté vendredi après-midi dans lhémicycle du boulevard de la Trémouille, à Dijon. Après la pause déjeuner, plusieurs enfants de CM2, invités à assister aux débats dans le cadre dun partenariat entre la Région et la Maison de quartier du centre-ville de Belfort, se sont assis dans la tribune réservée au public. À leurs côtés, plusieurs accompagnateurs. Dont la maman dun élève, de confession musulmane et dont la tête était partiellement voilée.

Une vision qui a eu le don dhorrifier les membres du groupe Rassemblement national. Et notamment leur leader Julien Odoul, qui a demandé à Marie-Guite Dufay (PS) dordonner à cette femme de retirer son couvre-chef. Sans quoi les élus dextrême droite quitteraient la salle des séances. La présidente du Conseil régional a alors répondu que dans le règlement intérieur de la collectivité, rien ne stipulait quun tel vêtement était interdit dans lhémicycle.  Je pourrais intervenir si le comportement de quelquun était à même de perturber le déroulement de la séance. Ce nest pas le cas. Il ny a donc aucune raison que cette personne sorte , a justifié lélue socialiste.

Les élus du RN se sont donc levés, comme un seul homme.  Soumission , ont même crié certains, dans une ambiance houleuse. Le président de lURDC (Union régionale de la droite et du centre) François Sauvadet (UDI), a alors estimé quil faudrait  peut-être songer à faire évoluer le règlement intérieur, afin quil colle aux règles qui régissent lAssemblée nationale et le Sénat , qui interdisent le port de tout signe ostentatoire religieux dans leurs hémicycles respectifs.

Ancienne cheffe de file régionale du RN en Bourgogne-Franche-Comté (aujourdhui non inscrite, NDLR), Sophie Montel sest exprimée à son tour. Non pas pour soutenir ses ex-camarades lepénistes. Mais pour indiquer à Marie-Guite Dufay que toute modification du règlement, à la suite de cet incident, reviendrait à  tendre une perche au Rassemblement national .  Sen prendre à une femme devant des enfants, cest dégueulasse , a-t-elle ajouté.

Une femme qui, comme les élèves quelle accompagnait, a finalement quitté la salle peu après lesclandre des élus du RN. Clôturant une scène qui laissera sans doute une image déplorable aux enfants venus découvrir le fonctionnement dune assemblée démocratique. Et dont lun – le fils de la femme ciblée par Julien Odoul – a fini en larmes, dans les couloirs.

Les élus du Rassemblement national ont quitté la session du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, vendredi 11 octobre à Dijon, sur un coup déclat qui est leur marque de fabrique. Des enfants de Belfort assistaient à cette réunion pour voir fonctionner une institution démocratique, dans le cadre de lopération Ma République et moi. Une maman qui accompagnait les écoliers portait le voile.

Julien Odoul, président du groupe RN au sein de lassemblée, a fait basculer cette journée qui avait été polluée par de nombreuses autres interventions, comme la souligné Marie-Guite Dufay. Lélu RN a interpellé la présidente, lui demandant  au nom de nos principes laïcs de bien vouloir demander à laccompagnatrice qui vient de rentrer dans cette salle de bien vouloir retirer son voile islamique . Un argument à lappui : Nous sommes dans un bâtiment public, nous sommes dans une enceinte démocratique.

Marie-Guite Dufay, après avoir vérifié le règlement intérieur du conseil régional qui ninterdit pas le port du voile, na pas accédé pas à la demande qui agitait lhémicycle. Julien Odoul et les élus RN ont donc quitté la salle. Devant cet acte violent, les écoliers ont dû sortir un moment. Lun deux était en larmes, celui dont la maman avait été plongée au cœur dun débat qui navait pas lieu dêtre dans cette enceinte.

Dans un communiqué diffusé samedi via Twitter, Marie-Guite Dufay revient sur cet incident.  Halte au déferlement de la haine , insiste-t-elle. Elle y stigmatise par ailleurs lattitude des élus du RN tout au long de cette session de vendredi.  Le RN nen était pas à sa première provocation. Dès le début de la journée, ils accusaient la FCPE de complaisance vis-à-vis de lislamisme, accusaient également les services de de la Région dêtre gangrenés par lislamisme radical.  La présidente de souligner : Toutes ces allégations sont fausses, diffamatoires. Plus tard ils ont fait part de leur dégoût pour une exposition contre le racisme, au sein du conseil régional, qui mettait à lhonneur Martin Luther King. Tous ces actes démontrent la stratégie odieuse du RN dalimenter la haine.

Halte au déferlement de haine! Lattitude du @RN_BFC est une insulte à notre institution et aux valeurs les plus élémentaires de la France. La République des lumières lemportera @_LICRA_ @SOS_Racisme @LDH_Fr pic.twitter.com/9n0RNhkoym

Marie-Guite Dufay prévoit de se rendre à Belfort, mardi 15 octobre, pour rencontrer les enfants, leur enseignante et les accompagnatrices. Dans un autre tweet, elle précise :  Jai pu mentretenir longuement avec cette maman afin de lui apporter tout mon soutien .

La loi du 11 octobre 2010, interdit de dissimuler son visage  dans lespace public. Elle interdit la burqa, qui cache lintégralité du corps, et le niqab, qui couvre le visage à lexception des yeux. Le hijab porté par la femme présente à cette session nentre pas dans le champ dapplication de cette loi. Ni dans celle de la loi du 15 mars 2004, complétée par la circulaire du 18 mai 2004. Le port du voile traditionnel est autorisé dans les lieux publics ou les universités, à lexception des écoles, collèges et lycées publics.

La secrétaire dÉtat chargée de lÉgalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations a également réagi, sur Twitter. Vous nêtes nos alliés nulle part , écrit Marlène Schiappa, après avoir souligné trois points.

Quelle honte! On devrait l envoyer lui et ses collègues faire une formation de deux jours sur les valeurs de la république ce ne sont certainement pas celles qu on lui a apprises Ce genre d individus prônent la bêtise, la haine…