“Les perturbateurs endocriniens: un danger pour les petits garçons …

À (ré)écouter La Tête au carré

potentielles périodes de sensibilité aux phénols et phtalates sur différents événements de santé tels que la croissance, le comportement ou la santé respiratoire”, mais aussi les effets de ces expositions sur les petites filles.

Perturbateurs endocriniens : l'exposition pendant la grossesse favorise des troubles du comportement chez l'enfant

Exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens et troubles du comportement des enfants

Consultez la charte et les règles de modération des commentaires sur 24matins.frLes résultats de cette étude ont aussi montré une association entre le triclosan et une augmentation des troubles émotionnels à 3 et 5 ans. Il s’agit de la première étude évaluant les effets de ce composé sur le comportement, pour lequel l’équipe d’épidémiologie environnementale de Grenoble avait déjà mis en évidence une diminution du périmètre crânien à la naissance, dans cette même population. Au niveau moléculaire, le triclosan est capable d’interagir avec l’axe thyroïdien qui, pendant la grossesse, est impliqué dans le développement du cerveau du fœtus.L’exposition pendant la grossesse à certains perturbateurs endocriniens est associée à des troubles du comportement des garçons entre 3 et 5 ans, selon une étude de l’Inserm publiée dans la revue Environmental Health Perspectives.95% des femmes sont exposées à des perturbateurs endocriniens (phénols et phtalates).

[1] Un consortium de recherche associant des équipes de recherche Inserm, les CHU de Nancy et Poitiers, le Center for Disease Controls and Prevention (CDC, Atlanta, USA), et coordonné par l’équipe d’épidémiologie environnementale de l’Institut pour l’Avancée des Biosciences (Inserm/CNRS/Université Grenoble Alpes).Tous droits réservés – Les Echos 2017Semaine après semaine, suivez l’évolution de votre bébé durant toute la durée de votre grossesse grâce à notre animation en 3D. Une exclusivité scientifique Neuf Mois

Une nouvelle étude scientifique publiée dans la revue Environmental Health Perspectives met en lumière le lien entre une exposition à certains perturbateurs endocriniens pendant la grossesse et l’apparition de troubles du comportement chez les petits garçons de 3 à 5 ans. Mais de quoi parle exactement cette étude et y a-t- il un risque avéré pour la santé de mon bébé à naître ? Explications.

Perturbateurs endocriniens et grossesse : une étude prouve les dangers réels sur les petits garçons

Votre adresse nous sert à envoyer les newsletters qui vous intéressent. Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, mise à jour par la loi du 6 août 2004, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données vous concernant en écrivant à l’adresse abonnements@sciencesetavenir.frfacebook google+ twitter Whatsapp email Imprimer Sur le même sujet Alerte sur les mélanges de perturbateurs endocriniens pendant la grossesse Bisphénol A, triclosan, phtalates… comment éviter les perturbateurs endocriniens ? Perturbateurs endocriniens : des médecins alertent les ministres de la Santé et de l’Ecologie 54 perturbateurs endocriniens retrouvés dans les cheveux des enfants ! Dans la même rubrique Une alimentation bio ferait baisser le risque de syndrome métaboliqueComment vaincre la rage, une maladie toujours d’actualitéLa méditation peut réduire le risque de maladie cardiaquePesticides, pollution, qualité des aliments… les Français craignent l’impact d’un mauvais environnement Microbiote : comment le préserver ? Bloc auteur Auteur:  Elena Bizzotto Publié le 01.10.2017Offre d’abonnement : Abonnez-vous à Santé Magazine à partir de 16.50 €Quasi toutes les femmes ont été exposées à ces substances pendant la grossesseLes résultats ont montré que 70 à 100% des femmes de la cohorte étaient exposées à des niveaux détectables de différentes substances. Un lien entre l’exposition aux trois substances citées précédemment et des troubles du comportement des petits garçons a été mis en évidence :

Perturbateurs endocriniens : les risques liés à une exposition prénatale se confirment

Annuaire des associations de thérapie naturelle

Aux troisième et cinquième anniversaires de leur enfant, elles ont rempli un questionnaire évaluant certains aspects de leur comportement comme l’hyperactivité, les troubles émotionnels et relationnels. 

Hyperactivité, repli sur soi, anxiété, crainte devant les situations nouvelles: l’effet sur les enfants diffère selon les substances chimiques auxquelles la mère a été exposée pendant sa grossesse.

Il avait précédemment été révélé, suite à des recherches menées in vitro sur des animaux, que ces substances étaient des perturbateurs endocriniens. L’Inserm indique que “face à ces premières conclusions chez l’animal, les chercheurs ont souhaité étudier l’association entre les expositions aux perturbateurs endocriniens pendant la grossesse et le comportement ultérieur des enfants”.

Le bisphénol A, qui compte parmi les PE analysés, a certes été interdit dans tous les contenants alimentaires en France en janvier 2015, c’est à dire après la réalisation de cette étude dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue Environmental Health Perspectives. Mais d’autres substances comptent parmi les « composés les plus préoccupants » qui sont pointés par les chercheurs de l’Inserm: le triclosan et le di-n-butyl phtalate (DBP). La première est un antibactérien utilisé dans certains dentifrices et savons. La seconde se retrouve dans les plastiques de type PVC, certaines colles, vernis à ongles et laques pour les cheveux.

Annuaire des associations de patientsUne étude de l’Inserm fait le lien entre l’exposition pendant la grossesse à des perturbateurs endocriniens et des troubles du comportement des garçons entre 3 et 5 ans. – N. Messyasz / SIPA var ULTIMEDIA_mdtk = “01946947”; var ULTIMEDIA_zone= “20”; var ULTIMEDIA_target = “ultimedia_switch”; var ULTIMEDIA_async = false; Une étude de l’Inserm montre que l’exposition à certaines substances lors de la grossesse est associée à des troubles du comportement des garçons entre 3 et 5 ans. Les travaux scientifiques menés sur le sujet se suivent et débouchent sur les mêmes conclusions :  les perturbateurs endocriniens (PE), des substances présentes dans de nombreux produits courants (jouet, cosmétiques, peintures, conserves) ne sont pas sans effet sur l’homme. Une étude épidémiologique menée par l’Inserm, rendue publique ce vendredi, fait le lien entre l’exposition pendant la grossesse à certains phénols et phtalates, deux catégories de PE, et des troubles du comportement des garçons entre 3 et 5 ans. 

Les perturbateurs endocriniens : alerte pour notre santé

Les plus lus Communiqué 26.04.2016 Comment expliquer l’entrée dans la psychose ? Brèves 14.09.2017 Un biais de confirmation à l’origine de notre entêtement ? C est dans l air 18.09.2017 Jeudi 21 septembre 2017 : Journée Mondiale de la maladie d’Alzheimer Communiqué 04.09.2017 Schizophrénie : lien entre troubles de la personnalité et perception du temps /* */ Inserm Salle de presse Plan du site Mentions légales

Une autre étude coordonnée par l’Inserm et soutenue par l’European Research Council va être lancée pour mesurer l’effet de ces PE chez les petites filles. « Il est possible que leur sensibilité aux perturbateurs endocriniens diffère de celle des garçons », selon l’Inserm. A noter que début juillet dernier  les Etats de l’Union européenne se sont accordés sur une définition de ces substances chimiques dangereuses. Mais celle-ci a été jugée trop restrictive par les ONG et les défenseurs de l’environnement. 

le développement de troubles du comportement chez les garçons de la cohorte.

Il s’agit de la première étude évaluant les effets de ce composé sur le comportement humain”, relève l’épidémiologiste. 

hyperactivité, troubles émotionnels et troubles rationnels.

Pourquoi il n’y a pas à paniquer ? Tout d’abord, l’enquête date de 2006, or le bisphénol A est interdit depuis 2015 en France : les contenants alimentaires ne contiennent donc plus ce type de perturbateur endocrinien. Ensuite, en ce qui concerne les phtalates, la réglementation française interdit leur utilisation dans certains produits. Même si on est tous exposés aux perturbateurs endocriniens, ce n’est pas pour autant que notre enfant souffrira de problèmes de santé.

Recevez chaque jour le meilleur de L’Express StylesDe 70 à 100% des femmes de la cohorte Eden, recrutées durant leur grossesse entre 2003 et 2006, étaient alors exposées à des niveaux détectables de différentes substances. Les niveaux urinaires étaient de l’ordre de 1 à 3 µg par litre pour le bisphénol A, de 10 à 100 µg par litre pour le triclosan, et de 50 à 200 pour le méthylparabène. Les résultats suggèrent que l’exposition maternelle à certains phénols et phtalates est associée à des troubles du comportement des petits garçons.

ancient! 🙁 – Upgrade to a different browser or install Google Chrome Frame to experience this site.

OK, tout accepter Personnaliser

Environmental Health Perspectives (en anglais), on apprend ainsi dans le détail la dangerosité d’exposer une femme enceinte à des perturbateurs endocriniens.CultureCinémaThéâtreLivresHistoireIdéesSciences

Téléchargez l’application Non merci StylesAfficher / Masquer plus d’entrées A voir :

Une des limites de l’étude réside dans le fait que les femmes enceintes ont fait l’objet d’un seul prélèvement d’urine.