Grenoble-Meylan : retour à la piste anarchiste

Grenoble-Meylan : retour à la piste anarchiste

La gendarmerie patine sur les attaques de la gauche radicale

Le 26 octobre, quatre voitures et une moto avaient été incendiées en pleine nuit dans l’enceinte de la gendarmerie de Meylan. Les conséquences auraient pu être “dramatiques” si le feu s’était propagé au bâtiment d’habitation voisin, au lieu d’en noircir simplement les façades, avait relevé alors le procureur de la République à Grenoble, Jean-Yves Coquillat.

Gendarmeries incendiées en Isère : la piste anarchiste reste privilégiée

L’accès à la totalité de l’article est protégé Déjà abonné ? Identifiez-vousMercredi, huit hommes ont ainsi été interpellés. Selon Le Dauphiné Libéré, ces arrestations ont été effectuées à Meylan, Grenoble et La Tronche.

La gendarmerie patine sur les attaques de la gauche radicale

Incendie de gendarmerie à Meylan : les enquêteurs sur la piste anarcho-libertaire

Le 09/11/2017 à 15:30 Lire la réponse à ce commentaire Alerter Répondre rebellio Votre statistique vous amène à confondre 1% et 99% C 'est ainsi que les collaborateurs fonctionnent

Le Monde | 08.11.2017 à 11h32 • Mis à jour le 09.11.2017 à 10h56

20:32 Enquête. Arabie : plus de 200 personnes arrêtées dans la purge anticorruption

Déjà un incendie en septembre. Un incendie avait déjà visé, le 21 septembre, le garage et des locaux techniques de la caserne du groupement de gendarmerie de l’Isère à Grenoble. Tous les deux ont été revendiqués sur un site proche des milieux anarcho-libertaires, un groupe se présentant comme un collectif de femmes luttant contre “le sexisme” ayant notamment revendiqué celui du 26 octobre. Ces deux incendies s’ajoutent à une série de précédentes attaques contre des institutions publiques dans la région revendiquées par la mouvance anarcho-libertaire, traditionnellement très implantée à Grenoble.Dans la nuit de mercredi à jeudi, une caserne de gendarmerie a été incendiée près de Grenoble. Un groupe d'extrême gauche a revendiqué cet acte dans la foulée.

plusieurs attaques ont été commises contre les forces de l’ordre en Isère.

Abonnez-vous à partir de 1 €

Incendies, dégradations et revendications se multiplient, sans qu’il soit possible d’identifier les auteurs.Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

incendie et aucun élément n’a été trouvé à leur encontre. Du coup, la piste anarcho-libertaire est de plus en plus sérieuse», a expliqué à l’AFP, le procureur de la République, Jean-Yves Coquillat.dans leur texte posté en ligne 

Incendie de la gendarmerie de Meylan : toutes les gardes à vue ont été levées

M. Coquillat avait jugé “particulièrement inquiétant” que les gendarmes et leurs familles aient été “directement visés”. “On n’est pas passé loin d’un drame”, avait-il pointé.

Gendarmerie incendiée à Meylan: la revendication d'extrême gauche remise en cause

Recevez chaque semaine les articles L’Express les plus partagés sur les réseaux sociaux

Ivres pendant le service : à Metz, deux policiers municipaux visés par des procédures pénale et disciplinairela gendarmerie de Meylan. Le 21 septembre, le garage et les locaux techniques de la caserne avaient déjà été visés. 

Incendie à la gendarmerie de Meylan (Isère) : huit hommes interpellés

Selon le quotidien régional Le Dauphiné Libéré, ces arrestations ont été effectuées à Meylan, Grenoble et La Tronche et auraient été réalisées dans “les milieux de la petite délinquance” et non dans les milieux anarcho-libertaires initialement suspectés.  

Crimes nazis: le massacre d’Ascq sort de l’oubli

Emmanuel Macron a effectué un arrêt express en Arabie Saoudite cette nuit.

Huit interpellations dans l'enquête sur l'incendie volontaire à la gendarmerie de Meylan

Le 09/11/2017 à 12:55 Lire les 2 réponses à ce commentaire Alerter Répondre Incorrection politique Comme les anarchistes n'ont jamais été au pouvoir, mieux vaut être méfiant, non?

Incendie de la gendarmerie de Meylan : 8 personnes interpellées

La fréquentation du site est certifiée par l’OJD

Incendie de la gendarmerie de Meylan: huit personnes interpellées

Une gendarmerie de Meylan (Isère), touchée par un incendie criminel, le 26 octobre 2017.

Retrouvez-nous sur notre page Facebook

Le procureur a par ailleurs confirmé les informations publiées ce matin par le Dauphiné Libéré (éditions abonnés), expliquant que cette série d’interpellations avait eu lieu pour explorer “la piste de la vengeance” et “fermer des portes”. “Les gendarmes ont sélectionné un certain nombre d’individus connus pour des incendies volontaires ou pour des menaces sur les gendarmes, ou les deux”. Le procureur a également annoncé au Dauphiné Libéré que désormais, “la piste anarchiste reste la plus vraisemblable”.

Caserne de gendarmes incendiée en Isère : Huit personnes interpellées

Incendie de la gendarmerie de Meylan : les 8 hommes interpellés remis en liberté

Incendie de la gendarmerie de Meylan : les 8 hommes interpellés remis en liberté

« Tout sauf une organisation carrée » La liste n’est pas exhaustive : saccage du local grenoblois des Républicains en mars, sabotage de valideurs de tramway de la même ville en avril, dégradation de deux permanences du Front national à la même période en Loire-Atlantique, incendie d’une antenne télé en Ardèche en juillet ou encore d’une camionnette d’une entreprise de sécurité au Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis)… En 2016, déjà, des sabotages avaient été revendiqués parmi lesquels l’incendie d’un véhicule de gendarmerie à Limoges.

La fréquentation de ce site est certifiée« le Dauphiné » rapporte que huit personnes ont été interpellées ce mercredi dans le département, dans le cadre de l’enquête sur l’incendie ayant touché la gendarmerie de Meylan dans la nuit du 25 au 26 octobre.Rugby Barbarians français – Maori All Blacks, bien plus qu'un hors d'oeuvre

l’incendie volontaire à la gendarmerie de Meylan fin octobre. Mercredi soir, au terme de huit gardes à vue et plusieurs heures d’interrogatoire, les enquêteurs ont dû écarter la piste de la petite délinquance dans cette affaire «délicate». «L’opération était destinée à fermer la piste de la vengeance envers la gendarmerie», explique au Figaro le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat. Les individus interpellés mercredi matin étaient des profils d’incendiaires et/ou des personnes qui étaient connues pour avoir menacé les forces de l’ordre. Au fil de la journée, tous ont finalement nié les faits et les perquisitions menées chez eux n’ont rien donné. «Aucun élément n’a pu être retenu contre eux, ils ont tous été relâchés», ajoute le magistrat.

//sas_manager.render(98); //sas_manager.render(1972); A voir aussi
La gendarmerie patine sur les attaques de la gauche radicale

La gendarmerie patine sur les attaques de la gauche radicale

Les trois revendications avaient en commun, outre le mode de diffusion, le soutien aux personnes jugées récemment pour l’incendie d’une voiture de police quai de Valmy à Paris, en mai 2016, en marge des manifestations contre la loi travail.

79 000 € Mermoz, T2 de 48 m² avec terrasse et garage. – VENDU – 1 Rue Jean[…]

Le Dauphiné libéré, ces interpellations avaient également lieu dans le cadre de l'enquête sur l'incendie du garage et de locaux techniques de la caserne du groupement de gendarmerie de l'Isère, la nuit du 21 septembre, à Grenoble. 40 véhicules avaient été endommagés, entre autres matériels. Les enquêteurs avaient découvert des départs de feu à deux endroits différents.

«Nous aurions pu avoir une affaire dramatique» dans la caserne de Meylan

ENQUÊTE Mercredi, huit personnes issues du milieu de la petite délinquance avaient été interpellées dans le cadre de l'enquête en Isère…Caserne de gendarmes incendiée en Isère: Huit personnes interpellées
Incendie de gendarmerie à Meylan : les enquêteurs sur la piste anarcho-libertaire

Incendie de gendarmerie à Meylan : les enquêteurs sur la piste anarcho-libertaire
«milieux de la petite délinquance» selon des sources proches de l’enquête. Ils étaient tous libres ce jeudi matin.voitures et une moto avaient été incendiées dans l’enceinte de la gendarmerie de Meylan. Les conséquences auraient pu être « dramatiques » si le feu s’était propagé au bâtiment d’habitation voisin, selon le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat.
Marché de Noël annulé: les forains veulent remettre une pièce dans la machineLes réactions à cet article ont été suspendues.Retrouvez toutes les émissions France BleuLe second incendie, un mois plus tard à Meylan, avait détruit quatre voitures et une moto et avait fortement noirci la façade de l'immeuble d'habitation où résident les gendarmes. "Cet acte visait clairement les véhicules privés et les familles", avait dénoncé le colonel Yves Marzin, tandis que le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, soulignait que le sinistre aurait pu avoir des conséquences dramatiques si les gendarmes n'avaient pas été réveillés par l'odeur du feu. 
l’incendie volontaire à la gendarmerie de Meylan (Isère) le 26 octobre, a-t-on appris mercredi 8 novembre de source proche du dossier.

Le 26 octobre, quatre voitures et une moto avaient été incendiées en pleine nuit dans l’enceinte de la gendarmerie de Meylan. Les conséquences auraient pu être “dramatiques” si le feu s’était propagé au bâtiment d’habitation voisin, au lieu d’en noircir simplement les façades, avait relevé Jean-Yves Coquillat.Copyright 2016 @ Le Dauphiné Libéré – ISSN 1760-6314

l’incendie volontaire, fin octobre, de la gendarmerie de Meylan, en Isère, ont été remis en liberté, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Grenoble. “Toutes les gardes à vue ont été levées dans la nuit (…) Ces individus ont déclaré n’être pour rien dans cet incendie et aucun élément n’a été trouvé à leur encontre. Du coup, la piste anarcho-libertaire est de plus en plus sérieuse”, a déclaré le procureur de la République, Jean-Yves Coquillat.”Les conséquences auraient pu être dramatiques”. Le 26 octobre, quatre voitures et une moto avaient été incendiées en pleine nuit dans l’enceinte de la gendarmerie de Meylan, dans l’agglomération grenobloise. Les conséquences auraient pu être “dramatiques” si le feu s’était propagé au bâtiment d’habitation voisin, au lieu d’en noircir simplement les façades, avait alors relevé le procureur.Gendarmerie incendiée à Meylan : "La piste anarcho-libertaire est de plus en plus sérieuse"PartagerDirectLCIISÈRE – Les huit personnes placées en garde à vue mercredi matin dans le cadre de l’enquête sur l’incendie survenu à la gendarmerie de Meylan (Isère) dans la nuit du 25 au 26 octobre dernier, ont été remises en liberté jeudi. Le sinistre avait détruit des véhicules et endommagé l’immeuble où résident les militaires, un mois après un précédent feu à Grenoble. 2017-11-09T08:20:00.000ZLa rédaction de LCILeurs gardes à vue ont pris fin dans la nuit. Huit personnes interpellées mercredi matin dans l’enquête sur l’incendie de la gendarmerie de Meylan, survenu dans la nuit du 25 au 26 octobre, ont été remises en liberté, a indiqué jeudi le parquet de Grenoble. "Ces individus ont déclaré n'être pour rien dans cet incendie et aucun élément n'a été trouvé à leur encontre. Du coup, la piste anarcho-libertaire est de plus en plus sérieuse", a déclaré à l'AFP le procureur de la République, Jean-Yves Coquillat.

France: la justice restitue un Pissarro à une famille spoliée sous l’Occupation

La nuit du 25 au 26 octobre, quatre voitures et une moto personnelles de gendarmes ont été incendiées. Le sinistre n’a pas fait de blessés, même si les flammes ont endommagé un bâtiment d’habitation des militaires et de leurs familles.