Poignardé à 90 reprises : deux suspects en garde à vue – Le Dauphiné Libéré

Poignardé à 90 reprises : deux suspects en garde à vue - Le Dauphiné Libéré

Meurtre à Grenoble: Le jeune homme de 19 ans a été tué de 90 coups de couteau

Le corps dun jeune homme a été retrouvé mort vendredi 5 avril dans un appartement dun quartier calme de Grenoble. Deux suspects ont été arrêtés.

Le ou les meurtriers se sont acharnés sur leur victime. Lautopsie du corps en partie carbonisé, découvert dans un appartement grenoblois par les pompiers vendredi matin 5 avril, a révélé que la victime avait reçu 90 coups de couteau avant et après sa mort, selon les déclarations du procureur de la République de Grenoble, Éric Vaillant. Lexamen du corps samedi 6 avril a révélé quil sagissait dun jeune homme de 19 ans né en Isère. Une enquête pour meurtre a été ouverte. Deux hommes ont été placés en garde à vue lundi 8 avril dans ce dossier après sêtre spontanément présentés au commissariat de Grenoble vers 12h30, a ajouté le magistrat.

Selon le parquet, le corps retrouvé au cours d’une intervention vendredi au quatrième étage d’un appartement en feu à Grenoble est celui d’un jeune homme de 19 ans né en Isère. Son autopsie ce jour a révélé quil a reçu 90 coups de couteau, relate Le Dauphiné Libéré.

Faits divers | Meurtre à Grenoble : 90 coups de couteau infligés à la victime

Vendredi matin, les pompiers pensaient avoir affaire à simple feu dappartement quand ils ont été appelés pour un dégagement de fumée provenant dun appartement. Arrivés devant le logement situé au quatrième étage du 149, rue de Stalingrad, les secours ont dû forcer la porte. Une fois les flammes éteintes, les pompiers ont découvert un matelas recouvert de sang derrière la porte dentrée. Du sang a aussi été retrouvé dans la pièce principale. Les pompiers ont aussi constaté une traînée de sang sur le sol, menant jusquà la chambre. Cest là que le corps a été découvert, en partie calciné, allongé sur ce qui restait dun sommier dans lune des deux chambres, a précisé Éric Vaillant.

Lappartement en question ne semblait pas être occupé de façon habituelle, a ajouté le magistrat. Très peu meublé, le logement était, selon la police, régulièrement squatté. Des voisins, contactés par Le Figaro, ont déclaré ne pas porter attention à ce qui se pouvait se dérouler dans cet appartement. Un commerçant décrit un quartier tranquille dans lequel il travaille depuis plus de 40 ans.

Une enquête criminelle a été ouverte pour meurtre après les résultats de l’autopsie. Elle a a été confiée au groupe d’enquête criminelle de la sûreté départementale, puis à l’antenne de la police judiciaire de Grenoble.

Lincendie aurait servi à dissimuler les traces du meurtre. Le ou les assassins ont utilisé des débris de meubles pour brûler le corps. Après le départ de feu, la porte a été verrouillée de lextérieur, selon les informations du Dauphiné Libéré. Deux solutions: le ou les meurtriers ont soit subtilisé la clef sur le corps de la victime, soit ils disposaient dun double des clefs. Le quotidien indique également que la jeune victime habitait dans un autre appartement de limmeuble où a été commis le crime.

D’autres traces de sang ont également été relevées dans l’appartement par la police, notamment dans la pièce principale. “L’appartement ne semblait pas être occupé de façon habituelle”, a ajouté le magistrat.

Le ou les meurtriers auraient pu se limiter à 38 coups seulement. En Seine st Denis, il en aurait fallu trois de plus.

Voyageant bien plus que la normal pour mon travail je constate souvent que beaucoup d'expatrie(é)s proviennent de Grenoble et les alentours…..je commence à comprendre pourquoi….le plus drôle à les entendre c'est qu'ils défendent ce modèle là…pauvre France.

Grenoble….une pauvre ville ou vivent en majorité des illuminé(e)s qui votent pour des politiciens complètement déconnectés de la réalité, bref le bas fond de la France.

On a appris également que le jeune homme habitait un autre logement de l’immeuble où a été commis le crime, l’appartement dans lequel son corps en partie carbonisé a été retrouvé étant squatté. Par ailleurs, de très nombreuses traces de sang ont été découvertes dans tout l’appartement ; l’assassin, après s’être acharné sur le corps, l’a partiellement fait brûler en utilisant des débris de mobilier (l’appartement était un meublé). Il a ensuite pris la fuite en prenant soin de verrouiller la porte depuis l’extérieur, ce qui laisse penser qu’il a soit volé la clé à la victime, soit qu’il disposait d’un double.  

Il y a aussi ceux qu'on retrouve dans l'Isère et ceux qui sont calcinés dans les voitures. On vit à l'époque des start-up et des exigences de résultats, dans tous les domaines…

Ce nouveau développement survient alors que nous relations ce matin les circonstances du drame : l’autopsie a en effet permis d’établir que la victime, un jeune homme de 19 ans a été littéralement massacré par son (ou ses)  agresseurs qui lui ont infligé 90 coups de couteau, le ou les auteurs du meurtre s’étant acharnés sur le corps après le décès de la victime.

N'est-ce pas la ville où le maire, écolo, est contre les caméras, la police municipale armée etc…?

Trois jours après le meurtre d’un jeune homme dans un appartement de la rue Stalingrad à Grenoble, le Dauphiné Libéré apprend de sources concordantes que deux suspects ont été placés en garde à vue ce lundi à la mi-journée dans le cadre de cette affaire. Ces deux hommes se sont présentés d’eux-mêmes à l’accueil de l’hôtel de police.

Grenoble est devenu un cauchemar depuis la gestion calamiteuse de la fausse gauche où Verts et Parti de Gauche de Mélenchon sont alliés et y ferment bibliothèques et centres de santé. Et oui, ville sans publicité = ville sans budget de nos jours = politique criminogène.

Les sapeurs-pompiers qui intervenaient vendredi 5 avril peu après 9 h 30 sur un feu d’appartement, au 149 rue Stalingrad, avaient découvert le corps dans la chambre à coucher de l’appartement. Les enquêteurs grenoblois de la Direction inter-régionale de la police judiciaire ont été saisis de l’enquête. 

Pour vivre dans cette ville, je peux vous dire que c'est une ville qui se dégrade de jour en jour. Une ville extrêmement sale (les gens jettent leurs meubles/matelas/électroménager) dans la rue… Tous les immeubles sont tagués, si vous faites le ravalement de facade, vous pouvez prendre le pari que la facade sera taggée dans la semaine qui suit…(question de respect) les transport en commun particulièrement la ligne A, un vrai dépotoir… puis les gens qui sallongent et mettent leur pieds sur les sièges, normal ils se croient dans leur salon. La délinquance qui augmente j'en parle pas, les journaux en font déjà la publicité.

Mais heureusement que notre maire ecolo… a supprimé les panneaux publicitaires pour éliminer la pollution…visuelle (mais qui rapportaient de l'argent à la ville…) parce que vraiment la pollution visuelle c'était le GROOOOS point négatif de Grenoble. Depuis qu'il y a plus ces panneaux je vis bien mieux dans cette ville apaisée. Tellement bien, que j'ai envie de quitter cette ville.

Je vois le tableau! Il n'y a pas plus hors-sol que l'engeance écolo. On ne sait même pas s'ils le font exprès ou s'ils sont "à la masse"!

Un règlement de compte sans doute entre trafiquant de la même origine dont on ne parle pas pour ne pas stigmatiser sans doute

Sur les ondes, le fait a été rapporté. En disant qu'on s'orientait vers un homicide. Diable, avec 90 plaies ?

Et pendant que cette ville devient le Chicago français le maire se préoccupe d'écologie. On a les combats qu'on peut.

Je trouve qu'il s'en passe des choses à Grenoble en ce moment, moi qui voyait en cette ville un cadre agréable aux pieds des montagnes.

A travers les commentaires, on voit combien la justice française est aimée et la confiance qu'elle suscite !

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète T'as vu ? Fake Off By the Web High-Tech Guide d'achat 20 Minutes Podcast Vidéos En Images Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Faits divers L'homme de 19 ans tué à Grenoble a reçu 90 coups de couteau

Trois jours après la découverte dun corps calciné dans un appartement à Grenoble, lenquête avance. Lautopsie, pratiquée samedi, a montré que la victime avait reçu 90 coups de couteau, précise Eric Vaillant le procureur de la République, confirmant ainsi une information du Dauphiné Libéré. Il sagit dun jeune de 19 ans, né dans le département de lIsère.

Par ailleurs, deux individus se sont présentés à la police ce lundi vers 12h30, indique également le procureur. Soupçonnés dêtre liés au meurtre, ils ont été placés en garde à vue.

Vendredi, les pompiers avaient été appelés vers 9h pour éteindre un incendie survenu dans un appartement, situé au quatrième étage de la rue Stalingrad. La porte dentrée était à ce moment-là verrouillée. Après avoir forcé louverture, ils avaient découvert un corps calciné allongé sur ce qui restait dun sommier, dans lune des deux chambres.

Dans cet appartement, qui semblait être squatté, la police avait ensuite relevé la présence ce traces de sang sur les lieux et sur un matelas. Selon le Dauphiné libéré, la victime habitait bien dans limmeuble mais logeait dans un autre appartement. Une enquête pour meurtre a été confiée à la PJ de Grenoble.