À Grenoble, lincendie dune église en janvier était dorigine criminelle – Journal La Croix

À Grenoble, lincendie dune église en janvier était dorigine criminelle - Journal La Croix

Incendie à la mairie de Grenoble : des blogs de la mouvance anarchiste et libertaire se réjouissent

Après lincendie “criminel” qui a ravagé la salle du conseil municipal de la mairie de Grenoble, des sites appartenant à la mouvance anarcho-libertaire ont affiché leur satisfaction ce lundi.

Alors que lincendie, le 30 septembre dernier, de la salle du conseil municipal de lhôtel de ville de Grenoble (Isère) est désormais considéré comme étant dorigine “criminelle” selon les experts de la police scientifique, des blogs proches des mouvances anarchistes et libertaires affichent leur satisfaction. Cet acte que le maire de Grenoble Eric Piolle juge “odieux” et comme étant “une attaque en règle contre notre République et contre nos valeurs”, est jugé “Beau comme une mairie qui brûle” par un article publié sur lun de ces blogs. Son auteur reprend photos et textes des médias locaux non sans ajouter sa rhétorique propre (“journaflics” par exemple). Sur un autre blog un article reprenant lui aussi des éléments des compte-rendus de France Bleu Isère, ou encore du Dauphiné Libéré, est titré “Grenoble : Lincendie de la mairie? Volontaire bien entendu”. Cest sur ce dernier blog quun article sétait réjoui également en janvier 2019 de lincendie des locaux de France Bleu Isère.

Des articles anonymes évidemment, qui renforcent la suspicion envers une mouvance plutôt active à Grenoble, mais qui ne constituent pas à proprement parler des revendications. A aucun moment en effet ils ne donnent de précisions concernant lacte lui-même, ni navancent de raisons.

Le feu, qui sest déclaré  vers 3 h 15  le 30 septembre, est resté circonscrit à la salle du conseil municipal, refaite en 2015. Des fumées et des suies se sont propagées à des bureaux, des salles de réunion et jusquau bureau du maire Eric Piolle, mobilisant une centaine de pompiers.  Sattaquer à des chaises et à des tables ne nous fera pas perdre notre goût pour la démocratie, a déclaré le maire de Grenoble sur Twitter. Je condamne cet acte odieux et invite les Grenoblois à faire ce que nous faisons le mieux : rester nous-mêmes, fidèles aux valeurs qui nous unissent.