Bataille navale autour des “Sea Bubbles” – LExpress

Bataille navale autour des \

Les taxis volants de retour à Paris

Attention innovation ! Ce lundi, la préfecture de la région Ile-de-France avait donné une dérogation à lentreprise SeaBubbles pour quelle puisse faire naviguer ses petits bateaux blancs sur la Seine. Du coup, cétait le branle-bas de combat pour assister aux nouvelles traversées de ces “taxis volants”, dont lexploitation commerciale est espérée en 2020 dans la capitale. Mais rien ne sest passé comme prévu.  

Le prototype de la startup a été arrêté sur la Seine le temps que la police fluviale effectue un contrôle des papiers. Heureusement, lexpérimentation autorisée exceptionnellement par la préfecture francilienne a pu reprendre son cours.

Pour rappel, lambition était alors de créer une première ligne régulière, avec 10 à 20 SeaBubbles. Il était prévu que celles-ci puissent circuler sur la Seine et se garer pour faire monter ou descendre des passages à trois arêts symboliques, vers Boulogne-Billancourt, en bas du pont de lAlma ou vers le Trocadéro et vers la gare de Lyon.

La startup Sea Bubbles, qui a mis au point un véhicule maritime futuriste, a obtenu une dérogation de la part de la préfecture dIle-de-France pour effectuer des essais de ses  bulles  sur la Seine. La jeune pousse qui avait dû délocaliser ces expérimentations à Miami, a donc reçu lautorisation de faire naviguer ses bulles sur le fleuve parisien du 16 au 20 septembre. Pour ces expérimentations, le véhicule électrique  sera autorisé à naviguer à une vitesse maximale de 30 km/h sur un itinéraire allant dIssy-les-Moulineaux à Bercy, entre 8 heures et 10 heures le matin et entre 15 heures et 17 heures laprès-midi , précise le communiqué de la préfecture.

Lensemble des signaux semble passer au vert pour un début dopération commerciale de nos Bubble Taxis dès le premier trimestre 2020, a quant à lui fait savoir Anders Bringdal, le président du groupe, qui assure que de nombreux progrès techniques ont permis lhomologation de lhydrofoil électrique.

SeaBubbles : de nouveaux essais à Paris cette…

Début des essais autorisés par @Prefet75_IDF @vnf_officiel @Haropaports .. et le proto #SeaBubbles immédiatement arraisonné pour contrôle des papiers, devant les caméras de @Reuters_France et @TF1 😂 #StartUpNation ? @EmmanuelMacron @Anne_Hidalgo @Elisabeth_Borne pic.twitter.com/znVM31iOom

Pour le préfet de région, Michel Cadot qui a autorisé cette nouvelle expérimentation, « la facilitation des déplacements des franciliens et la lutte contre la pollution sont des objectifs prioritaires pour l’État. Lorsqu’une société propose à l’État un nouveau mode de transport non polluant, comme celui de SeaBubbles, nous nous devons de l’étudier et de l’accompagner. Il est de mon ressort de permettre les conditions de leur expérimentation dans un cadre réglementé. Les nombreux usages de la Seine, qu’ils soient festifs, commerciaux ou privés, suscitent un intérêt constant et font émerger des projets innovants. Les Jeux Olympiques et Paralympiques seront également la vitrine mondiale de ces nouveaux usages qu’il s’agit dès à présent de favoriser. »

Des essais perturbés dès le premier jour par un contrôle des papiers réalisé par la police fluviale, comme latteste ce tweet publié par Alain Thébault, le cofondateur de Sea Bubbles. Heureusement, les expérimentations ne tombent pas à leau et ont pu reprendre à lissue du contrôle. Nous continuons bien nos essais cette semaine. La police fluviale n’était pas là pour nous contrôler mais bien pour assurer notre sécurité lors de notre navigation , a confirmé un porte parole de Sea Bubbles.

Ce bateau SeaBubbles est autorisé à naviguer à une vitesse maximale de 30 km/h sur un itinéraire allant d’Issy-les-Moulineaux à Bercy, entre 8h et 10h le matin et entre 15h et 17h l’après-midi. Pour des raisons de sécurité, ces horaires ont été définis dans des créneaux à moindre rotation de bateaux à passagers. Objectif de la société franco-suédoise « SeaBubbles » : un début d’opération commerciale des Bubble Taxis dès le premier trimestre 2020. Ambition de SeaBubbles : replacer la Seine au centre de la mobilité francilienne en respectant le principe « Zéro bruit, Zéro vague, Zéro émission de CO2 ».

Emploi TourismeChef de projet implémentation H/F FCM Travel SolutionsBillettistes confirmés en CDI 35h JPF TRAVEL SASUn attaché commercial Paris/IDF – H/F AEGEAN AIRLINESAgent de Réservations / Helpdesk CHALAIR AVIATIONDélégué Commercial Régional H/F AEGEAN AIRLINES Dans la presse pro généraliste Thomas Cook : lAPST évalue à 5 millions deuros le coût éventuel du sinistreSource : Echo Touristique- Publié le 23-09-2019Traveldoo mise sur Insight pour séduire de nouveaux clientsSource : Echo Touristique- Publié le 23-09-2019LIslande joue la carte dun tourisme responsableSource : Echo Touristique- Publié le 23-09-2019Faillite de Thomas Cook : Condor continue de volerSource : Echo Touristique- Publié le 23-09-2019Thomas Cook : retour sur lhistoire du plus ancien voyagiste du mondeSource : Echo Touristique- Publié le 23-09-2019Guest Post: Enhancing duty of care for corporate travellersSource : Travolution- Publié le 20-09-2019Wowcher staggered by impact of customers tweet after bagging £99 mystery travel dealSource : Travolution- Publié le 18-09-2019Hotel booking site Amoma.com shuts downSource : Travolution- Publié le 16-09-2019Un A321 se pose dans un champSource : DeplacementsPros- Publié le 15-08-2019 Older posts AgendaAujourd'hui Septembre, 2019

Laquelle est très réglementée, d’où la « phase d’expérimentation dérogatoire » en cours. Dérogatoire parce que la vitesse limite du taxi « volant » en test peut atteindre 30 km/h, contre 12 dans le règlement actuel. Dérogatoire aussi parce que le SeaBubbles peut doubler les autres bateaux et faire des demi-tour. « D’où l’intérêt d’un retour d’expérience pour adapter la réglementation », a noté la préfète.