Incident à la raffinerie ExxonMobil entre Le Havre et Rouen : Pas de danger , assure la direction – Ouest-France

Incident à la raffinerie ExxonMobil entre Le Havre et Rouen :  Pas de danger , assure la direction - Ouest-France

Près du Havre, la torchère du site pétrochimique ExxonMobil a été déclenchée

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Messenger LinkedIn Email Un incident électrique sest produit samedi matin sur les installations dExxonMobil à Notre-Dame-de-Gravenchon, entre Le Havre et Rouen en Seine-Maritime. Larrêt dune machine à haute température a obligé la raffinerie à évacuer les gaz sous forme de torche, entraînant au départ un panache de fumée. Cette manoeuvre légale pourrait durer plusieurs jours. Les émanations de dioxyde de soufre ne dépassent pas le seuil dalerte, assure Atmo Normandie, association qui surveille la qualité de lair.

 Samedi 19 octobre, vers 8 heures, un déclenchement électrique a conduit à larrêt du vapocraqueur dExxonMobil Chemical France. Pour décomprimer linstallation en toute sécurité, les gaz ont été envoyés à la torche , a fait savoir dimanche le groupe pétrochimique ExxonMobil dans une  information aux riverains .

Dimanche 20 octobre 2019 en début de matinée, le “Gros Kiff”, chalutier de 17 mètres, sest échoué à lentrée du port de Trouville-sur-Mer. Il sest posé sur le sable certainement à cause dune mauvaise manœuvre. La SNSM de Deauville La Touque a bien tenté de lui venir en aide avec sa vedette et un canot pneumatique mais sans succès. Il faudra attendre la marée montante, lundi après-midi, pour que le bateau puisse se dégager.

Seine-Maritime : La raffinerie dExxonMobil touchée par un incendie électrique

En clair, larrêt dune machine qui porte des hydrocarbures ou des gaz à haute température a obligé la raffinerie à évacuer les gaz dans latmosphère en les brûlant sous la forme dune torche. Une procédure légale qui durera plusieurs jours et qui a provoqué au départ un gros panache de fumée. Une image susceptible dinquiéter les riverains après le violent incendie qui a ravagé les locaux de lentreprise Lubrizol à Rouen.

Un début de feu sur une pompe dans la chaufferie gaz dune entreprise à Tourville-la-Rivière (Seine-Maritime) sest déclaré dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 octobre 2019. Lentreprise IKO produit des systèmes étanches pour toitures. Ce sont deux salariés qui ont éteint les flammes à laide dextincteurs. La production était à larrêt suite au sinistre, le temps de réparer les dégâts.

Seine-Maritime. Un incendie sest déclaré sur les installations dExxonMobil

Mais ici rien de comparable. Dans un communiqué, Atmo Normandie, association régionale de surveillance de la qualité de lair, agréée par le ministère en charge de lEnvironnement indique dailleurs que, selon ses mesures, une légère augmentation des concentrations de dioxyde de soufre a été observée dans la matinée (de samedi, ndlr) bien en-dessous du seuil réglementaire dinformation et de recommandation .

 Des vérifications complémentaires ont été menées samedi sur le vapocraqueur et vont conduire à des interventions techniques avant les phases de redémarrage de linstallation. Cest pourquoi la torche pourrait rester visible durant quelques jours, a également indiqué le groupe. Le personnel en poste met tout en œuvre pour limiter la durée et limpact de cet incident. 

 Nous avons fait une information aux riverains afin de les rassurer , a précisé lentreprise ExxonMobil. Des vérifications complémentaires ont été menées samedi sur le vapocraqueur et vont conduire à des interventions techniques avant les phases de redémarrage de linstallation. Cest pourquoi la torche pourrait rester visible durant quelques jours. Le personnel en poste met tout en oeuvre pour limiter la durée et limpact de cet incident , selon linformation donnée par le groupe qui  sexcuse auprès des riverains pour la gêne occasionnée. 

En août dernier, une alerte avait été déclenchée sur ce site ExxonMobil de Notre-Dame-de-Gravenchon en raison dune fuite de gaz (du propylène) à lintérieur du site.

 Samedi 19 octobre, vers 8 heures, un déclenchement électrique a conduit à larrêt du vapocraqueur dExxonMobil Chemical France. Pour décomprimer linstallation en toute sécurité, les gaz ont été envoyés à la torche , a fait savoir dimanche le groupe pétrochimique dans une  information aux riverains .

La commune de Notre-Dame-de-Gravenchon, sur laquelle se trouve la raffinerie dExxonMobil, a fusionné depuis 2016 avec des communes voisines plus petites pour devenir Port-Jérôme-sur-Seine, à une quarantaine de kilomètres du Havre.

La torchère d’ExxonMobil, situé à Notre-Dame-de-Gravenchon (Seine-Maritime), a été déclenchée en réponse à l’arrêt du vapocraqueur du site pétrochimique, samedi 19 octobre 2019.

Dans un communiqué, Atmo Normandie, association régionale de surveillance de la qualité de lair agréée par le ministère chargé de lEnvironnement, assure que, selon ses mesures,  une légère augmentation des concentrations de dioxyde de soufre est observée dans la matinée (de samedi) bien en dessous du seuil réglementaire dinformation et de recommandation .

Lire aussi : REPORTAGE. Près du Havre, ces pompiers sécurisent la plateforme pétrolière Exxon Mobil

Des vérifications complémentaires ont été menées, samedi, sur le vapocraqueur et vont conduire à des interventions techniques avant les phases de redémarrage de linstallation , précise linformation donnée par le groupe.

Seine-Maritime : un incident à la raffinerie ExxonMobil déclenche un important dégagement de fumée

« Vers 8 heures [du matin, NDLR], un déclenchement électrique a conduit à l’arrêt du vapocraqueur d’ExxonMobil Chemical France, précise par communiqué l’entreprise américaine. Pour décomprimer l’installation en toute sécurité les gaz ont été envoyés à la torche. » Qui génère désormais une importante flamme, ainsi qu’un épais panache de fumées noires, visibles sur un territoire étendu autour de la plateforme. 

Atmo Normandie, association chargée de surveiller la qualité de lair, a indiqué lundi que lévénement na entraîné samedi à 11H00 quune légère augmentation ponctuelle des concentrations de dioxyde de soufre, à 104 microgramme par m3, alors que le seuil dalerte de la population est de 300 microgrammes pendant trois heures. “Toute combustion entraîne une pollution mais son ampleur dépend de la qualité de la combustion”, précise lassociation.

Pour rappel, les torches industrielles sont un équipement de sécurité reliées aux unités à risque des plateformes industrielles. Elles permettent de vider les unités en brûlant les produits. 

Elle provient de la torchère du site qui a été automatiquement activée lorsquun vapocraqueur sest arrêté samedi à la suite dune coupure électrique. “La torchère est un élément de sécurité qui existe car quand on a un arrêt dunité, il faut vidanger de manière extrêmement rapide les gaz, qui sont brûlés dans la torchère, pour décomprimer linstallation”, a précisé Mme Guégaden-Lefort.

Lire aussi : Non, les usines de la zone industrielle du Havre ne peuvent pas torcher comme elles veulent

Port-Jérôme-sur-Seine : incident électrique sur le site pétrochimique Exxon-Mobil

En réponse à cette situation, – pas illégale mais très réglementée – la station d’Atmo Normandie a fourni des mesures. Elle a constaté « une légère augmentation des concentrations de dioxyde de soufre dans la matinée ». Et l’organisme de contrôle de la qualité de l’air de poursuivre :

Un incident a eu lieu samedi matin à la raffinerie ExxonMobil de Port-Jérôme, près du Havre (Seine-Maritime). Des flammes et un panache de fumée ont été vus par les habitants parfois jusquà 40 kilomètres de là, écrit Paris-Normandie. Moins dun mois après le grave incendie du site Seveso, Lubrizol, à Rouen, des Normands ont découvert un ciel rouge à leur réveil. De nombreux appels ont été passés aux pompiers.

Elle se situe bien en-dessous du seuil réglementaire d’information et de recommandation.

« La torchère pourrait être visible plusieurs jours, précise la communication d’ExxonMobil à Port-Jérôme. On fait un bilan de toutes les petites choses à faire avant de redémarrer. Pour le faire en toute sécurité, on fait toutes les vérifications. »

Y a-t-il un risque pour lenvironnement? Atmo Normandie, lobservatoire de suivi de qualité de lair dans la région, répond que non. Sur les mesures de la station située sous les vents de sud-ouest, une légère augmentation des concentrations de dioxyde de soufre a été observée dans la matinée, bien en dessous du seuil réglementaire dinformation et de recommandation.

France: une impressionnante flamme venant dune raffinerie dExxonMobil est visible à 40 km à la ronde

Le plan d’opérations internes (POI) n’a pas été déclenché par Exxon Mobil.

Lire aussi : Lubrizol. Avec 23 usines Seveso, comment Le Havre est-il préparé à une catastrophe ?