Transat Jacques Vabre : suivez le départ de la course en direct du Havre – France Bleu

Transat Jacques Vabre : suivez le départ de la course en direct du Havre - France Bleu

Transat Jacques Vabre : Pierrick Letouzé, un bizuth prêt à tout casser

Vous vous sentez marin dans l’âme, et vous avez toujours rêvé de participer à la Transat Jacques Vabre ? C’est encore possible de vous inscrire, mais faites vite, parce que le grand départ sera donné dimanche 27 octobre 2019 à 13h15. En plus des 118 skippers qui partiront au large du Havre, 65 600 concurrents seront au départ de la Virtual Regatta, un jeu vidéo en ligne de simulation de navigation de voile et de régate.

Lire aussi : QUIZ. Nourriture, siestes… Connaissez-vous le quotidien des marins de la Transat Jacques Vabre ?

Video: Transat Jacques Vabre – feu dartifice la veille du départ

« En Multi50, il y a 28 500 inscrits, en Classe 40 : 16 500 et pour la catégorie Imoca : 28 300. » Thomas fait partie de ces fans de voile et de jeu qui, à défaut d’avoir le niveau « et aussi le budget », sourit-il, prendront le départ de la Transat Jacques Vabre, façon Virtual Regatta. 

Alors que les 58 skippers de la transat Jacques-Vabre s’apprêtent à quitter le port du Havre (Seine-Maritime), dimanche 27 octobre 2019, vous n’êtes peut-être pas encore tout-à-fait au point sur le monde de la voile de haut niveau.

À 20 ans, Thomas a déjà de très nombreuses courses derrière lui via Virtual Regatta. 

Ce dimanche 27 octobre à 12H55, vivez le grand départ de la Transat Jacques Vabre 2019 en direct avec France 3. Un événement à vivre grâce à France Télévisions, également sur notre antenne numérique et les réseaux sociaux.

J’ai commencé en 2011. Je fais de la voile dans le club de Vernon (Eure) et je suis passionné de jeu : Virtual Regatta combine les deux, explique celui qui sur le village a passé de nombreuses heures à proposer des démonstrations gratuites aux visiteurs de la Transat Jacques Vabre. 

Lire aussi : Route du Rhum : ce Caennais est arrivé deux heures seulement après Francis Joyon !

Cest une belle collection de poissons que le public est invité à reconstituer sur un grand panneau, à quelques mètres des bateaux amarrés au Havre. Cette Fresque conçue par lartiste havrais Teuthis appuie la campagne de signature de “lappel pour lOcéan, bien commun de lhumanité”.  

« Ce jeu est très réaliste, explique le passionné. Si vous faites la course offshore, vous êtes en temps réel, vous pouvez être au coude-à-coude avec les skippers de la Transat, vous avez les mêmes conditions de navigation qu’eux… tout en restant confortablement installé sur votre canapé, c’est vrai. »  La course devrait durer une bonne douzaine de jours pour la catégorie Imoca, comment gérer alors études ou travail ?

Transat Jacques Vabre : des navigateurs vont piloter leur bateau depuis un cockpit hermétique

C’est complètement possible. Effectivement vous avez du mal à faire une autre activité en même temps, mais moi je continue de travailler et j’ai mon portable pas loin, pour suivre mon bateau. Bon, j’avoue, ça rend accro quand même. 

Dimanche 27 octobre, 13 h 25 : Notons que dans cette catégorie Imoca, certains bateaux sont équipés de Foils, dautres de dérives droites, un peu moins rapides. Cest le cas de Maxime Sorel, sur le V&B Mayenne, qui prépare, à loccasion de la Jacques Vabre, sa participation au Vendée Globe, dans un an. Dans cette même catégorie, Clarisse Cremer (Banque Populaire) en fait de même, avec un mentor en or : Armel Le Cléach.

Transat Jacques Vabre : les femmes se font une place dans un milieu encore (trop) masculin

Lire aussi : PORTRAIT. Dans les pas de Charlie Dalin, skipper havrais au départ de la Transat Jacques Vabre

Alors pour ceux qui auraient un peu moins de temps à passer autour d’un bateau, il existe encore une solution : « La course inshore : ça dure environ 10 minutes, vous êtes contre douze concurrents qui peuvent prendre le départ du monde entier également et à bord de votre bateau, et vous devez passer des bouées ; c’est moins prenant côté temps, mais le jeu reste passionnant et on apprend beaucoup et vite sur la voile. » 

Le plateau des skippers engagés dans la 14e Transat Jacques Vabre se féminise un peu. Mais la parité est loin, elle seront 10 navigatrices sur… 118 concurrents à sélancer du Havre pour emprunter la route du café. Les femmes ont-elle du mal à se faire une place ? Nous leur avons posé la question.

Il y a deux ans, Thomas avait terminé 4 735e sur 90 000 engagés sur la Transat Jacques Vabre… Bonne chance aux skippers de l’édition 2019 sur l’eau ou dans un canapé ! 

Vraiment surprenant ce plan Guillaume Verdier où lon est contraint de faire table rase de tous ses repères. Je ne vous montrerai pas lintérieur quil est interdit de photographier comme sur Charal. Parano quand tu nous tiens. Mais le cockpit tout fermé doù lon peut barrer-pratiquement jamais-permet de tout faire. Agir sur la colonne de moulin à café, manœuvrer toutes les manœuvres courantes issues dune goulotte intérieure et tout naturellement surveiller depuis des panneaux lextérieur. Côté détails, Charlie sest révélé un perfectionniste : c’est un frein de vélo par exemple qui permet de bloquer la rotation de la table à cartes intérieure. Jai cherché la couchette. Inexistante, remplacée ici par un simple pouffe. Évident!

Lire aussi : EN IMAGES. Au Havre, la foule répond présent à la veille du départ de la Transat Jacques Vabre

Quant au début de journée, il sétait déroulé par deux rencontres, les deux conférences de presse permettant de rencontrer à bord du Français, un bateau de charge danois construit en 1948, Armel Le Cléach et Clarisse Crémer, puis Jean Le Cam et Nicolas Troussel. Tous eux partent sur des IMOCA équipés de dérive mais pas de quoi réfréner leur rage de se battre. Clarisse a du charme et je lai trouvé bien courageuse de partir malgré son mal de mer récurent. Armel, lui dans son nouveau rôle de professeur, ne cachait pas quil pouvait lui tirer son épingle du jeu dans les conditions du départ où lon annonçait pas mal de vent arrière.

Video: Transat Jacques Vabre – il a dépanné la plupart des Team de Course avant le départ

Avec Simon Kervarrec, le jeune Cherbourgeois, Pierrick Letouzé va découvrir la Transat Jacques-Vabre sur le Class40 E. Leclerc.

Transat Jacques Vabre : les cinq équipages à suivre chez les Imoca pendant la course

Lire aussi : EN DIRECT. Depuis Le Havre, suivez le départ de la 14e édition de la Transat Jacques Vabre

Pierrick Letouzé a eu le pied marin dès sa plus tendre enfance. Son papa était skipper et convoyait des voiliers. « A 12 ans, il me laissait la barre », se rappelle celui qui a acheté son premier bateau à l’âge de 15 ans. Avec les régates du Yacht-Club, le Cherbourgeois se fait la main et est logiquement repéré. Les bons résultats suivent assez vite avec une 3e place sur la Normandie Cup et une 13e sur le National J80. A Cherbourg, en septembre 2018, il a également obtenu le titre de vice-champion du monde universitaire. Cet été, il a participé au Tour de France à la voile (15e) avant de se lancer dans ce pari fou de la Transat Jacques-Vabre.

Lire aussi : Voile, Transat Jacques-Vabre : la nouvelle vague de la Manche prête à déferler

Chacun de leur côté, Pierrick Letouzé (21 ans) et Simon Kervarrec (20 ans) rêvaient secrètement un jour de pouvoir rallier le continent américain à bord d’un voilier de course. À la fin d’une régate universitaire en rade de Cherbourg, les deux garçons se retrouvent au bar pour refaire le match. Après quelques heures, les discussions divaguent et c’est à ce moment-là que Simon lance l’idée à Pierrick de prendre le départ de la plus célèbre des transats en double. Après quelques mois de recherches de fonds fructueuses (un budget de 200 000 euros), ils seront sur la ligne de départ aujourd’hui au Havre.

PODCAST. Transat Jacques Vabre : sur les pontons, des skippers et un reporter au micro de Radio Cristal

Lire aussi : Transat Jacques Vabre : originaire de la Manche, Martin Louchart met le cap sur le Brésil

VOILE. Attanasio, Ducroz… ces skippers de notre région vont participer à la Transat Jacques-Vabre

Même si pour son âge il détient un palmarès somme toute convenable, Pierrick Letouzé va néanmoins découvrir un autre monde en se lançant dans cette Transat. « J’ai énormément de motivation », confie-t-il même s’il sait que « la course va durer environ 25 jours » et qu’il « va falloir gérer la fatigue et le bateau. » C’est en tout cas un premier tremplin idéal vers la course au large, dont il rêve d’en faire son métier pour les années à venir.

Lire aussi : EN IMAGES. Au Havre, la foule répond présent à la veille du départ de la Transat Jacques Vabre