Le Mans. Le dépôt pétrolier est débloqué – Ouest-France éditions locales

Le Mans. Le dépôt pétrolier est débloqué - Ouest-France éditions locales

Trois dépôts de carburant débloqués, une grosse pénurie évitée

Les professionnels du BTP ont suspendu leur mouvement de blocage des dépôts de carburants ce mardi à La Rochelle. Ils protestaient contre la suppression de leur avantage fiscal sur le gazole non routier (GNR).

Si vous voulez de l’essence ce mardi 3 décembre 2019, il faudra être très patient. Alors que la pénurie de carburant a commencé dans l’Ouest, la région Ile-de-France est elle aussi touchée. Mais pas de panique, il reste de l’essence.

Lire aussi : CARTE. Des stations sans essence à Paris : « Pas de pénurie, mais les gens flippent avec la grève »

C’est la fin du blocage des dépôts de carburant de La Pallice à La Rochelle. En tout début d’après-midi, les entrepreneurs du BTP qui bloquaient l’accès aux dépôts depuis lundi matin ont vu débarquer les forces de l’ordre qui leur ont demandé de dégager leurs véhicules pour laisser passer les camions citernes.

Cette pénurie serrait-elle causée par les automobilistes qui se ruent dans les stations essence ? « Il faut être réaliste, les usagers de la route créés la pénurie en allant à la pompe alors qu’ils n’ont pas forcément besoin », explique Christian, pompiste à Noisy-Le-Grand. 

Seul point d’échauffement encore en suspens, la durée d’application de la mesure d’abandon du Gasoil Non Routier (GNR), les entrepreneurs veulent absolument que cela se fasse progressivement sur cinq ans. « Le ministre m’a promis que l’on aurait des avancées sur ce point avant la fin de la journée », indique Pascal Rineau.

Je le vois bien depuis hier, les automobilistes prennent en moyenne 25€ d’essence. C’est juste pour compléter leur réservoir.

Il détaille que ce matin, les clients faisaient déjà la queue et que cela devrait durer jusqu’au jeudi 5 décembre 2019.

En effet, plusieurs stations d’Ile-de-France ont dû fermer suite à une pénurie. En revanche, ce n’est pas la majorité, il est encore possible de trouver du carburant dans la région.

Ce mouvement dont lampleur (cinq dépôts bloqués sur 200) ne suffisait pas en soi à créer une pénurie de carburant a provoqué pourtant des ruptures de stocks dans certaines stations-service de la Sarthe, en raison de lafflux dautomobilistes aux pompes qui ont fait le plein par anticipation. 

Le site mon-essence.fr a recensé de nombreuses stations en Ile-de-France (liste non exhaustive). Par exemple, en Seine-Saint-Denis quelques stations ont été répertoriées.

Combien de stations-service en rupture partielle ou totale? Cest la question que tout le monde se pose depuis les premiers blocages de dépôts pétroliers par des professionnels du BTP en fin de semaine dernière. Près de 800 ce mardi matin à 9h, indique le site Pénurie Mon Essence qui se base sur les signalements des utilisateurs de lapplication Essence&Co, avec 410 stations en rupture totale et 389 en rupture partielle. Un phénomène qui se concentre à lOuest de la France, où trois dépôts restent encore bloqués, mais qui gagne peu à peu le reste du territoire.

Seine-Saint-Denis : Il y a encore du carburant au Carrefour de Sevran, au Esso de Épinay-sur-Seine, au Super U de Neuilly-sur-Marne.

Pour contrer ce phénomène, le CNPA réalise un sondage deux fois par jour, à 10h auprès des 6000 stations-service hors grande distribution (11.000 stations au total en France environ). Si ces chiffres ne sont pas communiqués publiquement, il y avait daprès Francis Pousse seulement une centaine de stations-service en rupture partielle ou totale ce lundi. Une situation logique avec certaines stations qui ont vu leur fréquentation multipliée par deux ou trois le week-end dernier et qui ne sont pas livrées en carburants du samedi matin au dimanche soir. 

Le site propose une situation en temps réel, car au fur à mesure des signalement, les stations peuvent fermées.

“Je récuse les informations des applications qui ne tiennent pas compte des livraisons de manière suffisamment réactive: si un utilisateur signale une rupture de stock juste avant le passage du camion de livraison, il peut sécouler plusieurs heures avant que la station napparaisse plus en rupture. Parfois les prix ne sont pas mis à jour pendant 10 jours sur ce type dapplications”, indique Francis Pousse, président des distributeurs de carburant au sein du CNPA (conseil national des professions de lautomobile).

VIDÉO. Après le déblocage du dépôt de Vern, quand les stations seront-elles ravitaillées ?

Les professionnels du BTP ont décidé, il y a quelques jours, de bloquer des dépôts de carburant dans l’Ouest de la France. Et ils ne semblent pas prêts à stopper leur mouvement qui pourrait même prendre de l’ampleur avec un nouvel appel au blocage.

Lundi, une délégation de professionnels du BTP a rencontré Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances. Si les professionnels ont obtenu des avancées, ils n'ont pas pu faire repousser la date de la fin de la défiscalisation du gazole non-routier prévue à partir du 1er juillet 2020. Ils ont obtenu "un contrôle renforcé confié à la gendarmerie, un carburant spécifique avec une coloration pour le BTP, une liste des engins qui ne pourront employer que ce carburant", indique Françoise Despret, présidente de la Chambre nationale des artisans des travaux publics et du paysage (CNATP). Elle ajoute que la coloration spécifique du carburant pour le BTP "permettra d'éviter le vol", tandis qu'une liste d'engins qui seront dans l'obligation d'utiliser ce carburant "nous évitera la concurrence déloyale" provenant surtout d'agriculteurs.

Carburants : “aucune inquiétude” sur le niveau des stocks selon le gouvernement

Mais les forces de l’ordre sont déjà intervenues dans la nuit du lundi 2 au mardi 3 décembre 2019 pour débloquer le dépôt de Vern-sur-Seiche (près de Rennes).

Près de 500 stations-service de lOuest seraient fermées, faute de carburant. Photo AFP Publié le 03/12/2019 à 08:05 , mis à jour à 18:44 Social, Circulation – Déplacements, Economie lessentiel Au moins cinq dépôts pétroliers sont bloqués dans l'Ouest de la France par des professionnels du BTP. Plusieurs centaines de stations-service ne sont déjà plus ravitaillées. La grogne pourrait s'étendre à d'autres régions. Plus de 500 stations-service déjà au régime sec. Une pénurie de carburant commence à toucher les régions de l'Ouest de la France. Ce mardi matin, près de 500 stations étaient en rupture totale de carburant entre Avranches dans la Manche et La Rochelle en Charente-Maritime et environ 70 stations en rupture partielle.

Lire aussi : Blocage des dépôts pétroliers : les gendarmes interviennent à Vern-sur-Seiche, près de Rennes

Lorient est le seul dépôt encore bloqué. Les blocages à Brest et au Mans ont été volontairement levés. Des gendarmes sont intervenus à 4 heures dans la nuit de lundi à mardi pour déloger les accès du dépôt de Vern-sur-Seiche près de Rennes. L'accès est libre depuis ce matin 9h15. Le dépôt de La Pallice à La Rochelle est aussi débloqué depuis la mi-journée. Au grand dépôt pétrolier de Donges, près de Saint-Nazaire, les camions-citernes continuent leurs allers-retours.

Pour Christian, le pompiste de Noisy-le-Grand, « il faudrait peut-être écouter les gens qui bloquent afin de débloquer la situation plus rapidement. Les gens appréhendent la journée de jeudi et je les comprends, tout le monde à besoin d’aller travailler pour manger en fin de mois ».