Levallois-Perret. Le procès des hommes qui ont menacé Patrick Balkany renvoyé au 14 octobre – actu.fr

Levallois-Perret. Le procès des hommes qui ont menacé Patrick Balkany renvoyé au 14 octobre - actu.fr

Les deux agresseurs présumés de Patrick Balkany jugés ce lundi

Deux hommes, qui avaient été placés en garde à vue jeudi pour avoir pris à partie et menacé le maire de Levallois-Perret Patrick Balkany seront jugés en comparution immédiate lundi, a indiqué dimanche le parquet de Nanterre.

A lissue des 48h de garde à vue, les deux hommes ont été déférés samedi soir devant un juge des libertés et de la détention qui les a placés en détention provisoire, selon le parquet.

Ils comparaîtront lundi pour "intimidations" et "menaces de mort envers une personne dépositaire de lautorité publique", lun dentre-eux étant aussi poursuivi pour des menaces de mort envers une des deux femmes qui ont pris la défense du maire jeudi après-midi.

Quatre jours après lagression de Patrick Balkany, les deux suspects vont être jugés en comparution immédiate lundi. À lissue de leurs 48h de garde à vue, les deux hommes ont été déférés devant un juge des libertés et de la détention qui les a placés en détention provisoire, selon le parquet. 

Le maire de Levallois-Perret a affirmé dans un communiqué vendredi avoir été "agressé dans la rue par deux militants de la LDNA", la Ligue de défense noire africaine, qui lui reprochait de "ne pas intervenir dans un conflit dordre privé" concernant une commerçante de la ville.

Agression de Patrick Balkany à Levallois : audience renvoyée

M. Balkany a déclaré avoir tenté de couper court à la conversation, mais il écrit que les deux hommes lont "invectivé et insulté tout au long du chemin menant à lHôtel de Ville" avant que lun des deux ne le "bouscul(e)" en lattrapant "par lépaule". 

Ces derniers ont dabord interpellé calmement le maire au sujet dun conflit entre une boulangère installée avenue du Président-Wilson et sa copropriété. Ils lui reprochent de ne pas intervenir dans cette affaire, où les soupçons de racisme avaient déclenché une vague de solidarité sur les réseaux sociaux envers la boulangère. Mais Patrick Balkany a rétorqué que ce conflit privé ne relève pas de ses compétences.

Une gardienne dimmeuble et une agente administrative de la ville se sont interposées, a indiqué Isabelle Balkany, première adjointe du maire. Elles ont été elles aussi "prises à partie et bousculées par les deux hommes". 

VOIR LES COMMENTAIRESÎle-de-France & OiseVal-dOise : le difficile dédoublement des CP-CE1 en Réseau dEducation PrioritaireNogent : le tribunal administratif donne raison à lassociation dans sa défense des espaces paysagersLa famille des ambassadeurs de la Seine-Saint-Denis sagranditSeine-et-Marne : expulsé de la maison dont il se croyait héritierGuide Shopping Le Parisien

Sur son compte twitter, la LDNA a dénoncé une garde à vue "abusive" de son porte-parole et dun militant. "Nous sommes dans le cas classique de victimes véritables dagressions à qui lon cherche (à) faire endosser le rôle inverse", peut-on lire dans un communiqué.

Après la demande de renvoi de lavocate de lun des prévenus, qui demandait un supplément dinformation, le procès a été renvoyé au 14 octobre. Les deux hommes seront poursuivis pour menace et acte dintimidation envers lélu, et pour menace de mort envers une gardienne dimmeuble qui sétait interposée.

Lassociation parle dune "tentative dintimidation" sur une commerçante de la part du maire, accusant ce dernier dun "comportement particulièrement violent".

Patrick et Isabelle Balkany sont en attente de leur jugement dans deux affaires judiciaires. Le 13 septembre, la justice doit rendre sa décision dans un premier volet de "fraude fiscale" et le 18 octobre, elle doit trancher dans un second volet où le couple est soupçonné de "blanchiment à grande échelle". 

Sur son compte twitter, la LDNA a dénoncé une garde à vue “abusive” de son porte-parole et dun militant. “Nous sommes dans le cas classique de victimes véritables dagressions à qui lon cherche [à] faire endosser le rôle inverse”, peut-on lire dans un communiqué.

Les deux hommes suspectés davoir bousculé et menacé le maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, jeudi 5 août, seront jugés en comparution immédiate ce lundi 9 septembre, a indiqué dimanche le parquet de Nanterre.

Ils comparaîtront lundi pour “intimidations” et “menaces de mort envers une personne dépositaire de lautorité publique”, lun dentre-eux étant aussi poursuivi pour des menaces de mort envers une des deux femmes qui ont pris la défense du maire jeudi après-midi.

Les deux individus avaient été interpellés à la suite de lincident, avant dêtre placés en garde à vue. Ils sont actuellement en détention provisoire. Ils comparaîtront ce lundi pour intimidations et menaces de mort envers une personne dépositaire de lautorité publique, lun dentre eux étant également poursuivi pour des menaces de mort envers une des deux femmes qui ont pris la défense du maire lors de lagression.

Patrick Balkany a affirmé dans un communiqué vendredi avoir été agressé dans la rue par deux militants de la LDNA, la Ligue de défense noire africaine, qui lui reprochaient de ne pas intervenir dans un conflit dordre privé concernant une commerçante de la ville, une gérante dun dépôt de pain, qui avait dénoncé en février les insultes racistes dont elle disait faire lobjet de la part des copropriétaires.

Sur son compte Twitter, la LDNA a dénoncé une garde à vue  abusive  de son porte-parole et dun militant.  Nous sommes dans le cas classique de victimes véritables dagressions à qui lon cherche (à) faire endosser le rôle inverse , peut-on lire dans un communiqué. Lassociation parle dune  tentative dintimidation  sur une commerçante de la part du maire, accusant ce dernier dun  comportement particulièrement violent .

Le maire LR de Levallois-Perret, en attente de jugement avec sa femme dans deux affaires judiciaires (lune pour fraude fiscale et lautre pour blanchiment), a déclaré avoir tenté de couper court à la conversation, mais a ajouté que les deux hommes lont invectivé et insulté tout au long du chemin menant à lHôtel de Ville avant que lun des deux ne le bouscul[e] en lattrapant par lépaule. 

Le parquet de Nanterre a indiqué dimanche que deux hommes qui avaient été placés en garde à vue jeudi pour avoir pris à partie et menacé le maire de Levallois-Perret Patrick Balkany seront jugés en comparution immédiate lundi. Le parquet a ajouté quà lissue des quarante-huit heures de garde à vue, les deux hommes ont été déférés samedi soir devant un juge des libertés et de la détention, qui les a placés en détention provisoire.

Une gardienne dimmeuble et une agente administrative de la ville se sont interposées, a indiqué la femme de Patrick Balkany, Isabelle, première adjointe du maire. Selon cette dernière, elles ont été elles aussi prises à partie et bousculées par les deux hommes.

Une version contredite par la LDNA, qui affirme au contraire que ce sont les deux hommes, un porte-parole et un militant de lassociation, qui ont été victimes dagressions physiques et verbales de la part de Patrick Balkany et de personnes accompagnant lédile. Elle parle dune tentative dintimidation sur une commerçante de la part du maire, accusant ce dernier dun comportement particulièrement violent et d insultes.

Le procès des deux hommes accusés davoir pris à partie et menacé le maire de Levallois-Perret Patrick Balkany a été renvoyé au 14 octobre. Jugés en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Nanterre ce lundi, les deux suspects ont été libérés et placés sous contrôle judiciaire.