A Levallois-Perret, on soutient Balkany pour ne pas laisser la ville aux charognards – 20 Minutes

A Levallois-Perret, on soutient Balkany pour  ne pas laisser la ville aux charognards  - 20 Minutes

Levallois-Perret: Isabelle Balkany assure lintérim, est-ce choquant? Ça fait débat sur RMC

Denormandie “pas étonné” que Macron utilise une application pour mesurer lefficacité de ses ministres

Immoral mais pas illégal. Trois jours après lemprisonnement de Patrick Balkany, reconnu coupable de fraude fiscale et condamné à 4 ans de prison ferme et dix ans dinéligibilité, le cas de la mairie de Levallois-Perret soulève toujours autant de questions. Parce que techniquement, lélu reste maire de cette ville des Hauts-de-Seine. Sil est temporairement remplacé par son épouse Isabelle Balkany, qui est également sa première adjointe, et elle aussi condamnée à trois ans de prison ferme sans mandat de dépôt, Patrick Balkany pourrait continuer à gérer sa ville sil était remis en liberté avant son prochain procès en appel. A moins que le gouvernement ne décide de le révoquer?

“Lappel est suspensif, sa peine de prison ainsi que celle dinéligibilité sont suspendues, et ne sont donc pas appliquées à cause, ou grâce, à lappel. Voilà pourquoi elle peut continuer ses fonctions de première adjointe. On constate léloignement momentané du maire, on applique larticle 5122-17 du Code général des collectivités territoriales. Il y a suppléance automatique de ladjoint, il suffit à Isabelle Balkany de signer les arrêtés en disant pour le maire empêché”, détaille-t-il.

“Il faut quil y ait des raisons”, affirme ce lundi matin sur BFMTV-RMC Julien Denormandie, visiblement embarrassé par le sujet. “Ça arrive de révoquer des maires pour des fautes de gestions”, poursuit le ministre du Logement et de la Ville.

“Quand est-ce quun conseil des ministres a la possibilité de révoquer un maire? Cest quand il est prouvé, indiqué, quun maire nest plus en capacité dadministrer la ville dont il a la charge”, détaille-t-il.

Si les époux Balkany ont été reconnus coupables davoir soustrait des millions deuros au fisc, ce qui a un coût pour la société, il na en effet jamais été question dargent public: la manière dont a été gérée la ville de Levallois-Perret nest ici pas mise en cause.

Entre temps, son épouse Isabelle Balkany, elle-même condamnée pour les mêmes faits à trois années demprisonnement sans mandat de dépôt, devenait de facto maire de la commune des Hauts-de-Seine par intérim.

Pour le ministre, la question est finalement dordre “moral”. “Est-ce décent ou indécent, quand une personne est condamnée, daller ensuite pavoiser sur lHôtel de Ville, en disant venez nous soutenir?”, interroge notre invité, en référence aux rassemblements de soutien organisés ce week-end dans le fief des Balkany, et auxquels a participé activement Isabelle.

Pour notre éditorialiste politique Christophe Barbier, la condamnation de cette dernière ne change rien pour le moment.

“Cest une question de comportement, pas de gestion de la ville”, balaie finalement Julien Denormandie, curieux de voir “au-delà du jugement judiciaire”, leur prochain “jugement électif” sils sont en mesure de se représenter.

Denormandie “pas étonné” que Macron utilise une application pour mesurer lefficacité de ses ministres

Également questionnée à ce titre dimanche lors de son passage au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, la ministre de la Justice Nicole Belloubet na pas caché son étonnement face à cette situation. Et en particulier sur le fait quIsabelle Balkany ait pu succéder à son mari, malgré leur double condamnation.

“La règle de droit sapplique ainsi”, a-t-elle commenté, mais “on peut trouver que cest choquant du point de vue politique”. Avant de laisser transparaître, elle aussi, une certaine gêne: “Je trouve que cest choquant mais comment faire?”

Trouvez-vous choquant quIsabelle Balkany assure lintérim de son mari à la mairie de Levallois?

Cest écrit noir sur blanc dans le code général des collectivités territoriales: “Un maire absent est remplacé par son adjoint”. Isabelle Balkany est justement la première adjointe de Levallois-Perret. Elle na pas été emprisonné pour des raisons de santé, elle est donc libre. La garde des Sceaux Nicole Belloubet trouve cette situation “choquante”, mais cest la loi rappelle lavocat de Patrick Balkany, maitre Éric Dupont-Moretti:

“Ce qua choisit Mme Balkany, sur le plan moral on peut en discuter à linfini mais la garde des Sceaux nest pas là pour faire de la morale. Mme Balkany fait ce quelle veut, pour le moment, elle nest pas interdite dexercer un mandat électif. Elle lest mais elle a interjeté appel et ça na pas vocation à sappliquer maintenant. Légalement, il ny a aucun souci, cest ce quelle a choisi de faire et je nai rien à dire là-dessus”.

Pour bien comprendre: lappel dIsabelle Balkany suspend sa peine de trois ans de prison et ses dix ans dinéligibilité. On est là face à une faille de la loi dénonce Jean-Christophe Picard, le président de lassociation Anticor qui lutte contre la corruption:

“On a quelquun de condamné qui fait office de maire par intérim. La situation est de plus en plus malsaine et la loi navait pas prévu que le premier adjoint soit la femme du maire et quelle soit elle-même condamné pour les mêmes faits que le maire, donc il y a toujours des failles dans la loi. Mme Balkany a échappé à la prison, elle devrait quand même faire preuve dun peu de retenue. Et si elle nest pas en capacité daller en prison, elle ne devrait pas être en capacité de diriger une ville aussi importante que Levallois-Perret”.

Levallois-Perret, cest le fief des Balkany, à la tête de la ville sans discontinu depuis 2001, réélus dès le premier tour aux dernières municipales. Patrick Balkany pourrait même être candidat lan prochain, si sa demande de remise en liberté était acceptée.