Procès Balkany : pourquoi le maire de Levallois-Perret risque encore gros – Le Parisien

Procès Balkany : pourquoi le maire de Levallois-Perret risque encore gros - Le Parisien

Second jugement à risque pour Patrick Balkany

Papa naime pas les promenades. Papa , cest le surnom donné à Patrick Balkany par certains de ceux qui le croisent en détention. Il émane tout autant de ses codétenus que des surveillants. Cest que celui qui est toujours officiellement maire (LR) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) quitte peu sa cellule, et croise rarement les autres prisonniers, à lexception dune poignée dentre eux, dont ceux qui lui livrent ses repas. Patrick Balkany refuse en effet les deux fois 1h30 de promenades auxquelles tout prisonnier de la Santé a droit au quotidien. Il se rend, en revanche, trois fois par semaine au parloir.

Depuis son incarcération le 13 septembre dernier, il a été affecté au quartier des personnes vulnérables (QPV) du célèbre établissement parisien. Soit 19 places réservées au dernier étage du QB4 , le bâtiment 4 du quartier bas. Il sagit là de lultime branche de la partie historique de cette prison inaugurée en 1867, qui a rouvert cette année au terme dune rénovation complète ayant duré quatre ans.

Ce vendredi, Patrick et Isabelle Balkany connaîtront le deuxième jugement de leur procès. Le premier portait sur une affaire de fraude fiscale. Il sétait soldé par une lourde peine prononcée par la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris: dix années dinéligibilité et quatre années de prison avec mandat de dépôt pour le maire. Condamnée à trois ans de prison, sa femme avait échappé au mandat de dépôt, les juges estimant que son état de santé nétait pas compatible avec la détention. Ce vendredi, le couple est jugé pour blanchiment de fraude fiscale et corruption. Patrick Balkany a effectué

Seul en cellule, Patrick Balkany y dispose des mêmes commodités que chacun des 766 détenus – pour 708 places théoriques – que compte létablissement : un lit, une douche intégrée, une plaque électrique chauffante, et un téléphone fixe sur lequel il peut appeler une liste de numéros autorisés par ladministration, notamment ceux de son épouse et de ses avocats.

À Levallois-Perret, un grand fauteuil rouge trône au cœur de la mairie. Patrick Balkany avait lhabitude dy prendre place pour diriger le conseil municipal, assis légèrement en surplomb pour mieux voir les élus. Mais depuis le 13 septembre, le fauteuil est resté vide. Le maire a été placé en détention à la prison de la Santé, à Paris. Et les choses ne sont plus tout à fait comme avant à Levallois.

En interne, on confirme que ce grand bavard ne sen prive pas. Lincarcération semble ainsi navoir affecté ni son moral, ni son bagout. Il communique énormément avec le personnel surveillant, assure une source à la Santé. Il est très curieux de leur quotidien et de leur profession.

Les professionnels de létablissement sont unanimes : Il nous faudrait 700 détenus comme ça ! glisse un cadre, qui ne cache pas que larrivée de cette figure médiatique lui a occasionné quelques sueurs froides. On appréhendait quil se plaigne pour un rien, que la nourriture ne soit pas assez bonne, ce genre de choses, détaille le même. Et lon pensait que ça se traduirait par une accumulation de procédures ou des rapports houleux avec ses avocats. Il nen a rien été.

Isabelle Balkany avait tenté de mettre fin à ses jours en mai 2019. AFP Publié le 16/10/2019 à 13:52 , mis à jour à 14:07 Politique, France – Monde lessentiel À quelques jours de l'ouverture du second procès du couple d'élus de Levallois-Perret pour des faits de corruption, Isabelle Balkany est revenue sur les condamnations auxquelles elle et son mari, Patrick Balkany, ont dû faire face ces derniers mois. La maire adjointe se confie aussi sur sa récente tentative de suicide. « La taulière »  aux devants des caméras : ce lundi 14 octobre, les caméras de BFMTV se sont tournées vers Isabelle Balkany. La maire adjointe de Levallois-Perret est revenue sur les condamnations auxquelles elle et son mari, Patrick Balkany, ont dû faire face ces derniers mois. Celui-ci a écopé d'une peine de quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale et est actuellement incarcéré à la Prison de la Santé à Paris. Pour ce qui est d'Isabelle Balkany, celle-ci a été condamnée à trois ans de prison avec sursis, son état de santé ayant été jugé « fragile ». 

Inscrit à la salle de sport, Patrick Balkany semble lui préférer la bibliothèque, quil fréquente avec assiduité. Là encore, un moyen de tuer le temps, à défaut de prendre lair dans les cours de promenade. Ce nest pas quil ait peur pour son intégrité, analyse un habitué de la Santé. Ce serait plutôt une crainte pour son image.

Dans son discours, la maire adjointe explique que le fait de ne pas avoir déclaré quelque 4 millions d'euros à l'État français est une « faute », qui « ne doit pas être sanctionnée avec disproportion ». Pour autant, le couple Balkany s'apprête à faire face à un second procès, cette fois-ci sous le volet « corruption ». En ce cadre, le parquet a requis des condamnations bien plus sévères pour le couple levalloisien : quatre ans de prison avec sursis et 500 000 euros d'amende pour la maire adjointe.

De fait, même si des brouilleurs de téléphones portables sont actifs à la Santé, Patrick Balkany nest pas à labri quun codétenu puisse le prendre en photo, comme cela avait été le cas lors de lincarcération à Fresnes (Val-de-Marne) et Fleury-Mérogis (Essonne) des rappeurs Kaaris et Booba, dont des images en détention avaient circulé sur les réseaux sociaux. Patrick Balkany sait le pouvoir de limage, et la valeur quaurait pour certains un tel cliché de sa détention.

Malgré sa condamnation, la maire adjointe tient cependant toujours le flambeau à l'hôtel de ville de Levallois et enchaîne les interviews. L'élue revient sur les épisodes judiciaires dont elle et son époux ont fait l'objet. En mai dernier, alors que le couple Balkany est mis en examen pour fraude fiscale et corruption, Isabelle Balkany explique avoir fait une tentative de suivi de. Le 1er mai 2019, sur Facebook, l'ancienne vice-présidente du conseil général des Hauts-de-Seine fait état sur Facebook d'un état de fatigue avancé :

Une détention dont il espère bien évidemment quelle prendra fin le plus tôt possible. Avec, en ligne de mire, deux échéances judiciaires quil attend avec impatience , explique lun de ceux qui ont échangé avec lui à la Santé. Condamné à quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale, il lui est reproché de ne pas avoir payé limpôt sur la fortune entre 2010 et 2015, et davoir sous-déclaré ses revenus entre 2009 et 2014, lui faisant économiser pour près de 4 millions deuros dimpôts.

“En ce cadre, le parquet a requis des condamnations bien plus sévères pour le couple levalloisien : quatre ans de prison avec sursis et 500 000 euros damende pour la maire adjointe”. Du sursis cest sévère ? A bon ? Elle a volé 4 millions, elle écope de 3 ans avec sursis. Alors pourquoi une mère de famille qui a volé de la nourriture pour même pas 15 euros écope de prison ferme ? Ce serait bien dinstaurer la proportionnalité des peines au vu des sommes volées. Mais selon que vous serez puissant….

Vendredi, il connaîtra son jugement dans le second volet de son procès, pour corruption et blanchiment de fraude fiscale. Sept ans de prison ont cette fois été requis. Mardi prochain, cest sa demande de remise en liberté qui sera examinée.

« J'ai eu un burn-out complet lié au fait que je travaille beaucoup, à la fatigue, à quatre ans d'une instruction totalement à charge, explique Isabelle Balkany. Je dois dire que j'en avais marre de recevoir des insultes de tous ordres sur ces réseaux sociaux. J'ai eu un burn-out complet qui m'a provoqué un coma, trois semaines d'amnésie totale et des problèmes neurologiques très importants puisque je ne pouvais pas tenir seule debout »,

VOIR LES COMMENTAIRESFaits diversCe que Patrick Bruel a fait nest pas juste déplacé, cest interditExpérimentation sur des animaux : des images choc filmées dans un laboratoire allemandProcès Balkany : pourquoi le maire de Levallois-Perret risque encore grosUn pompier blessé à l'oeil lors de la manifestation à ParisGuide Shopping Le Parisien

Le couple a été également condamné à 10 ans d'inéligibilité. « Les Balkanay » ont fait appel de la décision. Mais la maire adjointe va plus loin, et n'exclut pas de représenter son mari pour les élections municipales 2020. Alors que celui-ci serait toujours incarcéré : « On a surtout envie de continuer, c'est notre vie, et je me dis que si je m'arrête… Ce serait une espèce de vide dans ma vie. » 

Il vous faut de nouveaux vêtements pour rester tendance avec larrivée de lautomne ? Topshop est là, avec un code promo offrant 4% de remise sur tout le site, y compris les promotions en cours.

Le parquet a donc requis de la prison ferme contre le milliardaire, pour avoir “sciemment corrompu un élu de la République”, contre lavocat Arnaud Claude, présenté comme “le pilote de lopération” marocaine, et contre Jean-Pierre Aubry, alors directeur général de la société daménagement de Levallois, “prête-nom jusquau sacrifice” pour son “maître” Patrick Balkany.

Si vous souhaitez renouveler votre intérieur, Made propose actuellement et jusquau 31 octobre une réduction de 35 euros à partir de 350 euros de commande, grâce à un code promo.

Le couple a en revanche toujours nié détenir le riad de la palmeraie, acquis en janvier 2010 par une SCI marocaine, elle-même détenue par une société écran panaméenne aux titres au porteur. Et ce, en dépit des peignoirs brodés aux initiales “PB”, des livres dédicacés, des meubles payés par Isabelle Balkany et livrés dans la villa saharienne.

Envie de vous équiper dun moyen de transport urbain pratique et économique ? La trottinette électrique est la tendance du moment. Plusieurs modèles Xiaomi, Neoride sont en promotion chez Cdiscount.

Ça y est : les Google Pixel 4 et Google Pixel 4 XL sont officiels ! Lentreprise les a dévoilés cette semaine, et a fixé leur date de sortie au 24 octobre. Il est dores et déjà possible de les précommander avec en plus la Google Nest Hub offerte !

A 71 ans, le baron des Hauts-de-Seine a été sanctionné pour un “indéniable enracinement, sur une longue période, dans une délinquance fortement rémunératrice”: condamné à 4 ans de prison pour fraude fiscale le 13 septembre, il a été écroué dans la foulée à la maison darrêt de la Santé.

Patrick Balkany, 71 ans, condamné à quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale – il a fait appel et sa demande de mise en liberté sera examinée mardi prochain -, connaîtra ce vendredi le jugement du tribunal correctionnel de Paris dans le second volet du dossier. Il sagit cette fois de faits qualifiés de blanchiment de fraude fiscale (à hauteur de 13 millions deuros) et de corruption.

Le parquet national financier (PNF) a requis à lencontre du maire (LR) de Levallois-Perret une peine de sept ans ferme avec mandat de dépôt, dix ans dinégibilité et la confiscation de tous ses biens, dont sa résidence du moulin de Giverny. À lencontre de son épouse, condamnée à trois ans de prison ferme – sans mandat de dépôt, elle a aussi interjeté appel – dans le premier dossier, le PNF a demandé quatre ans avec sursis et 500.000 € damende.

Le PNF voit au contraire un “lien incontestable entre lacquisition de la maison et le contrat immobilier de Levallois”, notamment à travers la “chronologie éclairante” des versements du promoteur saoudien précédant des délais de paiement accordés par la ville.

Sont également concernés un milliardaire saoudien, Mohamed al-Jaber, accusé davoir voulu acheter lélu afin de se voir attribuer un énorme marché immobilier (quatre ans dont deux ferme, 150.000 € damende requis) ; un avocat, Me Arnaud Claude, qui aurait participé au montage off-shore (quatre ans dont deux ferme, confiscation de sa maison, cinq ans dinterdictions professionnelles requis) ; un proche de M. Balkany à Levallois, Jean-Pierre Aubry, présenté comme lhomme de paille du maire dans lachat frauduleux du riad Dar Gyucy à Marrakech (trois ans de prison dont deux ferme, 150.000 € damende requis) ; et enfin Alexandre Balkany, qui aurait signé de faux baux de location pour servir de paravent à ses parents dans lopération marocaine (100.000 € damende requis).

Absente lors du premier procès pour raisons médicales – elle avait commis une tentative de suicide -, Mme Balkany devrait être présente pour entendre la sentence. Elle semble sêtre remise depuis le printemps dernier, suffisamment du moins pour prendre, par intérim, les rênes de Levallois en tant que première adjointe et pour défendre avec vigueur son mari dans les médias.

Les débats avaient tourné au désavantage des époux en ce qui concerne le blanchiment. Leur défense était inaudible, qui consistait notamment à nier contre toute évidence la propriété de Dar Gyucy. Ils prétendaient aussi que les fonds utilisés pour lachat du moulin de Giverny et de la villa Pamplemousse, à Saint-Martin, provenaient de mannes familiales abritées en Suisse, sans en apporter la moindre preuve.

En revanche, laccusation semble plus fragile sur la corruption présumée. La défense de M. al-Jaber a aussi entrepris de démolir les arguments du PNF. Pour elle, les poursuites ne sont pas même fondées juridiquement, qui visent une loi de 2001 pour des faits de 2009 soumis, selon lui, à un texte moins sévère de 2007. On a tellement envie de condamner Patrick Balkany qui échappe à la justice depuis trente ans que tous les moyens sont bons. Et tant pis pour ceux qui évoluent dans son sillage, a tonné Me Hervé Temime, pour qui laccusation ne rapporte pas la preuve, impérative, de lexistence dun pacte de corruption préalablement conclu entre les deux hommes. Au-delà de cette analyse, il assure, démonstration de son cru à lappui, quil nexiste, factuellement, aucune preuve de la culpabilité de son client. Sil a raison, une partie du dossier seffondre: sans corrupteur, pas de corrompu.