Patrick Balkany peut-il se représenter à la mairie de Levallois-Perret ? – Ouest-France éditions locales

Ce mardi soir sur notre antenne, Isabelle Balkany a donc assuré quils nétaient donc pas en mesure de sacquitter de la caution de 500.000 euros réclamée par la justice afin que le maire de Levallois puisse sortir de prison.

“Nous navons plus un centime”, a affirmé la maire de la commune des Hauts-de-Seine. “La justice a déjà mis sous séquestre 1,8 million de ma maison à Saint-Martin, plus un million de caution. Ça fait 2,8 millions. Nos comptes en banque sont saisis. Nos indemnités sont saisies”, a-t-elle ajouté.

Cette dernière a confirmé à notre micro que des Levalloisiens avaient lancé une association pour récolter des dons et aider Patrick Balkany à sortir de la prison de la Santé où il est incarcéré depuis la mi-octobre.

Ce mardi au tribunal, Patrick Balkany avait déjà pris la parole après son avocat pour dénoncer la somme élevée de la caution réclamée par la justice.  “500.000 euros à trouver, cest très difficile”, a-t-il dit, égrenant lensemble des biens et avoirs familiaux saisis. “Je crains que malgré la brillante plaidoirie de mon avocat, je sois obligé de rester au trou, car je ne vois pas comment réunir cet argent”.

Patrick Balkany demande une nouvelle fois sa mise en liberté. Pour la deuxième fois en quinze jours, le maire LR de Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, est venu mardi demander sa mise en liberté devant la cour dappel de Paris, après sa condamnation dans le volet blanchiment de son procès.

Il y a un peu plus dune semaine, sa première demande de mise en liberté, pour la première condamnation à 4 ans de prison pour fraude fiscale, a été acceptée par la cour dAppel de Paris… sous conditions: pointer une fois par semaine à la gendarmerie, résider dans lEure, ne plus venir ni à Paris, ni dans les Hauts-de Seine. Mais surtout payer une caution de 500.000 euros. 

Détenu à la prison parisienne de la Santé depuis le 13 septembre, il est apparu la mine chiffonnée dans le box des prévenus. “Je souffre beaucoup” lance alors Patrick Balkany à la cour, les traits tirés, amaigri, évoquant des problèmes de santé. 

Face à lui, lavocat général requiert le maintien en détention de Patrick Balkany, évoquant un risque de fuite et de renouvellement des faits, cest à dire de blanchiment de fraude fiscale. “Nous navons plus un rond, rien, ni en France, ni à lEtranger” se défend-il, affaibli.

Sa crainte: devoir, “rester au trou, parce que je ne vois pas comment on va trouver” 500 000 euros, le montant de sa caution.

Eric Dupont-Moretti, son avocat, se fâche: “Il va faire une cavale tout seul à 71 ans? Cest vrai personne na vu son visage, personne ne le connait”, ironise-t-il.

A la fin de laudience, Patrick Balkany, 71 ans, embrasse la quinzaine de personnes venus le soutenir, avant de retourner à la prison de la Santé au moins jusquau 13 novembre prochain.