Ligue 1 : Lille humilie le PSG et retarde encore le sacre parisien – Europe 1

Ligue 1 : Lille humilie le PSG et retarde encore le sacre parisien - Europe 1

Le coup de gueule terrible de Thomas Tuchel sur leffectif du PSG

MATCH PSG – LILLE – Paris avait besoin dun résultat nul pour sassurer le titre de champion de France mais a sombré, hier, à Lille, en sinclinant 5 buts à 1. Buts en vidéo, résumé, les impressions des joueurs… Toutes les infos.

Si un point suffisait au club de la capitale pour être officiellement sacré champion de France au stade Pierre-Mauroy, lors de la 32e journée de Ligue 1, dans le Nord de la France les Dogues ont atomisé les Parisiens sur le score de 5-1 ! Après la rencontre, Kylian Mbappé avait déclaré que lui et ses coéquipiers avaient joué « comme des débutants ». Un constat que ne partageait pas Thomas Tuchel, sérieusement remonté. « Non. Cela ne sest pas passé comme ça, cest trop facile. On a contrôlé, fait un bon match, on a mis quatre buts, un pour eux (csc de Meunier, 7e, 1-0, ndlr), trois pour nous, dont deux hors jeu (Mbappé, 3e, 14e). Lille na pas eu doccasions en première mi-temps. On a loccasion de marquer un deuxième but avec Thilo (Kehrer, 49e), puis à dix cétait compliqué », a-t-il réagi, à chaud, au micro de Canal +, avant de fustiger le groupe décimé à sa disposition en cette fin de saison.

Nicolas Pépé (attaquant du LOSC) : On a mis cinq buts, on est content et on a fêter ça tranquillement. La Ligue des champions dans la poche ? Non, mathématiquement, ce nest pas dans la poche (sourire). Lyon est encore derrière, Saint-Etienne revient, Marseille aussi… (…) Ce nest plus une surprise quon soit deuxième, on est attendu maintenant. On travaille dur toutes les semaines. On savait quils auraient pu être champion ce soir (dimanche). On avait à cœur de gagner pour ne pas quils célèbrent leur titre ici. Cest chose faite. (…) Cest un moment fort. On met un sacré coup à lOlympique Lyonnais. On bat le PSG, ce nest pas donné à tout le monde. Cest une soirée assez spéciale mais ce nest pas terminé. Il faut bonifier cette victoire à Toulouse. (…) Cest bien davoir un collectif qui vit bien parce que ce nest pas donné à tout le monde. Surtout après la saison difficile de lan dernier… Cest derrière nous. Et on profite maximum de notre très bonne saison. Ma forme ? Cest tout un collectif qui fait ressortir les individualités, dont moi. Présent dans les grands matches ? Ce sont des matches à enjeu, spéciaux, pour lesquels il faut bien se préparer mentalement parce quils ne sont pas comme les autres. Rester à Lille lan prochain ? Je ne suis pas parti, je suis encore là ! Jespère faire encore de grandes choses ici. Il reste encore six matches et je ne pense quà cela, à rien dautres.

« Moussa Diaby, qui avait fait deux entraînements, ce nétait pas normal quil soit présent, Thilo Kehrer était malade, ce nétait pas possible davoir quinze joueurs avec nous, cette défaite démontre notre personnalité », a-t-il lancé, prenant la défense de ses joueurs, avant de préciser sa pensée et dapporter une réponse à ceux qui se demandent pourquoi le technicien allemand change de dispositif – et de onze – à chaque match. « Tout le monde pense que Bernat joue à gauche, ou numéro dix, que cest normal, parce quon gagne. Mais cest linverse, le match daujourdhui montre la mentalité extraordinaire des joueurs. Maintenant, cen est trop, sans Marquinhos, Thiago… Face à Lille, qui est une équipe fantastique, on doit avoir la qualité, être en forme, avec tous les joueurs, pour pouvoir relever le challenge. On a fait un super match, mais à dix cétait compliqué ».

Dépité, après une rencontre lors de laquelle le PSG aura perdu son capitaine, Thiago Silva, et son latéral droit, Thomas Meunier, sur blessures, mais également Juan Bernat, expulsé, qui manquera le prochain déplacement des Parisiens à Nantes (mercredi, 19h), tout comme Marco Verratti, averti ce soir, Thomas Tuchel s’est ensuite confié sur les conditions dans lesquelles il prépare ses joueurs, fustigeant les absences de nombreux cadres. « Cette défaite montre que nous avons de la personnalité. Lorsque lon gagne (avec cet effectif réduit, ndlr) tout le monde pense que cest normal de tout changer. Mais sans Neymar, sans Cavani, sans Di Maria, avec Dagba et Diaby. Et là encore, sans capitaine, sans Marquinhos. Depuis des semaines, on fait des entraînements à douze, treize, quatorze. Ce nest pas possible. Je dois protéger mes joueurs, ils ont bien fait. A dix, cétait super dur ».

Après cette humiliation, le PSG doit se projeter sur Nantes, un déplacement pour disputer un match en retard comptant pour la 28e journée de Ligue 1 et tenter dofficialiser un titre qui lui tend les bras. Mais le coach allemand se demande bien avec quel groupe il se rendra à la Beaujoire. « Honnêtement, je pense quavec Verratti suspendu, Thiago et Meunier blessés… je ne sais pas, on sera peut-être treize ou quatorze à Nantes. On doit se battre, cest possible de gagner » a-t-il poursuivi, désabusé, évoquant même, avec regret, les absences de joueurs mis de côté. « Oui, on manque de joueurs. Adrien Rabiot, Lass Diarra, on manque de beaucoup de joueurs. Les gens acceptent parce quon gagne. Cest évident, cest ce que je vais dire au Président. On n’en parle pas quand on gagne cest sûr. Tout le monde doit réfléchir, ce n’est pas possible de faire ça avec 14 ou 15 joueurs chaque semaine ».