Lyon : une mineure mise en examen pour agression homophobe après avoir attaqué une gendarme et sa compagne – LCI – LCI

Lyon : une mineure mise en examen pour agression homophobe après avoir attaqué une gendarme et sa compagne - LCI - LCI

Lyon: Un couple de jeunes femmes très violemment attaqué par des adolescentes en pleine rue

Justice PartagerDirectLCIJUSTICE – Une gendarme et sa compagne ont été victimes dune agression à caractère homophobe dans le quartier de la Part-Dieu, à Lyon. Lauteur des faits a été mis en examen.2019-03-18T04:38:37.569Z – Mélanie FaureUne gendarme et sa compagne victimes d'une agression dans la ville de Lyon. Vendredi soir, dans le quartier de la Part-Dieu, le couple croise une bande de jeunes filles, qui aurait proféré des insultes homophobes. Confrontée à ces invectives, la gendarme leur aurait répliqué que leur comportement était délictuel. S'en suit alors une série de coups de poing et, au cours de l'affrontement, l'une d'elle est blessée au visage d'un coup de cutter, entraînant une ITT inférieure à 8 jours, comme l'a rapporté le parquet de Lyon.

La jeune fille interpellée, âgée de 17 ans et qui était en possession d'un cutter lors de son arrestation, a été mise en examen dimanche pour violences avec arme blanche et en raison de l'orientation sexuelle des victimes. Le chef de violences en réunion n'a en revanche pas été retenu, et elle n'a pas été écrouée, contrairement aux réquisitions du parquet qui va faire appel.

Alors qu’elles marchaient main dans la main, deux jeunes femmes ont été prises à partie par un groupe d’adolescentes. L’une des victimes a reçu un coup de cutter au niveau du visage. Une jeune fille de 17 ans a été présentée au parquet après ces faits. Elle a été mise en examen pour violences aggravées et placée sous contrôle judiciaire. Les investigations se poursuivent afin notamment de retrouver les autres membres du groupe.

Les autres jeunes femmes de cette bande, entre cinq et dix selon le parquet, sont toujours recherchées. Le nombre de plaintes pour actes homophobes a augmenté en France l'an dernier. Selon le ministère de l'Intérieur, 262 ont été déposées entre janvier et septembre 2018, soit 15% de plus qu'en 2017.

Nouvelle agression homophobe: Une gendarme et sa compagne qui se tenaient la main attaquées au cutter par une bande de filles à Lyon

Violemment agressé en 2016 après avoir défendu un couple qui s'embrassait, Marin a reçu la légion d'honneur

Bus récents, vidéo-surveillance et meilleure ponctualité pour lutter contre linsécurité dans les TCL

Jussie Smollett : lacteur phare de la série “Empire” a-t-il mis en scène son agression homophobe ?

Les faits se sont déroulés vendredi soir devant le centre-commercial de la Part-Dieu. 

Pédophilie dans lÉglise : “Grâce à Dieu” de François Ozon autorisé par la justice à sortir en salles mercredi

Le couple de femmes, qui se tenait par la main, a été pris à partie dans le quartier de la Part-Dieu. Selon Le Parisien/Aujourdhui en France , qui a révélé linformation, la bande aurait proféré des insultes homophobes. La Meurthe-et-Mosellane leur aurait indiqué que leur comportement était délictuel, tout en se présentant comme gendarme. Selon nos informations. Il sagit dune des 300 gendarmes réservistes du groupement de Meurthe-et-Moselle.

Donald Trump sen prend à Jussie Smollett, accusé davoir mis en scène son agression, en le taxant de racisme

Attentat islamophobe en Nouvelle-ZélandepartagerPlus d'infosTout savoir surAttentat islamophobe en Nouvelle-ZélandeVoir

Dans la foulée de lagression, une adolescente de 17 ans, en possession dun cutter, a été interpellée. Elle été mise en examen dimanche pour violences avec arme blanche et en raison de lorientation sexuelle des victimes, puis placée sous contrôle judiciaire.

Un couple de lesbiennes a été violemment pris à partie par une bande dadolescentes, révèle Le Parisien. La scène sest déroulée vendredi soir 15 mars, devant un centre commercial de la Part-Dieu.   La scène a été très violente ce vendredi 15 mars devant un centre commercial de la Part-Dieu à Lyon (Rhône).

Le chef de violences en réunion na en revanche pas été retenu, et elle na pas été écrouée, contrairement aux réquisitions du parquet qui va faire appel. Les autres jeunes femmes de cette bande, entre cinq et dix selon le parquet, sont toujours recherchées.