Acte XIX des Gilets jaunes à Lyon: deux interpellations et cinq manifestants blessés – Le Progrès

Acte XIX des Gilets jaunes à Lyon: deux interpellations et cinq manifestants blessés - Le Progrès

Dijon | Acte XIX à Dijon : un policier blessé, des interpellations

Selon la préfecture de la Côte-dOr, “il y a eu une tentative douverture de squat rue Pierre-Curie. Il a été évacué par les forces de lordre dans le délai de flagrance avec toutefois un retour des manifestants durant la manifestation. Un policier a été blessé à cet endroit à la main par un jet de pavé vraisemblablement. Autre échauffourée à noter rue Bannelier au niveau de la place de la banque avec là encore des jets de projectiles et des tirs de mortiers. Pour le moment, quatre personnes ont été interpellées mais le bilan est évolutif.” Selon la source officielle, les manifestants auraient été moins de 1000 ; selon nos estimations, ils étaient entre 1500 et 2000 ; et entre 2000 et 2500 selon les gilets jaunes.

18 h 54. Les forces de lordre ont fait une avancée conjointe rue Jean-Jacques-Rousseau, rue de la Préfecture, boulevard de la Trémouille. Des lacrymogènes ont été utilisés. Les manifestants se sont dispersés, en prenant la direction du quartier Drapeau.

15 h 15 : les accès à la préfecture de la Moselle ont été bouclés, ainsi que le quartier des Iles. Il est désormais impossible de franchir la Moselle. Les voitures sont déviées avant le pont de la préfecture (rue Paul-Tornow) vers le quai Félix-Maréchal. Les CRS attendent les gilets jaunes. Et les gilets jaunes viennent à leur rencontre alors que la préfecture avait interdit les déambulations dans le centre-ville. Un scénario qui se répète. Le 9 février déjà, ce secteur a été le théâtre de violents affrontements en manifestants radicaux et forces de lordre. Généralement, la situation dégénère en fin de journée.

18 h 34. Des jets deau utilisés rue de la Préfecture pour repousser les manifestants.

Deux unités de force mobile sont en place depuis midi. Leur mission principale sera de protéger l’accès à la Préfecture si les manifestants décidaient de braver l’interdiction de manifester. Selon Hervé Niel, directeur départemental de la sécurité publique, la consigne: Les personnes qui manifestent de façon statique sur la place de la République sont autorisées à le faire. En revanche, si elles quittent la place, elles sont en illégalité. Si elles traversent la ville sans rien casser, on n’interviendra pas. S’il y a des débordements, on fera en sorte de les faire cesser. On procèdera à des interpellations à la moindre agression « .

18 h 29. Finalement, comme chaque samedi, les manifestants se regroupent rue de la Préfecture.

17 h : les CRS semblent parvenus à contenir les manifestants les plus belliqueux de ce samedi 23 mars. Repoussés vers la place de la République, ils sont une poignée à tenir encore tête aux forces de lordre. Mais la situation paraît maîtrisée et sapaiser après les heurts du milieu daprès-midi. Une vingtaine de fourgons de CRS ont remonté la rue des Clercs et les policiers se regroupent autour des Galeries Lafayette et de la FNAC pour surveiller les mouvements de foule. Les commerces ont baissé le rideau. Sur la place de la République, la manifestation se poursuit dans le calme. Les deux franges des gilets jaunes sont maintenant bien séparées.

#acte19 des #GiletsJaunes à #Dijon : tirs de mortiers et projectiles de la part des #GiletsJaunes contre les forces de lordre rue Bannelier. Les abords de la préfecture restent toujours interdits à la manifestation. Pour rappel, les contrevenants sexposent à 135 euros damende

De son côté, la police municipale n’a pas le droit d’intervenir puisqu’il s’agit de maintien de l’ordre dans le cadre d’une manifestation déclarée. Cependant, les agents seront très nombreux dans les quartiers pour remplacer une partie des effectifs de la police nationale. Le dispositif est également renforcé au Poste de vidéo surveillance de la police municipale avec notamment la présence de trois chefs de poste, de deux agents affectés aux vidéos, du chef de la police municipale et de Sébastien Koenig, adjoint en charge de la sécurité à Metz.

18 h 10. Première charge puis retour au cordon pour les forces de lordre, place du Marché.

Le dispositif de forces de l’ordre déployé samedi 23 mars 2019 à Rouen (Seine-Maritime) était conséquent. Il avait pour objectif de faire respecter l’interdiction de manifester décidée par la préfète vendredi 22 mars, pour l’acte XIX des Gilets jaunes. Rentrera, rentrera pas ? C’est la question qui a taraudé les manifestants, moins d’un millier, dont un petit groupe a pu entrer dans le périmètre interdit bouclé par les autorités.

LActe XIX des Gilets jaunes sest déroulé dans le calme dans le département

18 h 02. Quelques gilets jaunes sont rassemblés dans le secteur de la place du Marché. Les forces de lordre bloquent les accès à la rue de la Préfecture.

17 h 55. Cest une fin de manifestation pas comme les autres, place de la République. Celle-ci se fait en douceur, sans affrontement rue de la Préfecture.

– Saint-Etienne : de 300 à 400 Gilets jaunes ont manifesté dans la ville. Ils sétaient donné rendez-vous place du Peuple, en début daprès-midi. Après avoir fait une boucle dans le centre-ville, ils sont partis en direction de la gare Châteaucreux puis de la Cité du Désign, avant de faire laller-retour avec la préfecture. La manifestation sest dispersée dans le calme.

Vidéo. Acte XIX ce samedi 23 mars à Metz : CRS et gilets jaunes se combattent, premiers blessés et premières interpellations

17 h 32. Les manifestants sont dispersés. Une partie dentre eux a pris la direction de la place de la République. La rue de la Préfecture est quasiment déserte.

L’Acte XIX ne déroge pas à la règle, à Roanne. Comme à leur habitude les Gilets jaunes du Roannais se sont emparés du centre-ville de Roanne cet après-midi pour scander leur mécontentement à l’égard de la politique actuelle.

17 h 06. Après des tensions rue Pierre-Curie, un groupe de manifestants parle actuellement avec les forces de lordre.

– Roanne : près de 200 manifestants ont défilé dans le centre de Roanne, dans le calme. Ils ont terminé la journée en signant la pétition contre la fermeture du commerce Auchan.

#acte19 des #GiletsJaunes à #Dijon : charge des manifestants contre les forces de lordre rue Vivant-Carion. Le préfet appelle au calme

Ils sont près de 200 à défiler avant la manifestation régionale prévue le 13 avril. Même horaire. Même endroit.

Gilets Jaunes à Rouen : un rassemblement malgré linterdiction préfectorale

Retrouvez les images de la manifestation des gilets jaunes au centre-ville de Châtillon-sur-Seine, en suivant ce lien.

16 h 45. La rue Pierre-Curie serait-elle devenue la nouvelle rue de la Préfecture ? On note en effet un gros point de tension entre le cordon de CRS et les manifestants qui souhaitent « libérer la maison du peuple ».

Une semaine après sêtre greffés à limpressionnant  cortège des la Marche pour le climat (lire ici), les Gilets jaunes se retrouveront pour une 19e semaine consécutive de mobilisation, ce samedi, à Lyon. Ils devraient être moins nombreux que pour les actes précédents. La préfecture attend quelques centaines de personnes tout au plus. Aucune interdiction de manifester na été prise à Lyon, à la différence dautres métropoles françaises (lire ici).

16 h 19. Alors que les manifestants se dirigent rue Vauban, la préfecture de la Côte-dOr a condamné sur Twitter louverture dune “maison du peuple”, rue Pierre-Curie.

A Villefranche-sur-Saône un rendez-vous a été donné au parking du magasin Decathlon, à 14 heures, via le groupe Facebook local, mais na pas trouvé grand écho. A Givors, le point de ralliement se situe toujours au rond-point de la zone commerciale. Les Gilets jaunes devraient sy retrouver à partir de 9 heure du matin. Aucune manifestation na été déclarée en préfecture.

Gilets jaunes Acte XIX : limpressionnant dispositif policier mis en place à Paris

#acte19 des #GiletsJaunes à #Dijon : tentative douverture dun squat rue Pierre-Curie face à la Maison des Syndicats. Le préfet condamne un coup de force de la mouvance anarcho-libertaire qui a noyauté le cortège

Toulouse, l’une des « capitales » de la contestation, n’est évidemment pas épargnée. La première information de la journée, c’est que malgré l’offensive médiatique de la semaine, ce sont par milliers que les Gilets Jaunes toulousains ont pris la rue, ce 23 mars. Et ce malgré le fait que la place du Capitole était visée par une interdiction de manifestation, et que les forces de répression se sont organisées afin de multiplier les fouilles et rendre le point de rendez-vous de la manifestation inaccessible.

16 h 10. Les manifestants se regroupent finalement place de la Libération. Ils seraient entre 2000 et 2500, toujours selon nos estimations, rendues difficiles du fait du parcours qui tente d’éviter à tout prix la confrontation avec les forces de l’ordre d’où les atermoiements.

Gilets jaunes Acte XIX : Encore mobilisés pour montrer quon est toujours là

16 h 03. Le cortège semble bifurquer rue du Bourg. Les avis divergent sur la marche à suivre côté parcours. Un drone survole le cortège, repéré par les gilets jaunes, sans que lon puisse savoir qui le pilote.

Ainsi, alors que le cortège empruntait la rue de Metz, à proximité de la préfecture, vers 14h30, les forces de répression ont cherché à diviser le cortège. Des charges de CRS ainsi que des gaz lacrymogènes se sont ainsi abattus sur le cortège. A l’heure ou nous écrivons ces lignes, les lacrymogènes pleuvent encore, tandis que la BAC, postée dans les ruelles adjacentes aux grands boulevards, s’adonnent à une véritable chasse aux Gilets Jaunes.

16 heures. Alors qu’une partie du cortège reste place François-Rude, l’autre partie repart en direction de la place de la Libération.

15 h 51. Certaines enseignes baissent le rideau sous les huées des gilets jaunes. Beaucoup de passants au contraire encouragent le cortège en reprenant en cœur les slogans. « Rejoignez-nous, ne nous regardez pas » enchaînent les manifestants qui, après une brève hésitation, remontent la rue de la Liberté.

15 h 30. Les gilets jaunes ont ouvert un local au numéro 13 de la rue Pierre-Curie, face à la Maison des syndicats. Il sagit dune « maison du peuple »  pouvant les accueillir pour des réunions « car la Maison des syndicats et la Bourse du travail ne voulaient pas nous accueillir ».

15 h 18. Après un passage devant la Bourse du travail, les gilets jaunes prennent la direction de la rue Pierre-Curie. Parmi les slogans entendus : « Et la rue elle est à qui ? Elle est à nous ! »

14 h 55. Après un tournant face au cordon de police dans la rue Chancelier-de-lHospital, le cortège est reparti.

14 h 43. Après la place du 30-Octobre, le cortège prend la direction du boulevard carnot.

“Soulève toi Dijon debout”, “tout le monde déteste la police”, “Macron démission”, scande la foule.

Points de vue du 22 mars : Benalla, Brexit, fin de vie, Louis de Funès

Alain Cocq, mascotte des gilets jaunes à Dijon, est bien présent ce samedi après-midi.

Lyon : le point sur lacte 19 des Gilets jaunes ce samedi soir

14 h 05. Les gilets jaunes se rassemblent place de la République, à Dijon, dans une ambiance bon enfant. “À force, tout le monde se connaît et ça nous fait plaisir de nous voir comme ça chaque semaine. Le but reste évidemment de nous faire entendre”, témoigne Lucas. Une trentaine de street médics seront répartis le long du cortège.

En Côte-dOr, les gilets jaunes organisent, ce samedi, trois rendez-vous : comme de coutume depuis le 17 novembre, ils devraient se retrouver sur la place de la République, à Dijon, vers 14 heures, pour défiler dans les rues de la ville.

Par ailleurs, le groupe baptisé Les Gaulois des trois rivières annonce une action au rond-point situé près du magasin Leader Price à Is-sur-Tille. Et à Châtillon-sur-Seine, les gilets jaunes locaux donnent rendez-vous à 13 h 30 à leur chalet pour un défilé en ville.

À Dijon, le dispositif de maintien de lordre devrait être sensiblement le même que les semaines précédentes, avec des renforts de forces mobiles.

Merci par conséquent de bien vouloir désactiver votre bloqueur pour la consultation de notre site.