Acte 23 des Gilets jaunes: une mobilisation en baisse à Lyon – Le Progrès

Acte 23 des Gilets jaunes: une mobilisation en baisse à Lyon - Le Progrès

Lyon : plusieurs centaines de Gilets jaunes place Bellecour

La 23e journée de mobilisation des gilets jaunes samedi est de nouveau marquée par des interdictions de manifester. Depuis plusieurs semaines, les gilets jaunes ont multiplié les appels sur les réseaux sociaux à un “ultimatum 2”, en référence à la première journée du même nom marquée par des violences sur les Champs-Elysées. 

“Plus de 60.000 policiers et gendarmes seront mobilisés dans toute la France pour accomplir leur mission: assurer la sécurité des Français et garantir la liberté de manifester sans danger”, a affirmé Christophe Castaner, le ministre de lIntérieur lors dune conférence de presse. 

Ces cellules denquête spéciales “gilets jaunes” ont été mises en place il y a trois mois maintenant. Et celle de Rouen a déjà des résultats. Labnégation de ces enquêteurs porte ses fruits. “On la installée le 10 janvier, après les manifestations de début janvier et de fin décembre, où les faits de violences ont été de plus en plus graves et importants”, dit Nicolas de Golmard, chef de la Sûreté urbaine de Seine-Maritime. “À partir de là, il nous fallait des gens pour accélérer le temps denquête et avoir du résultat judiciaire un peu plus rapidement, de manière à ne pas laisser ces faits-là sans suite et sans réponse pénale”. Lobjectif : “calmer certains manifestants et certains casseurs qui ne se rendent pas forcément compte des conséquences à linstant T et qui sont entraînés par des vrais casseurs”.

Selon le ministre, les “casseurs se sont à nouveau donné rendez-vous demain, dans certaines villes de France, à Toulouse, à Montpellier, à Bordeaux et en particulier à Paris”. Ces villes, et dautres, sont concernées par les interdictions de manifester. 

Gilets jaunes à Nantes, 250 personnes manifestent malgré linterdiction de la préfecture

Les manifestations seront interdites samedi aux abords de Notre-Dame-de-Paris, après lincendie de la cathédrale, a annoncé jeudi la préfecture de police. Linterdiction de manifester sera en vigueur toute la journée, dans un périmètre qui comprend essentiellement lîle de la Cité, sur laquelle se trouve la cathédrale, et ses abords immédiats sur la rive gauche de Paris, a expliqué la préfecture dans un communiqué.

Comme chaque samedi depuis plusieurs semaines, les Champs-Élysées et les abords du palais de lÉlysée seront également interdits à la manifestation.

Les manifestations des Gilets jaunes non déclarées sont interdites à Nantes ce samedi 20 avril a annoncé la préfecture de Loire-Atlantique, à la veille du 23e samedi de mobilisation. 

La décision concernant les abords de Notre-Dame a été prise car “aucune manifestation revendicative ne saurait se tenir aux abords” du périmètre dinterdiction mis en place après lincendie “pour des raisons de sécurité” et pour assurer la sécurisation de lédifice. La préfecture a également justifié sa décision car “certains appels invitent à des rassemblements, rendez-vous ou fins de parcours à proximité de la cathédrale”.

De nouveaux appels à manifester, samedi, en centre-ville de Nantes, circulent sur les réseaux sociaux dans le cadre de lacte 23 du mouvement des  gilets jaunes . Lappel pourrait être particulièrement suivi car le  grand débat national  vient de sachever et les vraies fausses annonces dEmmanuel Macron alimentent lincompréhension. Consciente du contexte, la préfecture de Loire-Atlantique est inquiète. Elle pense que  des individus radicaux seront présents en nombre important et sont susceptibles de mener des actions violentes dans le centre-ville .

Comme pour les précédentes semaines, le centre-ville de Bordeaux sera interdit aux manifestants des gilets jaunes. “Les rassemblements qui se sont tenus depuis le 24 novembre 2018 sur la commune de Bordeaux ont été le théâtre daffrontements violents avec les forces de lordre”, justifie la préfète dans son arrêté, qui évoque également “de nouveaux appels à manifestation”, qui “laissent craindre la présence de manifestants violents et armés”. 

De leur côté, de nombreux  gilets jaunes  ont dénoncé à plusieurs reprises des violences policières, selon eux, avec un usage important des grenades de gaz lacrymogène. Le 13 avril, lantenne nantaise de la Ligue des droits de lHomme sétait rassemblée, comme dans plusieurs villes de France, devant la préfecture, pour défendre  la liberté de manifester  et dénoncer lusage par les forces de lordre  darmes qui mutilent .

La préfecture a par ailleurs pris des mesures de police administrative “pour réglementer la vente, le transport et lutilisation dartifices de divertissement, de carburants, dacides et produits inflammables ou chimiques”, de vendredi jusquà dimanche, dans la métropole bordelaise. 

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète T'as vu ? Fake Off By the Web High-Tech Podcast Vidéos En Images Guide d'achat Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Nantes Gilets jaunes à Nantes: Un nouvel appel à manifester, la préfecture brandit l'interdiction

La préfecture de Loire-Atlantique a interdit vendredi les manifestations de gilets jaunes non-déclarées dans le centre-ville de Nantes. Des “individus radicaux” sont “susceptibles de mener des actions violentes”, préviennent les autorités.

Un appel au rassemblement a été lancé sur les réseaux sociaux, mais, "en plus de la présence de manifestants, des individus radicaux seront présents en nombre important et sont susceptibles de mener des actions violentes dans le centre-ville", selon la préfecture. "La priorité est de garantir la sécurité des personnes et des biens" et de "préserver lordre public", a-t-elle indiqué. Entre 500 et 2.800 manifestants défilent à Nantes chaque samedi depuis cinq mois, selon les chiffres de la préfecture, lors de manifestations qui ont presque systématiquement tourné aux affrontements avec les forces de lordre.

“Le droit de manifester nest pas celui de casser, de dégrader ou de vandaliser. La puissance publique ne cédera pas face à la violence”, a déclaré Claude dHarcourt, le préfet, rappelant que, depuis le début du mouvement, les manifestations ont donné lieu à 195 interpellations et fait 52 blessés parmi les forces de lordre.

"Le droit de manifester nest pas celui de casser, de dégrader ou de vandaliser. La puissance publique ne cédera pas face à la violence", a déclaré Claude dHarcourt, le préfet, rappelant que, depuis le début du mouvement, les manifestations ont donné lieu à 195 interpellations et causé 52 blessés parmi les forces de lordre. De leur côté, de nombreux "gilets jaunes" ont dénoncé à plusieurs reprises des violences policières, selon eux, avec un usage important des grenades de gaz lacrymogène.

Pour le cinquième samedi daffilé, la préfecture de Seine-Maritime a pris un arrêté interdisant les manifestations dans le centre-ville de Rouen. “La perspective dun rassemblement à Rouen, et les troubles à lordre public survenus lors des précédentes manifestations” justifient cette décision, selon les autorités. 

Par ailleurs, le rond-point des Vaches, à Saint-Etienne-du-Rouvray, dans le sud de Rouen, a également été interdit entre samedi et mercredi 24 avril.

Depuis les premières manifestations des  gilets jaunes , des cellules spéciales de la police ont été créées pour repérer les casseurs et les éléments violents. Des policiers venus de différents services, regroupés dans des  cellules enquête gilets jaunes  cest leur nom, qui dissèquent des milliers de vidéos des manifestations pour identifier les auteurs de violences parmi les  gilets jaunes . Reportage dans lune des plus grosses cellules de France, à Rouen, en Seine-Maritime, où 8 enquêteurs y travaillent à temps complet.

VIDEO. Gilets jaunes à Lyon: La Préfecture interdit à nouveau les manifestations prévues samedi

Dans le Calvados, le préfet a décidé de renouveler linterdiction de manifester dans le centre-ville de Caen pour le troisième samedi consécutif, entre 9h et 23h. Larrêté précise que les précédentes interdictions ont permis “de préserver le centre-ville”, sans “aucune dégradation”. 

Repéré parmi dautres éléments incontrôlables grâce aux lacets rouges de ses chaussures, il est entendu par les policiers. Sil reconnaît sêtre trouvé sur les lieux de lévénement, il nie les dégradations de bien public quon lui reproche ainsi que le jet de pierres aux forces de lordre, projectiles potentiels quil avait pourtant en poche. Il sexcuse à la barre en déclarant: “je nai pas réfléchi”. Deux condamnations figurent à son casier judiciaire pour dégradation et vols. Pour le ministère public, il faut sanctionner “cette violence gratuite et banalisée”. Sa défense affirme que le prévenu ne cherche pas à “échapper à ses responsabilités”. À laudience du lundi 15 avril 2019, le tribunal le déclare coupable des faits reprochés et le condamne à une peine de six mois de détention avec sursis ainsi quà une mise à lépreuve de 18 mois.    

Gilets jaunes à Lyon : interdiction de manifester en Presquîle samedi

A Lyon, le préfet a décidé dinterdire les manifestations dans le centre-ville, sur une grande partie de la presquîle, entre 12h et 20h, “afin de concilier ordre public, liberté de manifester, liberté daller et venir et liberté de commercer”.

Lappel national à Paris a-t-il été entendu ? Toujours est-il que la mobilisation des gilets jaunes a été modeste à Rouen pour lacte XXIII, samedi 20 avril 2019. Ils étaient environ 300 au plus fort de la manifestation à défiler dans les rues du centre-ville, autour du périmètre interdit. Aucun heurt à déplorer. Les manifestants se sont dispersés dans le calme en fin daprès-midi. Six personnes ont été verbalisées pour être entrées dans le périmètre interdit dans le centre-ville de Rouen. Elles écopent de contravention de quatrième classe dune somme de 135 euros.

Les autorités rappellent que les manifestants qui ne respecteraient pas linterdiction sexposent à une contravention de 135 euros. 

Afin de concilier ordre public, liberté de manifester, liberté daller et venir et liberté de commercer, le préfet a décidé dinterdire les #manifestations du samedi 20 avril 2019 de 12h à 20h dans le périmètre ci-dessous⬇️ pic.twitter.com/WS536OkX8y

Place forte du mouvement des gilets jaunes pendant de longues semaine, la ville de Toulouse néchappe pas à une cinquième interdiction de manifester consécutive. La place du Capitole est ainsi interdite aux manifestants de 10h à 21h. Les autorités ont prévenu quelles appliqueront les dispositions de la loi anticasseurs, rapporte La Dépêche du Midi.

“Le dispositif encadrant la manifestation a été substantiellement renforcé par des forces mobiles”, précise la préfecture dans un communiqué. 

Les Gilets jaunes lyonnais sétaient donnés rendez-vous place Saint-Jean, où ils étaient une petite centaine vers 14h. Rapidement, le cortège sest agrandi et ce sont désormais plusieurs centaines de manifestants qui arpentent les rues de Lyon. Après avoir été repoussés par les forces de lordre dans le Vieux-Lyon, les Gilets jaunes ont bloqué un instant le croisement du quai Tilsitt avant de se diriger vers la place Bellecour. Ils sont désormais au niveau de la rue de la République, face à la police qui les empêche davancer. En effet, le préfet du Rhône a prononcé une interdiction de manifester sur cette partie de la PresquÎle. Si aucune interpellation na encore eu lieu selon la préfecture, la situation se tend dheure en heure.