Lyon | Contre le sida, les murs de Lyon affichent la couleur – Le Progrès

Lyon | Contre le sida, les murs de Lyon affichent la couleur - Le Progrès

SANTÉ. Fonds mondial : qui sont les principaux donateurs ?

Ce mercredi, vers 13 heures, des militants de lassociation “AIDES” ont organisé devant le Centre des Congrès de Lyon une action pour alerter le président Macron sur limportance datteindre au minimum le seuil des 14 milliards deuros pour le Fonds mondial de lutte contre les trois pandémies (sida, paludisme et tuberculose). La vingtaine de manifestants a bloqué les voies de circulation sur le quai Charles-de-Gaulle pendant une heure.

Une opération “die-in” (manifestation durant laquelle les participants simulent la mort) qui intervient à quelques heures de larrivée dEmmanuel Macron dans la Capitale des Gaules dans le cadre de cette sixième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Action Aides demande une augmentation du financement français au fonds mondial et mettre fin au Sida pic.twitter.com/dpLrxcupuo

Si le président doit préciser le montant de cet engagement jeudi, il a souligné que la France restera le deuxième contributeur historique du Fonds et espéré “créer une dynamique pour réunir 14 milliards de dollars”. LHexagone na plus augmenté sa contribution depuis 2010 et a donné 4,6 milliards deuros depuis 2002.

Aux côtés de Bono et Bill Gates, Emmanuel Macron mobilisé contre le sida

Selon les informations dAIDES le compte ny est pas et lorganisation, avec Coalition plus, demande au président d”augmenter la participation de la France.

“Si on arrive à lever 14 milliards de dollars, cest 16 millions de vies quon peut sauver !”À Lyon, où se tient une grande conférence pour lutter contre le sida, la tuberculose et le paludisme, @salhiabrakhlia a pu interroger Emmanuel Macron pour #Quotidien ⬇️ pic.twitter.com/Obhp0BF79S

Jour J à Lyon pour la mobilisation mondiale contre le sida, le paludisme et la tuberculose

Selon lassociation, il sagit dun minima qui ne permettra même pas dendiguer les trois pandémies. La fondation Gates est le premier bailleur privé.

“Si on arrive à lever 14 milliards pour les trois années qui viennent, cest 16 millions de vies quon peut sauver. Lobjectif que nous poursuivons cest, en 2030, déradiquer ces pandémies. Cest un objectif volontariste”, a-t-il expliqué. 

“Il est urgent que le président Macron se réveille et apporte une part plus importante pour la France dans le but dendiguer la pandémie” précise AIDES.

Emmanuel Macron en visite à Lyon mercredi et jeudi: le président, arbitre du duel entre Collomb et Kimelfeld?

Symboliquement, AIDES a passé le message avec un ballon de 7 mètres de haut, en forme de gélule, sur lequel on pouvait lire : « Sida : 16 millions de vies à sauver, E. Macron, RDV le 10 octobre ».

On continuera non seulement à être un grand donateur mais on augmentera notre engagement dans la lutte contre le sida, a assuré le président français à l'émission Quotidien, sur TMC, ajoutant que la France restera le deuxième contributeur historique pour la recherche contre cette maladie. Macron n'a pas précisé dans quelles proportions la contribution française à la lutte contre le sida allait augmenter, réservant la primeur de cette annonce à la conférence de Lyon, jeudi. La France n'a plus augmenté sa contribution depuis 2010 et a donné 4,6 milliards d'euros depuis 2002. Si on arrive à lever 14 milliards de dollars pour cette reconstitution, donc pour les trois années qui viennent, c'est 16 millions de vies qu'on peut sauver, a déclaré le président de la République, rappelant les objectifs de cette conférence.

Ce 10 octobre est une date importante dans la lutte contre les épidémies. Pour la première fois depuis sa création en janvier 2002, la Conférence de reconstitution du Fonds mondial se tiend en France, à Lyon.

AIDES attend principalement du chef d’état une augmentation de 25% minimum de la contribution financière de la France au Fonds mondial (soit passer à 450 millions d’euros par an contre 360 millions actuellement).

On augmentera notre engagement financier dans la lutte contre le sida, a affirmé mercredi 9 octobre Emmanuel Macron, à la veille d'en annoncer le montant précis à la conférence triennale du Fonds de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Objectif 14 milliards à Lyon pour éliminer sida, paludisme et tuberculose

 Selon lassociation de lutte contre le Sida, pour un terrain véritablement favorable à l’éradication de l’épidemie, une augmentation de la contribution de 40 voire 45% serait nécessaire.

LÉlysée a admis lui-même cette semaine que le montant total pourrait être inférieur à cette somme, jeudi, lors de lannonce du président hôte Emmanuel Macron. “Nous tous, États, entreprises, chercheurs, ONG, citoyens avons aujourdhui la responsabilité dintensifier nos investissements”, a exhorté la ministre, rappelant que “la France est le deuxième donateur historique (du Fonds) avec plus de 4,6 milliards deuros de dons cumulés”.

Vers 14h15, les policiers ont invité les manifestants à évacuer les lieux dans le calme. Ces derniers se sont rangés au bord de la route.

Lassociation Aides a assuré que ce plancher nétait “pas atteignable” à ce jour, estimant quil manque de 200 à 500 millions de dollars. Un collectif de 12 organisations de la société civile, dont Aides, Oxfam, Solidarité Sida ou Sidaction a ensuite appelé dans un communiqué à “une augmentation de la contribution française dau moins 25 %”.

"On ny est pas": Emmanuel Macron a mis la pression sur plusieurs gouvernements, jeudi, pour réunir les 14 milliards de dollars nécessaires à la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, en annonçant une hausse de 15% de la contribution française.

Dans son dernier rapport, en septembre, lorganisme revendiquait 32 millions de vies sauvées depuis sa création, mais avertissait de “nouvelles menaces” mettant en péril ses objectifs : “la stagnation des financements”, mais aussi le développement de “la résistance aux médicaments” contre le paludisme et la tuberculose.

"Dans les trois heures qui viennent, on doit atteindre les 14 milliards. Donc, vous laurez compris la pression va être maximale", a lancé le président à la tribune de la conférence de refinancement du Fonds mondial de lutte contre ces maladies infectieuses, qui rassemble 700 participants depuis mercredi à Lyon.

La ville de Lyon a accueilli, mercredi 9 octobre, les contributeurs du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Lors de louverture, la ministre de la Santé Agnès Buzyn les a exhorté  à “intensifier” leur engagement pour “envoyer un signal fort et ambitieux”.

"Je ne laisserai personne sortir de cette pièce ou quitter Lyon tant que les 14 milliards nauront pas été obtenus. Et donc tout à lheure nous les aurons", a ajouté le chef de lÉtat en sonnant la mobilisation générale des contributeurs avant la clôture de la conférence jeudi.

En Afrique, la fragilité des Etats freine la lutte contre les pandémies

Il a tout particulièrement sollicité à la tribune le Japon, la Norvège et lAustralie, ainsi que les Emirats Arabes Unis, le Qatar et lArabie Saoudite, quil a appelés à se "réconcilier" diplomatiquement autour dun effort financier commun en faveur du Fonds mondial.

En travaillant à la prévention des trois maladies les plus meurtrières de la planète, le Fonds mondial veut aussi aider les pays africains à structurer leur système de santé. En République démocratique du Congo (RDC) par exemple, chaque fois que le Fonds mondial octroie 100 dollars au pays, 63 vont à lamélioration du système de santé  pour mettre en place des systèmes résistants et pérennes , précise lorganisation sur son site Internet. Cette manne va en priorité aux ressources humaines, à la mise en place de systèmes dinformation et à lélaboration de chaînes dapprovisionnement des hôpitaux et centres de soins. Le renforcement de ces structures sera à lordre du jour de la conférence de Lyon. Pour la France, cest une priorité.

Lobjectif de ce dernier, créé en 2002, est de réunir 14 milliards pour les 3 ans à venir, avec lambition déradiquer ces trois pandémies infectieuses à lhorizon 2030.

A Musanze, au Rwanda, un travailleur de santé communautaire examine un enfant suspecté dêtre atteint de paludismeen 2019. Vincent Becker/Fonds mondial En finir avec les trois pandémies les plus meurtrières de la planète… Ou à tout le moins sauver plusieurs dizaines de millions de vies. Mercredi 9 et jeudi 10 octobre, Lyon devient la capitale mondiale de la santé à loccasion de la sixième reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Chefs dEtats, représentants de la société civile, chefs dentreprise et dirigeants de la santé mondiale convergent de toute la planète vers la capitale des Gaules, où doivent se concrétiser les promesses de dons faites pour les trois années à venir.

Pour atteindre cette somme, contre 12,2 milliards de dollars lors de la dernière conférence, un effort sensible était demandé aux pays les plus riches. Après les États-Unis, le Royaume-Uni, lAllemagne ou le Canada, la France, historiquement le deuxième contributeur, a annoncé par la voix de M. Macron une hausse de 15% de sa contribution.

Lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose: la France va augmenter sa contribution de 15%

Celle-ci, stable à 1,08 milliard deuros depuis 2010, devrait donc augmenter de 162 millions deuros, soit 177,8 millions de dollars au taux de change actuel.

En quinze ans ce pays a fait bondir lespérance de vie de sa population de plus de vingt ans. Son système de couverture universelle, associé à un maillage important de centres de soins est lune des clés de ce succès. Le Fonds ny est pas étranger puisquil a fourni, depuis ses débuts, 1,4 milliard de dollars à Kigali. Autrement dit, il verse plus de la moitié des 307 millions de dollars consacrés chaque année par le Rwanda à sa couverture universelle.

De quoi décevoir les ONG. Un collectif de 12 organisations de la société civile, dont Aides, Oxfam, Solidarité sida ou Sidaction, avait en effet réclamé une hausse "dau moins 25%" pour la France, soit 270 millions.

Depuis les débuts du Fonds mondial, en 2000, les pays africains abondent eux aussi cette cagnotte, parfois avec de largent privé. Ainsi, le Nigeria a contribué pour 28 millions de dollars depuis 2000, le Kenya à hauteur de 7 millions de dollars. Les pays les plus pauvres participent aussi à leffort, tels le Burkina Faso (75 000 dollars entre 2000 et 2005) ou le Cameroun (25 000).

Aujourdhui léconomie – Pourquoi les États doivent augmenter leur aide au Fonds mondial contre le sida

"La pression que le président a mise sur les autres pays, cest excellent", estime Florence Thune, directrice générale de Sidaction. "Mais avec une hausse de 15%, il fait le minimum syndical. On sait quil peut faire plus et on espère quil va le faire pour entraîner les autres en tant que pays hôte", a-t-elle déclaré à lAFP.

« Il nous faut, à Lyon, 14 milliards de dollars », affirmait pourtant Emmanuel Macron il y a deux semaines, à l’assemblée générale de l’ONU, soulignant que « plus personne ne peut comprendre que pour des raisons financières (…) il soit aujourd’hui impossible d’accéder à des traitements pour prévenir ou guérir de telles maladies ».

Video: Fonds mondial à Lyon : des fonds pour sauver des vies et éradiquer le sida

"La France na aucun mérite daccueillir cette conférence à Lyon car personne nen voulait (…) Dans beaucoup de pays qui donnaient historiquement, la morsure est moins présente. Il y avait le risque dun relâchement", a souligné M. Macron en entamant son discours.

"Les trois à cinq années qui viennent vont décider si nous gagnons ou pas. Si nous ne gagnons pas ces batailles, nous pouvons tout perdre", a-t-il ajouté.

Dans son dernier rapport, en septembre, l’organisme revendiquait 32 millions de vies sauvées depuis sa création, mais avertissait de « nouvelles menaces » mettant en péril l’atteinte de ses objectifs: « la stagnation des financements », mais aussi le développement de « la résistance aux médicaments » contre le paludisme et la tuberculose.

Depuis la création du Fonds, "un travail extraordinaire a été fait" avec "32 millions de vies de sauvées", ce qui "est énorme", avait souligné mercredi soir le chef de lÉtat devant les participants à un dîner officiel à lHôtel de Ville de Lyon.

Ce montant a été fixé en janvier par le Fonds mondial qui y voit un minimum pour se donner une chance d’atteindre l’objectif de l’ONU : mettre fin d’ici à 10 ans aux épidémies de sida, de paludisme et de tuberculose, les trois principales maladies infectieuses qui constituent une menace pour la santé mondiale.

Mais "nous navons pas le droit de ne pas avancer plus", au risque de voir les trois grandes pandémies repartir à la hausse, avait-il ajouté face à sept présidents africains, des diplomates et des scientifiques.

Le Royaume-Uni, deuxième contributeur pour la période 2016-2019, a annoncé un montant de 1,44 milliard de livres (environ 1,7 milliard de dollars), en hausse de près de 20%, tandis que l’Allemagne, qui occupe le quatrième rang, apportera 1 milliard d’euros (environ 1,1 milliard de dollars), soit une augmentation de 18%.

"Notre vie a de la valeur, vous ne devez jamais loublier", a lancé jeudi à la tribune Amanda Dushime, 18 ans, une Burundaise née avec le VIH. Cette ambassadrice du réseau "Grandir ensemble" (soutenu par lONG Sidaction) sexprimait aux côtés de M. Macron avant quil ne prenne la parole.

Actuellement, les trois maladies font près de trois millions de morts par an, dont 1,6 million pour la tuberculose en 2017 et plus de 435.000 pour le paludisme. En 2018, près de 38 millions de personnes vivaient avec le VIH et le nombre dinfections, de lordre de 1,7 million, "reste inacceptable", selon le Fonds.

POURQUOI CEST IMPORTANT. La France bat le rappel en faveur du Fonds mondial contre le sida

Dans les pays où il investit, le Fonds indique que 18,9 millions de personnes étaient sous traitement antirétroviral contre le VIH en 2018 et que 5,3 millions étaient testées et traitées pour une tuberculose, 131 millions de moustiquaires ayant par ailleurs été distribuées pour protéger les familles du paludisme.

La France va augmenter de 15% sa contribution à la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose

Le Fonds est aussi financée par des donateurs privés. M. Macron a salué la contribution du milliardaire américain Bill Gates, le premier dentre eux qui a relevé de 600 à 700 millions de dollars lapport de sa fondation pour les trois prochaines années, ainsi que lengagement du chanteur Bono. Tous deux sont présents à Lyon.