Lyon : condamné à dix ans de réclusion pour avoir agressé à lacide son ex-conjointe – Ouest-France

Lyon : condamné à dix ans de réclusion pour avoir agressé à l\acide son ex-conjointe - Ouest-France

Lyon : un homme condamné à dix ans de réclusion pour avoir agressé à lacide son ex-conjointe

Grégory, 37 ans, a été condamné dans la nuit de mercredi à jeudi par la cour dassises du Rhône à dix ans de réclusion criminelle, pour avoir frappé et aspergé dacide sulfurique son ex-conjointe en 2016. Plus tôt dans la soirée, une peine de 18 ans de réclusion criminelle avait été requise à lencontre de cet homme de 37 ans, présentant selon lavocate générale Dorine Breysse, “une vraie dangerosité”.

Sur notre antenne, Nadia avait raconté son calvaire: une agression en août 2016 par son ex-conjoint. Après lavoir frappé, lagresseur lui a déversé de lacide sur le visage et le corps la brûlant à 30%.

Au premier jour du procès, la cour a retracé lhistoire dune relation de couple émaillée de violences réciproques. Laccusé affirme quil subissait insultes et crachats. Il avait fini par louer un appartement dans une autre ville de l’agglomération lyonnaise. Mais la veille des faits, ils avaient fait des courses ensemble en ville avant davoir, le soir, une conversation au téléphone qui a dégénéré en insultes.

Face à ce verdict, Nadia oscille entre soulagement et frustration. “Je trouve que ce nest pas cher donné. Ce nest pas terrible. Je suis mutilée à vie et lui doit se reconstruire. Moi jai pris perpétuité, lui a pris 10 ans”, a-t-elle confié ce jeudi matin à Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

De son côté, laccusé, âgé de 36 ans, a reconnu lavoir frappée dune gifle et dun coup de poing, mais nie catégoriquement lavoir aspergée dacide. Il soutient que c’est elle-même qui se serait mutilée pour lui nuire et toucher des dommages et intérêts. Un témoin a vu laccusé prendre la fuite le soir de lagression et aucun récipient na été retrouvé sur place.

Elle est toutefois satisfaite que la justice ait reconnu son statut de victime face à un homme quelle considère comme un “manipulateur”:

Les faits se sont produits le 18 août 2016 à Villeurbanne dans le Rhône. Décrivant un homme manipulateur et très jaloux qui naurait pas supporté leur dernière séparation, la victime a raconté à la barre que son ex-compagnon était entré à son domicile par une fenêtre avant de lagresser.

Rhône : un homme jugé pour avoir brûlé son ex à lacide

“Cétait horrible. Jai vu cette personne avec un air denfant malheureux. Je savais très bien quil allait mentir jusquau bout. Il na jamais assumé ses actes, les coups, les menaces verbales”.

À la une Sports région Football Football Amateur Rugby RCT Provence Rugby Auto moto Résultats classements Politique A la Une Municipales 2020 Economie À la une Hub Éco Entreprise Immobilier Hub Immo Hub Innovation Bourse Santé À la une Hub Santé Bien être Enfants Maladies chroniques Cancérologie Cardiologie Neurologie Innovations Senior Tourisme À la une Hub Tourisme Balades Voyages Sorties – Loisirs À la une Spectacles Féria Télé Cinéma Multimédia Gaming Montagne Histoire People Programmes télé BD Livres France – Monde météo 16° Vidéos Dernières vidéos Le 18-18 OM La Minute Santé La Minute Éco La Minute Immo La Minute Tourisme Adoptez-les avec la SPA Bon plan du week-end Avant-match OM Météo Diaporamas Derniers Diaporamas Diaporamas OM Diaporamas Loisirs Diaporamas Montagne Diaporamas Locales Mer Montagne Écoplanète Fémina Provence Beauté Mode Shopping À table Déco Minots Nos rendez-vous A la une Evénements Magazines et hors-séries Jeux-concours Boutique Unes personnalisées Espace presse Belote en ligne Balades en Provence Carnet/Avis de décès Déposer un avis Consulter un avis Annonces Immobilier Auto-Moto Annonces légales Marchés publics Carnet Déposer un avis Consulter les avis Immobilier Auto-Moto Légales Marchés Publics Boutique Journal en ligne Kiosque sabonner menu se connecter En direct Région Faits divers Mondial de rugby OM Sorties – Loisirs Vidéos Nos rendez-vous Recherche

Un homme jugé pour avoir brûlé à lacide son ex-conjointe

Lhomme avait en effet nié avoir aspergé Nadia à lacide. Il avait admis lavoir frappée, mais soutenait que Nadia sétait elle-même versé de lacide sur le corps. Une version mise à mal par les experts.

Lors des réquisitions, la magistrate avait rappelé que laccusé était en état de récidive, ayant déjà été condamné pour violences conjugales en 2013. 

Nadia, âgée de 48 ans, a subi huit interventions chirurgicales et a perdu de lacuité visuelle. Elle a assuré que pendant lagression, il lui affirmait quainsi elle ne “referait plus sa vie”. 

Les faits se sont produits le 18 août 2016, à Villeurbanne, dans le Rhône. Décrivant un homme manipulateur et très jaloux qui naurait pas supporté leur dernière séparation, la victime a raconté à la barre que son ex-compagnon était entré à son domicile par une fenêtre avant de lagresser.

Accusé davoir agressé et défiguré à lacide son ex-compagne de 48 ans, un homme est jugé aujourdhui à Lyon.

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à léquipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez quun message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton dalerte associé au message litigieux.

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous lenvoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message na pas été publié après plus de 72h dattente, il peut avoir été jugé inapproprié. Lessentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A linverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

Messenger LinkedIn Email Un homme de 36 ans est jugé jusquà mercredi 23 octobre aux assises de Lyon pour avoir frappé et aspergé dacide sulfurique son ex-conjointe, qui souffre aujourdhui dune infirmité permanente. Les faits se sont produits le 18 août 2016 à Villeurbanne (Rhône).

Décrivant un  homme manipulateur  et très jaloux qui naurait pas supporté leur dernière séparation, la victime avait raconté durant lenquête que son ex-compagnon était entré à son domicile par une fenêtre avant de lagresser. Frappée puis brûlée à lacide au troisième degré sur 30 % de la surface du corps, la victime, âgée de 46 ans, a subi huit interventions chirurgicales et a perdu de lacuité visuelle. Elle a assuré que pendant lagression, il lui affirmait quainsi elle ne  referait plus sa vie .

De son côté, laccusé âgé de 36 ans a reconnu lavoir frappée dune gifle et dun coup de poing, mais nie catégoriquement lavoir aspergée dacide. Il soutient que cest elle-même qui se serait mutilée pour lui nuire et toucher des dommages et intérêts. Un témoin a vu laccusé prendre la fuite le soir de lagression et aucun récipient na été retrouvé sur place.

Au premier jour du procès, la cour a retracé lhistoire dune relation de couple émaillée de violences réciproques. Laccusé affirme quil subissait insultes et crachats. Il avait fini par louer un appartement dans une autre ville de lagglomération lyonnaise.

Mais la veille des faits, ils avaient fait des courses ensemble en ville avant davoir, le soir, une conversation au téléphone qui a dégénéré en insultes. Le policier chargé des investigations a décrit à la barre  une relation toxique . En état de récidive pour avoir déjà été condamné en 2013 pour violence contre une précédente compagne, laccusé risque trente ans de réclusion criminelle. Le verdict est attendu mercredi soir.