Etudiant immolé à Lyon : des rassemblements dans toute la France mardi – LyonCapitale.fr

Etudiant immolé à Lyon : des rassemblements dans toute la France mardi - LyonCapitale.fr

Lyon : un étudiant en difficultés financières simmole par le feu

Monument aux soldats morts à létranger: “Le public va se rendre compte que si les Français sont libres, cest grâce à ces morts”

Juste avant de simmoler, létudiant lyonnais a envoyé un SMS à Laëtitia sa petite amie toujours sous le choc. Dans son message, il lui explique que luniversité était au courant de sa situation et na rien fait.

Avant de tenter de se suicider, le jeune homme a posté sur Facebook un long message où il évoque ses difficultés financières, le retrait de sa bourse étudiante. Il écrit aussi quil vise volontairement les locaux du Crous “je vise un lieu politique, le ministre de lenseignement supérieur et par extension le gouvernement”, peut-on lire sur son statut Facebook. 

“On ne réalise pas encore ce qui sest passé. Il navait plus de revenu, plus daide. Il a demandé une aide au CROUS, on lui a refusé une aide ponctuelle juste pour payer les frais dinscription, des bouquins, pour manger. On lui a dit que cette aide était là pour les étudiants vraiment en galère”, a raconté Laëtitia.

Les syndicats SUD-éducation et Solidaires étudiant.e.s appellent à manifester mardi 12 novembre devant tous les CROUS de France après la tentative de suicide dun étudiant précaire de 22 ans, à Lyon, vendredi. “Notre camarade sétait vu refuser il y a quelques semaines une aide durgence du CROUS. Crions notre peine et notre colère mardi 12 novembre devant tous les CROUS de France”, écrit le syndicat Solidaires sur sa page Facebook ce dimanche. 

Militant, comme lui au syndicat Sud-Etudiant, Jean-Baptiste, connaissait ses difficultés financières mais il naurait jamais imaginé un passage à lacte: “On en parlait souvent, il cherchait un emploi, il narrivait pas à sen sortir. Beaucoup de tristesse, de la rage contre ce système qui broie des gens”.

Alors que leur camarade se trouve actuellement entre la vie et la mort, les syndicats étudiants réclament des "solutions" pour améliorer les conditions de vie des étudiants. Vendredi après-midi, un étudiant de 22 ans a été grièvement brûlé à Lyon après sêtre immolé en pleine rue devant un restaurant universitaire. Dans un message publié sur les réseaux sociaux, il avait évoqué des difficultés financières. Au micro dEurope 1, Louise, du syndicat Solidaires, rappelle qu"une majorité détudiants en France sont dans la survie".

Étudiant immolé à Lyon : deux syndicats étudiants appellent à manifester mardi

Une enquête a été ouverte pour déterminer les raisons de son geste, mais dans un long message publié sur Facebook et relayé ce samedi par le quotidien Le Progrès, létudiant avait évoqué ses difficultés financières et justifié son geste par des revendications politiques, accusant notamment “Macron, Hollande, Sarkozy et lUE” de “[lavoir] tué”.

A Lyon, le syndicat appelle à un rassemblement pour dénoncer la précarité étudiante à 10 heures ce mardi. Le jeune homme, brûlé à 90%, se trouve actuellement “entre la vie et la mort” au Centre des brûlés de lhôpital Edouard Herriot de Lyon.

Son acte ne saurait être réduit au seul désespoir, cest aussi à la portée politique. Dans son message, notre camarade décrit la précarité quil subit, conséquence des politiques libérales, et le racisme quotidien, pointe le syndicat, qui souligne que la précarité sétend et broie de plus en plus de vies, y compris la vie des étudiant-e-s.

“Nous navions pas connaissance de difficultés personnelles concernant cet étudiant, très impliqué au sein des instances de létablissement”, a déclaré Nathalie Dompnier, en…

"Nous n'avons pas suffisamment de mots pour exprimer notre douleur et notre tristesse. Mais aussi notre dégoût face à ces institutions, le CROUS, l'Etat, l'Université, qui exercent chaque jour une violence trop commune contre les étudiant-e-s, qui ont guidé son geste profondément politique, acte de lutte contre un système qui broie toujours un peu plus. Ce système libéral qui crée les inégalités et nous précarise, fascisant et raciste qui nous divise, ainsi que celles et ceux qui nous l'imposent réforme après réforme, baisse de moyens après baisse de moyens, sont non seulement responsables mais aussi coupables", a notamment commenté Solidaires étudiant-e-s.