Des étudiants de Lyon 2 appellent au blocage des campus de Bron et des quais du Rhône – actu.fr

Des étudiants de Lyon 2 appellent au blocage des campus de Bron et des quais du Rhône - actu.fr

Loire | Saint-Etienne: une centaine de manifestants rendent hommage à létudiant qui sest immolé

Avec sa grande pancarte, difficile de la manquer. Ce matin, devant la résidence du Crous, rue Raoul-Follereau, Clara, élève de terminale ES au lycée Jean-Puy, tenait à se mobiliser en hommage à Anas, âgé de 22 ans, étudiant de Lyon 2 et originaire de Saint-Etienne, qui s’est immolé par le feu vendredi dernier, devant le Crous du 7e arrondissement de Lyon.

Ce soutien fait suite à l’appel lancé par le syndicat solidaire étudiant.es sur les réseaux sociaux.

Son geste à la fois politique et désespéré, motivé notamment par sa situation précaire et l'absence de perspectives d'avenir positives, a entraîné une prise de conscience de la part de nombreux étudiants, mais aussi des professeurs. Près de 500 personnes se sont retrouvées devant le bâtiment de la rue Garibaldi, recouvert de nombreux tags dans la nuit, reprenant les citations de la lettre d'adieu de l'étudiant de Lyon 2, publiée sur les réseaux sociaux.

«Mon frère suit des cours dans cette université, c’est en partie pour cela que je me sens concernée», explique la jeune fille. Avant d’ajouter : «La façon dont il s’y est pris m’a choquée, je ne pensais pas que l’on pouvait voir ça en France. Ce doit être révélateur d’une détresse sociale qu’on n’arrive pas à percevoir.»

Pour dénoncer la précarité de leur situation, les jeunes manifestants ont souhaité faire de cette tentative de suicide par le feu le début d'un mouvement national pour éviter que cela puisse se reproduire. Un appel à la grève a été lancé, d'autres rassemblements devraient se monter prochainement.

Postée pendant plus d’une heure, la jeune lycéenne a suscité les réactions des passants. «Beaucoup me demandaient pourquoi j’avais cette pancarte. On ne parle pas assez de ce qu’il s’est passé.» En effet, malgré son appel à la mobilisation, seules deux personnes se sont jointes, un temps à son mouvement.

A Saint-Etienne, une centaine de manifestants étaient réunis devant le Crous du campus Tréfilerie.

Comme dans plusieurs autres villes en France, des étudiants se sont mobilisés ce mardi matin après la tentative de suicide dun jeune homme de 22 ans vendredi à Lyon. Ce dernier a évoqué dans un message sur Facebook des difficultés financières et un geste politique. 

Portrait, actualité insolite, découvrez chaque jour une histoire marquante proposée par la rédaction de la Loire.

Ce mardi matin, une centaine de personnes étaient réunis devant le Crous du campus Tréfilerie, à Saint-Etienne. Ils manifestaient après le geste dun étudiant de 22 ans, à Lyon, vendredi, qui sest immolé.

Pour rendre hommage à Anas K. son cousin a pris la parole. Medhi Chaoui, a quelques mois décart avec son cousin qui se trouve toujours à lhôpital, entre la vie et la mort . Il en parle avec beaucoup démotion : “Cétait la fierté de la famille. Il avait choisi les sciences politiques pour faire bouger les choses.” 

La plupart des syndicats étudiants étaient présents, tout des représentants de la France Insoumise et des Jeunes Communistes. Le cousin de la victime était aussi présent. Il a pris la parole pour insister sur le geste politique de la victime.

Dans leur communiqué appelant à manifester, les organisateurs indiquent qu “Un étudiant et militant de l’organisation syndicale Solidaires étudiant.e.s s’est immolé par le feu le vendredi 8 novembre, devant le CROUS de Lyon. Aujourd’hui entre la vie et la mort, cet étudiant engagé a voulu donner à son geste une dimension politique forte qui interpelle le gouvernement et crée une émotion considérable dans toute la communauté universitaire et au-delà : les conditions d’étude et de vie des étudiant.e.s se sont considérablement dégradées ces dernières années et cette situation n’est plus acceptable”.

Seine-Saint-Denis. Etudiant immolé par le feu : un rassemblement à luniversité de Saint-Denis

« Cétait la fierté de la famille, il étudiait les sciences politiques. Il s’est sacrifié pour les étudiants. C’est un acte héroïque. Jattends juste quil revienne à Saint-Etienne pour lui présenter ma fille. Sauf que je sais même pas sil pourra voir ma fille. Est ce quil pourra voir, entendre ? » a pris la parole son cousin Mehdi, très ému.

Une centaine détudiants étaient rassemblés ce mardi à la mi-journée sur le campus de lEsplanade à Strasbourg en soutien à l’étudiant qui s’est immolé par le feu, vendredi devant le CROUS de Lyon. Partis du bâtiment le Patio, ils devaient rejoindre à pied celui du CROUS.

Plusieurs dizaines de personnes réunies devant le Crous de #saintEtienne en réaction à limmolation par le feu dun étudiant de 22 ans vendredi à Lyon. Les manifestants dénoncent la précarité qui touche les etudiants. #Loire pic.twitter.com/7UJUHG0Zvv

Sur place, les participants ont dénoncé les politiques de ces dernières années, qui, selon eux, favorisent la montée de la précarité.

Partis du bâtiment le Patio, les manifestants ont rejoint à pied celui du CROUS quai du Maire Dietrich, où les organisateurs du rassemblement ont pris la parole pour dénoncer la déshumanisation, la politique libérale, qui crée la pauvreté pour la population et en particulier pour la jeunesse. En 2015, 20% des étudiants vivaient sous le seuil de pauvreté en 2015, selon une étude de lIGAS. A luniversité de Strasbourg, certaines situations sont particulièrement délicates, soulignaient les organisateurs, évoquant le cas détudiants sans papiers ou sans domicile fixe. 

À Lyon, un rassemblement a aussi eu lieu ce mardi, au 59 rue de la Madeleine, devant le siège social du Crous, lieu où l’étudiant stéphanois a été brûlé à 90 %. Lundi, son pronostic vital était toujours engagé.

Selon les syndicats, « Ce sont les enfants des classes populaires et d’une partie des classes moyennes qui subissent ce système et cette précarité, ce qui a évidemment un impact sur leurs études. Cette précarité est inacceptable, encore plus dans un pays aussi riche que le nôtre. Solidaires Etudiant-e-s et l’Union syndicale Solidaires appellent nationalement à des rassemblements sur les lieux d’études. »

À Roanne, une lycéenne sest mobilisée ce mardi matin devant une résidence étudiante du Crous.

Les élèves de Paris 8 ont décidé de répondre à l’appel des syndicats étudiants. Un rassemblement est prévu dès 16h30 sur le parvis du restaurant universitaire. Des prises de parole de plusieurs étudiants et des syndicats se fera sur place.