Les ultras de Bordeaux braveront l’arrêté préfectoral à Marseille

Dans un tweet, le groupe de supporters bordelais Ultramarines Bordeaux 1987 annonce son intention de se rendre dimanche à Marseille à l’occasion du match OM/Bordeaux et en dépit d’un arrêté préfectoral leur interdisant l’accès au stade et à la ville. 

Les autorités “considèrent donc que nous sommes dangereux. Nous considérons à contrario que ce sont eux qui mettent nos vies en danger. Les enjeux sont aussi humains et financiers: il est trop tard pour annuler. Notre déplacement à Marseille est maintenu”

Ils considèrent donc que nous sommes dangereux.Nous considérons à contrario que ce sont eux qui mettent nos vies en danger. Les enjeux sont aussi humains et financiers: il est trop tard pour annuler. Notre déplacement à Marseille est maintenu. pic.twitter.com/kPSU9jyEkG

Malgré le placement en garde à vue d’une cinquantaine de leurs membres lors du récent déplacement interdit à Strasbourg, les Ultras bordelais ont décidé de braver une nouvelle fois les autorités. Ce mercredi, les UltraMarines 1987 ont en effet annoncé qu’ils feraient le voyage jusqu’au Vélodrome dimanche soir prochain afin de soutenir leur formation contre l’Olympique de Marseille alors qu’un arrêté a été pris pour interdire ce déplacement. Une décision assumée dans un message sur les réseaux sociaux.

La présidente de l’association Alerte Thyroïde reçue au ministère de la Santé

Propulsion Templeet Page générée mer. 14 févr. 2018 23:14:10 CET en 0,0075s (dont 0,0018s sql)

Les supporters de Bordeaux doivent purger leur troisième et dernier match de suspension dimanche 18 février lors du déplacement à Marseille. Déjà punis lors des matches joués à Nantes et à Strasbourg, les fans des Girondins sont visés par la fermeture de l’espace visiteurs pour les rencontres à l’extérieur, sanction liée à un incident survenu à Troyes le 13 janvier. Mais, toujours en pointe dans la volonté de défendre les droits de supporters, les Ultramarines n’ont pas l’intention de respecter cette interdiction de déplacement.

Sur Twitter, le principal groupe de supporters du club au scapulaire a annoncé que ses membres iront au Vélodrome en dépit de l’arrêté préfectoral interdisant leur présence “au stade (…) et dans les limites de la commune” phocéenne. “Ils considèrent donc que nous sommes dangereux. Nous considérons à contrario que ce sont eux qui mettent nos vies en danger. Les enjeux sont aussi humains et financiers: il est trop tard pour annuler. Notre déplacement à Marseille est maintenu”, affirment les Ultramarines.

Laurent Perpigna : « On tentera, par tous les moyens, d’aller à Marseille pour voir ce match »

Se revendiquant de la “désobéissance civile”, le groupe dénonce “des mesures arbitraires, discriminatoires et liberticides” et clame que “la mort des groupes ultras en France, c’est la mort des stades”. Laurent Perpigna, l’un des responsables des Ultramarines, estime aussi que la publication de l’arrêté ce mercredi 14 février alors qu’il a été rédigé le 6 est une manoeuvre pour “pourrir un peu plus la vie des supporters qui s’étaient organisés”.

Ils considèrent donc que nous sommes dangereux.Nous considérons à contrario que ce sont eux qui mettent nos vies en danger. Les enjeux sont aussi humains et financiers: il est trop tard pour annuler. Notre déplacement à Marseille est maintenu. pic.twitter.com/kPSU9jyEkG

Cette annonce des Ultramarines s’inscrit dans un contexte tendu entre eux et la commission de la LFP, l’instance qui a prononcé ces fermetures pour trois matches à l’extérieur. Le 3 février, 47 supporters bordelais, aidés par leurs homologues alsaciens, avaient pénétré dans La Meinau pour assister au match Strasbourg-Bordeaux. Rapidement délogés, ils avaient été interpellés et placés en garde à vue pendant près de 20 heures.

Le 20 janvier, les ultras bordelais avaient aussi bravé l’interdiction de déplacement en se rendant à Nantes. 150 d’entre eux avaient été interceptés sur la route et à la gare de Nantes.