Immeubles effondrés à Marseille: des perquisitions dans les …

Immeubles effondrés à Marseille: des perquisitions dans les ...

Deux courriers dexperts de 2014 et 2017 prouvent que la ville connaissait les risques du 65 rue dAubagne

À la une Sports région Football Football Amateur Rugby RCT Provence Rugby Auto moto Résultats classements Pronostico Politique Economie À la une Hub Éco Entreprise Immobilier Bourse Tourisme À la une Hub Tourisme Balades Voyages Sorties – Loisirs À la une Spectacles Féria Télé Cinéma Multimédia – Jeux vidéo Montagne Histoire People Programmes télé BD Livres France – Monde Vidéos Dernières vidéos Le 18-18 OM Diaporamas Derniers Diaporamas Diaporamas OM Diaporamas Loisirs Diaporamas Montagne Diaporamas Locales météo 11° Santé À la une Hub Santé Bien être Enfants Maladies chroniques Cancérologie Cardiologie Neurologie Innovations Mer Montagne Écoplanète Fémina Provence Beauté Mode Shopping À table Déco Minots Rendez-vous Les rendez-vous Jeux concours Balades en Provence Magazines & Hors series Une personnalisée Belote en ligne Club Abonnés Plus Baux limmo Carnet/Avis de décès Déposer un avis Consulter un avis Annonces Immobilier Auto-Moto Emploi Annonces légales Marchés publics Carnet Déposer un avis Consulter les avis Immobilier Emploi Auto-Moto Légales Marchés Publics Boutique Journal en ligne Kiosque sabonner menu se connecter En direct Région Faits divers Société OM Sorties – Loisirs Vidéos Rendez-vous Recherche

Une semaine après leffondrement dramatique de deux immeubles sous les décombres desquels 8 personnes ont trouvé la mort, le maire de Marseille et ses adjoints en responsabilité, jurent toujours leur grand dieu, de navoir jamais été informés de létat de danger que revêtait l immeuble-squelette de Marseille Habitat au 63 de la rue dAubagne, ni des pathologies structurelles rongeant limmeuble habité au numéro 65. 

Péril structurel sur le 65, rue dAubagne : la mairie SAVAIT. Les alertes précises, répétées dingénieurs structure dès 2014, comme ce courrier du 19 décembre 2014 à @marseille. Si les mots ont encore un sens ! A lire dans La Marseillaise aujourdhui. #BalanceTonTaudis pic.twitter.com/bQblx48kod

Deux courriers dexperts adressés à la mairie en 2014 et en 2017 que nous nous sommes procurés le contredisent. Jai pu constater que la fondation et le soubassement entre le 65 et le 67 présentaient des signes daffaissement et que la majeure partie des poutres et bois du 65 étaient minés par la pourriture , écrit le 19 décembre 2014 lexpert Reynald Filipputti dans un courrier à la Ville. Il prend soin même de mettre son alerte en copie au TGI et au Syndic.

Depuis le drame du 5 novembre, la Ville de Marseille sest dans un premiers temps dédouanée en accusant la pluie, avant de sabriter derrière les conclusions parfois alambiquées dun rapport dexpertise de larchitecte Richard Carta qui ont motivé la signature dun arrêté de péril imminent le 19 octobre 2018.

Ce rapport dont La Marseillaise a révélé la conclusion – Il y a péril grave et imminent – et le contenu, névoquait pas de pathologie structurelle dans cet immeuble à lexception, comme lécrit la Ville dans son dossier de presse, dun problème ponctuel sur lappartement du 1er qui a justifié linterdiction doccupation de cet appartement .

Or la municipalité qui na déjà pas répondu à lexistence de la première alerte reçue trois ans plus tôt, va encore passer sous silence celle réitérée le 20 octobre 2017 par ce même expert en termes encore plus appuyés, et accompagné dun note de deux ingénieurs (ci-dessus). Son objet est sans équivoque possible : Constat de faiblesse structurelle représentant un risque pour les biens et les personnes à court terme au 65 et 67 rue dAubagne à Marseille.

Vous devez vous connecter si vous souhaitez réagir. Utilisez le bouton “Connexion” situé en haut de lécran.