Marseille : 183 immeubles évacués depuis leffondrement meurtrier

Marseille : 183 immeubles évacués depuis l\effondrement meurtrier

Marseille : 1352 personnes évacuées depuis leffondrement qui a fait huit morts

48 immeubles ont été évacués dans le périmètre de la rue dAubagne depuis le 5 novembre 2018 et 135 lont été en dehors de ce périmètre, indique, dans un communiqué, la mairie qui ne souhaite pas donner la liste des immeubles évacués, “afin déviter déventuels actes de malveillance”.  

446 personnes ont été évacuées dans le périmètre de la rue dAubagne et 906 personnes lont été en dehors de ce périmètre. 

Les Marseillais ne sen remettent pas. Derrière les grilles qui empêchent dapprocher les gravats, quelques badauds fixent cette plaie ouverte au cœur de leur ville. Il ne reste plus quun large trou aux numéros 63 et 65 de la rue dAubagne. Le matin du 5 novembre, le ciel est tombé sur la tête de ceux qui vivaient là, à deux pas du marché de Noailles. Les visages des huit morts ornent les pancartes laissées ici et là, au milieu des bougies et des slogans rageurs. On habite à côté, on a entendu tomber le plafond , raconte une dame. Avant de lancer à la cantonade : Et le maire, pendant ce temps-là, il rigole ! Cest un connard, Gaudin. Les gens votaient pour lui, et maintenant il y a des morts. De la rue dAubagne jusquà la Canebière, tags et affiches sauvages lapprouvent : Gaudin a du sang sur les mains , Tout le monde déteste la mairie . Aux manettes de la ville depuis vingt-trois ans, Jean-Claude Gaudin pouvait difficilement imaginer pire fin de règne, lui qui à 79 ans sétait résolu à ne pas se représenter en 2020.

La municipalité a relogé 316 personnes dans des hôtels proches de la rue dAubagne et 753 personnes dans des hôtels situés ailleurs. 28 hôtels sont concernés. La ville de Marseille a par ailleurs identifié 236 logements disponibles, est-il précisé. 

Les évacuations ont eu lieu après de nombreux signalements des occupants dimmeubles vétustes du centre-ville. “351 signalements ont été traités ou sont en cours de traitement et 212 visites ont été effectuées par les services municipaux compétents”, avait récemment précisé la mairie. Parmi ces signalements 33 avaient fait lobjet de levées de doutes permettant aux personnes évacuées de regagner leur logement. 

Ici, les gens sont peu politisés. Gaudin est un symbole pour eux. Cest normal quils se retournent contre lui : leur maire ne les a pasprotégés , commente Nasséra Benmarnia en arpentant le quartier. Cette élue socialiste proche de Patrick Mennucci est membre du collectif Noailles en colère, monté après le drame par les acteurs sociaux du quartier. Sur son portable, elle montre une carte du secteur, constellée de points colorés. En rouge, on voit les immeubles en péril. Regardez, la carte date de 2014. Ça prouve quils avaient connaissance de la dangerosité de la situation. …

Un millier de personnes relogées après le drame

183 immeubles, soit 1 352 personnes, ont été évacués à Marseille (sud-est de la France) depuis leffondrement de trois immeubles vétustes qui a fait huit morts, le 5 novembre, dans un quartier populaire du centre-ville, selon un bilan publié dimanche par la mairie.

Voir les commentaires Articles les plus lus DéconnectéPour montrer qu'il comprend les gilets jaunes, Darmanin évoque ses restos parisiens à 200 euros (sans le vin !) ReportageGilets jaunes : la mobilisation fiscale vire à la révolte sociale Midnight ExpressCarlos Ghosn : "les dures conditions de détention du monstre sacré" tirent les larmes du Figaro FiscalitéComment les supermarchés se font rembourser leurs dons d'invendus… par l'Etat ReportageA Marseille, l'effondrement du système Gaudin Cette semaine dans Marianne

Reportage A Marseille, leffondrement du système Gaudin

48 immeubles ont été évacués dans le périmètre de la rue où sont survenus les effondrements depuis le 5 novembre et 135 lont été en dehors de ce périmètre, indique un communiqué. La municipalité a relogé 1 069 personnes dans des hôtels.

Le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin et le premier ministre Édouard Philippe face au Vieux Port, dans la cité phocéenne, le 20 octobre 2017.• Crédits : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT – AFP Le 5 novembre 2018 restera sans doute comme une date marquante dans la mémoire marseillaise. Ce jour-là, deux immeubles vétustes seffondrent, rue dAubagne, dans un quartier populaire du cœur de la ville. Huit personnes sont tuées. Pour beaucoup, ce drame illustre les failles du système politique marseillais.

144 immeubles, 1134 marseillais, évacués Depuis le drame du 5 novembre, la mairie de Marseille donne régulièrement un bilan chiffré des évacuations. Je nai rien vu sur les travaux en cours. Et vous ?— Muriel Gensse (@murielgensse) 21 novembre 2018

Les évacuations ont eu lieu après de nombreux signalements des occupants dimmeubles vétustes du centre-ville. 351 signalements ont été traités ou sont en cours de traitement et 212 visites ont été effectuées par les services municipaux compétents, avait récemment précisé la mairie.

Parmi ces signalements, 33 avaient fait lobjet de levées de doutes permettant aux personnes évacuées de regagner leur logement.

Il a plus hier, la mairie va tomber?#Marseille #24novembre #laplaine pic.twitter.com/qUEdxeKD29— Yordan (@yordanenator) 24 novembre 2018