BOUCHES-DU-RHÔNE. Marseille : lun des détenus évadés dun fourgon cellulaire arrêté – Le Dauphiné Libéré

BOUCHES-DU-RHÔNE. Marseille : l\un des détenus évadés d\un fourgon cellulaire arrêté - Le Dauphiné Libéré

Marseille. En cavale depuis quatre jours, lun des détenus évadés dun fourgon cellulaire arrêté

PSG-OM : mission impossible pour les Olympiens ? Pour Villas-Boas, “Paris joue dans une autre ligue”

À la une Sports région Football Football Amateur Rugby RCT Provence Rugby Auto moto Résultats classements Politique A la Une Municipales 2020 Economie À la une Hub Éco Entreprise Immobilier Hub Immo Hub Innovation Bourse Santé À la une Hub Santé Bien être Enfants Maladies chroniques Cancérologie Cardiologie Neurologie Innovations Senior Tourisme À la une Hub Tourisme Balades Voyages Sorties – Loisirs À la une Spectacles Féria Télé Cinéma Multimédia Gaming Montagne Histoire People Programmes télé BD Livres France – Monde météo 15° Vidéos Dernières vidéos Le 18-18 OM La Minute Santé La Minute Éco La Minute Immo La Minute Tourisme Adoptez-les avec la SPA Bon plan du week-end Avant-match OM Météo Diaporamas Derniers Diaporamas Diaporamas OM Diaporamas Loisirs Diaporamas Montagne Diaporamas Locales Mer Montagne Écoplanète Fémina Provence Beauté Mode Shopping À table Déco Minots Nos rendez-vous A la une Evénements Magazines et hors-séries Jeux-concours Boutique Unes personnalisées Espace presse Belote en ligne Balades en Provence Carnet/Avis de décès Déposer un avis Consulter un avis Annonces Immobilier Auto-Moto Annonces légales Marchés publics Carnet Déposer un avis Consulter les avis Immobilier Auto-Moto Légales Marchés Publics Boutique Journal en ligne Kiosque sabonner menu se connecter En direct Région Faits divers Mondial de rugby OM Sorties – Loisirs Vidéos Nos rendez-vous Recherche

 Il avait dû fêter sa libération anticipée , commentait-on lundi à la direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône en confirmant cette arrestation révélée par le quotidien régional La Provence. Cest vendredi soir, vers 22 h 30, au cœur de Marseille, rond-point du Prado, que la cavale sest terminée pour cet homme de 28 ans, selon La Provence. Ivre, il est muni dune grille dégout et sapprête à fracasser les vitres dune voiture quand il est arrêté par les policiers, avertis par le service de sécurité du parc Chanot, le parc des expositions voisin. Insultes aux policiers, tentative de rébellion, morsure dun des agents de sécurité : très excité, lhomme est placé en garde à vue, en cellule de dégrisement.

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Ce nest que lors de leur arrivée aux Baumettes, le 14 octobre, vers 18 h 50, que les policiers se sont rendu compte que 4 hommes manquaient à lappel sur les 17 embarqués au départ au tribunal de Marseille. Aucun des fuyards nétait classé  détenu particulièrement signalé , a déclaré le procureur au lendemain de lévasion de ces quatre hommes, qui venaient dêtre jugés pour des faits commis en détention. Lors du transfert entre le tribunal et la prison, les trois policiers à bord se trouvaient à lavant du fourgon. LInspection générale de la police nationale (IGPN) et la direction centrale de la police judiciaire ont été saisies de ce dossier.

Messenger LinkedIn Email Sa cavale aura duré quatre jours. Un des quatre détenus évadés dun fourgon cellulaire entre le tribunal et la prison des Baumettes à Marseille a été arrêté vendredi, en état débriété.

Après avoir refusé de donner son nom, il avait donné une fausse identité, précisait-on lundi du côté de la Direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône. Mais grâce à ses empreintes nous avons compris quil était lun des individus recherchés après lévasion. De source proche du dossier, cet individu était notamment mis en cause pour vol avec violence et pour une précédente évasion.

Quatre détenus sétaient évadés lundi 14 octobre alors quils étaient transférés du tribunal de Marseille à la prison des Baumettes.

Selon La Provence, cest vendredi soir, vers 22h30, au cœur de Marseille, rond point du Prado, que la cavale sest terminée pour Karim M. En état débriété avancé, cet homme de 28 ans est muni dune grille dégout et sapprête à fracasser les vitres dune voiture quand il est arrêté par les policiers, avertis par le service de sécurité du Parc Chanot, le parc des expositions voisin.

Dès le lendemain de lévasion du 14 octobre, lun des quatre fuyards sétait rendu lui-même à la police. Seuls deux évadés sont donc toujours en fuite lundi.

Le jour de l'évasion, le 14 octobre, ce n'est que lors de leur arrivée aux Baumettes vers 18h50, que les policiers se sont rendus compte que quatre hommes manquaient à l'appel sur les 17 embarqués au départ, au tribunal de Marseille. Aucun des fuyards n'était classé "détenu particulièrement signalé", a déclaré le procureur au lendemain de l'évasion de ces quatre hommes qui venaient d'être jugés pour des faits commis en détention.

 Il avait dû fêter sa libération anticipée , commentait-on lundi à la Direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône, en confirmant cette arrestation révélée par le quotidien régional La Provence.Cest vendredi soir, vers 22 h 30, au cœur de Marseille, rond point du Prado, que la cavale sest terminée pour Karim M., un homme de 28 ans, selon La Provence. En état débriété avancé, il est muni dune grille dégout et sapprête à fracasser les vitres dune voiture quand il est arrêté par les policiers, avertis par le service de sécurité du Parc Chanot, le parc des expositions voisin.

C'est vendredi soir, vers 22h30, au coeur de Marseille, rond-point du Prado, que la cavale s'est terminée pour Karim M., un homme de 28 ans, selon le quotidien régional. En état d'ébriété avancé, il est muni d'une grille d’égout et s'apprête à fracasser les vitres d'une voiture quand il est arrêté par les policiers, avertis par le service de sécurité du Parc Chanot, le parc des expositions voisin.

Insultes aux policiers, tentative de rébellion, morsure dun des agents de sécurité : très excité, lhomme est placé en garde à vue, en cellule de dégrisement.  Après avoir refusé de donner son nom, il avait donné une fausse identité , précisait-on lundi du côté de la DDSP :  Mais grâce à ses empreintes nous avons réalisé quil était lun des individus recherchés après lévasion. Quant à son identité réelle, elle reste à déterminer .De source proche du dossier, cet individu était notamment mis en cause pour vol avec violence et pour une précédente évasion.

Le jour de l'évasion, le 14 octobre, ce n'est que lors de leur arrivée aux Baumettes vers 18h50, que les policiers se sont rendus compte que quatre hommes manquaient à l'appel sur les 17 embarqués au départ, au tribunal de Marseille. Aucun des fuyards n'était classé "détenu particulièrement signalé", a déclaré le procureur au lendemain de l'évasion de ces quatre hommes qui venaient d'être jugés pour des faits commis en détention.

Ce nest que lors de leur arrivée aux Baumettes, le 14 octobre, vers 18 h 50, que les policiers se sont rendus compte que quatre hommes manquaient à lappel sur les 17 embarqués au départ, au tribunal de Marseille. Aucun des fuyards nétait classé  détenu particulièrement signalé , a déclaré le procureur au lendemain de lévasion de ces quatre hommes qui venaient dêtre jugés pour des faits commis en détention

Lors du transfert entre le tribunal et la prison, les trois policiers à bord se trouvaient à lavant du fourgon. LInspection générale de la police nationale (IGPN) et la direction centrale de la police judiciaire ont été saisies de ce dossier.