Bordeaux : LInde prend livraison de son premier Rafale à lusine Dassault de Mérignac – 20 Minutes

Bordeaux : LInde prend livraison de son premier Rafale à lusine Dassault de Mérignac - 20 Minutes

Le Rafale, ce fleuron tricolore au succès commercial tardif

Trois ans après la signature du contrat dacquisition de 36 Rafale par lInde, lavion de combat tricolore va enfin atterrir sur le sol indien. Dassault Aviation a livré ce mardi le premier Rafale à larmée de lair indienne lors dune cérémonie à Mérignac (Gironde) en présence des ministres de la Défense indien, Rajnat Singh, et des Armées, Florence Parly. Les 36 Rafale fabriqués en France seront livrés à lInde jusquen 2022 dans le cadre de laccord intergouvernemental signé le 23 septembre 2016 entre la France et lInde. Cette première livraison dune série de 36 appareils à venir symbolise “lexcellente relation entre la France et lInde”, a fait observer Florence Parly.

Par ailleurs, lInde a formulé en mai 2017 une demande officielle dinformations pour la fourniture de 57 avions de combat destinés à la marine indienne et une autre en juillet 2018 pour 110 appareils destinés à lIndian Air Force. Dassault Aviation y a répondu dans les deux cas. Rajnat Singh a semblé y faire allusion : “des réalisations comme celle daujourdhui nous encouragent à en faire plus et ce sera à mon ordre du jour”.

Et denchaîner : “Lancer cette première phase de développement du SCAF, cest lancer la première phase de développement du projet européen de défense du XXIe siècle. Dans le contexte géopolitique actuel cest aussi permettre à lEurope de sauvegarder sa souveraineté industrielle et opérationnelle, cest lui permettre de faire face aux menaces de demain. Si dans ce domaine lEurope navance pas, si elle navance pas rapidement, il sera impossible de maintenir les capacités de développement et de production nécessaires à la souveraineté industrielle de défense. Le SCAF est une entreprise hautement complexe et ambitieuse, tant sur le plan technologique que stratégique et politique. Cest lensemble de nos moyens aériens et de leur capacité à agir de concert de façon optimale qui sera impacté. Il sagit en réalité rien de moins que de notre capacité à assurer notre défense et notre autonomie dans les airs dans la deuxième partie du XXIe siècle qui est ici en jeu”.

SCAF : Dassault et Airbus commencent à simpatienter

Trois Rafale sont déjà terminés, mais ils ne rejoindront lInde quen mai, une fois la formation des premiers pilotes achevée. Le ministre indien de la Défense a visité au pas de charge le hall dassemblage où quatre Rafale destinés à New Dehli étaient en cours dassemblage final. Ce déplacement est une étape majeure dans la relation avec lInde, considérée comme lun des principaux partenaires stratégiques de la France en Indopacifique.

Ces derniers ajoutent : “Mais les technologies futures doivent être développées dès maintenant pour être ensuite testées et qualifiées en vol. Cette phase de maturation est essentielle pour dérisquer et anticiper des développements aussi complexes. Cest la raison pour laquelle gouvernement et industrie ont convenu de lancer dès que possible une phase de développement dun démonstrateur, pour laquelle lindustrie française et allemande, sous la coordination de DASSAULT AVIATION et dAIRBUS, a remis des offres au Salon du Bourget en juin dernier. Il importe à présent de faire avancer concrètement le SCAF. Le prochain conseil des ministres franco-allemand doit servir de catalyseur à cette volonté commune daller de lavant par le lancement rapide de cette phase de démonstrateurs et par lengagement des nations partenaires sur un plan de financement fiable pour confirmer le caractère pérenne et cohérent de ce programme de développement européen”.

À lissue de la cérémonie, les deux ministres ont abordé dans le cadre du second dialogue annuel de défense franco-indien, les nombreuses perspectives de la coopération de défense bilatérale ainsi que les enjeux de sécurité dans lespace Indopacifique. Notamment une éventuelle prochaine commande de Rafale dans le cadre de la politique promue par Narendra Modi “Make in India”. Cette politique est soutenue par les industriels de laéronautique français : la construction de lusine de production de la société commune Dassault-Reliance Aerospace Ltd (DRAL) à Nagpur, limplantation de Thales à Nagpur et la future installation de Safran à Hyderabad. En outre, une vingtaine dentreprises françaises sont également déjà implantées en Inde.

Utilisé par larmée de lair française depuis 2004, le Rafale a longtemps eu du mal à sexporter. Lavion de chasse a trouvé pour la première fois preneur à lexportation en 2015 en Egypte puis au Qatar, qui en avaient commandé 24 chacun. Doha a levé une option en décembre 2017 pour 12 Rafale supplémentaires, portant à 36 le nombre dappareils qui seront utilisés par larmée de lair du pays.

LInde a été le premier pays étranger à acheter en 1953 des avions de combat à Dassault Aviation. Elle a commandé 71 Ouragan équipés de réacteurs Rolls Royce. Ils ont été rebaptisés Toofani par lArmée de lair indienne. En mars 1957, larmée de lair française livre à lInde 33 exemplaires supplémentaires. Les Ouragan indiens resteront en première ligne jusquen 1967. Puis en 1957, New Delhi achète 110 exemplaires du Mystère IV, un programme lancé au début des années 1950. LInde continue ses emplettes en France avec le Jaguar, lavion de combat franco-britannique dattaque au sol, fabriqué par la société franco-anglaise SEPECAT créée en mai 1966 pour concevoir et construire cet appareil. Démarchée dès 1968, lInde signe en avril 1979 une commande pour 130 Jaguar, incluant un contrat de fabrication sous licence pour 95 exemplaires ainsi quun transfert de technologie.

Enfin, lInde a commandé 46 Mirage 2000EH et 13 Mirage 2000 TH biplaces en octobre 1982 afin de disposer davions de combat de supériorité aérienne capable de prendre la relève de ses MIG-21 russes. Le premier Mirage 2000 indien avait été mis en service en septembre 1984.  Le contrat de modernisation des 51 Mirage 2000 H et TH indiens avait été signé en 2011.

Cest plus une mise à niveau des compétences locales quun véritable transfert de technologie. Les offsets sont devenues  une ardente obligation  des grands contrats depuis ces quarante dernières années, mais leurs résultats sont inégaux selon Loïc Tribot La Spière, le directeur du Centre détude et de prospective stratégique. Par manque de suivi, et parfois de volonté du côté de lacquéreur. Sur ce contrat, de gros doutes subsistent sur la capacité de Reliance Defense à mener son projet à son terme étant donné quil appartient à un groupe moribond, croulant sous les dettes. Pour le moment, la filiale indienne assure sa part du contrat. Dans le centre de lInde, tout près de laéroport de Nagpur, son usine construite avec Dassault a commencé à produire le nez du Falcon 2000. Quelques pièces du Rafale seront produites sur place mais les 36 avions seront bien fabriqués et assemblés en France. Si le montant du contrat et des offsets est pharamineux, les investissements qui se sont concrétisés se chiffrent plutôt en centaines de millions quen milliards deuros et Dassault semble avoir limité au minimum les transferts de technologies souhaités par les Indiens.

Menu Menu Menu Menu Economie et politique Votre argent Polemik Entreprises et marchés Immobilier Management Votre retraite Lifestyle + Nous suivre Se connecter Mon compte Mon profil Mes articles sauvegardés Mes sujets suivis Le magazine Abonnez-vous Chaque mois, Capital directement chez vous ! Je m'abonne Actuellement en vente Capital mensuel n°337 Spécial retraite : comment vous préparer selon votre âge / Prix, marges, qualité, diététique… Le business du pain passé au crible / Facebook : sa future monnaie est-elle crédible ? Jachète Capital Hors-Série n° 57 Spécial formation : changer de métier… ou de vie. Les diplômes, les filières et les bons plans pour se préparer aux jobs qui recrutent et à ceux de demain / République populaire de Chine : 70 ans qui ont changé le monde Jachète Se connecter Mon compte Mon profil Mes articles sauvegardés Mes sujets suivis Fil d'infos Vidéos Devises Services En ce moment : Annonces Immo Investir dans des PME innovantes Crypto Tests perso Entreprises et marchés Le Rafale, ce fleuron tricolore au succès commercial tardif Dassault Aviation + SUIVRE SUIVI SUIVI Fermer Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

Nos confrères du Monde ont révélé il y a quelques jours les relations troublantes reliant la société ukrainienne Motor Sich au groupe indien Reliance. Motor Sich fabrique des moteurs davion, notamment pour lavionneur ukrainien Antonov, célèbre pour ses gros porteurs. Et Antonov est devenu un partenaire de Reliance Defense sur le site de Nagpur. Jusque ici tout va bien. Le hic cest lidentité réelle de Motor Sich. Lentreprise travaille en fait surtout avec et pour la Russie et voilà quelle est maintenant convoitée par les Chinois. Une intervention musclée de ladministration américaine a gelé la transaction qui a failli aboutir cet été. Un coucou russe et bientôt chinois se niche-t-il dans la co-entreprise Reliance Dassault ? Le risque de fuite, despionnage industriel via un sous-traitant est réel selon Loïc Tribot La Spière,  dautant plus que lUkraine est une vraie passoire  mais il faut raison garder nous dit ce spécialiste du secteur, la schizophrénie de Dassault est telle quil ne dépend daucun acteur étranger pour les pièces les plus sensibles de ces appareils.

Pixabay SAUVEGARDER CET ARTICLE SAUVEGARDÉ Retrouvez ce contenu plus tard en appuyant sur ce bouton

Le contrat des Rafale a été décrié par certains en France. Cest ainsi que lONG Sherpa a déposé plainte, fin février 2018, à cause de soupçons de corruption et de trafic dinfluence, en particulier autour du choix de Reliance. Le pureplayer Mediapart a dénoncé le financement partiel par Reliance, au moment de la finalisation de la vente, dun film coproduit par Julie Gayet (Tout là-haut de Serge Hazanavicius avec Kev Adams), compagne du président François Hollande. Ce dernier sest défendu de tout conflit dintérêts, affirmant que la France navait «pas eu le choix» du partenaire indien de Dassault : «Nous navions pas notre mot à dire à ce sujet».

La France commence la livraison des Rafale à lInde

LInde réceptionne ce mardi le premier des 36 Rafale commandés par New Delhi. Ce fleuron de laéronautique française de défense na que tardivement connu le succès commercial. Ce dernier ne sest concrétisé que depuis 2015, en sexportant dans plusieurs pays, dont le sous-continent. Né de la volonté, au milieu des années 1980, de trouver un remplaçant aux Mirage 2000 français et aux Tornado britanniques, italiens et allemands, le démonstrateur Rafale A accomplit son premier vol le 4 juillet 1986 à Istres (Bouches-du-Rhône).

Selon le quotidien économique indienThe Economic Times, le coût de lopération avoisinerait les 6 milliards de dollars, soit bien moins que pour le contrat précédent, étant donné que lInde disposerait alors de ses propres infrastructures pour produire lappareil sur place dans le cadre de la politique du make in India du Premier ministre indien Narendra Modi. Eric Trappier a, de son côté, déclaré : «Nous fabriquons en Inde, ça a déjà débuté, et ça va croître.»

Dassault Aviation livre à lInde son premier Rafale, après dix ans de persévérance – LUsine Aéro

Il est utilisé par la marine française depuis 2004 et larmée de lair depuis 2006 et a remplacé sept types davions de combat de générations précédentes. Mais il a longtemps eu du mal à sexporter. “On a le meilleur avion du monde, le Rafale, et on a un bon système darmes, on a des discussions en cours, ça va venir”, assurait en 2011 Serge Dassault, lancien PDG de Dassault Aviation décédé en mai 2018. Lavion de chasse trouve pour la première fois preneur à lexportation en 2015 en Egypte puis au Qatar, qui en avaient commandé 24 chacun. Doha a levé une option en décembre 2017 pour 12 Rafale supplémentaires, portant à 36 son nombre dappareils.

Ce premier Rafale indien livré ce mardi devra encore voler 1 500 heures en France avant de rejoindre au printemps prochain la base dAmbala proche de la frontière pakistanaise. Grâce au Rafale et à ses missiles air-air Meteor, lInde entend prendre lascendant sur son ennemi historique, le Pakistan. Néanmoins certains appareils seront également déployés dans le nord du pays, tour près de la Chine, lautre rival de New Delhi.

En tout, 96 commandes à lexportation ont donc été enregistrées et Dassault Aviation prévoit de livrer 26 Rafale à ses clients étrangers en 2019. Le 14 janvier, la ministre des Armées Florence Parly a lancé le nouveau standard F4 du Rafale, un programme de près de deux milliards deuros livrable en 2024 et présenté comme un “saut technologique, industriel et stratégique”. Au total, 152 Rafale ont déjà été livrés à larmée de lair et la marine françaises. Et 28 Rafale supplémentaires seront livrés à la France entre 2022 et 2024. Trente nouveaux, au standard F4, seront commandés en 2023, avait à cette occasion rappelé Mme Parly.

Capable de mener différentes missions au cours dun même vol, le Rafale est qualifié pour des opérations de défense aérienne, de bombardement stratégique et dappui au sol, de lutte antinavires et de reconnaissance aérienne. Il est également le vecteur de la dissuasion nucléaire aéroportée française. Déployé dès 2007 en Afghanistan, il a été le premier appareil à intervenir en Libye en 2011, avant dêtre engagé au Mali en 2013 dans le cadre de lopération Serval.

A l’occasion d’une cérémonie de livraison qui se tient à Mérignac (Gironde) ce mardi 8 octobre, les forces indiennes doivent réceptionner le premier des 36 appareils commandés à Dassault Aviation. Dans l’usine d’assemblage des Rafale, les principaux protagonistes devraient arborer un large sourire. En premier lieu, le ministre indien de la Défense, Shri Rajnath Singh. Avec le renouvellement de ses avions de combats, il affiche la volonté de l’armée indienne de bénéficier des dernières technologies d’armement face à des voisins chinois et pakistanais qui investissent lourdement dans l’équipement de leurs armées.

Lappareil de 10 tonnes est le seul à pouvoir emporter 1,5 fois son poids en armements et carburant. Sur le plan de larmement, il dispose dun système polyvalent: canon de 30 mm pour le combat aérien et lappui au sol, missiles air-air, bombes guidées laser et missiles de croisière. Dessiné en forme daile delta avec un empennage “canard” rapproché (des ailerons à lavant de lappareil), le Rafale est considéré comme “discret” avec une faible signature radar grâce aux matériaux composites. Il peut voler à Mach 1,8 (2.200 km/h) et décoller sur 400 mètres, avec un rayon daction à haute altitude de 1.850 km.

La ministre française de la Défense, Florence Parly, sera aussi soulagée de cet épilogue heureux. La France a bâti le budget de son armée sur la période 2019-2025 en misant sur les exportations du Rafale pour dégager des marges budgétaires. Et enfin, l’hôte de la cérémonie, Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation. Avec un tel contrat, il assure une charge industrielle à son usine de Mérignac et à ses 500 sous-traitants grâce aux 36 appareils à produire en France.

Le Rafale “Make in India” sur la piste denvol en Inde

>> Notre service – Un test pour connaître son profil dépargnant et bénéficier dun conseil dinvestissement en ligne, gratuit, personnalisé et suivi

La France livre à lInde le premier de ses 36 Rafale

Monoplace ou biplace, il est destiné à larmée de lair et à la marine et peut intervenir depuis le porte-avions français Charles-de-Gaulle. Il est aussi le seul appareil militaire non-américain autorisé à décoller des porte-avions des États-Unis. Construit en collaboration par Dassault Aviation, qui supervise 60% de la valeur de lavion, lélectronicien Thales (22%) et le motoriste Safran Aircraft Engines (ex-Snecma, 18%) qui fournit le moteur M-88 de nouvelle génération, le Rafale est destiné à être lavion de combat français jusquen 2040.